Souvenirs d’Autos (99) : Un gamin en 2CV

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Ce magnifique « moment de vie » qui sent bon la nostalgie, nous est raconté par l’excellent Petit Observateur, Georges Piat que je salue au passage et à qui je laisse la parole :

Fin des années 60, notre brave Ford Vedette (voir https://www.petites-observations-automobile.com/2016/02/souvenirs-dautos-mon-pere-ce-heros.html) vient de rendre l’âme, il faut rapidement acheter une voiture. Le choix se porte sur la 2CV du collègue de mon père. Particularité, cette auto possède une malle arrière, c’est à dire un coffre bombé. Une option bien pratique.

1 Un beau matin de juillet, tout le monde s’installe dans la 2CV pour un week-end de trois jours. Capote ouverte, bien sûr (on n’allait pas manquer ça) !

Direction Saint-Malo, avec le Guide Michelin et son célèbre marque-page de tissu satiné rouge. Mon père regarde le niveau d’essence avec la grande tige souple (en cuir, je crois) qui plonge dans le réservoir. Il roule ensuite soigneusement la capote.

Grâce à ce toit ouvrant génial, tout au long du voyage, je vois défiler les arbres, les oiseaux sur les fils téléphoniques, les nuages et même la lune dans le ciel.

Ambiance garantie quand le vent tourne et que les gouttes de pluie frappent la capote, exactement comme sur une toile de tente.

Je me souviens aussi de ces petites lumières magiques sur les capotages de phare, ce gros bouton de clignotant égrenant ses « tic, tac» irréguliers, ces sièges super confortables à condition de ne pas se taper les tubes de fer sur les côtés.

2

D’ailleurs, ma mère filait ses bas facilement dans cette voiture ! Et puis aussi ces fichues vitres qui redescendaient à chaque fois qu’on claquait les portières ! Bref, le dépaysement fut tel qu’on avait l’impression d’être parti quinze jours.

Le plus étonnant, c’est qu’au moment même où j’écris ces lignes, les lunettes sur le bout du nez, j’y suis encore.

Cette rubrique est désormais aussi la vôtre.

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

12 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (99) : Un gamin en 2CV »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Amok

    Dans cette rubrique, « Un beau matin de juillet » ça me fait penser à Boris Vian.
    Est-ce un clin d’oeil à sa chanson qui date peu ou prou de l’époque de cette anecdote automobilistique ?
    Et pour ceux qui aiment :

    Répondre
    1. PIAT Georges

      J’aime beaucoup ton commentaire mais sincèrement je peux bien t »assurer que je n’y avais pas pensé en écrivant !

  2. Chapman

    Passer de la Ford Vedette à la deux pattes, y avait comme qui dirait une dégringolade dans l’échelle sociale non?…..
    Bien pour les consos par contre.
    🙂

    Répondre
    1. Thierry

      C’est amusant cette pensée, j’ai toujours fait du n’importe quoi dans mes achats d’autos, et plein de gens m’ont répondu de la sorte ! En couple avec une Passat ma femme attendait obligatoirement des enfants ! Une IQ comme auto principale pour partir en vacances c’était louche etc … etc … de la Vedette à la 2CV peut-être simplement parce que moins de grands voyages ou de monde à transporter ou ?

  3. Thierry

    Ah c’est beau, c’est la France ça Monsieur ! Çe n’est pas de la C3 version 2016 Mlle Floriane, comme j’ai écouter de belles histoires comme ça avant d’aller dormir et faire de beaux rêves ….

    Répondre
  4. Nabuchodonosor

    Pas mal du tout cette malle, ça donne à la deudeuche un petit côté boy scout avec son sac à dos… Ca s’rait bien qu’on mette au point cet auto-pilot dont on parle tant et qu’on l’agrée, on pourrait revoir des autos à âmes comme elle sur nos routes sans passer par la case crash-test. Merci à Georges Piat pour son très beau souvenir de vacances à Saint-Malo qui commence comme une chanson de Boris Vian !

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Je craque pour les deux demi-plaques réglementaires mon Brigadier… A faire loucher un Pariflex Falco !
      🙂

    2. Olivier D

      Merci pour ton lien Mat Ador, j’ignorais qu’il y avait eu autant de fabricant de malle pour 2CV !!!
      Cela dit, la forme de la Speed ne s’affine pas vers le bas. Enfin bref, je touche la bosse quand même, et puis je trouvais que « Raoul » allait bien avec le tricot de peau !
      Amis des clichés, bonjour !!!