Skoda Kodiaq : premières images

Premières images du SUV Skoda Kodiaq à découvrir au Mondial de Paris. Mine de rien ce SUV famillial à prix serrée à un gros potentiel pour séduire un large public familial. On en reparle au Mondial

2017-Skoda-Kodiaq-61 2017-Skoda-Kodiaq-60 2017-Skoda-Kodiaq-63 2017-Skoda-Kodiaq-65 2017-Skoda-Kodiaq-71 2017-Skoda-Kodiaq-69 2017-Skoda-Kodiaq-64 2017-Skoda-Kodiaq-16 2017-Skoda-Kodiaq-26 2017-Skoda-Kodiaq-15 2017-Skoda-Kodiaq-33 2017-Skoda-Kodiaq-37 2017-Skoda-Kodiaq-24 2017-Skoda-Kodiaq-18 2017-Skoda-Kodiaq-44 2017-Skoda-Kodiaq-43 2017-Skoda-Kodiaq-42

L’avis des Petits Observateurs !

7 commentaires au sujet de « Skoda Kodiaq : premières images »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Mat Ador

    Les markéteux ont eu bon nez de lui substituer un q final en lieu et place du k, non par crainte que l’ours de l’ile homographe puisse revendiquer son bon droit à la propriété intellectuelle, mais par égard au fabricant nippon au diapason qui commercialise ses quads Kodiak depuis un bail.
    En parlant cul, force est de lui reconnaître une inspiration munichoise, mâtinée de Touran voir de Cherokee vu de trois quart arrière ainsi que sur la face avant aux barrettes verticales multiples…

    Ça doit être la tendance de la rentrée de s’octroyer des barrettes, n’est-ce pas commandant ?
    🙂

    Répondre
  2. Vincent

    L’allure est classique mais assez réussie. L’arrière a des faux airs de BMW X1 ou X3. Le profil résiste au disgracieux effondrement du pavillon sur le coffre, façon Evoque, et la calandre Skoda s’intègre pour une fois harmonieusement dans le bouclier. Le dessin des optiques avant n’est pas torturé, ce qui devient exceptionnel dans la production automobile actuelle : cela repose !
    Au total, c’est sans grande surprise, ni invention, mais il n’y a rien d’artificiel, ni de pataud dans le dessin.
    Une POA : le profil est dynamisé par l’arête qui surgit du feu arrière pour s’élancer vers l’avant, sorte de flêche prolongée loin devant par la fine césure entre le capot et l’aile ; le mouvement est souligné par le cintrage des bas de portières .
    Enfin, on échappe au syndrome des jantes grossièrement surdimensionnées….
    Bref, une alternative assez élégante et moderne aux outrances du design automobile actuel. Il n’y a plus qu’à confirmer mon impression de visu.

    Répondre