Souvenirs d’Autos (91) : une Mathis dans la cuisine

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Guy nous régale avec ses souvenirs familiaux, et chez POA ça nous plaît beaucoup.

Avant ma naissance, mes parents habitent dans un appartement à Colombes et possèdent cette « magnifique » Mathis, probablement noire, dont je n’ai, pour cause, aucun souvenir. Ce dont je suis certain, parce que ma mère me l’a raconté, c’est qu’elle n’était pas très vaillante.

Mathis

Elle finira d’ailleurs sa carrière, brûlée vive après un court-circuit, sans mal heureusement pour ses occupants. Toujours est-il que bien avant cette fin tragique, mon père avait décidé de redonner un peu de tonus au moteur, mais, sans garage à l’époque, la partie de mécanique s’avérait peu confortable.

Pas prêt  pour autant à renoncer à ce projet d’ampleur,  il avait décidé de convaincre ma mère  que  la table de la cuisine avait les dimensions et la hauteur nécessaires à l’entreprise, et que, « ça ne salirait pas ! » Quelle force de persuasion car ma mère a cédé !

J’ignore  comment, avec quelle aide, ce fichu moteur a pu entrer dans l’immeuble, arriver au 1er étage, mais il est effectivement venu trôner dans la cuisine se refaire une beauté avant de redescendre et d’être réinstallé dans le tacot.

J’ignore également quel était l’état du mal, mais ce que je tiens à signaler, c’est que mon père exerçait une profession bien loin de la mécanique.

Quelquefois dans l’émission « Confessions intimes » j’en vois qui  vivent Tuning ! Pourtant, je n’en ai encore jamais vus qui font de la mécanique dans leur cuisine.

Mon père était une sorte de « farfelu sérieux », mais la télé était balbutiante qui ne se préoccupait pas, loin s’en faut, des originaux dans son genre. Heureusement sans doute.

 

Cette rubrique est désormais aussi la vôtre.

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.  On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos….  On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

8 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (91) : une Mathis dans la cuisine »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. 2rak

    brm, je me seul moins seul: il fallait qu’elle roule pour le lendemain et il pleuvait. alors, j’ai fais l’entretien de la moto dans la cuisine …

    Répondre
  2. Thierry

    Ça me rappelle une histoire que ma femme m’a souvent raconté et re-raconté ….
    Mon beau père avait sa 2cv en panne, il l’avait laissé devant la maison, en panne donc, et déjà remplacée par une Ami 8.
    Ma belle mère n’arrêtait pas de râler :
    « mais enfin la 2cv, mais que vont penser le voisins ? »
    Et un jour par miracle plus de dodoche !
    « Elle est à la casse enfin ?? » lui demanda-t-elle.
    « Non chérie dans le grenier ! » répondit-il !
    Mon beau père avait démonté entièrement la 2cv et l’avait monté au grenier au cas ou ….

    Répondre
  3. Nabuchodonosor

    Très belle petite histoire Georges, qui m’a fait me documenter rapidement sur cette marque que je ne connaissais pas et, surprise, j’y apprend, entre autre que la firme d’Emile Ernest Charles Mathis de Strasbourg fût tantôt allemande, tantôt française au gré de l’Histoire, qu’elle fût à un moment la quatrième marque française, qu’un certain Ettore Bugatti y fût associé, bref, tout pleins de choses croustillantes et très instructives…

    Répondre
  4. chapman

    C’est formidable ça! On pouvait, sans compétences particulières, s’improviser mécanicien……. Sur la table de la cuisine en plus?
    Je n’ai jamais osé aller jusque là. Pourtant la voiture à pris beaucoup de place dans ma vie à une époque.

    Répondre
  5. Piat Georges

    Génial Thibaut. Ah ces aventuriers qui refont les moteurs, je les adore. Surtout à l’époque. Çest mon papa qui avait fait sa télé lui même, et moi c’est Georges et non Guy.
    Pour la petite histoire, on était les seuls à Magny les Hameaux a posséder le petit écran. Mon Commandant, vous devez vous souvenir de Jean Nohain et de son 36 Chandelles…
    Magique cette boîte à images, avec le chat qui se prélassait sur l’ébénisterie, ça chauffait les lampes !

    Répondre
    1. Commandant Chatel

      Je ne comprends pas, Georges…
      Quant à « 36 Chandelles » avec Jean Nohain, tu penses que je m’en souviens. D’autant plus que mon père en a réalisé de nombreux numéros….
      Amitiés.

    2. Piat Georges

      Pardon Thibaut, je me suis pris les pieds dans le tapis, ton commentaire était juste, amitiés à toi.