Simca 1308 GT, c’était sympa !

Par Patrice Vergès. En 1978, Simca produisait près de 600 000 voitures par an grâce aux succès de la Simca 1308 et Horizon, toutes deux sacrées « Voiture de l’année ». Sept ans plus tard, la marque n’existait plus ! Sortez vos mouchoirs, c’est une histoire triste. 

Né des capitaux de Fiat en 1934, Simca dut chercher des finances auprès de l’Américain Chrysler quand l’Italien se désengagea en 1962. La marque américaine considéra la filiale française comme une machine à faire du cash plutôt qu’un véritable partenaire. Avec peu de moyens et encore moins de latitudes, Simca rebaptisée Chrysler réussit à proposer des voitures qui offraient une véritable personnalité, cocktail entre la latinité italienne et le clinquant US. C’est ce qui plaisait à sa clientèle moins austère que celle des Peugeot et a également séduit Didier Sourmais qui a comptabilisé une vingtaine de Simca dans sa vie. Aujourd’hui, il roule quotidiennement en Simca 1100 LE et avec cette Simca 1308 GT 1979.

« Ma première voiture en 1974 »

« Mon père a possédé une Aronde Grand Large et quand j’étais enfant, la Simca P60 me faisait rêver. Ma première voiture au sortir de l’armée en 1974 a été une Simca 1100 suivie d’une vingtaine d’autres Simca, Simca 1000 et Rallye 2, Aronde P60, 1100 et 1301. Je me souviens être allé au salon de Paris 1976, rêver devant la Simca 1308 GT. Mais je n’avais pas les moyens de me l’acheter ! ».

Dévoilée fin 1975, la Simca 1308 a été produite jusqu'en 1986 en France sous le nom de Talbot à partir de 1980. Elle a été proposée en trois volumes sous le nom de Solara

Dévoilée fin 1975, la Simca 1308 a été produite jusqu’en 1986 en France sous le nom de Talbot à partir de 1980. Elle a été proposée en trois volumes sous le nom de Solara

Dérivées de la Simca 1100, les 1307/1308 ont connu un succès colossal qui a obligé l’usine de Poissy à pousser les murs pour la construire de jour comme de nuit. Il faut dire que ce modèle élu  » Voiture de l’année 1976  » offrait un lot de qualités rares. Excellente tenue de route (traction avant), confort exceptionnel (barres de torsion à l’avant), modularité intérieure, équipement inaccoutumé sur la version 1308 GT, d’excellentes performances (1440 cm3, 85 ch et 168 km/h) et tarifs compétitifs. Elle arrivait à point pour remplacer la Renault 16 vieillissante dont elle était très proche au niveau du concept.

La 1308 GT se caractérisait par son grand confort et notamment par ses sièges moelleux

La 1308 GT se caractérisait par son grand confort et notamment par ses sièges moelleux

L'instrumentation était complète sur cette version avec notamment un manomètre d'huile

L’instrumentation était complète sur cette version avec notamment un manomètre d’huile

Banquette arrière modulable et belle habitabilité caractérisaient ce modèle

Banquette arrière modulable et belle habitabilité caractérisaient ce modèle

Trop de succès !

La 1308 eut tant de succès (500 000 ex en 2 ans) que Simca oublia d’en passer un grand nombre au bain anticorrosion pour gagner du temps sur sa fabrication. C’est ce qui explique que beaucoup aient disparues rapidement, dévorées par ce cancer, malgré une production qui dépassa les 1,5 millions d’exemplaires.

Hélas, la 1308 et ses dérivés furent victimes d’un nombre erreurs successives. Chrysler mal en point aux USA refusa d’investir sur cette voiture qui évolua trop peu. Lorsque l’Américain céda (250 millions de dollars) ses filiales européennes à PSA qui rebaptisa la marque Talbot (par erreur), la 1308 renommée 1510 fut considérée comme un modèle en trop dans la gamme Peugeot. Ce constructeur la fit alors évoluer à dose homéopathiques mais pas suffisamment malgré la présentation d’une agréable version 3 volumes baptisée Solara. Ajoutez que la 1308 fut victime de la Simca Horizon dont elle était dérivée et qui cannibalisa ses ventes. Saupoudrez avec les terribles grèves de Poissy de 1982 qui laminèrent la marque pour arranger le tout. Je vous avais prévenu, ce n’est pas une histoire gaie !

Son équipement était exceptionnel avec notamment ses lave-phares en série

Son équipement était exceptionnel avec notamment ses lave-phares en série

 » Achetée à 80 000 km en 2009, ma 1308 GT en totalise 111 000 aujourd’hui. Elle tourne comme une horloge, explique Didier, elle a le toit ouvrant, les jantes en alliage léger et les appuie-têtes optionnels. Elle offre encore un confort inaccoutumé, une bonne tenue de route. Je consomme 7,5 l sur route à moins de 110 km/h. Après la consommation augmente car le moteur tourne trop vite. Il faudrait une boîte à 5 rapports montée sur les versions Talbot dès 1980 « 

Le 1440 cm3 monté en position transversale délivrait 85 ch sur la 1308 GT. Il y a eu aussi une version 1300 et une 1600 de 90 chevaux

Le 1440 cm3 monté en position transversale délivrait 85 ch sur la 1308 GT. Il y a eu aussi une version 1300 et une 1600 de 90 chevaux

Simca, pour la vie !

Une voiture ancienne pour Didier doit rouler et ne pas être qu’un objet d’exposition  » Je suis un passionné qui roule. Je laisse ma 1308 dans son jus d’origine avec ses petites tâches de rouille et son crochet de remorque. C’est pour cela qu’elle a été exposée à Rétromobile sur le stand du Club Simca France (500 membres) dont je suis adhérent depuis près de 30 ans. Nous avons entendu toujours les mêmes commentaires. Les plus anciens, ça leur rappelle des souvenirs et les plus jeunes, ils ne savent pas que c’est « .

Pas question d’arrêter de rouler en Simca pour Didier qui compte encore six autres voitures de la marque qui attendent impatiemment une restauration : une 1510 anglaise, pays où elle a été produite sous le nom d’Alpine (nom appartenant à Sunbeam racheté par PSA), prendre le volant de la Tagora GLS de 1982 qu’il vient d’acquérir, remettre sa magnifique Aronde Grand Large bicolore1956 ainsi que sa Chatelaine 1958 en route. Simca, pour lui, c’est pour la vie !

Didier Sourmais roule depuis 40 ans en Simca et ce n'est pas fini car il en compte sept dans son cheptel !

Didier Sourmais roule depuis 40 ans en Simca et ce n’est pas fini car il en compte sept dans son cheptel !

SIMCA

 La voiture s’appelait Simca à l’arrière mais aussi Chrysler devant pour finalement s’appeler Talbot en 1980, marques multiples qui déroutèrent la clientèle CHRYSLER

Le Club Simca de France va jusqu'à reproduire des autocollants publicitaires de l'époque

Le Club Simca de France va jusqu’à reproduire des autocollants publicitaires de l’époque

 

 

 

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

41 commentaires au sujet de « Simca 1308 GT, c’était sympa ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. VRTJ

    Vous oubliez : pour la 1100 ses problèmes de flexibles d’echappement et pour la 1307 les problèmes de corrosion ( je dirais même de CORROSION )
    Pour ma part, j’ai détenu deux 1100S ( la première avec 2 carbus double corps et ses problèmes de flexible qui furent remplacés par une rotule sur la seconde ) et une 1307
    Petite anecdote en haut du col de la Schlucht, j’avais fermé ma voiture à clefs et laissé celles-ci à l’intérieur de ma 1100 et mon voisin de parking, avec sa 403 dès la mise en place de sa clef à déverrouillé ma serrure

    Répondre
  2. Roland STEBE

    Bonjour,
    C’est avec plaisir que je lis les commentaires sur ce modèle , une voiture fiable facile à entretenir et à réparer ce qui n’est plus le cas avec les modèles récents.
    J’ai une 1308 gt de 68 que je pense vendre mais j’aimerais connaître la cote.
    Cordialement,
    Roland

    Répondre
  3. Cota

    J’ai appris a conduire dans une Chrysler Simca 1307, mes parents se sont sépare de la leur en 1994…..coup dur pour moi….. il y avait une a 4 km de chez moi que je connais depuis 1985 en plus a toujours été gardé dans un garage….ils on fini par me la vendre…. tout a été démonté et retapé…..je suis super heureux et pendant les vacances je touche même pas a mon Allemande…. j’ai même acheté une deuxième pour avoir des pièces de rechange. Je suis un passionne de la 1307…. celle la je compte jamais m’en séparer

    Répondre
  4. corvée gérard

    bonjour
    une voiture qui m’a laissé un très bon souvenir, familiale … spacieuse, pratique
    super bien entretenue par Simca Talbot aux Mureaux TYvelines
    J’ai eu ensuite une audi 80 de base et j’ai regretté la simca
    il me semble que la capacité de freinage en charge était un peu juste, prudence nécessaire
    SLTS

    Répondre
  5. zang christian

    très bonne auto achetée à 100000 kms couleur amarante elle nous transporta à 260000 kms je la çedait à mon frère qui lui mit 80000 de plus la corrosion eu raison de la belle histoire le chassis se cassa………. en deux

    Répondre
  6. tibo

    Je me souviens que mon papa, qui n’avait que très peu d’intérêt pour l’automobile, a possédé une Talbot Solara, personnellement je n’en garde pas un souvenir impérissable mais je me rappelle très bien, pourtant petit enfant, qu’un jour sur l’autoroute le moteur s’était décroché de ses fixations dans un bruit spectaculaire signant l’arrêt de mort de ce modèle dans la famille. Je crois qu’alors nous étions passés à la Renault 20….

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Nous nous languissons que cette incroyable histoire nous soit contée dans les souvenirs du Cdt Chatel !

  7. Alain

    J’avais oublié que j’avais eu une 1100 S à 2 carburateurs dans mes jeunes années et que c’était une voiture géniale qui , comme toutes les Simca, offrait un petit quelque chose en plus !

    Répondre
  8. MF67

    La série des Simca Chrysler/Talbot 1307/1308/1309/1510 (rayez les mentions inutiles…) est injustement oubliée, au même titre que de nombreuses autos de la même époque, et que la marque Simca elle même…
    Dommage car la « Voiture de l’année 76 », titre amplement mérité, était une réussite à de nombreux points de vues, notamment la synthèse de tous les éléments appréciés par la clientèle française de l’époque, raffolant alors des autos de la fameuses catégorie des « 6-8cv »… : Les vastes surfaces vitrées de la Citroën GS (Voiture de l’année 71) et la ligne bicorps que celle-ci partageait jusqu’alors avec la Renault 16, le hayon et la modularité de cette dernière (modularité que la GS n’aura jamais eu, sauf en Break…), et enfin, les boucliers en Polyester de la R5, dans une couleur gris-clair furieusement dépassée aujourd’hui.
    Les ingénieurs de Poissy avaient donc réussi un coup de maître en cette deuxième partie des années 70, et dont le souvenir n’a malheureusement jamais été vraiment perpétré…

    Répondre
  9. Chapman

    J’ai beaucoup de tendresse pour cette marque. Ces autos étaient pétries de qualités sont celle, éminemment écologique de se décomposer rapidement et de retourner à la terre.

    Répondre
  10. Alain

    J’aime ces portraits de passionnés; Pas besoin d’avoir une Porsche ou Ferrari pour se faire plaisir au volant d’une ancienne. Didier est un personnage pas banale certainement. Il est marrant avec son bonnet rouge. A-t-il détruit des portiques destinés aux poids lourds. Très intéressant !

    Répondre
  11. gallus

    Didier … C’est un peu l’histoire de ceux qui trouvent l’amour au boulot.
    Certains y verront une absence totale de vie ,
    D’autres, une forme de résistance au système …

    Répondre
  12. pierre

    Il faut aussi noter que le sabotage de Talbot par PSA. et la radiation de beaucoup de concessionnaires au détriment des concessions Peugeot en France début des années 80 a été beaucoup pour la poussée des ventes étrangères chez nous, nombre de concessions ex-Talbot passant sous panonceau japonais ou allemands, en enmenant la clientèle sous d’autres cieux automobiles.
    Quand à ces 1307/08……….
    comme les Simca en général en « donnaient pour son argent », et meme plus….avec toujours une tres belle presentation .!!!
    Je me souviens qu’il y a eu aussi une version SX encore + équipée (direction assistée) et des séries spéciales bi-tons tres élégantes, seules les boites de vitesses dépassées et tres imprecises les handicapaient en conduite.
    C’est vrai qu’il manque SIMCA en France à l’heure actuelle, ce serait un concept tres attirant et moins basiques que les gammes actuelles qu’offrent nos constructeurs.!

    Répondre
  13. Michel L

    Mes parents avaient la chance de posséder une 1307 GLS qui était passée par le bain anti corrosion…je l’ai récupéré en 2eme main et elle m’a accompagné pendant 6 ans jusqu’à 180000 kms en toute fiabilité et après avoir changé de couleur, du gris alpaga de la 1308 du reportage au vert Lhassa dès Golf GTI (et 5 mois à préparer la carrosserie).

    Répondre
  14. Thierry

    J’ai eu une Talbot Solara d’occasion dans les années 90. j’ai parcouru plus de 80 000 km avec rajoutés aux 80 000 d’origine. Aucun problème sauf l’embrayage. Et pas un point de rouille !. Un miracle ?

    Répondre
  15. Amok

    Mon frère, dont je suis de 12 ans le cadet, en a possédé une. Je me souviens l’avoir nettoyée, extérieur et intérieur, à de nombreuses reprises en l’échange d’un peu d’argent de poche…
    J’en ai un souvenir de matériaux semblant de bonne qualité et qui tranchaient avec d’autres marques françaises que je ne nommerai pas.
    Par contre je m’étonnais déjà à l’époque de l’incapacité des constructeurs français de souvent être incapables de concevoir des tableaux de bord et surtout des volants agréables à l’oeil.
    Déjà tout petit j’aimais les italiennes…

    Répondre
  16. Piat Georges

    Je me souviens très bien de cette voiture, belle ligne, confortable, de beau sièges au revêtement très doux. Il y avait une couleur un peu « brique »que j’aimais beaucoup.

    Répondre
  17. chapman

    C’est une marque de coeur pour moi, papa avait une P60 dans les années…..60 et j’ai fait mes premières armes automobile, permis en poche avec une Simca 1100.
    Citroën à bouffé Panhard….
    Peugeot à bouffé Simca…
    Industrie automobile, ton univers impitoyable….
    Merci Patrice d’évoquer cette marque a laquelle beaucoup sont attachés. Il est vrai aussi que les moins de trente ans ignorent presque tout de ces voitures.

    Répondre
  18. Dubby Tatiff

    – SIMCA : Société Industrielle de Mécanique et Carrosserie Automobile
    – SEAT : Société Espagnole d’Automobiles de Tourisme

    Deux sociétés ayant FIAT à leur origine et dont les noms sont basés sur son modèle : Fabrique Italienne des Automobiles de Turin.

    On a eu une 1308 dans la famille. On l’a faite tenir tant que l’on a pu mais la rouille a fini par gagner la bataille. A regret car cette voiture était non seulement d’un grand confort, mais également d’une qualité de finition intérieur absolument remarquable. Si la tôle avait rouillé, en revanche l’intérieur était resté d’une grande fraicheur après plus de 10 ans.

    Notons que le tableau de bord était en plastique moussé si ma mémoire ne me fait pas défaut 🙂 . C’était la raison du succès de cette voiture : elle donnait à son propriétaire l’impression qu’il conduisait une voiture de gamme supérieure.

    Répondre
    1. Gérald

      Tu as oublié Alfa : société Anonyme Lombarde de Fabrication Automobile…
      Par contre je ne connaissais pas les acronymes de Seat et Simca… Merci on apprend tous les jours sur P.O.A !

    2. Patrice Vergès

      Cher Dubby Tatif, il y avait aussi un faux acronyme pour Simca à qui on reprochait son origine et le coté clinquant de ses carrosseries ( P60) calquées sur les modèles US avec
      Société Italienne de Mécanique à Carrosserie Américaine

    3. AutoBlogs

      Aux US les FIAT (importées) étaient désignées par cet acronyme peu amène : Fix It Again, Toni! (Répare-moi ça de nouveau, Toni)

  19. chapman

    cette marque est un tendre souvenir pour moi. Papa avait une P60 dans les années…..60 et j’ai fait mes premières armes sur une Simca 1100.
    Citroën a bouffé Panhard et Levassor…
    Peugeot a bouffé Simca….avant de frôler la faillite à son tour.
    Bienvenu dans le monde cruel de l’industrie et du commerce.
    Merci Patrice d’exhumer cette marque et d’ouvrir les yeux des jeunes générations qui ouvrent de grands yeux et prennent des mines interrogatives lorsqu’on évoque cette marque et ces modèles, ou lorsqu’ils en voient passer une dans la rue…..ça me donne un coup de vieux à chaque fois

    Répondre
  20. Roberto

    Aussi en Italie cette Simca a bien vendu…
    Une voiture performante et sure…c’était la voiture de mon père en 78 en version 1307 S et 82 cv.
    Aujourd’hui moi Je n’ai une ( 1307 S de 1977) du même couleur fétiche (le Gris Alpaca) et on a toujours le même plaisir de rouler dans cette splendide voiture! Le plaisir Si Sa est Simca!!

    Répondre
  21. Serge

    Un article qui fait plaisir. Simca est une marque aujourd’hui oubliée. Mais Simca a fait rêver plusieurs générations de Français. mon père roulait en Simca Aronde et moi même, j’ai possédé plusieurs Simca dont une 1100 S et une Horizon Jubile. un jour peut être ?

    Répondre
  22. Fils de Pub

    « Je suis Simca, je suis sympa »
    Je me souviens, de ces années-là :
    « En France on a pas de pétrole, mais on a des idées ».

    Répondre
  23. Pierre

    Souvenirs, souvenirs. Mon père possédait une 1307 S. j’ai encore dans la mémoire le confort de la banquette arrière qui était de cette couleur et de son luxe exceptionnel. il l’a remplacée par une 1510 qui était encore plus luxueuse. Les Simca étaient des voitures formidables. On comprend mal que cette marque ait pu disparaître !

    Répondre
    1. chapman

      Moi aussi c’est une marque de cœur. Papa avait une P60 dans les années….60
      🙂
      Et la Simca 1100 a été LA voiture sur laquelle j’ai fait mes armes automobiles.
      Citroën a bouffé Panhard et Levassor…
      Peugeot a Bouffé Simca….
      Il y a d’autres exemples mais ceux là m’ont toujours fait mal; Panhard aussi était une sacré marque …
      Snif…
      🙁

    2. chapman

      Cette marque est un tendre souvenir pour moi et je regrette sa disparition. Papa avait une P60 dans les années….60 et j’ai fait mes premières armes automobiles sur une Simca 1100.
      Citroën a bouffé Panhard et Levassor….
      Peugeot a bouffé Simca….
      Il s’en est fallu de peu pour que Peugeot disparaisse aussi…
      Bienvenu dans le monde cruel de l’industrie et du commerce.

    3. chapman

      C’est une marque de coeur pour moi, papa avait une P60 dans les années…..60 et j’ai fait mes premières armes automobile, permis en poche avec une Simca 1100.
      Citroën à bouffé Panhard….
      Peugeot à bouffé Simca…
      Industrie automobile, ton univers impitoyable….
      Merci Patrice d’évoquer cette marque a laquelle beaucoup sont attachés. Il est vrai aussi que les moins de trente ans ignorent presque tout de ces voitures.