L’Alpine A310 V6 de « Monsieur Alpine »

Par Patrice Vergès. Jean-Luc Fournier est le grand historien de la marque Alpine avec plusieurs livres à son palmarès et de nombreux articles notamment dans le magazine « Mille Miles » consacré à la marque mythique dont on va fêter les 60 ans dans quelques semaines.

Alpine A310 V6L’Alpine A 310 a été produite de 1971 à 1985.Avec cette voiture ciblée plus grand tourisme que la Berlinette,

la marque dieppoise voulait concurrencer Porsche. En vain.

Alpine A310 V6

 » A 10 ans, on m’a offert une petite Alpine A 106 au 1/43eme en zamak. C’est elle qui a tout décidé. Je me suis dit, quand je serai grand, j’aurai une Alpine. A 14 ans, j’ai demandé à aller visiter l’usine Alpine à Dieppe puis j’ai désiré rencontrer Jean Rédélé « . Désormais, Jean-Luc allait conjuguer sa vie avec la marque Alpine.

Dès lors, il a économisé sous par sous, pièce de cinq francs par pièce de cinq francs pour acheter, dès 21 ans, sa première Berlinette 1100. Elle sera suivie de neuf autres puis de plusieurs A 310. Lorsqu’il participera à des compétitions automobiles pendant une dizaine d’années, ce sera évidemment au volant d’une Berlinette 1300 et d’une monoplace Alpine de Formule 3, voitures avec lesquelles il remportera quelques places d’honneur au championnat de Belgique.

005

Jean-Luc Fournier est passionné par la marque Alpine depuis son enfance.

Tout au long de son existence, il continuera à se passionner pour cette marque, fréquenter ses principaux acteurs, des mécaniciens jusqu’à Jean Rédélé et partager leurs grands moments et devenir un témoin dépositaire de son histoire. L’idée de partager avec d’autres tout ce qu’il a appris murira peu à peu avant de donner le jour à plusieurs articles dans des magazines et enfin de nombreux livres. 13 au total dont la biographie de Jean Rédélé dont il peut être fier puisqu’il a été choisi, au milieu de nombreux autres, par la famille du créateur de la marque qui a estimé qu’il était le plus compétent pour l’écrire.

9 0Tous les livres de Jean-Luc sont hélas épuisés sauf le tout dernier consacré à la firme bordelaise d’autos et de motos Motobloc

« Elle a une odeur d’Alpine »

Bien entendu, notre « Alpiniste » roule toujours en Alpine : une A310 V6. En juin dernier, dans POA, vous avez découvert une A310 4 cylindres 1600. La V6 qui lui a succédé en 1977 troquait son petit 4 cylindres contre le gros V6 PRV de 2,7 l de la Renault 30 apportant la puissance qui manquait à la première. « C’est un modèle 1980 première série avec la boîte à 5 rapports C’est encore une vraie Alpine au niveau des suspensions alors qu’à partir de 1981, elle a adopté le train roulant de la Renault 5 Turbo ».

02

On voit rarement une A310 sous cet angle vu qu’elle ne mesure que 1,15 m de haut contre 1,13 m pour la Berlinette04 819

Prisonnière des mécaniques Renault, l’A310 était mue par le V6 de 2,7 l de la Renault 30 légèrement retravaillé. Un moteur robuste mais, hélas, pas assez puissant.

Jean-Luc l’a achetée en 1981 avec 9000 kilomètres au compteur. Il en a rajouté 285 000 en 34 ans puisque sa monture avoue 295 000 kilomètres.  » Le moteur est d’origine mais le bloc en alu qui était poreux a été changé mais pas les organes internes. Elle a un petit kit Ferry (le père de l’ancien Ministre de l’éducation) avec des arbres à cames différents et un échappement 6 dans 2 de marque Devil. Sa puissance doit tourner autour de 170 chevaux contre 150 pour le moteur de série ».

003 42Le pare-brise très incliné et la faible hauteur imposent une conduite très couchée.

Nous faisons un petit tour à ses cotés. Il y a longtemps que ne n’étais pas « descendu » dans une Alpine et oublié qu’elle était si basse (1,15 m) et qu’on était autant couché à l’intérieur derrière l’illimité pare-brise très incliné. En revanche, je n’avais pas oublié le parfum si particulier des productions de la firme de Dieppe. De subtiles fragrances de polyester, d’essence, d’huile viennent caresser mes narines.  » Normal, elle a une odeur d’Alpine » explique notre ex-pilote qui manipule vite et bien entre ses mains agiles le minuscule volant cuir. Sa A310 enroule les giratoires avec gourmandise inassouvie d’adolescent affamé en lâchant un beau son grave et épais par ses deux mégaphones.

Alpine Renault et pas Renault Alpine !

L’Alpine A310 a été produite de 1972 à 1985 à un total de 11 484 exemplaires dont plus de 9000 V6. Avec davantage de puissance, cette dernière était plus en adéquation avec l’image qu’on se faisait d’une Alpine. Son gros moteur 6 cylindres en V monté en porte à faux arrière bien plus lourd que le 4 cylindres avait rendu sa tenue de route bien plus pointue avec une répartition des masses de 33/77% qui exigeait un pilotage « fin » ce qui ne doit pas déplaire à Jean-Luc.

Comme tous les passionnés, il attend la renaissance de la marque avec le coupé A120 prévu pour 2017 en espérant qu’il restera fidèle à la philosophie des modèles d’antan. Quoi qu’il en soit, il continuera à rouler avec son A310. « C’est une voiture dont je ne me séparerai jamais ». Certainement parce que sa monture est la dernière à s’être appelée Alpine Renault alors que celles qui suivront dès 1981 seront siglées Renault Alpine. Plus qu’un symbole, une révolution.

06 9 Le millésime 1980 chaussée de jantes dites « Bobine  » d’ordinateur est le dernier a être équipé de la suspension Alpine.

007

La V6 avait reçu un becquet arrière pour « tranquilliser  » son essieu. Sur le modèle 1980, la voiture s’appelle encore Alpine Renault.

08 0

Les deux sorties du Pot Devil lâchent une sonorité grave et épaisse très agréable aux oreilles.

L’avis des Petits Observateurs !

11 commentaires au sujet de « L’Alpine A310 V6 de « Monsieur Alpine » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Paul

    Ce qui me plairait, c’est de lire un essai de la Berlinette 1600 S. Une voiture qui m’a fait bien plus rêver que la A310 mais dont les prix sont devenus fous ( 100 000 euros). J’ai eu le plaisir de rouler dedans, c’est extraordinaire comme ça marchait fort. Un jour, peut être dans POA ?

    Répondre
  2. Claude

    J’étais fou de cette voiture quand j’étais jeune. Un jour, j’ai pu monter dans une A310 ( 4 cylindres). un rêve ! Son bruit, l’odeur, sa position de conduite. Et quelle ligne surtout avec le kit ailes larges !

    Répondre
  3. Pierre

    J’ai possédé une A310 de la même année de 1990 à 1993. Comme l’écrit patrice Vergès, c’était une voiture  » très pointue ». Celles qui avaient la suspension de la R5 Turbo était plus rassurantes.

    Répondre
  4. Piat Georges

    Merci beaucoup pour ce reportage. La couleur de l’auto est magnifique et, c’est vrai, comme dit Daniel, quelle gueule ! Quand on pense qu’on faisait ça en France… On est vraiment capable de tout en matière de design dans ce pays, du pire comme du meilleur et c’est sûrement ce qui fait son charme.

    Répondre
  5. Benoit

    Merci pour cet hommage
    Tres belle auto
    Je suis dieppois, la reprise de la production avec le nouveau modèle est une très bonne nouvelle
    Il y avait le week-end end dernier une grande manifestation pour les 60 ans de la marque ou on a pu admirer des centaines d alpine ,malgré la pluie..

    Répondre
  6. Daniel

    Mais quelle gueule cette bagnole, quelle âme !
    Pourquoi Renault ne ferait pas aussi un modèle inspiré de cette A310 ?
    Je préfère 100 fois cette carrosserie à une Porche qui a la bonne mécanique mais pas de gueule.

    Répondre
    1. Orjebin

      La bio de Monsieur Jean par JL Fournier est remarquable . Une réédition pour ceux qui l’aurait manquée serait la bienvenue.
      Merci Patrice pour ce billet.