C’est beau une usine : Sunderland (GB) site de production de l’Infiniti Q30

Fruit de l’alliance Renault-Nissan et du partenariat avec Daimler l’Infiniti Q30 est produite à Sunderland en Angleterre. La Q30 est une véritable automobile mondiale qui réunit le meilleur des capacités d’un grand groupe. Dessinée au japon, elle partage des éléments de chez Daimler, Renault et Nissan et elle est fabriquée en Angleterre pour être vendue partout dans le monde.

Invité à l’inauguration de la ligne de la production de l’Infiniti Q30, POA a accepté avec plaisir, histoire de rappeler que derrière les automobiles il y a des femmes et des hommes. Loin des temps modernes, les usines d’aujourd’hui sont des cathédrales bien vivantes au ballet bien réglé, digne d’un spectacle qui participe au sentiment de qualité que dégage cette Infiniti. On en reparle.

Usine Infiniti Q30 Infiniti Q30 à Sunderland Infiniti Q30 Sunderland

 

Infiniti Q30 Sunderland UK production 2
Infiniti-Q30-3 Infiniti-Q30-4 Q30

L’avis des Petits Observateurs !

19 commentaires au sujet de « C’est beau une usine : Sunderland (GB) site de production de l’Infiniti Q30 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Robert

    Un beau ballet.
    Tout au moindre détail est orchestré.
    Sauf les choses qui ne le sont pas.

    Le rideau noir par terre, à partir de 9 min 30 dans la séquence – est illustratif.
    Pas programmé, donc enlèvement improvisé en la traînant par terre. Et à partir de 12 min 45 elle revient semer la zizanie en arrière-plan.
    Si POA n’avait pas été là, on aurait rien vu 🙂

    Répondre
  2. Frédéric à Montréal

    Dans une ancienne région de mines et de chantiers navals, cette usine a représenté à son ouverture il y a près de 30 ans un espoir formidable pour la région et n’a cessé de grandir depuis. Il me semble que la Nissan Leaf y est fabriquée.
    Un véritable symbole, alors qu’on annonce justement la fermeture de la dernière mine de charbon britannique.
    Merci pour la visite!

    Répondre
    1. Ronan

      Très juste de le signaler Frédéric, Nissan savait qu’en s’y installant ils auraient de la main d’oeuvre immédiate, travailleuse et pas chère. 1984 correspond avec une grève nationale immense des mineurs….. coincidence?
      Et puisque POA c’est aussi de la culture, sachez que l’enfant du pays probablement le plus connu au monde, Sting, a créé l’an passé une comédie musicale sur son enfance autour des chantiers navals, telle en était leur importance dans le temps.
      Il s’intitule « The last ship » (le dernier navire)

  3. Antoine Franc

    Si la robotisation en emboutissage (les presses sont alimentées par des manipulateurs à ventouse ainsi que les transferts de presse à presse) et en tôlerie (soudure et assemblage des différents éléments entre eux), cette robotisation n’en est qu’à ses débuts au montage.
    Enfin pour rentrer un peu plus dans le langage technique, les rouleaux de tôle sont appelés bobines.
    Et les différents éléments de tôles appelés flancs, issus des bobines mises à plat et découpés, sont emboutis dans les différentes presses, en plusieurs étapes (1 presse par étape d’où les manipulateurs inter presses) et donnent par exemple des « côtés de caisse » que l’on voit dans la vidéo, le côté droit puis le côté gauche avec le trou pour la trappe à carburant.

    Répondre
  4. Arnaud T

    Oui, c’est beau une usine, cette capacité de faire travailler autant de personnes ensemble. Je suis surpris de voir autant d’hommes autour des voitures, je pensais que c’était encore plus robotisé.
    Superbes couleurs, on se croirait dans un film, merci pour le voyage.

    Répondre
  5. Piat Georges

    Quel beau reportage, c’est magnifique et fascinant. Les commentaires sont au top.
    Quand on pense que chacune des voitures que l’on voit dans cette usine est une voiture déjà commandée par un client avec ses options…
    Merci beaucoup Renaud et Cédric.

    Répondre
  6. San Francesco d'Assisi

    C’est donc dans le delta de la Wear River, entre la bouche du moine (Monkwearmouth) et celle de l’évêque (Bishopwearmouth), là où les terres se séparent (Sunderland) que Carlos 1er a choisi d’assembler les morceaux rassemblés de ce demi-frère de la classe A pour la marque de prestige de l’Alliance, crée pour contrecarrer les plans de l’autre nippon, Lexus…
    La ligne de son succès au cœur de notre vieux continent parait infinity-ment ténue à suivre tant les galbes de cette « Kiouteurtie » respirent l’inspiration florale, à des années lumières de celles, furtives des vaisseaux intergalactiques ennemis que ne renierait pas un George Lucas himself…
    Là, tout n’est que courbes et rondeurs emprunts au monde végétal, une interprétation nouvelle de l’Art Nouveau, mieux de l’Arts & Crafts qui pris justement son essor dans le Royaume à la charnière du dix-neuvième et du vingtième en réaction à une insipide fabrication en série qui s’épanchait déjà…
    Prions avec Carlos, que par-delà tous ces entrelacs jardinés, sa plastique nous enivre de ses subtiles parfums et fasse suffisamment tourner nos têtes de pauvres pêcheurs, ainsi que les lignes de production du Tyne and Wear…
    Ave Maria, gratia plena. Dominus tecum, benedicta tu in mulieri¬bus et benedictus fructus ventris tui, Jesus. Sancta Maria Mater Dei, ora pro nobis peccatoribus, nunc et in hora mortis nostrae.
    Amen.

    Répondre
  7. pierre

    La mondialisation a banalisée les usines de production, depuis une vingtaine d’années. la ressemblance est frappante entre toutes aujourd’hui (seuls ici peut-etre moins d’usage robotisé ou technologique frappe l’œil que chez un constructeur allemand).
    L’apport des productions nippones et allemandes dominantes dans leur logique et leur concept de fabrication fait régner cette banalisation. On peut s’en réjouir pour la productivité, mais aussi le niveau de qualité pour le client, un peu moins pour le « romantisme » et le spectacle….pour les fans (on oubliera pas le « foutoir » et le charme d’une ancienne usine italienne pleine de charme ou la cacophonie française).
    tres beau reportage en tout cas !

    Répondre
  8. Chapman

    Une véritable cathédrale dédiée à l’automobile. Merci pour ces minutes volées « à la POA ». Mon grand moment, j’aurais aimé y participer, me test qualité, en gants blancs s’il vous plait. Moi qui ai repeint une auto dans ma jeunesse, la découverte et l’inspection à la sortie de la cabine de peinture est une grande émotion…. J’ai remarqué la sensualité du geste…. Et c’est une femme bien sur !!!
    🙂

    Répondre
  9. Fred Seyrat

    Super reportage! Je suis très sensible à l’architecture et au fonctionnement des sites industriels par ma formation de base…et la, c’est un joli cadeau de Noel! La naissance d’une machine, d’un produit, en l’occurence ici, une automobile, du point zéro des matériaux, au produit final est toujours impressionnant!; surtout lorsque qu’on prend en considération toute la technologie, les moyens nécessaires et l’humain….mais quel machinerie! J’invite les petits observateurs les plus curieux, à chercher et regarder sur la net, des vidéos de chaine d’assemblage automobile, vous pouvez autant en trouver de l’ère Ford , que des Peugeot des années 50, ainsi que des spécialistes comme Rolls ou Jaguar dans des périodes plus contemporaines….passionnant! Alors que dire d’autre, à part merci à vous Renaud et Cédric! ainsi qu’a Infiniti, de nous avoir permis de voir, au plutôt, si je puis dire, de « voler » ces instants! GO POA! 😉

    Répondre
  10. Ronan

    C’est le paradoxe de l’industrie Auto de Grande-Bretagne: ils ont vendu un par un tous leurs joyaux à des étrangers (je vous épargne la liste, les Observateurs les connaissent) mais quand il s’agit de fabriquer des voitures, les British ne sont pas des manchots!
    Honda (Swindon), Mini (Oxford) Nissan (Sunderland) Jaguar (Coventry) Bentley (Crewe) etc etc auxquels il faut ajouter les « petits » fabricants à la Morgan, TVR & Caterham, les écuries de F1 (Red Bull, Mc Laren)….Bristol refait même son come-back.
    Ils ont de quoi être fiers du Made In Britain!

    Répondre
    1. kris

      Entièrement d’accord avec vous !
      Cet état de fait me rappelle un très bon reportage de TOP GEAR G.B. justement sur le poids économique du secteur automobile en Grande-Bretagne. Le rassemblement de tout ce qui est fabriqué à la fin du reportage est hallucinant…

    2. Ronan

      @Kris @Fred et puis @touslesautres :
      La vidéo à laquelle Kris fait référence, c’est épatant quand même!
      http://youtu.be/vmcmqTAu6b8

      Nous sommes d’accord, la GB est le pays du Bagnolard. Ajoutez à la liste le calendrier sur-plein de foires et rassemblements autour du pays, les courses auto, les 1001 fanclubs de marques et modèles et puis les fameux British excentrics bagnolards…..

  11. julien jacquet

    Messieurs Bonsoir,
    Quelle beau spectacle la construction d’une voiture!!
    C’est toujours intéressant de se demander comment par une multitude de pièces qui arrivent des 4 coins du monde, on crée un si belle objet.
    J’ai beaucoup apprécié l’interview de ce responsable d Infiniti.
    Lors de l’essai du Q50, vous réfléchissez sur le fait que le design de ce modèle était quelconque, sans originalité.
    Sur le Q30 le design est harmonieux. Il est fait pour plaire au plus grand monde puisque plusieurs pays et plusieurs marques se sont associés à sa fabrication.
    Cette POADE est des plus intéressantes et elle exprime bien une globalisation de l’industrie.
    Maintenant et à quelques jours de Noël vous n’auriez pas peu en ramener une pour l’offrir en cadeau à un fidèle petit observateur comme votre umble serviteur; qui va travailler le joue de Noël. Et oui dans le milieu médicale , les malades sont là tout les jours.
    Maintenant j’attends l’essai de cette belle voiture sur les routes anglaises. Mais surtout les commentaires méticuleusement pointilleux de notre bien estimer PÈRE FREOUR. Ses paroles sont sources d’évangile en se dimanche soir.Ainsi soit il!
    A très bientôt. GOD SAVE P.O.A.

    Répondre