Lotus Esprit SE 1990 : la conduite (épisode 2)

Une légende dans POA, la Lotus Esprit SE de 1990, si belle et si rare. Merci au petit observateur qui a souhaité rester anonyme mais qui n’a pas hésité à nous contacter pour nous offrir ce beau moment, la rencontre avec son Esprit, une voiture de star pourtant méconnue.

L’avis des Petits Observateurs !

18 commentaires au sujet de « Lotus Esprit SE 1990 : la conduite (épisode 2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Ronan

    J’ai 41 ans et je sais que le jour ou (si le Ciel m’entend) j’aurai la chance de pouvoir faire quelques tours de roue en Porsche 928 S4, j’aurai alors de nouveau 16 ans et serai aussi ému que Renaud dans cette Lotus…..
    Deux voitures m’ont marqué plus que les autres dans ma jeunesse: Reanult 5 Turbo 2, celle qui a fait naitre ma passion pour les voitures réelles et fait abandonner les miniatures, et donc la Porsche 928 S4, *la* supercar de mes rêves adolescents…..
    Pour en revenir à cette Lotus, quel popotin mes amis, mais alors quel popotin, il est superbe!

    Répondre
  2. Adrien M

    Ah, on l’a attendu cet essai ! Tu as raison Renaud, les premières minutes sont toujours particulières… Les 5 sens en eveil… Le toucher de la poignée de porte, la masse de ladite porte, l’odeur de l’habitacle qui nous envahit… Keep going! 😉

    Répondre
  3. Chapman

    Je n’ai rien dit jusqu’à maintenant mais….. Vous avez vu mon nom….. Forcément, comme monsieur le président, je suis ému. Je reste sans voix et presque sans mots.

    Répondre
  4. Lambert Alan

    Quelle caisse! Même si je ne suis pas un fan des voitures sportives, force est de constater qu’elle en jette!
    Aussi, il est étonnant de voir qu’à l’époque on pouvait avoir une voiture avec une position sportive sans se sentir enfermé par des meurtrières qui font office de vitrage!
    GO POA!

    Répondre
  5. Jean-François Bertrand

    Ces petites observations sont celles que je préfére pour toute l’émotion et la complicité qui s’en dégagent.
    Ah ces vieilles caisses!.. Ce sont nos madelaines!
    J’ai toujours aimé cette voiture, j’ai eu l’occasion de monter avec un collègue anglais qui possedait une V8.
    L’impact visuel de cette voiture lorsque l’on passait devant le Café de Paris provoquait autant sinon plus d’effet sur les touristes qu’une F355. Et puis quelle tenue de route! C’est la caractéristique première des Lotus: un chassis aux petits oignons. J’ai des souvenirs de montés dans le Monts des Mules qui, en l’écrivant ici, me donnent encore le sourire presque 20 ans après.
    Personnellement, même si je trouve que le travail de Peter Stevens est une vraie réussite, ma préférence irait vers une S2. Cette version corrige les petit défaut de la S1 sans altérer la pureté du trait de Giugiaro.
    Qu’en pense notre cher Président?

    Répondre
    1. Jean-François Bertrand

      Rrrrrrrrooooo!!!!!
      A tomber par terre!….
      Gris-cuir rouge… C’est fou comme ce coordonnésemble être d’une simple évidence.
      Surtout lorsqu’il est associé à une production de la perfide Albion: CLoud, MK2, etc…

    2. Fréour

      C’est drôle, elle a tout à coup un côté presque DeLorean ! Mais, sans doute, parle-t-on trop de « Retour vers le futur » en ce moment… Au point d’en voir partout.

    3. Jean-François Bertrand

      Associer De Lorean à Lotus…
      Je pense que le sujet doit encore être tabou dans les headquaters de Lotus….
      Colin Chapman et Lotus ont été associés au Projet De Lorean. Donc de facto au scandale financier qui va avec…
      Ce qui a « sauvé » Chapman de la prison, c’est de décéder d’un attaque peu de temps avant le début du procès…

  6. Piat Georges

    Merci de nous faire revivre tout cela, cela ne donne vraiment pas envie de rouler en voiture autonome !!
    J’adore ce reportage, Go POA.

    Répondre
  7. Daniel

    Sincèrement notre Président c’est un vrai passionné, cette émotion, cette façon de parler des voitures et de celles qu’il aime tout particulièrement, voilà ce que ça donne : une vidéo touchante, et le duo avec notre Ministre de la féminité, c’est juste parfait.
    Drôle de bagnole quand même, un 4 cylindres qui, c’est vrai, n’a pas le son auquel on s’attendrait avec ce type de caisse, mais une gueule, une présence convaincante.
    Ce sont ces voitures qui sont attachantes, des défauts et pour certains certainement rédhibitoires, mais une âme ! La sois-disant perfection Allemande n’a rien de séduisant, c’est aseptisé et froid, pas ici, ou sur une Alpine ou, comme disait un autre commentaire, la Baghera de chez Matra, un modela à tester, Renaud.
    merci

    Répondre
  8. Stéphane.nc

    Le plumage sans le ramage?
    C’est vrai qu’elle ne chante pas bien.
    Sont ce mes yeux? Je n’ai vu qu’un petit bout de pot d’échappement pas très stylé.

    Sinon la ligne est juste sublime!

    Répondre
  9. damien

    j’ai compris un truc dans cette video.
    On reprochait à cette lotus de manquer de moteur. Une voiture qui coute cher doit avoir un gros moteur.
    Effectivement, on en veut pour son argent.
    C’est donc tout l’intérêt de s’intéresser aux voitures d’hier : on se laisse plus aller

    Répondre