Opel Story, et si on oubliait les a priori ? (épisode 1)

A l’invitation d’Opel, nous nous sommes rendus avec le Premier Ministre et le ministre de l’histoire et de la culture de POA, Patrice Vergès, au conservatoire de la marque à Rüsselsheim en Allemagne où la société a été fondée il y a 150 ans. Un lieu magique et unique qui ne se visite que sur rendez-vous et abrite dans plusieurs bâtiments au sein même de l’usine plus de 300 Opel couvrant ainsi 150 ans d’histoire de la marque. Face à une telle richesse, le piège serait de vouloir être exhaustif ou pire de vouloir faire le malin en étalant un savoir appris la veille en potassant trois fiches du service de presse. J’ai donc accepté la proposition d’Opel à une seule condition : être accompagné de Patrice Vergès qui connait la marque Opel mieux que quiconque. La visite à ses cotés s’est transformée en un festival de révélations et d’anecdotes  sur l’histoire automobile et le comportement des automobilistes des années 1900 à nos jours. Un délice  à suivre en 5 épisodes inédits. Pour rendre l’histoire plus vivante, nous pouvions choisir de conduire n’importe quelles voitures de la collection, toutes les autos étant roulantes. Mais c’est à suivre demain dans l’épisode 2…

Les saveurs du Palais

L’avis des Petits Observateurs !

28 commentaires au sujet de « Opel Story, et si on oubliait les a priori ? (épisode 1) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. niko

    Quelle science ce Patrice Verges! Je n’aime pas Opel, comme beaucoup de français d’ailleurs, mais je découvre toujours avec un énorme plaisir les vidéos du Maître. On ignore beaucoup de l’histoire de cette marque. Injustement.
    Juste une petite remarque de mec tatillon : Moskvitch n’existe plus depuis quelques années. Néanmoins Renault, très présent en Russie a racheté les droits du nom . Il se dit qu’ils voudraient en faire une marque ultra low cost, positionnée sous Lada qui est en train de radicalement moderniser sa gamme.
    Oui je sais on s’en fout !
    Amitiés automobiles chers amis!

    Répondre
  2. Franck

    Je trouve que les Opel des années 50/60 ressemblaient à de petites Américaines ce qui leur donnait un charme particulier. Dommage que les modèles actuels aient perdu leur personnalité. Notons qu’elles sont généralement proposées à des tarifs moins chers que ceux des Françaises

    Répondre
  3. Rémi

    Super reportage sur une marque qui mérite vraiment d’être plus connue dans le milieu des clubs d’anciennes.

    Perso, je roule tous les jours en Opel rekord D coupé 1900LS de 1972. 🙂 increvable et superbe ligne…

    Répondre
  4. bigblue

    Problème certain d’image en France, peut etre pendant longtemps une vision de voiture techniquement dépassée et bradée, mais aussi une durée de vie il me semble supérieure à la moyenne générant une lassitude dans le temps/paysage. Bon souvenir de la Corsa 2 places essence 4 vitesses du paternel, elle à étrennée mon papier rose, ainsi que celui de ma frangine, couramment utilisée par une dizaine de chauffeurs différents, mais après presque 15 ans et 200 000 km sans aucune panne (à part la sèche pour cause de jauge fantaisiste) et malgré un suivi d’entretien plus que limite… elle est partie dans le grappin parce que personne n’en voulait et échéance de CT largement dépassée.

    Répondre
  5. Thierry

    Super reportage qui m’a replongé dans mon enfance, lorsque qu’un jour d’Avril 1966 (j’avais 9 ans) mon père est rentré à la maison avec une Opel Rekord B coupé 2,6 bleu métallisé flambant neuve, véhicule qu’il me donna en 1977 pour mes 20 ans. Je n’étais pas peu fier de rouler si jeune dans une telle auto !

    Répondre
  6. Dubby Tatiff

    Je viens d’aller faire un tour sur le site de Opel. Ce qui est déjà pour cette marque et leur action de promotion avec POA, une retombée positive de ce reportage.
    Je découvre un peu étonné que leur gamme de VP est constituée de :Adam, Astra, CTC, Cascada, Corsa, Insignia, Karl, Meriva, Mokka, Zafira … et que je ne connais pas la plupart de ces voitures ! J’ai un peu honte. Je connais l’Adam grâce à POA. Je connais l’Astra comme remplaçante de la Kadett. Je connais la Corsa pour en avoir possédé une étant plus jeune. Et puis le reste est bien vague ou bien m’est carrément inconnu. Karl, Mokka, Cascada, des noms que je découvre.

    Répondre
  7. Thierry

    Patrice comment vous dire MERCI !

    J’adore ce type de reportage où toutes les 5 minutes nous apprenons qq choses, comme le coup de la Renault Juvaquatre.

    Formidable POA

    Répondre
  8. Denis

    Je ne suis pas un fanatique de la marque Opel mais j’avoue que j’ai beaucoup appris sur cette marque et le pourquoi du comment des choses notamment les ailerons des voitures US des années 50

    Répondre
  9. Piat Georges

    C’est vrai Renaud, le Fanfaron qui klaxonne tout le temps avec sa Lancia Aurelia !
    Génial Patrice, je vais me repasser la vidéo une seconde fois car on apprend plein de choses.

    Répondre
  10. Stéphane.nc

    Opel, la marque qui est obligée de parler allemand dans ses pubs pour que l’on prenne ses voitures au sérieux en se rappelant….qu’elles sont allemandes…si à priori il y a, ils ne viennent pas de rien….depuis la Calibra et l’Omega lotus qu’a proposé Opel? Châssis ? Moteurs? Design? Quels sont les points saillants? Dur face aux compatriotes triomphants et face à des généralistes -notamment francais – proposant souvent de meilleurs packages.

    Très intéressante visite en tout cas avec un compteur passionné et passionnant.

    Répondre
  11. MisterVolvo

    Quel bonheur d’écouter Patrice parler de l’automobile ! Un vrai puits de science !

    Merci à tout le gouvernement pour cette vidéo si passionnante !

    GO POA !

    MisterVolvo

    Répondre
  12. AUFRERE

    Ces réserves Opel présentées par Patrice Vergès, c’est extraordinaire. Quel privilège d’avoir cette visite décrite par notre bon ministre …

    Répondre
  13. Daniel

    Je comprends maintenant pourquoi dans quelques territoires les marques françaises, longtemps rétissante à cette protubérance arrière, Renault en particulier, rallonge cet appendice, forcément viril…à certains de leurs modèles.
    Le coup du long coffre comme signe extérieur de richesse n’a pas disparu de la production Allemande et leurs succès (des marques dites premium) auprès des riches et nouveaux riches ou simplement plouc, explique en parti cela.

    Répondre
  14. Chapman

    Effectivement………dans la série « je me souviens », ma première auto, qui avait trente ans quand j’en avais tout juste vingt, une Peugeot 203 berline de 1952, possédait une petite molette au tableau de bord qui permettait de faire varier l’avance à l’allumage. J’appris donc très jeune, alors que ce n’était plus la mode depuis longtemps, à utiliser cette astuce qui facilitait les démarrages par temps froid et permettait de ne pas trop solliciter le démarreur et les deux batteries de six volts disposées de part et d’autre derrière la calandre.
    Excellents souvenirs de cette première voiture. Merci à vous pour cette ballade au milieu de ces voitures à si forte personnalité.

    Répondre
  15. Robert

    Je ne suis pas fort Opel.
    Mais ma première voiture était une Opel Manta (A)
    Jaune. Ligne noire sur le capot.
    Quelle voiture !
    A l époque il y avait la GT qui faisait rêver.
    Et maintenant les peu de fois qu’on voit encore une Speedster, je regarde doublement.

    Donc apparemment on peut ne pas ressentir d’attirance pour une marque, mais bien aimer certaines voitures qui appartiennent à cette marque (?)

    🙂 go POA
    Bravo Mr Vergès

    Répondre
  16. damien

    il y a 25 ans, j’avais une opel corsa. je n’imaginait pas qu’elle était l’héritiere d’une telle histoire. j’en suis presque fier, ce qui n’était pas le cas à l’epoque, tres honnêtement.
    Patrice VERGES fait plus pour la marque opel que les meilleurs communiquants. Preuve que la passion reste au cœur de l’auto.

    GO POA

    Répondre
  17. Dubby Tatiff

    Petites observation du soir :
    – Opel Olympia qui est dans Tintin et le Sceptre d’Ottokar. et les Sept boules de cristal. L’Opel du second album est plus connue.
    – Il manque le L d’Opel dans le titre de la vidéo. Ce qui donne OPE, le code des bombardier dans Dr Folamour (histoire de faire un amusant lien guerrier avec la partie de l’histoire d’Opel présentée dans cette première vidéo).
    – Merci pour l’Opel Coupé Reckord de mon Papa. Selon les explications de M. Le Ministre Vergès, je vais pouvoir le chambrer sur ses motivations d’achat automobiles lorsqu’il était un jeune homme plein d’hormones ! 🙂

    Répondre
  18. olivier

    intéressant ! donc opel a existé avant guerre, je croyait que ce n’était qu’une marque commerciale inventée par GM pour se développer en Europe.
    ces voitures sont belles et rappellent certaines françaises : juva quatre (dont on apprend que c’est une copie d’opel), 403, 404, et même panhart par certains galbes.
    à suivre….

    Répondre
  19. Fred Seyrat

    La culture automobile de Mr Verges est bluffante! Je pourrais l’écouter pendant des heures ! Je m’aperçois à quel point je connais peu Opel….Vivement demain! GO POA! Fred

    Répondre
  20. Ronan

    1/ Joli geste d’ Opel (qui rejoint l’article de Challenges sur le fait que POA est reconnu et pris au sérieux)
    2/ Monsieur Vergès, quelle encyclopédie !
    Je me sens inculte en l’écoutant, son savoir est époustouflant !

    En confidence : quand j’ai vu « Opel » en titre je me suis tout de suite dit que ça m’ennuierait (Opel pas ma tasse de thé) mais Maitre Vergès a réussi à me donner tort, chapeau bas !
    Long live POA !

    Répondre
    1. Jacques ANDLAUER

      Un grand merci au Ministre de la Culture Automobile de POA pour cette visite ou j’ai pu entr’apercevoir l’Opel Kapitan de feu mon Papa qui ne voulait pas rouler en Mercedes, ce qui n’aurait pas été compatible avec ses fonctions à l’inspection du travail. D’ailleurs, l’histoire de l’automobile allemande, occultée jusqu’ici, est tout à fait passionnante. par exemple, en un week-end à Stuttgart, vous pouvez visiter les musées Mercedes et Posrche. Et les vins du cru sont excellents ! C’est ce qui fait le charme du Bade-Wurtemberg.