4 Générations de Mazda MX5

Petite observation comparée de 4 générations de Mazda MX5 : la MX5 mk 1 de 1989, la MX5 mk2 de 1997, la MX5 mk3 de 2005 et la MX5 mk IV de 2005. L’occasion de constater la cohérence et la continuité du concept initial.

L’avis des Petits Observateurs !

14 commentaires au sujet de « 4 Générations de Mazda MX5 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. toitoine

    Bon ben voilà,
    A cause, ou grâce à vous:
    – j’ai téléchargé la brochure,
    – j’ai téléchargé les prix,
    – je recherche un concessionnaire pour aller l’essayer.
    Je pourrais bien craquer !

    Merci POA !!

    Répondre
  2. pierre

    Entre cette MX-5 (cru 2015) et la dernière MUSTANG, le clan des sportives ….. »accessibles » s’est accru ces derniers temps ……pour notre plus grand plaisir.
    Deux modéles racés , sortant de la masse uniforme des voitures d’aujourd’hui, avec un agrément de conduite qui redonne envie de conduire (meme avec des 4 Cylindres !)……Surtout que tout le monde n’a pas des milliers d’euros à mettre dans une 4S , F-Type ou AMG.
    Espérons un grand succès pour ces deux modéles, ce ne sera qu’un juste retour pour Ford et Mazda qui ose une certaine différence.

    Répondre
  3. Mat

    J’ai découvert en réel cette MX5 vendredi.
    Propriétaire de Barchetta, j’ai toujours eu un avis partagé sur les MX5.
    D’un côté j’appréciais la pureté technique de l’auto : un authentique roadster, offrant une masse contenue, de bonnes performances et un plaisir de conduite avec des motorisations et des tarifs raisonnables (à l’opposé de ces Coupés-cabriolets dérivés de berlines populaires, si lourds, peu esthétiques et tournant souvent au mazout).
    De l’autre côté, son design n’était certes pas moche, mais avec une tendance à être fade, une world car consensuelle, très japonaise, bien loin du design italien que j’apprécie!
    Les choses ont changé avec cette nouvelle génération de MX5!
    Elle affiche à présent le look qu’elle mérite: elle est à la fois racée et musculeuse, mais aussi dotée de courbes sensuelles, très basse et compacte. Un regard agressif de vipère, un arrière fuselé, et un profil très dynamique et sportif.
    Son look est soigné jusque dans les détails, avec de jolies lames au niveau des bas de caisses et du bouclier avant.
    L’analyse du profil attire mon oeil sur les jantes et me fait basculer sur sa technique. Elle est équipée de jantes de 16″, et plus précisément chaussée en 195/50/16. Ce détail en dit long sur sa logique de conception. La voix du marketing ne l’a pas emporté sur celle de l’ingénieur châssis. Il s’agit de la juste taille pour ce type d’auto. Nous n’avions pas vu ça depuis les années 90, et c’est tant mieux pour les performances de l’auto!
    Les ingénieurs de Mazda n’ont pas hésité à aller à contre courant pour développer une auto techniquement pure, comme le dévoile l’analyse de sa fiche technique avec ses 975kg et sa répartiton des masses proche de la perfection.
    Quel plaisir aussi, de retrouver aussi un bloc moteur dépourvu de turbo. Les 16V atmosphériques deviennent rarissimes en ces temps de downsizing.
    Le 1500 va chercher ses 131ch dans une envolée à 7000 tr/min.

    Bilan: Nous sommes en 2015 et je suis blasé par l’offre du marché auto depuis environ 10 ans.
    Les coups de crayon sont morts pour offrir des autos au design électronique et consensuel. Bridées sur le plan esthétique, mais aussi technique par les normes, les marchés, les rentabilité…
    Voir qu’il est encore possible de sortir une nouvelle auto comme cette MX5 est une véritable réjouissance, d’autant plus qu’elle reste accessible.
    La MX5 est devenue romance et la performance, et ça j’adore!

    Répondre
  4. Thibaut Chatel

    J’adore l’Histoire automobile. C’est passionnant.
    Merci au PR (Non, PR n’est pas Président de la République, l’acronyme utilisé habituellement, mais PR = Président Roubaudi).

    Répondre
  5. Piat Georges

    A chaque fois ce constructeur peaufine sa MX5. La démarche n’est pourtant pas courante. Pour avoir si bien su traverser les années, il faut croire que l’idée de base était bonne. Comme quoi on peut réussir avec un modèle très marginal à condition bien choisir sa cible.

    Répondre
  6. Stéphane.nc

    Merci prrroofesseuuur Roubaudi !

    Ces compteurs analogiques sont un vrai plaisir. Je sors de la « new » Passat d’un ami (immense! Ou s’arrêtera t’on? Tous les garages ne pourront plus accueillir les nouvelles générations de voiture à ce rythme) dotée de la totale dont tableau de bord digital.
    Mouais. Bof. A voir dans quelques années….cf les montres.

    Sinon topissime cette Mazda. Elle a tout compris. Une marque qui souffre de la taille de son réseau. Comme Jag. Hélas.

    Répondre
  7. julien jacquet

    Merci chère Président pour ces petits détails, pour ces petites observations si délectable.
    Je suis comme vous quand vous écoute Floriane ou Cedric; je bois vos paroles qui coulent comme de l’eau. Mais ce sont ces détails que les émission comme Turbo ou Direct Auto, ne donnent pas.
    Et ça permet de voir et de comprendre comment se passe un essai auto.
    A tout hasard vous n’auriez pas une petite place dans vos valises pour aller à Francfort la semaine prochaine.
    A bientôt GO POA

    Répondre
  8. Ronan

    Voilà une des raisons pour lesquelles je suis (du verbe suivre, pas être) POA: ces petites histoires (les GIs) et détails (4 écrous, manette raccourcie) que les autres médias ne nous racontent pas.
    POA, c’est du petit lait en ce qui me concerne!

    Répondre