Ford Mustang Fastback 1968 : rencontre inattendue

En attendant le café garage à suivre demain soir, une petite surprise de Madame la Ministre de la féminité….

FORD MUSTANG

L’avis des Petits Observateurs !

28 commentaires au sujet de « Ford Mustang Fastback 1968 : rencontre inattendue »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. tibo

    Elle est belle en effet. Dans mon garage idéal, il y a une americaine, un gros V8 de 6 litres… Je pencherai plus pour une corvette 57 ou 58.

    Répondre
  2. Laurent

    Toutes les femmes ont aujourd’hui un perfecto dans leur garde-robe mais celui de Floriane m’a complètement fasciné. Subtilement rebelle, hyper classe et cohérent avec la voiture, bravo Floriane. Au fait, c’était quoi la marque de la voiture, déjà ?

    Répondre
  3. Daniel

    Pas fan des coupés en général, mais il faut avouer que celle-ci à une gueule,un charme, un design incroyable, imaginatif, créatif, de l’inventivité, qualités qui manquent vraiment à certains constructeurs dit « premium »…
    L’arrière est magnifique, l’intégration des feux , les courbes des ailes Waouh !!
    quand au reportage, c’est une tres bonne idée que le Président laisse la caméra, sur certains sujets.
    Et ce cameraman se débrouille rudement bien.

    Répondre
  4. Jean-François Bertrand

    Merci à notre chère Ministre pour cette surprise de premier choix!!
    Elle est superbe et dans un état!…. Pebble Beach ? Villa D’Este? J’hésite…
    Je constate que Floriane commence à présenter tous les premiers symptomes d’un début d’addiction profonde à la bagnole vintage: trouver n’importe quel prétexte pour en conduire une, grand sourire derrière le volant, discussion interminable sur le petit détail, le galbe d’une aile etc, etc…
    Le problème c’est que la science, faute de budget, ne s’est pas encore penché sur cette maladie orpheline…
    Aucun traitement donc… mais ce n’est pas grave!…
    🙂

    Répondre
    1. Jean-François Bertrand

      Berlingo amphibie, avec une signature radar d’un berlingot nantais, histoire de faire des poades en toute discression, et ce dans les pires conditions météorologiques!

      PS: tout ça me fais penser que ça fait un petit bout de temps que je ne suis pas aller me sustanter un tantinet à l’Oasis!

  5. gallus

    Une ligne éthylique, un bleu profond …
    la nuit en plein jour … que demander de plus ? Une musique électro … chapelier fou par exemple ?

    C’est qui le cuir ?

    Répondre
  6. Frédéric à Montréal

    La Mustang va beaucoup mieux à Floriane qu’à Steve McQueen… et qu’à Belmondo dans le Marginal!
    Ça promet pour le café de demain…
    Mais quelle diversité sur POA cette semaine!!!

    Répondre
    1. Pascal LIGER

      Puisqu’on parle cinéma, Jean-Louis Trintignant en conduisait une dans  » Un homme et une femme « . Palme d’or en 1966. Je suggère à tous les amateurs de consulter une fois de plus le site http://www.imcdb.org qui recense des milliers de films et des centaines de milliers de voitures apparues au cinéma ou à la télévision. Vous verrez, c’est surprenant !

    2. Jean-François Bertrand

      Pascal ne pourra me contredire, mais la Silver shadow Two Doors Mulliner Park Ward dans l’Affaire Thomas Crown lui sied comme une paire de Persol 714. Isn’t it?

  7. Marc

    Très belle voiture: un intérieur magnifique (tableau de bord et ces fauteuils) une très couleur ravissante qui va bien avec ce design! Bravo à vous tous et merci

    Répondre
  8. chapman

    Ah Floriane!!!! Quelle plaisir de vous voir si belle et resplendissante dans ce »must » absolu de la voiture américaine. Cette vue frise la perfection et votre douce voix complète à merveille le glou glou absolu que l’on perçoit à l’arrière vers la quadruple sortie d’échappement.

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Belle à se damner cette Mustang dans sa livrée bleue nuit aux parfums d’américan dream, conduite par un non moins sublime amazone au cuir noir…
      Tout cela respire fort les symboles de notre chère liberté que nous revendiquâmes par deux fois dans les rues de Paname, deux fois qui nous semblent loin, si loin déjà… « Born to be wild, born to be free ».