Rencontre avec Benoit et son Austin Healey BN1 de 1954

Mister Fréour rencontre Benoit, un petit observateur qui nous parle de son Austin Healey BN1 de 1954.

Explication de la difficulté d’aligner la carrosserie d’une Austin Healey par le Carrossier Stéphane Mauduit (à 2mn30)

Petite escapade en Austin Healey 100/4 kit le Mans avec le petit observateur Geoffroy (février 2014)

L’avis des Petits Observateurs !

8 commentaires au sujet de « Rencontre avec Benoit et son Austin Healey BN1 de 1954 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Chapman

    Ce qu’il y a intéressant avec les beaux objets comme cette merveilleuse Healey c’est que chaque pièce qui les compose sont une œuvre d’art à elles seules….. Je ne detesterai pas exposer ce tableau de bord ou ce volant dans mon salon.
    Ce n’est évidemment pas le cas d’une auto moderne….. Même une « Alemantheu »

    Répondre
  2. Piat Georges

    Cédric a raison de parler d’avion, les sièges rappellent ceux du Piper Cub, la platine des compteurs est bien dans l’ambiance aéro d’autrefois et le rétro intérieur « fait » bien Cessna des débuts. Et oui, il y a un rétroviseur intérieur dans les Cessna car, avec l’aile haute, on a une vitre arrière, comme en auto.
    Merci pour la balade Cédric !

    Répondre
  3. Tony

    C’est beau !!!
    C’est le complément idéal à une BMW 116d de tous les jours…
    Ce genre d’engin c’est le plaisir à vitesse légal (ou presque). Et en plus quand c’est top boulon cela ce regarde comme une œuvre Michel-Ange.

    Répondre
  4. Stéphane. NC

    Superbe!
    Etonnante la plaque d’immatriculation.
    Quelle préparation le moteur a t’il subi pour accepter le sans plomb?
    Quelle est la cote du bébé dans cet état?

    Merci Cédric

    Répondre
  5. Ronan

    Roooolala, c’est du p’tit lait que de regarder ce reportage en prenant mon café du matin, merci Cédric!
    Elle est superbe et ces sièges sont si invitant…..quel plaisir ce doit être un dimanche ensoleillé à 20*c sur les routes de campagne Frââânçaises…..Et quelle classe!

    Pour moi ce genre de petit cabrio British me rappelle toujours la BD que je lisais dans les années 80, Clifton (mais lui roulait en MG). Sans aucun doute Freud me glisserait à l’oreille que c’est la racine de mon obsession des cabrios……..
    Encore merci Cédric et Benoit!
    I say, old chaps, have a spiffing day!
    🙂

    Répondre