Nouvelle Audi A4 2016 : Les aides à la conduite en question (épisode 3)

Le clou du spectacle de la présentation de la nouvelle Audi A4 2016 est sans conteste la batterie d’aides à la conduite proposée en option qui permettent de toucher du doigt la conduite autonome sur autoroute.Argument vendeur que tous les constructeurs adoptent en file indienne sans forcément réfléchir aux répercussions à court terme dans le traffic actuel. Il apparait clairement que toutes ses aides n’en sont qu’à leur début et demandent finalement plus de concentration (un comble pour un sytème censé vous délester) En effet,  pour éviter de se retrouver en position délicate quand le sytème ne sait plus gérer une situation et vous rend la main, il faut une double vigilence. Sans parler du questionnement philosophique que pose la conduite autonome par rapport à la conduite normale avec son cerveau. Le débat est ouvert et il risque de durer longtemps. La question n’est pas d’être contre les avancées technologiques, mais de ne pas de prosterner bêtement devant ce que tous les acteurs du marché automobile veulent nous vendre comme une évidence, un progrès irréversible.

L’Audi A4 est le modèle le plus vendue de la gamme avec 12 millions d’unités produites depuis 1972 si l’on intègre l’Audi 80. Autant dire que chaque remplacement est surveillé comme le lait sur le feu, le droit à l’erreur étant quasiment impossible. Pour cette 9ème évolution, l’Audi A4 2016 reste fidèle à la tradition maison qui consiste à évoluer en douceur, évitant les ruptures trop fortes d’un modèle à l’autre. Cette stratégie s’avère payante depuis des années et Audi précise que la clientèle est sensible à cette évolution douce qui évite de ringardiser d’un coup le modèle précédent, ce qui pour la revente en occasion est un atout de plus.  Cependant si cette nouvelle Audi A4 2016 semble peu évoluer en apparence, notamment du point de vue du design, il s’agit d’une illusion d’optique. Sous sa robe bien connue, tout change, tant du point de vue de la structure que des technologies embarquées qui font la par belle aux assistances à la conduite, prélude à la voiture autonome. Progrès ou recul, on en reparle dans l’épisode 3. En attendant prenons place à bord de cette nouvelle Audi A4 2016 avec le premier ministre Mister Fréour, surnomé Audi Man et docteur finition, une double casquette qu’il a assumé non sans un certain plaisir lors de cette essai express.

Audi A4 2016 Audi A4 2016 Audi A4 2016

Audi A4 2016 virtual cockpitAudi A4 2016 Tableau de bord

L’avis des Petits Observateurs !

46 commentaires au sujet de « Nouvelle Audi A4 2016 : Les aides à la conduite en question (épisode 3) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Capadoc

    Je roule avec une A4 2106 depuis 3 mois.
    L’aide la plus bluffante est le pré sens. Un moment d’inattention, vous arrivez trop vite sur le véhicules qui vous précède, ca bil et puis ca freine….fort. Vous vous appercevez que les ceintures se sont ajutées. Vous venez d’éviter l’accident le plus courant. Pas de casse, pas de constat, pas de galére, pas de franchise… A l’équipe : votre style surprenant décalé j’adore. Continuez plus fort plus loin.

    Répondre
  2. Dubby Tatiff

    J’imagine que tout le monde ici, est déjà au courant du lancement de la « Formule e Roborace », en 2016.
    Il s’agira de courses à base de monotype à propulsion électrique, sans pilote humain et où la différence se fera sur la capacité des ingénieurs à programmer le mieux possible le logiciel qui pilotera le véhicule dans les différentes conditions de course.

    Répondre
  3. Lismax

    Bonjour,
    J’habite sur Toulouse. Tous les matins quasiment, je mets entre 45 et 55 min de voiture pour faire 20km. Ce, parceque des « pilotes » ( il y en a plein ici…) non automnes se rentrent dedans en cascade. Ensuite vient l’épisode du constat d’assurance qui est très clair: vous devez restez maître de votre véhicule. Hors dans quasiment 99% des cas c’est impossible, car personne ne respecte les limitations de vitesse, les distances de sécu, et personne n ‘a les réflexes à8h du mat en écoutant rire et chansons d’un pilote automobile pro. Pour moi la voiture est devenu chiantissime dans ces conditions d utilisation, les transports en commun mettent au minimum 1h05 pour faire le même trajet… L’idéal est serait de petites unités autonomes que vous pouvez appeler depuis chez vous ou qu’on pourrait acheter, qui aurait accés à 2 voix réservées sur le périphérique au voitures autonomes et une législation qui dirait qu’en cas d’accident avec un véhicule autonome, le véhicule autonome, s il est certifié par un bureau de contrôle a toujours raison. Nous allons assister à la venue d un nouveau type de conducteur sur la route, le robot et la voiture tel qu’on la connaît va disparaître. ´Restera que les chevaux de courses’ qu’il a dit Ferdinant. La liberté de déplacement nous l aurons toujours mais différemment. On pourra rouler en vieux land sur l’atlas et allez à l’aéroport en robot , l inverse n’a plus de sens , sauf pour allez sur mars peut être

    Répondre
  4. FL

    Ta bagnole pile parce qu’elle a mal interprété un panneau.
    Le gars derrière te rentre dedans.

    Alors, qui est responsable….

    S’il y a des dégâts humains en plus des dégâts matériels ça nous promet de jolies jurisprudences.

    Est-ce que c’est Bosch, ou autre équipementier qui fourni les aides à la conduite, qui va payer la rente à vie du passager devenu paraplégique ou sera-ce VW?
    Est-ce que ce sera l’assurance RC du conducteur de derrière, de celui de devant qui a pilé?

    Tant que ce sera de la tôle froissée, ça ne pètera pas très loin, mais quand il y aura du gros gros brouzouf à casquer, les assurances, leurs experts et les avocat des constructeurs vont faire parler la poudre.

    Répondre
  5. michaël oualid

    « le confort c’est la mort. »
    du cerveau, de l’intelligence, de l’économie.
    Après avoir dépenser des milliards pour nous convaincre que l’obésité du SUR-équipement est une valeur d’avenir, on en rajoute une couche avec la valorisation de la Déresponsabilisation.
    Oui toutes les voitures vont en être équipées, c’est déjà trop tard, mais non, cela ne marchera jamais, par essence. Nous, être humains, seront toujours mis de côté par les attentes toujours en décalages que déclenche une technologie après laquelle nous devons courir derrière.
    Les seuls outils souhaitables et profitables sont ceux, conviviaux, qui nous apporte plus d’autonomie et de reponsabilité à nous, pas à la voiture.

    Répondre
  6. DOS

    Bonjour,

    J’ai une Passat SW nouveau modèle (B8), et au vue de votre reportage j’ai l’impression que c’est copie conforme de cette A4 (même options à part les phares matrix). Vous qui avez essayé ces 2 voitures, quel est votre avis ?
    Merci

    Répondre
  7. Stéphane D

    Bonjour à tous

    Sur mon X5, j’avoue que l’assistance embouteillage est très plaisante. Idem pour le régulateur adaptatif quoi qu’il laisse parfois un peu trop de champ.

    Ensuite, la « simple » lecture des panneaux avec rappel au tableau de bord vient prouver que la voiture à du mal à reconnaître les limitations en vigueur. Je me rallie donc au point de vue de notre bien aimé président : point trop n’en faut.

    sinon je ne suis pas fan du GPS sur le tabelau de bord, je le préfère au centre (pour que les passagers puissent en profiter ou l’utiliser si nécessaire) avec affichage tête haute sur le pare brise. Je trouve que placé entre les compteurs, il oblige trop à quitter la route des yeux mais c’est un pojnt de vue personnel.

    Répondre
  8. stan

    J’utilise depuis plus d’un an sur une AUDI A3 Q / S l’option « régulateur adaptatif Audi presense » et j’avoue que je ne pourrai plus m’en passer ; le système fonctionne parfaitement avec la boîte auto pour suivre les voitures sur autoroute ou dans les bouchons.
    Cela a légèrement modifié ma façon de conduire mais je trouve finalement cette aide peu intrusive.
    J’ai pris cette option car je suis parfois distrait et il m’est déjà arrivé en ville notamment de freiner trop tard : là je dois reconnaître que la voiture a déjà freiné 2/3 fois à ma place m’évitant d’emboutir la voiture qui me précédait.
    Je n’ai pas pris l’option ‘lane assist » pour ne pas être trop assister !!
    Go POA
    Stan

    Répondre
    1. Robert

      Même sentiment sur Volvo XC60 :
      Adaptive Cruise Control combiné avec boite auto.
      Je roule plus décontracté.
      La lecture des panneaux est purement informatif – on peut pas vraiment s’y fier – pas que la lecture pose problème,
      mais manque de signalisation correcte sur nos routes.

  9. Lambert Alan

    Vous avez raison M. Roubaudi, les systèmes d’aide à la conduite et la conduite autonome avancent à grands pas!!
    Ils y a 6-7 ans sortait le XC60 avec le système City Safety (Freinage auto en ville) et c’était révolutionnaire!! Aujourd’hui une « simple » 208 en est équipée!
    La technologie avance à grands pas, trop vite pour beaucoup de personnes et je pense que ce phénomène accentuera encore plus l’effet Premium VS Low-cost dans le marché automobile.

    Répondre
  10. Designland

    Ah ah ah… je ne m’attendais pas à une telle prise de contact avec les débuts de la conduite automatisée !
    1- Les constructeurs « testent »en vraie grandeur des fonctionnalités nouvelles pour ajuster le « tir » sur les prochains modèles, comme d’habitudes. Ben oui, il faut bien commencer un jour !
    2- Il y a eu tellement « d’enfumage » sur le sujet (de leur part aussi) que l’utilisateur est déçu, et c’est bien logique.
    3- Aucune technologie à ce jour ne peut déceler une intention d’utilisateur que par l’appui d’un bouton (et encore) ou le centre d’intérêt d’une scène de conduite par des algorithmes appropriés. Du coup, le panneau de 90 a été malencontreusement pris en compte.
    4- La reprise de contrôle reste dans tous les cas « d’incidents » la phase la plus critique : une étude américaine récente a évalué à 27 s le temps nécessaire pour reprendre le contrôle du véhicule si on fait totalement autre chose…
    5- Que fait-on pendant que le véhicule se conduit tout seul, si on n’est pas malade en voiture ? (30% de la population). Les scénarios proposés par les constructeurs sont souvent désopilants…
    Et pourtant…ça va se faire, parce que profiter d’un itinéraire bien dégagé pour passer un p’tit coup de fil peut être vraiment utile, tout comme peaufiner son itinéraire (ou autre chose) dans les bouchons. Mais ça va mettre du temps, et avant ça, on verra probablement les tracteurs labourer tout seul dans les champs.

    Répondre
  11. Lynx

    Je trouve vraiment navrant que les médias automobiles de tous genres parlent encore de VW. Un groupe qui a menti à leurs clients, aux États… Et qu’on ne parle pas d’avance technologique pour le coup… La technique sa passe par la maitrise des pollutions émise par les moteurs et pas des compteurs écran qui n’apporte rien.

    Répondre
  12. Guillaume D.

    Tout d’abord un grand merci pour la mise en lumière de ce problème. Ce que veulent faire les constructeurs avec les véhicules autonomes est tout simplement une vue de l’esprit. Pourquoi? parce qu’on ne pense qu’au véhicule, seul dans un ensemble. Or, un véhicule doit communiquer avec l’environnement (et réciproquement) ainsi qu’avec les autres véhicules s’il veut un semblant d’autonomie de manière à pouvoir anticiper les bouchons par exemple.
    Dans une zone de travaux, la signalisation est généralement présente mais pas aux normes, il est donc difficile pour les caméras de détecter les bons panneaux. Imaginons désormais que ces panneaux soient communiquants: une partie du problème est réglée. Et je ne parle même pas de la signalisation au sol: ceux qui ont l’habitude de circuler sur les Autobahn en travaux avec des voies très étroites et des lignes jaunes souvent défaillantes. Ajoutez-y une bonne grosse pluie et à part un suicidaire, je ne vois pas très bien qui pourrait être volontaire pour aller dans ce type de zone à bord d’un véhicule autonome tel qu’il est pensé actuellement.
    Barder un véhicule de véhicule et de caméra, c’est bien, mais ça ne servira pas à grand chose tant qu’on ne pensera pas au véhicule dans sa globalité, communiquant avec les autres et son environnement.
    Votre exemple en est une terrible illustration.

    Répondre
    1. Michel

      Cette technologie est poussée a bout de bras par notre « Jeanne d’ARC » de la securité routière Mme PERRICHON et toute sa clique
      Donc elle fait du lobying aupres des gouvernants pour que ce type de systeme soit intégré dans tous les vehicules

  13. Jean-nicolas

    Je vois d’ici la situation ubuesque  » mais non monsieur l’agent je roulais tranquillement et le platane a traversé la route sans prévenir … »
    Plus sérieusement imaginez la situation M fréour à un accident sur l’autoroute avec le véhicule derrière lui suite à ce freinage… Je le vois mal expliquer à son assureur  » mais mon bon monsieur c’est pas moi c’est l’audi qu’a freiné… »croyez moi il sera désigné à 100% responsable et Audi ne dira rien ….
    D’accord avec M le président encore un joujou marketing qui ne sert à rien si ce n’est pour la gloriole….

    Répondre
    1. Guillaume D.

      Dans ce cas précis, ce n’est pas le PM qui aurait été désigné responsable de l’accident, mais les torts auraient été à 100% au véhicule qui l’aurait percuté par l’arrière.
      Le véhicule suiveur aurait été contraint de cocher la case du constat signalant que le véhicule suiveur heurtait par l’arrière en roulant dans le même sens sur la même file, ce qui lui fait assumer la responsabilité de l’accident.

  14. Edie

    Bien curieux de connaitre la reaction de Audi sur ce problème
    Renaud gentil a vous de nous la communiquer, si bien entendu
    Si il y a communication a ce sujet

    Répondre
  15. kris

    Hargneux le « papy » ROUBAUDI ! (rires).
    Mais je suis bien d’accord. Tout cela me semble ne pas être encore au point et je pense que les constructeurs devraient réfléchir à 100 fois avant de proposer aujourd’hui ces automatismes !

    Envisagez-vous de communiquer cet incident au fabricant (!?). Un retour d’expérience utilisé dans l’aéronautique.

    On voit bien ici avec ce cas concret de l’intéraction entre les véhicules bardés de toute cette technologie et les véhicules traditionnels.

    Dans l’aéronautique civile par exemple, tous les avions de ligne naviguent au pilote automatique et chaque changement de trajectoire ou de changement de niveau doit être accordé par le contrôle aérien. Les pilotes sont formés et appliquent ces consignes strictes dans le cadre de la sécurité des vols.

    Répondre
  16. JB

    Très instructif cette séquence sur les aides à la conduite. Ceci montre à mon sens que l’autonomie complète des véhicules ne devrait être autorisée que sur les routes équipées en conséquence (capteurs dans la chaussée, sur les glissières, panneautage standardisé, etc.). Dans la même veine, j’imagine qu’un standard va émerger entre les différents constructeurs concernant le guidage sur la route et la façon de réagir des véhicules.

    Répondre
  17. Thierry

    Il est terriblement OBJECTIF ce reportage !!
    Et nous sommes passé tout prêt du DRAME …
    J’imagine une série de cascades comme dans « Le Transporteur » !

    « La ah oh dit » freine à 90 sur la voie du milieu, un camion noir comme dans le film « Duel » percute l’arrière violemment …
    Mister Fréour se retrouve les yeux bandés par son écharpe … inconscient !
    Renaud assommé par la perche de sa GoPro !
    C’est alors que surgit sur la voie de gauche une camionnette avec sur son plateau un lot de panneau 2m30 pour signaler l’entrée d’un parking, et l’Audi qui accélère à fond croyant que l’autoroute se libère …. 130 150 200 230
    dans le nuage de fumée de son moteur firmwarisé et nos deux amis groggy à bord.

    Ok je vais prendre mon café ….

    Répondre
  18. Robert

    Concernant l’incident hors caméra ou un conducteur fut surpris par la décélération soudaine de l’Audi :
    ceci illustre le problème lié au fait que toutes les voitures ne sont pas (encore) équipés de systèmes autonomes.
    La deuxième voiture aurait dû décélérer en même temps que l’Audi, et le deux conducteurs se seraient fait la même réflection :
    visiblement, coupler la lecture des panneaux aux freinage automatique, n’est pas une bonne idée –
    pour l’instant.
    🙂

    Répondre
  19. Patrick de Lyon

    L’aide à la conduite de cette A4, se voulant être le début de la conduite autonome ne semble pas au point malgré les efforts du PM pour dire qu’il faut l’apprivoiser.
    J’ai été nettement plus convaincu par le Paris Bordeaux du PR, il y a quelque semaines, avec le système de PSA.
    Audi a surement un proto similaire en cours.

    Je pense qu’un système d’aide à la conduite utile serait un avertisseur de file de droite dégagée. Evitant ainsi le squat des files de gauche ou du milieu.

    Répondre
  20. Piat Georges

    Le pilote automatique en avion a la charge de gérer des niveaux de vols ou des caps à suivre. Les différentes valeurs sont indiquées par le pilote. C’est bien plus simple que dans le domaine automobile dans lequel tout peut arriver !
    Par contre, le danger en avion comme en auto est de trop s’appuyer sur le pilotage automatique et d’oublier que l’on pouvait reprendre la main. On l’a vu sur le Rio Paris…

    Répondre
    1. EDOUARD

      Oui sauf que pour le vol RIO-PARIS si les pilotes n’avaient pas essayés de reprendre la main, l’avion ne se serait jamais crashé… et c’est d’autant plus dramatique.

    2. Mat

      Le vrai problème est surtout que trop d’assistance déresponsabilise les gens, ils finissent par ne plus savoir réfléchir et faire par eux-même. Dans notre société, ceci est vrai dans de nombreux domaines…

  21. Ronan

    Dès 1993 je me rappelle avoir essayé une voiture qui m’assistait physiquement dans la conduite lorsque je déviais légèrement, et l’ordinateur criait alors « contrôôôle! ».

    Pardon, j’ai confondu avec mon moniteur auto-école.

    Aujourd’hui même Renaud posait une question à propos de la E Mehari: « Y a-t-il encore une place pour des voitures simples? », et bien quand je vois ce que le supposé progrès nous offre alors je réponds « très certainement! » à cette question.
    Trop de progrès tue le progrès, et le plaisir de conduire.

    Répondre
  22. Chronogps

    Merci pour ce moment de vérité sur les défaillances de ces soit disant avancées technologiques. Quelle honte de vendre tous ces gadgets qui ne marchent pas. Sur ma dernière acquisition j’ai (sans l’avoir choisi car de série) l’avertisseur d’angle mort qui m’a prouvé qu’il détectait mal les motards qui me doublent ou remontent les files de voitures (comment lui faire confiance dans ce cas ?), la détection de franchissement de lignes qui marche tout juste 50% du temps et les phares automatiques qui éblouissent tous les poids lourds sur les 2 x 2 voies. Ces équipements d’aide à la conduite n’ont strictement AUCUN intérêt si ce n’est de déresponsabiliser le conducteur (en plus d’alourdir la note à l’achat et lors des réparations)

    Répondre
  23. Cyrille de Nantes

    L’outil conditionne l’usage.

    Quelle conduite voulons nous?

    Heureusement que ce véhicule ne s’adresse pas au plus grand nombre, ça limite les risques…

    Go POA !

    Répondre
  24. Christophe BONNIN

    Le Disney « Wall-E » a proposé un vision de la mobilité du future. Dans ce scénario, les hommes sont devenu tellement assistés qu’ils en ont finalement perdu la capacité à…. marcher seul !

    Aujourd’hui, on en est à assister des conducteurs qui savent encore conduire. On voit bien à quel point c’est perturbant de reprendre la main après que la voiture vous ai incité à perdre le file de la conduite.

    – Pourquoi ma voiture bip ?
    – Pourquoi ma voiture ralenti ?
    – As t-elle raison de le faire ?
    – Qu’est ce qu’il l’a amené à le faire ?
    – Y a t-il un élément que je n’ai pas vu qui a justifié l’action ?
    – Ma voiture est elle dans l’erreur ?
    – Si oui, quel est la gravité de cet erreur ?
    – Va t-elle être capable de corriger son erreur ou va t-elle continuer dans l’erreur ?
    – Si elle corrige la situation, quel niveau de confiance vais je pouvoir lui accorder par la suite ?
    – Si elle ne corrige pas l’erreur, à partir de quel niveau d’erreur je décide de reprendre la main ?
    – Est ce que l’information que j’ai de la situation à cet instant T est suffisant pour ma reprise de contrôle ?

    Et peut être que demain, ces questions se poseront à des conducteurs qui n’auront plus vraiment l’habitude de conduire… sans aides !

    Est ce que l’on va vraiment dans la bonne direction avec toutes ces aides à la conduites, puis demain, la voiture autonome ?

    L’industrie automobile n’a pas le temps de se poser la question. Il faut être le premier à atteindre le Graal.

    Répondre
    1. DIDIER

      Tout ce listing devient malheureusement l’argumentaire choc des constructeurs soit disant ;  » dans le coup et à la mode  » dans une technologie farfelue et complètement inutile, le tout, payé au prix fort par l’usager… mais tant qu’il y aura des clampins pour acheter ce genre de machine, les constructeurs se frotteront les mains… par ici la monnaie !!

  25. Stéphane.nc

    Je suis plus roubaudien que freourien sur le sujet.

    Pourquoi ces technologies? Quel besoin pense t’on nourrir? Outre la perte de liberté et de responsabilité ( valeurs cardinales à mes yeux) je m’inquiète de ces logiciels en repensant au dernier bouquin de Daniel Cohen :
     » la révolution numérique n’est pas si inventive que cela. Elle consiste essentiellement dans le cost cutting. L’industrie au XX siècle avait organisé la complémentarité de l’homme et des machines. Elle avait permis de rendre plus productif les ouvriers….la révolution numérique promeut le remplacement de l’homme par le logiciel…. »

    « D’où la polarisation (les revenus vont aux quelques % qui sont les gagnants de la révolution numérique, les emplois se créent en bas dans les services à la personne là où le numérique ne peut aller parce qu’il faut de la présence humaine) l’écrasement de la classe moyenne qui structure nos sociétés »

    ….d’ailleurs qui achètera des bagnoles à ce rythme dans quelques années ???
    Pas les chauffeurs en tout cas. Leur boulot aura disparu.

    Répondre
  26. Benoist Speedster

    Bonjour à toutes et tous,

    Vous savez ce que je pense de la conduite autonome (prenez le métro, le train, les transports qu’un autre conduit pour vous)… Et je suis bienheureux d’entendre l’analyse de Renaud qui reflète tout à fait ce que je pense de cela. Avec en plus de ma part, un refus catégorique de la perte de liberté individuelle.
    Et si la voiture autonome vous interdisait de prendre la départementale et vous forçait à prendre l’autoroute parce que le constructeur de votre véhicule magique a passé un deal avec la société d’autoroute..????
    Et si votre voiture vous faisait passer dans tel ou tel quartier parce que les grands magasins ou les panneaux publicitaires étaient tous disposés sur ces axes ?
    Et si moi j’ai envie (malgré le sur risque) de passer par les départementales, et que ma voiture veut que je reste avec la foule (rappelons nous l’épisode de l’enneigement brutal durant lequel les pouvoirs publics ont préféré laissé des milliers de gens coincés sur les autoroutes plutôt que de libérer l’accès aux routes secondaires car une foule rassemblée est plus facile à manipuler euh contrôler…) etc. etc.
    Non franchement, en plus vous n’aurez JAMAIS des données GPS fiables à 100%….
    Combien de fois avez vous vu vos GPS vous dire au dernier moment de tourner à droite ou de changer de file ? (d’ailleurs depuis que ces appareils se sont généralisés, on voit de plus en plus d’embardées de dernière minutes avec franchissement de zebra…)
    Bref la voiture autonome est juste une vitrine pour que les constructeurs montrent aux autres qu’ils ont la plus longue.. euh qu’ils sont les meilleurs… Et moi je n’ai pas envie de cette vie là…
    Voilà une observation de ce qui bouillonne dans mon cerveau sur le sujet.
    Merci Renaud et Cédric..
    Benoist

    Répondre
  27. julien jacquet

    Bonsoir Messieurs suite à cette petite observation je me fait deux remarques:
    la première, tout comme Renaud je pense que ce système n’est utilisable qu à condition de respecter scrupuleusement toutes les règles du code de la route et que les informations routières soit parfaitement mise à jour sans défaut. Malheureusement en France ce n’est pas le cas et donc je pense que si une personne fait une fausse manœuvre devant vous comment va réagir la voiture avec ce type de système . Volvo annonce presque plus de mort d’ici 2020 sur la route. On t-il les même comportements que les Français et leurs façon de conduire?
    deuxième remarque, je veux aller plus loin que ces systèmes de conduite autonome et je vais même aller à quelques fantaisie intellectuelles. Rappelez vous la série K2000 des années 70. Kitt, une intelligence artificielle, assistait le conducteur dans toutes sa conduite. Pourquoi ne pas imaginer d’ici 20 ans une implantation de ce type de technologie dans nos voitures. Fini les erreurs humaine . C’est l’intelligence artificielle qui conduira à la place du chauffeur. Pour moi pour et le moment ces systèmes ne sont qu’un début et ce n’est que d’ici quelques années que c’est voiture autonome pourrons nous conduire sans risque Du coup rassurez-vous monsieur le Président vous pouvez encore conduire votre voiture vous meme. sur ceux à bientôt

    Répondre
  28. Frédéric à Montréal

    Alors, autant la voiture me laisse totalement indifférent, autant ce qui s’y passe, les remarques et les attitudes de Renaud et de Cédric, tout cela est tout à fait passionnant. Et que dire des commentaires éclairés des petits observateurs… (Mention spéciale pour Cyrille de Nantes hier, qui m’a ouvert toutes sortes de pistes de réflexion!)
    Mais enfin, comment laisser la voiture se conduire toute seule, si on peut être amené à en reprendre le contrôle brutalement, la réaction dans une telle situation pouvant évidemment être catastrophique, faute d’avoir toute l’information voulue puisqu’on était distrait le dixième de seconde précédent… Pour le moment, je crois à la conduite assistée dans les embouteillages, et ce serait déjà énorme pour les malheureux qui y passent leur vie ou presque…

    Répondre
  29. Dubby Tatiff

    Je vais aller droit au but : en l’état actuel de mes connaissances, j’ai de sérieux doute sur la possibilité de généraliser le pilotage automatique sur les véhicules. La raison en est la variété infinie des situations de conduite, liées principalement à la formation des conducteurs inexistante sur ces systèmes et qui va entrainer une grande variabilité du niveau de compétence de ceux-ci, le manque d’harmonisation des routes (il n’y a pas deux virages identiques, ni deux rond-points identiques, ni deux bretelles d’autoroute identiques, etc …). Contrairement au pilotage automatique en avion où les pilotes apprennent par cœur des procédures standard et passent des heures en simulateur pour êtres certifiés.
    C’est d’ailleurs une idée de reportage pour POA : interviewer des pilotes de ligne sur le sujet de la conduite assistée en automobile.

    Répondre
    1. Fréour

      Bonsoir Dubby Tatiff, interviewer des pilotes de ligne, excellente idée ! J’y pense depuis longtemps déjà, notamment lorsque l’on est confronté à l’effet de surprise d’un débrayage intempestif et soudain du PA alors que l’on est pleinement détendu…

      D’ailleurs profitons en ! Avis aux amateurs ou plutôt aux petits observateurs également pilotes. Vous pouvez nous joindre en laissant un message en bas de cette page, onglet : « Devenir Petit Observateur » puis « rencontrez-nous ». On sera tous ravis. Moi le premier, je suis fan d’aviation et adore Air France ! Je me désole d’ailleurs de voir partir le 747-400 de la flotte AF… Un autre sujet.

      Bonnes petites observations et merci à tous !

      Cédric

  30. Chapman

    Mais ce qui fait votre charme monsieur le premier ministre, c’est votre volonté d’y croire.
    Dommage que Mme Brisabois n’était pas de la partie, ça aurait fini en fou rire au lieu de cette espèce d’angoisse à la « 2001 Odyssée de l’espace »

    Répondre
  31. Chapman

    Vous connaissez des ordinateurs qui ne « buguent » jamais vous ?
    Alors je suis indéniablement du millénaire précédent et peu enclin à abandonner mes prérogatives au profit de quelques microprocesseurs paresseux…

    Répondre
    1. Theodoric

      À la fin de la première minute, le Président a l’air au bord de la nausée…Quant au Premier ministre, sa confiance dans la technique (« ça le sera! ») parait bien optimiste…
      Mais l’épisode du passage de 130 à 90 sans bonne raison est carrément flippant.