Subaru Outback : essai choral (5/9)

Le Subaru Outback a été notre compagnon de route pendant 3 jours lors de notre road trip à Nantes. Ce break surélevé à 4 roues motrices permanentes nous a charmé par son style décalé, sa polyvalence et son confort. Nous l’avons tous conduit, Floriane, Cédric, Ronan, le photographe de POA, et moi, et nous vous livrons notre sentiment commun dans cet essai choral unique en son genre : 4 conducteurs / 4 avis sur la Subaru Outback 2016.

NDLR : Nous avons eu l’occasion de tester le système EyeSight de l’Outback mais vu le nombre de voitures que nous avons eu à filmer lors de ce road trip, nous n’avons pas eu le temps de faire une vidéo sur ce sujet. Ce système, disponible en option, inclut différentes aides à la conduite et à la prévention des accidents (régulateur adaptatif, freinage pré collision…) et fonctionne à l’aide de deux caméras situées en haut du pare-brise. On reparlera certainement de cette technologie lors d’un prochain essai car le système nous a tous bluffé par son efficacité et sa précision au point de n’avoir plus qu’une envie : se laisser conduire !

Tout au long des rencontres miraculeuses (9 épisodes), Ronan Rocher, le photographe officiel de POA, a immortalisé l’instant. Chaque jour, vous découvrirez les images magiques qu’il a réalisées de notre périple. Sachez qu’il forme, avec ses équipes, des photographes, débutants ou confirmés, au travers de stages et de sessions personnalisées (+ d’infos sur comme un photographe).

CEDRIC SUBARU SUBARU SUBARU INSIDE SUBARU VOLANT

 

Modèle essayé :
2.5i Exclusive EyeSight
DIMENSIONS : L x l x h : 4 815 x 1 840 x 1 605 mm
MOTEUR : essence, 4 cylindres à plat, 2 ACT, 16 soupapes
CYLINDREE : 2 498 cm3
PUISSANCE MAXI : 129 kW (175 ch) / 5 800 tr/min
COUPLE MAXI : 235 Nm / 4 000 tr/min
TRANSMISSION : Lineartronic 7, AWD

L’avis des Petits Observateurs !

38 commentaires au sujet de « Subaru Outback : essai choral (5/9) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Samuel (POA Belgique)

    @ Vince Marten :

    Vous avez une source concernant la nouvelle Mazda6 ? La version restylée étant sortie il y a 1 an 1/2, on pourrait en effet s’attendre à la nouvelle génération courant 2017… Sachant que Mazda est assez prolifique ces derniers temps. Mais je n’ai pas encore entendu parler de modèle camouflé ni de rumeurs ou autre. Curieux d’en savoir plus !

    Personnellement, j’attends toujours avec impatience la version MPS de la Mazda3… Peut-être en même temps que son restylage et l’arrivée de l’essence turbo ?

    Répondre
  2. Dubby Tatiff

    Je signale aux POAboysandgirls que sont disponibles sur Youtube quelques vidéos supplémentaires concernant le salon de Pékin. On y découvre une Mazda CX4 très convaincante en terme de style et de proportions (sous réserve des déformations provoquées par l’objectif de la GoPro). Sa face avant est une réussite.

    Répondre
    1. Vince Marten

      Merci pour l’info
      Et c’est pas fini, nouvelle Mazda 6, nouveau CX5, moteur skyactiv de deuxième génération, 2017 sera une année mazda, ou ne sera pas…

    2. Mat Ador

      N’ayant pas le réflexe ioutioube je vous remercie M’sieur Tatiff pour l’info. Deux mots à ce propos :
      Si la Magotan semble toujours faite pour les dignitaires du parti, la CX-4 est à tomber par terre. Dans sa robe rouge il suffirait de l’y appliquer un biscione de ci, de là pour quelle paraisse immédiatement méditerranéenne… Je l’avais déjà fais remarquer sur POA je crois, je pense que le Kodo c’est l’art de subtiliser les codes stylistiques, en l’occurrence ceux que détenaient il y a peu encore, Arese, au Nord de Milan…
      PS : On en apprend tous les jours sur POA, je ne savais pas que capot de Tesla en anglais se disait « this ».
      🙂

  3. Frankreich

    Quel mystère ! Elle doit être absolument merveilleuse à conduire pour susciter autant d’émoi car visuellement, techniquement, budgétairement, rien ne m’intéresse chez eux. J’ai autant envie d’en acheter une que de faire une retraite dans un monastère (j’ai tort sans doute il paraît que – comme la Subaru, c’est top).
    Bref un truc doit m’échapper, mais que les amoureux de la marque ne s’énervent pas contre moi c’est sincère et je ne demande qu’à m’améliorer. Ci-dessous l’état de mes connaissances à date :
    Ca doit pas être pour les perfs ou la conso, c’est très moyen dans les deux cas.
    La fiabilité…. Dans le dernier classement JD Power on est dans le dernier tier, franchement sous la moyenne et derrière Chrysler et pire.. derrière Audi.
    La transmission intégrale ? Oui bon ok mais c’est pas exclusif et à moins d’être suisse ou canadien, une transmission permanente n’a que des inconvénients en terme d’entretien (nécessité de changer les 4 pneus systématiquement et jamais 2 par 2 sous peine de dégrader le différentiel + bcp plus de pièces en mouvement)
    La CVT ? Là c’est même combat, j’aimerais tant comprendre. Et puis le nouveau Koleos en aura une bien(trop)tôt…
    Bref je pige pas trop mais j’aime infiniment la singularité de cette marque et rien que pour ça, bravo aux clients

    Répondre
    1. Mat Ador

      1°) La transmission intégrale améliore les liaisons au sol pour votre sécurité dans 100% des cas de perte d’adhérence, pas besoin de vivre au pôle nord.
      2°) la CVT est l’optimisation du régime moteur relatif à la vitesse du véhicule = Gains en conso et fiabilité, sans compter qu’une CVT remplace la boite de vitesses = Gains en poids donc conso et fiabilité.
      3°) la perf sur route ouverte à 30, 50, 90 ou 130 est d’être le + économe possible, le # temps pour y arriver passe au second plan.
      A votre service.

    2. Mat Ador

      PS : Avec une bonne intégrale (masses réparties 50/50 ) on doit changer les 4 pneus à la fois parce qu’ils s’usent en même temps = Gain en sécurité sur + de km…

    3. Cyrille de Nantes

      Par expérience, mon ex Legacy présentait du sous-virage dans les rond-points, que les 4 roues motrices compensaient très bien (sauf pneu usé), d’où une vitesse dans les giratoires, plus soutenue : le pneu avant droit se prenait tout le report d’appui et sa durée de vie était bien plus courte…

      PS : ah!!! les rond-points français, tout un débat, surtout quand on en connait le prix.

    4. San Francesco d'Assisi

      @ Frankreich
      Si jamais vous ne choisissez pas la Subaru, sachez que je puis tout à fait combler vos désirs concernant la vie monacale… Mais nous en reparlerons à confesse…
      In nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. Amen.

    5. chapman

      « 2°) la CVT est l’optimisation du régime moteur relatif à la vitesse du véhicule = Gains en conso et fiabilité, sans compter qu’une CVT remplace la boite de vitesses = Gains en poids donc conso et fiabilité. »
      Absolument d’accord, ce que l’on perd éventuellement en performance pure, on le gagne tellement en suavité et en décontraction de conduite qu’on peut lui passer sa tendance à mouliner dans les grandes rampes d’autoroute…..et puis si l’auto est silencieuse, on s’en fout !

    6. Mat Ador

      N’étant ni ingénieur ni mécano, reprenez moi si je me trompe, mais il m’apparait qu’une CVT (Continuously Variable Transmission) de par sa conception, deux cônes inversés reliés par une chaîne ou une courroie, ne met jamais le moteur en charge au delà de ce que son couple lui permet (dans la limite des extrêmes de la démultiplication), ce qui est absolument génial, outre de se passer de boîte et de toutes ses frictions inutiles, en terme de non-usure moteur… Ayant parcouru plus de 300 000 bornes en sa compagnie sous la main droite, je puis dire que paradoxalement une CVT offre un confort à l’usage sans nul autre pareil… Bon d’accord, elle n’est pas adaptée à un modèle « sportif » et ne se révèlera pas compétitive sur circuit, mais pour la vraie vie du quotidien, c’est une toute autre histoire…

    7. john Steed

      @ Mat Ador
      En tous cas elle apparait comme l’aboutissement ultime d’une boite automatique qui gère au mieux avec le nombre de rapports dont elle dispose…. Puisque dans le cas d’une C.V.T. ceux-ci sont illimités…
      Hum Purdey… Non, rien, c’était pour être sûr que vous soyez bien là…

  4. Cyrille de Nantes

    Suite à un échange avec d’autres Petits Observateurs concernant l’arrivée de la Giulia (diesel) : pour ma part, je suis venu à l’essence et la boite automatique avec une Legacy 2.0 de 2005, et c’était vraiment bon.

    Depuis je suis passé à l’hybride, à l’électrique, et à l’hybride rechargeable, toujours en marque japonaise.

    J’ai toujours cru que l’hybride pouvait être compatible avec l’ADN de Subaru (surtout avec Toyota au capital de la société), marque à laquelle j’associe toujours le schéma du châssis présentant la symétrie, la bonne répartition des masses et l’abaissement du centre de gravité grâce au moteur boxer (les batteries peuvent aussi jouer ce rôle de baisser le centre de gravité). A priori, c’est pour bientôt…. à voir les modalités d’intégration de la technologie.

    Et c’est toujours une joie de lever un capot d’une Subaru : peu, à pas de plastiques d’habillage suivant les modèles.

    Répondre
  5. Nabuchodonosor

    Au pays du soleil levant, la quête inlassable vers la perfection est sans équivalence, Subaru, fille d’Edo (ancienne Tokyo), en assume parfaitement la devise. Depuis sa première intégrale en 1972, la marque aux six étoiles de pléiades poursuit son chemin jalonné d’innovations telles que le moteur boxer (flat) compact longitudinal en porte-à-faux avant associé à un système de transmission symétrique à quatre roues motrices avec différentiel central (S-AWD) qui distribue la puissance en permanence et de manière égale sur les quatre roues. Avec un centre de gravité à la fois central et bas (PAF avant oblige), le powertrain Subaru procure à l’auto une redoutable efficacité lui valant une renommée non usurpée, acquise dans les rallyes aux quatre coins de la planète. Mais ce sont véritablement les crossover Forester et Outback qui ont récemment sortis Subaru de l’ornière, leur ventes ayant explosées notamment aux States. Cette politique de l’innovation permanente par la perfection des concepts techniques originaux, qui condamne les disciplines satellites jugées secondaires dont les autres constructeurs se gargarisent, est aujourd’hui payante, Subaru affichant un des meilleurs taux de rentabilité de toute l’industrie automobile.
    Alors pour nous autres latins, adieu design et plastiques moussés, coloris subtils surlignés par une nuée de leds et technologie embarquée aux écrans digitaux redondants, options aussi onéreuses que souvent inutiles, reflets d’un miroir social abscon… Souhaitons simplement à l’étoile de Subaru de briller longtemps au firmament de la constellation des Pléiades et à Fuji Heavy Industries de la protéger comme les sept filles d’Atlas veillent sur nous… Et accessoirement, merci à POA de nous parler de cette auto injustement méconnue.
    Nabuconquis
    😉

    Répondre
    1. Mat Ador

      Bien pondu Nabu ! 🙂
      Je félicite également la transmission continue variable (CVT) montée sur cette Outback qui a su bluffer les membres les plus influents de notre gouvernement, et j’emm…rde les boîtes a friction sur-compliquées et fragiles, qui sont autant performantes hors voirie publique qu’inutiles aux allures légales…
      😉

    2. John Steed

      Après avoir longtemps été des 4, les boîtes ont multipliées les engrenages pour devenir des 5, 6, 7 et même 9 chez certains aujourd’hui… On se rapproche doucement mais sûrement d’une CVT au nombre infini de démultiplications… CQFD
      Hum, Purdey, mon pépin je vous prie, il fait un temps maussade…

    3. chapman

      « Alors pour nous autres latins, adieu design et plastiques moussés, coloris subtils surlignés par une nuée de leds et technologie embarquée aux écrans digitaux redondants, options aussi onéreuses que souvent inutiles, reflets d’un miroir social abscon… »
      Oh oui encore encore!, c’est tellement bon et je suis tellement d’accord.

    4. Nabuchodonosor

      Il est respectable que certains d’entre nous envisagent l’auto pour ce qu’elle est, ni plus ni moins, à savoir un outil de déplacement polyvalent, multi-usages, ce qui n’empêche pas la recherche du plaisir de conduire et de voyager à son bord en toute sécurité, en parfaite sérénité, ce qu’accomplit, semble t’il à merveille cette Outback. ce qu’elle ne donne pas en effet, c’est le costume social, le reflet de l’égo que son client pense irradier à travers elle…
      Personnellement, latin dans l’âme et la culture, j’ai un peu de peine à me détacher de cela dans mes choix, mais a y réfléchir, la perception des autres évolue dans le temps et donc l’image du soi que l’on veut refléter, mérite qu’on s’y attarde parfois…
      Euh, ce n’est peut-être pas très clair ?
      Nabuendoute…

  6. Stéphane.nc

    Etude annuelle KPMG sur le marché automobile

    https://www.kpmg.com/CZ/cs/industry/Automotive/Documents/KPMG_GAES_2016_locked.pdf

    Page 9 on voit l’évolution des tendances : hausse sensible de l’électrique / hybride/ marchés émergeants
    Page 10 vers un bouleversement du modèle économique
    Page 13 : Innovation. Mais où est PSA? BMW, Toyota….et Tesla
    Page 15 : segments de marché les plus touchés par le bouleversement du modèle économique
    Pages 24 & 25 très instructives sur les différences entre continents et l’évolution des consommateurs. La cassure « entre vieux et jeunes » est nette. Inquiétant pour les constructeurs et les distributeurs (nombreux emplois). Nombre d’actuels clients de voitures neuves ne seront plus en état de conduire d’ici 2 générations de véhicules….c’est demain dans l’industrie.

    Page 33 : dans quel type de motorisation investir? Une vraie bascule s’opère.

    Pag 35 : part relative du diesel chez les constructeurs.

    42-43 : qui va tirer son épingle du jeu?

    Répondre
    1. Jean-François Bertrand

      Merci Stéphane!
      Viens de jêter un oeil bien plus qu’intéressant, carrément captivant!
      Sauvegardé sur le bureau!

    2. Cyrille de Nantes

      Je ne comprends pas la position de Tesla de la page 13.
      Je ne savais pas que Tesla était à la ramasse au niveau technologique (traction électrique et auto-pilote).

  7. San Francesco d'Assisi

    @ Mr Le Premier Ministre,
    La sainte église reconnaît la probité dont vous avez fait preuve en passant à confesse sur le saint-siège arrière droit de l’Outback, reconnaissant spontanément sans défaillir, l’infériorité dans la rigueur d’Ingolstadt face à Tokyo, ce devant un parterre de plusieurs dizaine de milliers de petits observateurs et followers, témoins bien malgré eux de vos aveux inespérés…
    Que ceci soit à jamais gravé dans le marbre du café-garage de POA.
    Amen.

    Répondre
  8. Vince Marten

    J’aime beaucoup la gestuelle du Premier Ministre illustrant le fonctionnement d’un moteur boxer, ça a un coté très « Le changement, c’est maintenant ».
    Le gouvernement serait-il en campagne ?

    Répondre
  9. Piat Georges

    Voiture certainement géniale mais quand même plutôt banale. Dans !e même genre, on a !e Vitara essayé ici, l’an passé. Renaud avait dit la bonne copine, la voiture du vétérinaire…

    Répondre
    1. chapman

      Oui ben la bonne copine elle vient de sortir en version S.
      Maintenant c’est urgence vétérinaire…… Très rigolote à conduire !

  10. Yoan

    Cela n’engage que moi mais j’aime beaucoup ces voitures.
    Fiables, puissantes, bien finies, confortables.
    Et c’est aussi une façon de se démarquer du voisin (^_^).

    PS : Renaud il imite trop bien l’accent japonais. Lol.

    Répondre
  11. Robert

    Merci pour la NDLR.
    Curieux de savoir
    comment le EyeSight se comporte
    par rapport au système Volvo
    qui lui contient un élément radar.

    Répondre
  12. s.

    bonsoir ,

    est ce que le problème de Subaru n’est pas justement cette recherche de « séduction » ?

    quand on prends le modele FORESTER , l’évolution est juste catastrophique, entre le 1 le 2 et pour finir la version 3 !
    après avoir roulé 25 ans en sAAb j’ai été tenté par cette marque marginale et possédant une forte personnalité de constructeur (moteur, 4×4 permanent et performant ) mais le design récent des modèles actuellement disponibles est une vraie cata comme dit si bien Renaud  » a moitié moche , à moitié beau  » c’est dommage vraiment .

    bonne soirée à tous
    😉

    Répondre
    1. kris

      Il manque à SUBARU un bon designer qui comprenne la philosophie de la marque et ait envie de s’investir dans cette lourde tâche…

  13. Stéphane.nc

    Une caisse qui fait le job sans frime ni esbroufe.

    Fiable ( quand on voit les vieilles Subaru rouler sous les tropiques qui tournent comme des horloges sans entretien poussé), vraie 4×4 ( les suisses les ont adopté bien avant nous) ….

    Bref pour ceux qui savent.

    Répondre
  14. Olivier

    cette sub semble aussi belle à l’intérieure que moche à l’extérieur, par contre 4 cylindres sans turbo pour 175chv ! un veau Madame !

    Répondre
  15. jacquet julien

    Quelle belle vidéo!!!
    il y a tout une belle femme, une belle voiture, de bons commentaires, de l’humour de la joie et de la bonne humeur.
    Et la cerise sur ce magnifique gâteau, que dis je sur cette pièce montée : un plan final à la LELOUCHE « une voiture, une plage, la mer »
    What else….
    Rien à rajouter. Si juste à voir et à revoir

    Répondre
  16. chapman

    Comment parler d’une voiture qui ne déchaîne pas les passions tout en étant « bonne « partout? On va dire pour synthétiser l’affaire, qu’elle fait le job sans la ramener.
    Pour paraphraser une vielle pub Honda. L’essentiel n’est il pas, au fond, que les choses marchent…..
    Les paroles qui précèdent Mozart sont déjà du Mozart. Vous nous avez fait un bien charmant quatuor!

    Répondre