Youngtimer : la solution anti-crise (épisode 2)

Créateur de low cars net, Antoine de la Chapelle nous parle du marché des Youngtimers : qui sont les clients et quel est le montant moyen d’achat d’une Youngtimer ?  L’occasion de découvrir une très belle Ford Fiesta des années 80 et une rare Fiat Ritmo cabriolet.

(PS : pour une fois, je n’ai pas coupé la vraie vie quand elle vient interrompre notre discussion, afin que tous ceux qui pensent que je coupe la parole, comprennent que je coupe les interruptions permanentes du direct. Sur POA, il ne s’agit pas d’interview préparé mais de la vrai vie, ceci explique cela. Et encore, j’ai supprimé au montage les trois appels téléphoniques qu’a reçus Antoine dans la Ford Fiesta. )

L’avenir automobile est-il aux Youngtimers ? Sachant que l’acheteur d’une voiture neuve a en moyenne 56 ans, sans parler des ventes flottes réservées aux cadres d’entreprise (50% du marché), la réelle accessibilité au monde automobile se situe en fait, pour la majorité d’entre nous, sur le secteur de l’occasion. Nous sommes tous potentiellement acheteurs d’une voiture d’occasion dite Youngtimer, soit des autos produites entre la fin des années 70 et la fin des années 90. Accessible financièrement, fiable et peu onéreuse en entretien, la Youngtimer attire un public de plus en plus en nombreux depuis 10 ans, à l’image du succès du magazine Youngtimer. Aujourd’hui, POA rencontre Antoine de la Chapelle, un jeune créateur d’une activité de vente de Youngtimers ( low cars net), pour discuter du phénomène et mieux comprendre les tendances générales du marché. L’occasion d’observer les préférences de Madame la Ministre de la féminité et de Monsieur le Premier Ministre parmi un vaste choix d’autos des années 80.

Le prix des Youngtimer commence à 2000 euros chez low cars net
Cédric Fréour hésite ?

Youngtimers chez low cars net
Finalement, ce sera la Peugeot 104.


Roubaudi préfère les grandes bagnoles. Voilà, c’est dit.

L’avis des Petits Observateurs !

16 commentaires au sujet de « Youngtimer : la solution anti-crise (épisode 2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Stéphane D

    Technica Classic à Essen c’est bientôt et ça mériterait effectivement un reportage POA
    C’est rétromobile puissance 4

    Répondre
  2. Nabuchodonosor

    Si la solution anti-crise c’était d’avoir été au top dans les années 80, roulé et emballé grave sans ceinture le coude à la portière, alors, alors, je suis un Youngtimer ! 🙂
    Nonobstant suis-je pour autant redevenu un bon plan ?
    Ma foi (soupir…), ce n’est pas rigolo, si l’on excepte ma santé précaire et mon mauvais 100 (km/h) fou, j’ai beau vouloir me remonter, je souffre de tous les côtés.
    J’ai la rate qui se dilate, j’ai le foi qu’est pas droit, j’ai le ventre qui se rentre, j’ai l’pylore qui s’colore, j’ai l’gésier anémié, l’estomac bien trop bas, et les côtes bien trop hautes, j’ai les hanches qui s’démanchent, l’épigastre qui s’encastre, l’abdomen qui s’démène, j’ai l’thorax qui s’désaxe, la poitrine qui s’débine, les épaules qui se frôlent, j’ai les reins bien trop fins, les boyaux bien trop gros, j’ai l’sternum qui s’dégomme et l’sacrum c’est tout comme, j’ai l’nombril tout en vrille et l’coccyx qui s’dévisse…
    Ah bon Dieu qu’ c’est embêtant d’ê-tre-tou-jours-pa-traque, ah bon dieu qu’ c’est embêtant d’avoir été avant !
    (Paroles originales: Géo Koger, musique: Vincent Scotto, Gaston Ouvrard, 1932) petits arrangements : Nabu 😉

    Répondre
  3. Amok

    Je suis incorrigible, à chaque fois que quelqu’un parle de son activité professionnelle, je réfléchis toujours à son business model. Et, écoutant ce jeune homme, ça n’a pas loupé…
    Donc il achète et il revend, avec entre-temps une intervention mécanique et cosmétique si besoin est. Or dans bon nombre d’activités commerciales, pour bien vendre il faut bien acheter car il y a une nécessité de faire du chiffre d’affaires et de la marge.
    En parlant de cette Ford Fiesta, il nous instruit un peu. L’ayant mise en vente à 4700 €, il a diminué le prix à 3500 €, faute d’intéresser la clientèle. Il l’a certainement achetée à un prix très raisonnable et ses talents de négociateur lui permettent d’envisager la pérennité de son entreprise, puisqu’au prix affiché il réalise encore une marge.
    Et ceci nous rassure aussi sur le fait que nous pouvons acheter des youngtimers à des prix encore très raisonnables…

    Répondre
    1. Gérald

      Il a ramené le prix à 3900 et non pas 3500 et quand bien même, je suis aussi commercant et on a l’impression que le but de chacun est désormais de connaître la marge du vendeur sans se soucier de ses frais fixes, ses investissements ou simplement de la rémunération de son travail…Bien vendre c’est bien acheter, mais c’est surtout vendre, donc un prix sexy sur une belle petite fiesta est plus que normal, on a tous essayé de revendre sa caisse un peu plus que ce qu’elle valait 😉

    2. Amok

      Exact pour les 3900 €, j’aurais dû enlever mes moufles pour taper !
      Sinon, on pourrait discuter longtemps sur la justesse d’un prix. Peut importe, le seul prix qui compte c’est celui pour lequel on trouve un acheteur. Si en plus le service rendu est de qualité, tout le monde est content…

  4. Gérald

    Elles sont presques toutes plaquées en 06, certaines avec l’immat d’origine; VH 06 pour la 104 c’est 1985 (plaque noire d’origine), pour la cad YF 06 c’est 1994.
    La 104 est une style Z, une des dernières séries, souvenir d’une voisine qui quand j’étais jeune avait remplacé sa vieille 104 par une neuve comme celle-ci…quand on aime…c’est peut être celle-là d’ailleurs !

    Répondre
  5. Jagman

    Que 3 types de clientèle? J’ai 32 ans, passionné de belles mécaniques, qui ne veut pas payer 40 000€ dans une voiture neuve pour le même standing (en sachant qu’elle perdra 20-25% la première année), une assurance hors de prix en tous risques, une carte grise « au rabais » car véhicules de plus de 10 ans. J’ai acheté une XK8 à 10 000€ (grâce au bouche à oreille), une S-Type à 7 900€. Elles ont une classe incroyable (so British). La révision coûte 450€ chez une concession officielle. Un excellent rapport prestations/plaisir de conduire/qualité/prix. J’ai conduis un véhicule bien plus puissant et pourtant avec l’intérieur tout cuir/bois/aluminium ces voitures ont une aura et une ambiance de conduite incroyable. Ne pas oublier les passionnés ;). Mais très bon reportage, j’attends avec impatience l’épisode 3.

    Répondre
  6. Nabuchodonosor

    Le Panzer 560 SEC (W126) V8 300 ch (1986-1991) avec un intérieur cuir et en TBE (+ l’étoile chromée sur le haut du radiateur), j’achète de suite… Waow !
    Das auto !

    Répondre
  7. Boitier Rouge

    Pour compléter ce que dit Antoine de La Chapelle (tiens, a-t-il un lien avec Xavier de La Chapelle, constructeur de répliques Bugatti, du monospace à moteur V12 Parcours, et éphémère patron de Venturi ?), je pense que la crise ne fait pas tout. Le phénomène Youngtimer vient aussi de la mode du Vintage et de la nostalgie ! On regarde désormais les années 80 avec tendresse, alors qu’à l’époque, c’était les années fric, pas si rigolotes que cela. Les constructeurs l’ont bien compris, sortant des New Beetle, des New Mini ou des New 500 ! Ces modèles évoquent leurs glorieuses années tout en proposant le confort moderne, à des tarifs…. exhorbitants. Les plus passionnés de bagnoles se sont alors rendus compte que les voitures des années 80/90 sont utisabes au quotidien (plus que celles des années 60/70), confortables, relativement économiques (consommation), pas encore bardées d’électronique, relativement fiables… et surtout très bien équipées, voire très bien motorisées… J’en veux pour preuve ta Jaguar XJ40 achetée 4000 euros avec tout le luxe qui va avec, ou ma Saab 9-5 de 1997, avec son V6, son cuir, son bois, son toit ouvrant, son régulateur de vitesse, sa clim, sa sono Harman-Kardon, achetée 3500 euros avec seulement 60 000 km. Ce sont presque des modernes, avec un capital sympathie plus important, presque des anciennes, avec une plus grande facilité d’utilisation, facilement réparables car pas trop plombées par l’électronique (quoi que la mienne en a déjà pas mal) ! Et puis aujourd’hui, les gens ont l’impression de tous rouler dans la même voiture, et regrettent sans doute « le caractère » qu’avaient encore les voitures il y a 15 ans…Rouler décalé, c’est désormais une envie courante chez les amateurs de voitures (sans être des fous furieux), et cela explique aussi le succès que je rencontre avec Boîtier Rouge (ou toi Renaud avec POA): on veut des histoires, on veut de l’anecdote, on veut du vécu, on veut de l’originalité là où tous les autres médias automobiles ont tendance à rester très conformistes dans leurs façons de faire, de filmer, de raconter, d’écrire !

    Répondre
    1. jacquet julien

      Je suis complètement d’accord avec vous. Moi je recherche dans poa ou boîtier rouge c’est la vrai vie. Le détail que les journalistes auto n’ont pas noter.
      Ce phénomène est géniale. Pouvoir un jour se payer la voiture qui nous a fait rêver dans notre enfance. Finalement on est nostalgique toute sa vie. On recherche en permanence ses souvenirs d’enfance.

  8. chapman

    Voilà quelque-un que vous allez pouvoir consulter et visiter régulièrement pour notre plus grand plaisir.
    Qu’un commerçant dise qu’il attend le client qui veut ce produit et non pas la prix qui va avec ( l’exemple de la Fiesta 1 ) …. Je crois qu’il a tout compris…. En tous cas du phénomène qui nous occupe, les youngtimers.

    Répondre