Les aventures du Toutatoto 2015 : la Simca 1301 S Break de Bernard (2/10)

 Le commandant Chatel  et moi-même à l’assaut du Touratoto au volant de la Lancia Beta Coupé 2000 de 1977. Le Touratoto est une épreuve alternative au Tour Auto entre Carcassonne et Biarritz pour une épopée routière dans les Pyrénées. 

Rencontre avec la Simca 1301 S Break de Bernard et sa fameuse lunette arrière descendante qui nous fascine depuis l’enfance, le commandant Chatel et moi même. Explication.

L’avis des Petits Observateurs !

9 commentaires au sujet de « Les aventures du Toutatoto 2015 : la Simca 1301 S Break de Bernard (2/10) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Tony

    Tres sympa cette Simca. Le grand fan de break que je suis apprécie chaque détail. On pourrait dire que c’était le Renault Scénic de l’époque ?

    Répondre
  2. Daniel

    Pourquoi petits garçons, nous étions fascinés par cette manivelle et ce système d’ouverture de la vitre et du coffre ?
    Moi, c’est celle du boulanger en face de chez mes parents que souvent j’admirais par la fenêtre, mon Père avait préfère acheter une Ami 6 break, (il lui fallait absolument un break pour son commerce et à l’époque hors de question d’avoir un véhicule utilitaire et un véhicule personnel ! l’ami 6 break fera très bien l’affaire pour trimbaler les 4 enfants à l’arrière !
    En y réfléchissant, je crois que nous n’avions pas de concessionnaire Simca dans notre petite ville et le propriétaire du Garage Citroën était un très bon client de mon Père.
    Encore une vidéo jouissive que seul POA peut produire. L’effet du levier de vitesse sur la Simca ?!
    Bravo à Renaud

    Répondre
    1. FL

      Pareil. Moi aussi celle lunette arrière qui se baissait me plaisait beaucoup et j’aurais aimer pouvoir voyager à l’arrière, observant la route comme installé à un balcon.

  3. Stéphane.nc

    Nous sommes des survivants 😉

    Pas d’ABS ESP EURONCAP AIRBAGS…..de clim’,de GPS (engueulades des parents devant la carte Michelin dépliée); et pire…PAS DE PLASTIQUES MOUSSÉS.

    Le plus marquant à mes yeux avec les caisses de cette époque c’est la taille. Des bagnoles de Hobbit. A tel point que la super5 garée à côté a des allures de SUV.

    Répondre
  4. Piat Georges

    Aux USA, ils font des « tail party », c’est à dire qu’ils baissent la vitre arrière avec la manivelle et font le pique-nique avec le coffre abaissé qui fait office de table.

    Répondre
  5. Chapman

    Dans les années 80 les parents m’avaient confié la difficile mission de remplacer la vieille Simca 1100 complètement pourrie de rouille qui datait de 1976 qui restait à la maison de campagne familiale.
    Un ami concessionnaire Volvo me fit faire un coup de fusil (selon ses propres termes) avec une voiture de reprise qu’il venait de rentrer…..
    Bingo ! Une Simca 1500 break de 1965 en état proche du neuf, 70000 km au compteur le même intérieur rouge en skai d’une seule pièce, formant banquette et le fameux gros compteur rond issu tout droit de l’Arronde…
    Après un accueil un peu froid de mon père ( pensez donc une voiture dix ans plus vieille) elle fut la mascotte de la famille pendant des années et ne nous causa aucun ennui. Elle pouvait rester plusieurs mois sans tourner et répartis d’un coup de clef à la première sollicitation.
    Je la revenais à un ami au milieu des années 90 , sa femme l’adopta tout de suite pour un usage quotidien. Ils durent s’en défaire quand il fut trop difficile de trouver des pièces.

    Répondre
    1. Thibaut Chatel

      Merci pour cette histoire et merci pour lexpression « Un coup de fusil !!! ».
      Magnifique.