P.O.A Strasbourg : Viens faire un tour en Renault 16

Par Benjamin Walther. En 1973 Renault chantait à la télévision « Viens faire tour en Renault 4… » montrant en couleurs les qualités de sa petite voiture. P.O.A Strasbourg vous propose un tour en Renault 16 dont l’ADN commun avec la R4 ne laisse aucun doute sur ses origines de « voiture à vivre ».

 La genèse de la Renault 16 se devine à travers ses lignes. Pierre Dreyfus, Président de la Régie affirme à l’époque qu’elle « ne ressemblera en rien à une 404, une Record ou une Taunus ». Les ingénieurs concepteurs avaient un seul mot d’ordre : imaginer la voiture moyenne supérieure telle qu’ils la voudraient. C’est donc tout naturellement que l’idée de la voiture « blue-jean » polyvalente et agréable à vivre qui a donné naissance à la Renault 4 sera transposée à la R16.

Si la Renault 16 ne sera jamais considérée comme l’un des canons de l’élégance automobile, il faut souligner l’audace de Renault qui se différencie nettement de ses concurrents de l’époque.

C’est l’histoire du trop ni trop peu, entre le beau et le pratique.

La Renault 16 reprend les éléments architecturaux de la berline et du break dans le style anguleux de Philipe Charbonneaux, qui a par ailleurs dessiné la R8. La carrosserie bicorps et l’intégration du hayon, uniques dans ce segment, sont complexes à réaliser car  Renault ne veut pas donner l’impression d’une voiture utilitaire. L’habitabilité record est permise par la structure bicorps, le hayon facilite le chargement, la ceinture de caisse basse et le pavillon haut favorisent l’accessibilité, le confort et la luminosité.

 En réalité, son style est  lié à ses qualités intrinsèques. La ligne de la Renault 16 est finalement plus moderne que belle. Cette modernité était le faire-valoir de la R16 dans la société de consommation naissante des années 60.

Ce pari de l’audace fût payant : entre en 1965 et 1980, 1 851 500 exemplaires se sont écoulées.

Notre Renault 16 d’essai est une version TX, apparue lors millésime 1974.

Elle représente le haut de gamme et l’aboutissement de la R16 dans les années 70 qui voient l’apparition des autoroutes sillonnant l’Europe. La Renault 16 TX avale la route à 175 km/h, en silence grâce à sa boite à 5 rapports. Une fois au volant, on trouve très rapidement ses marques. La Renault 16 est une voiture moderne pour son époque. On y retrouve de grands sièges en mousse (et non à ressorts) dans lesquels on s’enfonce pour ne plus en bouger.

 Finalement, après avoir parcouru quelques centaines de mètres, on prend un réel plaisir à changer les 5 vitesses du bout des doigts, on se laisse bercer par les suspensions souples et entraîner par les 93 chevaux qui sont encore adaptés à la circulation actuelle.

R162

 L’équipement disponible pourrait même la faire passer pour une voiture du 21e siècle : condamnation centralisée électromagnétique, vitres électriques, pare brise en verre feuilleté, toit ouvrant, vitres teintées, boite automatique, sièges en cuir ou encore climatisation. La Renault 16 fait partie de ces voitures anciennes que l’on peut utiliser encore aujourd’hui, tous les jours, profitant de sa robustesse mécanique et d’un degré de soin étonnant.

R16 3

Apparition des vitres électriques, commandées depuis le tableau de bord par ces interrupteurs très 70’s. Cadrans ronds et fond en aluminium brossé. La grille située en haut du tableau de bord courait sur toute sa longueur et permettait une diffusion douce et uniforme de la chaleur dans l’habitacle sous forme de nappes d’air entrant dans l’habitacle par surpression.

Renault a fêté cette année les 50 ans de la R16. Sa conduite est intemporelle, tout comme l’idée de la berline au long cours, agréable à vivre, qui raconte des histoires de voyages et de routes, sans surenchères.

 

 

 

 

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

10 commentaires au sujet de « P.O.A Strasbourg : Viens faire un tour en Renault 16 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Richard

    Ah la R16….. en 1980, mon frère avait racheté a un voisin, une R16 TS de 1968, j’en garde un magnifique souvenir… voiture confortable, moelleuse, nerveuse et rapide….. C’est sur cette voiture, puis ensuite une 204 que j’ai appris à manipuler les vitesses au volant, ce qui me rappelait les 404 de mon père…

    Une voiture pratique qui se mettait en break avec le dossier arrière, collé au plafond par des sangles… lol!!!

    Pas loin de chez moi je vois encore 2 R16 TX plus récentes qui circulent régulièrement (une grise et une vert métal), j’en connais aussi une bleu mais je ne la croise jamais…

    Pour les amateurs d’anciennes, je vous recommande la montée historique de la ville de Laon (02000) qui se déroule généralement fin mai/début juin. Pour 2015 elle se tiendra du 29 mai au 1er juin. Les 30 et 31 mai, les voiture (+500) circuleront dans le laonnois et seront exposées dans la ville

    Si vous passez dans la région, je vous conseille de faire le tour des hôtels de la ville et la région pour y voir les véhicules des participants qui viennent de loin et même de l’étranger

    Répondre
  2. Antoine Franc

    Tiens donc

    l’antenne strasbourgeoise est montée à la capitale pour cette POAde à Retromobile !
    C’est amusant de constater que tous ceux qui ont eu des 16 (TX surtout) en ont un super souvenir mêlés de records de vitesses… à l’époque ou on pouvait appuyer !

    Bravo aussi à l’équipe de Renault Classic (avec qui je bosse régulièrement) de conserver un ou plusieurs modèles de la marque en état concours et roulantes.

    Répondre
  3. NIKO

    Merci à l’antenne Strasbourgeoise de POA pour cette petite ballade.
    L’occasion de se rappeler que Renault faisait déjà dans les voitures à vivre.

    Répondre
  4. hector

    Au milieu des années 80 j’ai eu une 16 TL marron en moins bon état que celle ci.Mais elle a résisté a tout (même aux routes de Corse sans freins et dans la bonne humeur……)
    Un copain à qui je l’avais prêtée me l’a emboutie sur le côté et je l’ai conduite avec le côté « rentré » et une vitre en plastique. pendant encore un an.
    Sans cet accident ella aurait roulé encore longtemps, voiture agréable avec les vitesses au volant comme ma regrettée D super 5 sur laquelle j’ai nppris a conduire… Mais quand même un monde entre ces deux voitures la DS est bien au dessus en tout point sauf la modularité du coffre sans doute…

    Répondre
  5. chapman

    Oui l’accélérateur il fallait s’y habituer…..elle était nerveuse la 16! Et le bruit….tout à fait ça. Quelle finition hein?
    Belle observation, toujours un peut courte quand on aime.

    Répondre
  6. Samuel (POA Belgique)

    Aaaah, merci P.O.A Strasbourg. Merci Benjamin et Corentin de faire vivre la Prooovince ! Encore d’autres, encore ! 🙂

    Excellente poade le coup de la modularité. Cherchez cela à l’heure actuelle, sauf peut-être sur des Transporter qui est, sans nul doute, « la meilleure voiture au monde » (dixit Philippe 2rak !) : impossible, ou presque, de retrouver ce genre de curiosité sur les productions actuelles destinées aux familles…

    Charmant et reposant 😉

    Répondre
  7. Georges PIAT

    Ah oui… Elle me plaisait bien la 16 TX, avec ses deux petits phares rectangulaires additionnels. Peut-être la plus raffinée des Renault (avant la R30 et son PRV, bien sûr).
    En fait, je ne suis jamais monté à l’intérieur d’une R16, mon père était très « Break Volvo »… La 144 à moteur B20 (increvable) pour ceux qui connaissent. La bagnole des antiquaires. On comprenait pourquoi quand on voyait le volume de chargement !

    Répondre