Rolls Royce Silver Shadow 1967 : love at first sight (3/9)

Pascal, fidèle petit observateur, a contacté POA il y a plus d’un an pour nous parler de sa Rolls Royce Silver Shadow datant de 1967, l’année de ma naissance. En suivant POA, Pascal avait compris que nous avions beaucoup en commun, notamment le goût pour cette « Shadow » tellement cinématographique et synonyme du Swinging London des années 60, sans parler d’Amicalement votre, de Chapeau melon et bottes de cuirs, de Roger Moore, bref de tous les souvenirs des quinquagénaires. Pascal nous avait dit, ma Rolls est à votre disposition pour une poade. Nous avons pris le temps mais nous sommes venus en délégation dans la région nantaise pour le rencontrer. Pascal nous, vous, a réservé plusieurs surprises avec d’autres petits observateurs fantastiques. Ce n’est plus seulement une rencontre d’un homme et sa voiture mais bel et bien une rencontre miraculeuse entre amis que vous allez suivre pendant deux semaines : la Rolls de Pascal, la Jaguar SS100 de Michel, la Lotus Europe de Joël, et ce n’est qu’un début. Merci à eux pour leur bonne humeur, leur passion, leur générosité et le temps qu’ils nous ont accordé.

Tout au long des rencontres miraculeuses (9 épisodes), Ronan Rocher, le photographe officiel de POA, a immortalisé l’instant. Chaque jour, vous découvrirez les images magiques qu’il a réalisées de notre périple. Sachez qu’il forme, avec ses équipes, des photographes, débutants ou confirmés, au travers de stages et de sessions personnalisées (+ d’infos sur comme un photographe).

Pascal au volant

RR RR clé de tableau de bors RR feux de détresse

RR Le volant RR logo male arrière RR MANUEL RR RENAUD FILME RR tableau de bord

L’avis des Petits Observateurs !

28 commentaires au sujet de « Rolls Royce Silver Shadow 1967 : love at first sight (3/9) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. vincent

    merci Renaud pour ce reportage ce lundi je suis aller voire avec mon fils un proprietaire d une Rolls Royce ayant une collections d autre voiture sur la regions Parisienne nous avons essayer la rolls super model silver shadow 2

    Répondre
  2. Régis

    Cher Renaud, vous m’avez comblé! et je ne resiste pas à vous laisser un commentaire (et vous remercie par la même occasion) tant ce reportage illustre à merveille tout ce que posséder une ancienne repésente: des passionnés qui, comme le dit Pascal dans ce reportage, « ne partagent pas tous les mêmes goûts en matière automobile », mais ont en commun cette joie de « gamins » qui se retrouvent et échangent sur leurs derniers jouets dans la cour de récré… La Shadow a toujours été mon rêve de petit garçon qui a grandit dans les seventies, … mais l’histoire en a voulu autrement puisque je travaille en Allemagne pour une autre marque célèbre centenaire et que j’ai craqué il y a quatre ans pour une MGB, laquelle me procure, en toute saison, beaucoup de plaisir. Un grand merci à Pascal qui vous met à disposition ce superbe exemplaire, pour le plaisir de nos yeux, et un très grand merci à vous, Renaud, pour nous faire partager ces moments authentiques. J’ai hâte de voir la suite, et si vous passez en Alsace, sachez que POA y est chez lui…

    Répondre
  3. tibo

    😉 Rolls, il y a 4/5 voitures dans mon garage idéal, la Rolls Royce en fait partie. Une Corniche cabriolet, le véhicule ultime à mes sens. En revanche le garage d’anciennes qui s’occupe de ma petite Daimler a l’air de me dire que l’entretient est vite onéreux. Lorsque l’on est pas trop bricoleur, ce n’est pas tout de pouvoir s’offrir une belle auto, il faut pouvoir faire face à une panne majeure. Mais j’en aurais une un jour…Si Dieu veut !

    Répondre
  4. Dubby Tatiff

    Dans une émission sur les voitures qui ont marqué l’histoire, présentée par James May, la Silver Shadow vient conclure, avec beaucoup d’esprit et de finesse, la lignée des modèles populaires qui va de la Coccinelle à la Mini en passant par la 2CV, la Trabant et la Fiat 500.

    Répondre
  5. Henri

    Merci Pascal pour ce voyage trop court en Rolls et vos commentaires précis et très intéressants sur l’évolution de la Silver Shadow ! Et quelle brochette d’automobiles et de collectionneurs sympas vous avez su rassembler !
    Merci Ronan, vos photos sont splendides ! On en redemande !
    Merci Renaud, on sent si bien votre passion ! La prochaine fois montez aussi à l’arrière pour nous faire partager des images depuis ces places qui semblent si confortables ! On aurait tant aimé y être aussi !
    Cheers !

    Répondre
    1. kris

      « 1967… millésime 67….excellent….pour l’humain oui…surtout les gens qui font des vidéos « !!!
      rires
      🙂

    2. Renaud Roubaudi

      il y aura deux autres épisodes sur la Rolls la semaine prochaine. POA, on y revient…

    3. John Steed

      @kris
      … Et un petit côté Bernard Loiseau également, pour ceux qui ont connu le personnage.

    4. tibo

      😉 Rolls, il y a 4/5 voitures dans mon garage idéal, la Rolls Royce en fait partie. Une Corniche cabriolet, le véhicule ultime à mes sens. En revanche le garage d’anciennes qui s’occupe de ma petite Daimler a l’air de me dire que l’entretient est vite onéreux. Lorsque l’on est pas trop bricoleur, ce n’est pas tout de pouvoir s’offrir une belle auto, il faut pouvoir faire face à une panne majeure. Mais j’en aurais une un jour…Si Dieu veut !

  6. Jean-François Bertrand

    Ah la Shadow 1… la “Early” comme dit Pascal !
    Lorsque j’étais à la recherche de mon premier Roller, la Shadow pré-69 tenait une place de choix dans ma wish list.
    Elle me fait carrément fondre avec son tableau de bord encore très proche de celui d’une Cloud, à mon avis, le plus beau de toutes les Shadow, pour ses « picnic tables » et tout son accastillage qui, de par son design, donne l’impression d’être tout droit sorti d’une 20/25 des années trente. C’est la plus fine, la plus délicate des Shadow.
    J’ai eu l’opportunité d’en essayer une tout une après midi, et pas des moindres puisqu’au aux dires du chef d’atelier du concessionnaire, la première Shadow immatriculée à Monaco avec 68000 kms certifiés à l’époque (c’était en 2005).
    Un grand moment de bonheur, de douceur, entre Monaco et Nice, passant d’une corniche à l’autre, à flâner deux doigts sur le volant et qui me valut, au hasard d’un pause, l’occasion de faire connaissance d’un « déjà propriétaire » de Rolls. C’est depuis l’un de mes meilleurs amis.
    Finalement la vente ne s’est pas conclue car en fait le vendeur n’était vraiment pas motivé pour se séparer de sa petite merveille. Comme je le comprends et ne peux lui en vouloir de ne pas me l’avoir céder.
    Après de nombreuses recherches pas vraiment fructueuses j’ai fini par jeter mon dévolu sur une Turbo R de 93. Complétement différent que ce soit du point de vue de l’époque (25 ans d’écart), du style, du panard procuré du fait du turbo, mais toujours « Crewe Certified » et ne faisait de moi un parjure. C’était l’essentiel !

    Répondre
  7. greg

    Depuis tout petit mon rêve est de conduire une Rolls. Cette vidéo (et les photos, magnifiques) m’en donne un petit avant-goût et confirme que j’en rêve toujours.
    Merci.
    (mais je crois que je n’oserais jamais sauter le pas d’en acheter une)

    Répondre
  8. gallus

    Toutes mes excuses pour ce hors sujet, mais impossible d’attendre mi-juin ou juillet. ..
    vu les premiers essais presse de la nouvelle giulia et ce qui frappe d’emblée : la persistante banane des essayeurs !

    Répondre
    1. Stéphane.nc

      +1
      J’ai le sentiment qu’Alfa réalise avec la Giulia ce que Jaguar n’a pas réellement réussi à accomplir avec la XE….

      À suivre. Avec gourmandise.
      Il faut bien une Alfa éclipser dans les pensées une Tesla
      😉

  9. Piat Georges

    Je me souviens, quand cette Silver Shadow est arrivée sur le marché français, elle rompait avec le style d’une grande lignée. Je crois même me souvenir du nom d’un designer italien. Bref, à l’époque, les Rolls ne se vendaient plus beaucoup et il fallait proposer un produit dépoussiéré qui puisse se conduire plus facilement grâce à des dimensions moins imposantes. J’en connaissais une, veil or et toit vynil, à tomber…

    Répondre
  10. MF67

    Vraiment bluffé par les moquettes ! Ca serait presque un sacrilège d’y mettre les pieds ! Et que dire du silence de fonctionnement déconcertant ? Cette Rolls mérite une place au Panthéon de l’Automobile !

    En tout cas, du grand POA ! Et quel plaisir de voir un morceau du génie « Made in France » sous le capot de cette noble anglaise : des coussins d’huiles comme sur ma GS 1220, quasi-contemporaine, ça rend heureux !

    Répondre
  11. Olivier

    j’ai des sphères sur ma xm à suspension hydractive, comme une Rolls ! des sièges cuir électriques, la direction assistée, mais ni la même moquette ni la même planche de bord bois et elle doit également être moins silencieuse qu’une Rolls, mais savoir que la suspension Rolls était sous licence citroen, ça fait du bien !
    Reste aujourd’hui la C6, ma prochaine voiture, dans laquelle le silence doit pas être loin de celui des Rolls !

    Répondre
  12. Nabuchodonosor

    « C’est le silence qui se remarque le plus… Pour quelques ombres perdues sous des capuchons… On doit être hors saison… » Les mots me manquent pour exprimer tout ce que je ressens d’être comme à vos côtés dans ce salon volant… C’est alors que Francis me fredonne cet air au coin de l’oreille… Mille merci, pour cet instant volé !

    Répondre
  13. chapman

    Arghhh! Laissez moi rire avec les plastiques moussés!
    Là! le vrai luxe il est là; onctuosité maximum, isolation totale…..le ventre de maman
    🙂
    Et Citroën qui abandonne la suspat’ hydraulique…..le monde est fou! tout ça pour se taper le cul « à l’allemande » et se trouver puni à chaque saignée sur la route…..
    Je suis heureux d’apprendre que Pascal ne fait pas l’objet de l’opprobre de ses contemporains lorsqu’il circule à bord de cette merveilleuse auto…..le côté collection…..on garde le respect des vielles choses; ouf!
    C’est vrai que, avec le temps, on me respecte de plus en plus. On me donne du monsieur. Devant cette belle ancêtre, je retire mon chapeau. Je l’aurais un jour, je l’aurais….

    Répondre