Les Landreau’s Brothers au volant de la Datsun 240Z (4/4)

Nous n’étions pas au bout de nos surprises avec les frères Landreau. Après la Chevrolet El Camino et la Camaro, Romain et Florent avaient encore une pépite à nous présenter, une Datsun 240z Fairlady de 1972. Elle nous attendait sagement au bout d’une impasse déserte comme pour pouvoir mieux se faire déguster. Romain nous la présente en détail et il nous explique l’histoire de cette japonaise qu’il a longtemps convoitée.

Dans sa livrée bronze (vous apprendrez d’où vient la couleur qui n’est pas d’origine), la Datsun semble étonnement actuelle au point de passer pour une Porsche moderne aux yeux de jeunes enfants que nous avons croisé dans cet épisode 2 consacré à la conduite.

datsun (1)

L’avis des Petits Observateurs !

16 commentaires au sujet de « Les Landreau’s Brothers au volant de la Datsun 240Z (4/4) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Ricky Bobby

    Désormais quand je verrai une américaine glouglouter sur Nantes, je regarderai attentivement si un barbu est au volant.
    Parce que moi une Trans Am , façon Smokey, me fait rever, quoi qu’une Corvette C4 c’est pas mal non plus.
    Mais une Buick Riviera, ç’est la classe à Dallas (Copyright Mr Roubaudi).

    Répondre
  2. Vincent

    Je n’aime pas les japonaises des années 70, ni les voitures marron (question de goût…), mais cette Datsun est magnifique dans sa livrée. Chapeau bas aux frères Landreau pour le choix du modèle et pour la rénovation qui est vraiment réussie, malgré les libertés prises avec l’histoire du modèle. Bravo !

    Répondre
  3. gallus

    Tiens Mini rappelle ses f56 … coussinets de guidage , un mal d’une grande banalité paraît il !
    Ma S est concernée, opération à coeur ouvert le 8 juin …
    Mini assure , il paraît que c’est loin d’être le cas chez d’autres constructeurs …
    ainsi donc , merci Mini … (une de mes deux marques chéries )
    voilà c’est fait en public !

    Répondre
    1. Mat Ador

      Dès la renaissance, carrossiers et charrons firent florès avec la voiture à cheval, on trouvait pêle-mêle, coupés de ville, coupés dormeuses, phaétons, doubles phaétons, spider phaétons, berlines, berlines trois-quarts, et cœtera et cœtera… POA ne naquit que bien plus tard, tout comme la CGT d’ailleurs… 😉

  4. JP

    Parisien d’adoption depuis longtemps (j’habite à 2 pas du café Garage!) mais nantais d’origine, c’est avec émotion que je viens de revoir les images du port, du quai de la Fosse et de la butte Ste-Anne, du nom de l’église qui domine le musée Jules Verne. Super reportage du gouvernement avec ces 2 frangins passionnés, on en redemande, bravo! En plus, avec ce look, ils devraient se lancer dans le cinéma!!
    Sinon Renaud, pas eu le temps de voir l’éléphant?? ça aussi un incontournable de Nantes!!
    Go POA 😉

    Répondre
  5. Le Nantais

    M. le Président, chers membres du Gouvernement: que demande le peuple ?! Après nous avoir fait déguster dans un confort so British (sous licence Citroën !) une Rolls Royce et une Jaguar aussi luxueuses que rares, vous voici dans la « Venise de l’ouest » pour cette rencontre avec les sympathiques Landreau’s Brothers qui ont, comme leur voiture, un look taillé pour le cinéma. La découverte de ces autos méconnues en France est un vrai plaisir, elles restent superbes même si elles sont dans leur « jus », c’est peut-être cela qui fait leur charme aussi ! En tant qu’ étudiant fidèle petit observateur né et vivant à Nantes, cela aurait été un réel plaisir de partager ce moment avec vous. Pour info, Jules Verne est né à Nantes et il y a passé sa jeunesse mais plus en centre ville et non dans cette maison qui n’a aucun lien direct avec lui. C’est cool d’être revenu dans le coin depuis l’essai de l’Espace V ! Merci encore pour ces vidéos :).

    Répondre
  6. Nabuchodonosor

    Pour ceux qui l’ont LU, Jules Verne est probablement le plus beurré des nantais pour avoir essuyé sur les bancs scolaires de la cité des Namnètes tous les fonds de culotte de son enfance. Un quai, quelques bateaux, des marins qui s’agitent, il n’en fallut pas plus pour que le génie fertile du petit Jules ne mette les voiles et prenne le large…

    Répondre
  7. Mat Ador

    Je ne sais pas qui l’a dessiné, mais son coup de crayon tient tout bonnement du génie. Cette bagnole de 69 n’a pas pris une ride, mieux, avec son long capot donnant le sentiment que le cul du pilote est assis sur l’arrière-train, elle exhale une classe à part, so british, un peu comme le distillait à l’époque une certaine type E… Après, avec les 260, 280, 300, il me semble que le dessin se perd en conjectures…
    Fuyant de tous ses compteurs ronds de la ligne de pare-brise jusqu’à sous les pieds, la planche de bord qui n’en est donc pas une, est néanmoins très réussie avec ce volant tulipé à trois branches. Le 6 en ligne Nissan 2 litres 4 simple arbre qui bat sous ce long capot à nervure centrale, dégage une force tranquille, à la fois puissant et velouté; J’en veux une moi aussi ! Waow !!

    Répondre
  8. Thierry

    Et comment on les règle hein ces rétros Mr Fréour ?
    Moi je dis ça c’est de la question !

    Superbe autrement, je le dis et re re dis, bravo pour ce beau moment de passion, et la gentillesse des frères Landreau !

    Répondre