Jaguar XE : Jag or not Jaguar ? (l’intégrale)

Tout savoir sur la nouvelle Jaguar XE en 4 épisodes inédits.

Prologue : A la recherche de la Jaguar XE

Episode 1

Rencontre à l’aube avec la Jaguar XE en compagnie du Volvo XC90 et du trio POA. L’occasion d’un premier tour du propriétaire de cette « petite » Jaguar XE (2.0 litres essence 4 cylindres de 200 ch)  qui vient jouer sur le terrain des business car premium à destination des flottes et des cadres d’entreprises. Un marché dominé par les allemands et qui a ses règles du jeu.

Episode 2

La Jaguar XE est-elle une véritable Jaguar ? En posant la question, encore faut-il être capable de définir ce qu’est une Jaguar et c’est là que le débat commence tant la marque au félin a alimenté les fantasmes automobiles de nombreux petits observateurs. Chacun à son point de vue, mais force est de constater que Jaguar, à la différence des allemands, n’a pas su capitaliser sur une image claire et pérenne depuis 20 ans, d’ou les confusions, voir les déceptions face aux nouveaux modèles. En fait, Jaguar doit tout reconstruire et est en train de le faire. Il est certain que la Jaguar XE désolera les jaguaristes qui ont en tête les années 60 avec la E-Type et autre modèles cultes. Cependant, un peu à l’image de ceux qui fustigeaient la Bentley Continental GT au début des années 2000 en expliquant qu’il ne s’agissait pas d’une véritable Bentley, ces anti jaguar d’aujourd’hui n’ont pas toujours conscience que pour survivre il faut s’adapter à la demande d’un marché existant générateur de cash. La Continental a sauvé Bentley d’une mort certaine. La Jaguar XE s’inscrit dans un vaste plan produits. La XE vient courageusement croisée le fer avec les vedettes des business car premium, Mercedes Classe C, Audi A4 et BMW Série 3 en tête, considérées comme, à tort ou à raison, comme les références. Or que constate-t-on depuis le lancement de la XE ? Que la belle tient la comparaison avec les vedettes de ce marché ultra exigeant. Et ça, c’est déjà une bonne nouvelle.

Episode 3 : la conduite

La plus belle réussite de la Jaguar XE est sans aucun doute son feeling de conduite particulier, compromis subtil entre confort, douceur, nervosité et efficacité. La Jaguar XE raconte la route sans vous fatiguer et elle peut se transformer en redoutable sprinteuse. Essayée ici dans sa version 2.0 l essence 4 cylindres de 200 ch en finition Portfolio, (45 500 euros hors option), la XE  se conduit soit comme un kart, soit comme une limousine selon l’humeur du jour.

 

La Jaguar XE s’est faite désirée plus d’une année par POA. C’est finalement avec la complicité de Rodolphe Tranchard  de GT Tours Location que nous avons pu dénicher la belle.  Souvenez vous, Rodolphe loue des voitures de rêve à Tours.  Il avait été l’organisateur de la formidable rencontre avec la Maserati Ghibbli dans les grottes de l’enfer, une série que je vous invite à (re) découvrir d’urgence.

Quand nous avons demandé à Rodolphe de nous dénicher une Jaguar XE,  il nous a spontanément mis en contact avec Arnaud Gallerand, concessionnaire Jaguar chez JFC Duffort Tours, qui a répondu présent à notre appel. Mercis à Arnaud pour le prêt de sa Jaguar et 1000 merci à Rodolphe qui nous a concocté avec sa gentillesse habituelle le programme que vous allez suivre  en 8 épisodes.

Nous voilà donc partis à Tours, Madame la ministre de la féminité, Monsieur le premier ministre et moi même pour découvrir la Jaguar XE  (2.0 litres essence 4 cylindres de 200 ch) lors d’un mini road trip qui va nous faire croiser deux Porsches, une Volvo et pleins de petites surprises roulantes.

 

L’avis des Petits Observateurs !

6 commentaires au sujet de « Jaguar XE : Jag or not Jaguar ? (l’intégrale) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. aurard

    je rentre de tester cette Xe
    Et bien je ne vais pas faire plaisir au president.

    Mais que reste t il de l’exprit jaguar dans cette voiture ?

    Si vous pensez en acheter une surtout pensez à bien tester avant car c’est une enorme deception pour moi

    Répondre
  2. Commandant Chatel

    Mille fois d’accord avec le Président (vidéo 3) sur l’écran parfaitement intégré dans le tableau de bord…. Ça change des iPad qui semble collé au velcro !

    Répondre
    1. yaros78

      Elle est très réussie, cette XE. Et l’enthousiasme de notre Président est roborative, tout comme l’approbation d’un Premier Ministre pleine d’onction dont on devine quand même qu’il n’est pas encore prêt à troquer son Audi pour ce nouveau félin Le seul problème, je pense, ce sont ses moteurs essence qui ne sont pas très performants: près de 180 g/CO2 pour 200 ch, 3000 EUR de malus, c’est un peu beaucoup et souligne que le propulseur de la Jag est un peu daté (la BMW 120i, avec ses 184 ch, ne dépasse pas 136 g). Espérons que de nouveaux moteurs essence plus dans l’air du temps feront bientôt leur apparition.
      Mais le reste paraît très bien pour peu qu’on accepte de mettre le prix dans des options qui, outre le malus, finiront par grever la facture pour avoir une « vraie » Jaguar. Reste qu’avec la XE et bientôt la Giulia (si Alfa se décide enfin à la sortir) BMW n’est plus seul dans le monde de la voiture dynamique premium (qui se doit d’être une propulsion, pardon M. le Premier Ministre…)