Souvenirs d’Autos (81) : la Renault 25 GTX de mon père

 Une rubrique « pilotée » par le Commandant Chatel. Cette anecdote est racontée par Emmanuel, que je remercie.

En 1987, j’ai alors 19 ans et mon père fait l’acquisition d’une R25 GTX d’occasion toutes options… elle est magnifique avec ses sièges en cuirs noirs, sa carrosserie gris métallisé, son toit ouvrant et son ordinateur de bord avec ses lettres à quartz bleues.

Renault 25 GTX

À peine achetée, nous partons tous en Bretagne dans ce nouveau « carrosse »… Dès l’arrivée  sur la N118, mon père veut nous faire écouter une cantate de Bach dans son nouvel auditorium roulant : peines perdues, l’autoradio ne fonctionne pas..! Il ne l’avait pas testé lors de l’achat… cela le met en colère ! Colère qui se transforme en crise de nerfs lorsque l’ordinateur de bord d’une voix sortie de nulle part éructe « porte arrière droite mal fermée » pendant tout le trajet…

Avec mon frère et notre petite sœur assis à l’arrière, nous rassurons notre paternel en lui certifiant entre deux fous rire nerveux que la « porte arrière droite » est bien fermée et que nous ne risquons rien.

C’est loin la Bretagne !

Il a finalement gardé sa vaillante Renault 25 GTX pendant 12 ans, revendue pour un coupe 406 acheté… neuf ! Pas rancunier

gtx111

Cette rubrique est désormais aussi la vôtre.

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre L’arbre à came et le Weber double-corps…  Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA ! Merci.

L’avis des Petits Observateurs !

18 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (81) : la Renault 25 GTX de mon père »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Patrick

    J’en ai eu une… en GTS. Confort de pullman, belle ligne, mais freinage moyen. Finition parfois limite, mais idéale pour de grands voyages.

    Répondre
  2. Ricky Bobby

    Un copain en avait une aussi, une belle R25 de couleur marron. Un jour nous partions vers la Bretagne et a mi chemin, la p’tite voie type boite de conserve nous informe qu’ un feux à l’ arrierre gauche était défectueux.
    A l’occasion d’un arrêt sur une aire d’autoroute, on regarde le fameux feux et la on constate qu’il est ok !!. Du coups on s’est tapé tout le reste du voyage avec l’ordinateur de bord comme compagnie. Plus tard, mon copain me disait que les ampoules « Stop » étaient doublées par sécurité, c’est pour cela que nous n’avions rien vu.
    Ensuite il a eu une partie du faisceau électrique qui a cramé. Et bien malgré l’age de la voiture, Renault a pris a sa charge les réparations car elle faisait l’objet d’un rappel concernant un défaut électrique. Sa voiture était passée au travers du rappel.
    Une fois réparée, il l’a revendu .
    Mais il me reste le souvenir d’une voiture trés agréable et confortable.
    J’ai également eu l’occasion de faire un peu de route dans une R25 Limousine, royale pour mes 1m90 à l’arrière.

    Répondre
  3. frankreich

    J’ai gardé le souvenir de la 25 TX d’un oncle qui prenait les ronds-points presque sans freiner et la voiture ne se couchait pas, elle semblait tout encaisser, dans un confort acoustique et de suspension vraiment incroyable. Cette voiture si grande et si légère se contentait de motorisations raisonnables (2l 120ch) pour voler ainsi.
    Mais la R25 turbo-D d’un autre oncle était quand même vraiment à la traine et l’ambiance n’était pas la même. Avec ses 64ch (wtf ??) il fallait une bonne demi-heure pour passer de 0 à 100 et les claquements et grondements évoquaient sans peine LA un jour de big one.
    J’aime toujours autant sa ligne, une histoire de madeleine sans doute

    Répondre
    1. martin

      85 ch (puis 88 par la suite) pour la turbo.d et effectivement 64 ch mais pour la diesel atmosphérique ( td et gtd ).

  4. Vincent

    Après une R20 TS rouge (bouh… :-(( ) et une magnifique R20 TS mkII vert sapin, mes parents ont trouvé une R25 GTX noire vernie splendide de 2 ans. C’est l’une des voitures les plus homogènes que j’ai conduite : 125 cv produits par un 4 cylindres de 2,2 l , un couple permettant de jolies relances en toutes circonstances, une suspension confortable à souhait, une excellente tenue de route, des sièges au confort pullman (en velours beige…), très fiable (malgré quelques soucis de voix de synthèse intempestive, vite énervante) et, dans mon souvenir, plutôt silencieuse. J’ai adoré cette voiture au dessin orignal et au standing assez haut perché aux yeux des familles pour lesquelles il était impensable d’acheter une voiture étrangère ostentatoire (ou alors un break Volvo, à la limite…). Et le bzzz…. de l’injection électronique à l’arrêt : la classe ! Quant au tableau de bord à casquette, tant décrié par certains, je le trouvais superbe.
    Je rêvais de la V6 turbo. Mais le père d’un ami avait à la même époque une R25 TX : le moteur était un gros cran en dessous du 2,2 de la GTX, ce qui me consolait 😉
    La dernière Renault que j’ai vraiment aimé.

    Répondre
  5. Thomas

    Je me souviens de mon maître d’école en CM2 qui avait fait défiler toute la classe dans sa R25 récemment acquise et garée fièrement au centre de la cour d’école afin de nous faire écouter – à tous et à chacun ! – la voix synthétique de l’ordinateur de bord…
    Le maître a disparu.
    Et même l’école nantaise n’existe plus…
    Je n’ose imaginer le sort de la R25 !!!

    Répondre
  6. av

    ca me rappel la Safrane Baccara de mon pere, il y avait un code de démarrage et de temps en temps ca ne marchait plus. Très ennuyeux quand la voiture ne veut plus repartir de la station d’autoroute sur le trajet des grandes vacances…. j’ai connu ce  »pépin »!!! obliger de prendre un hotel à Millau pour faire réparer. C’est dans cette voiture que j’ai commencer à m’intéresser à l’Automobile car j’ai connu l’époque ou on faisait Blois – Le Lavendou en 7h30 (il n’y avait pas le pont de Millau à l’époque…)

    Répondre
  7. chapman

    Je n’ai conduit une 25 qu’une seule fois sur un trajet d’environ quatre vingt kilomètres. Le souvenir que j’ai de cette auto, outre son confort ouaté, c’est qu’elle gommait toute sensation de vitesse et qu’on se laissait facilement aller….
    Un freinage urgent m’a vite remis les idées en place !
    Mais qu’est devenu le confort d’antan !

    Répondre
  8. Fred Seyrat

    Je me souviens de ces Renault qui parlaient!! Gamins, nous étions fan de ça! Avec le recul, je trouve que la voix synthétique, faisait un peu celle d’un gros clopeur….hahaha!, Je me souviens aussi du bruit de l’injection au ralenti sur cette voiture, une sorte de « bzzzzzzz », merci de partager ce super souvenir 80’s et tès drôle, on imagine la scène ! 😉

    Répondre
    1. chapman

      À propos de gros clopeurs, il faut se souvenir de la taille du cendrier !!! Énorme !
      Enfin, je crois que celui de la 604 était encore plus gros ! Avec un double fond même. 🙂

    2. Fred Seyrat

      Je confirme le cendrier double fond de la 604…mon père à eu ça….et quand je faisais une toilette à sa voiture pour la petite pièce, l’opération vidage de cendrier me faisait bien tousser! haha! 😉

  9. Piat Georges

    J’aime beaucoup ton histoire. Elle etait très reussie cette 25. J’imagine le voyage un peu tendu…
    Ç’était le temps où on mettait des cassettes dans l’autoradio. Parfois, la cassette débloquait. Il fallait alors la retirer, tirer sur une dizaine de mètres de bande magnétique pour tout rembobiner ensuite avec un stylo Bic. Tout une époque !

    Répondre
    1. DIDIER

      bien de confirmer, de part sa forme seul le BIC cristal ou orange fonctionnait pour cette usage !!

  10. Olivier

    deux petits pépins de rien du tout. Fiable et confortable la 25.
    A la même époque, mes parents achetaient une r21 gts en remplacement d’une r14, un « copain » de classe de seconde me dit « la r21 c’est pour ceux qui ont pas assez d’argent pour acheter la 25 ». c’était pas gentil de sa part mais pas faux non plus ! quand à moi j’appréciais le changement de la 14 à la 21 même si j’avais bien conscience de l’écart de classe sociale entre une 21 gts et une énorme audi 8.

    Répondre
  11. Theo

    Il est quand même passé de Renault à Peugeot , et pas n’importe laquelle : le coupé 406 est quand même une des plus belle voitures françaises depuis 1990 !

    Répondre
    1. Fifitroiscentquatre

      J’ai un souvenir qui remonte au Lycée en 1989 lorsque j’ai fait quelques km à bord d’une 25 V6 phase 1. C’était marqué sur la custode « V6 ». Les jantes étaient celles en alu (bien dessinées) de la GTX. Grand luxe à bord nous pouvions parler sans hausser le ton. J’étais ravi de rouker dans le haut de gamme Renault de l’époque. Le proprio, père d’un camarade de lycée, était assureur expert en automobile et avait comme autre voiture une Austin Healey 3000 bi-ton bleu métal et crème. Moi amateur depuis mes culottes courtes de belles autos, j’étais ravi…
      Mon père, lui roulait à l’époque en grosses Volvo. Moi je rêvais de m’acheter un coupé Alfasud Sprint 1500 rouge. Mais ce n’est jamais arrivé, car déjà à l’époque, on n’en trouvait pas à vendre.