Souvenirs d’Autos (38) : Sens unique à Vichy

Par Thibault Chatel*. Début des années 70. Vichy. Mon père, François Chatel, tourne une émission de variété avec Jacques Ary (j’ai déjà parlé de ce comique et gagman de Jerry Lewis qui passait sa vie à chercher des idées loufoques pour faire rire ses amis).

870-3361

 

Les voilà dans un hôtel sur la Place de la Poste… où les soirées sont un peu longues après le tournage, car Vichy by Night, ce n’est pas vraiment folichon.

Place de la poste

Bref, un soir, ils sont chacun sur le balcon (donnant sur la place de la poste). Ils s’embêtent un peu… Jacques Ary prononce alors ces mots :

–   François, va te coucher… mais demain matin, sois-là à 7 heures pile ! Je te réserve une petite surprise !…

Connaissant les pitreries de Jacques, mon père va se coucher en mettant son réveil à 7h00…. Le lendemain matin, il se lève et découvre que les autos qui arrivent sur la place ne peuvent en ressortir puisque toutes les rues sont dorénavant en sens interdit ! Engueulades ! Coups de Klaxon ! Et noms d’oiseaux qui volent bas !

Mon père regarde mieux et découvre qu’un policier siffle sur les conducteurs qui cherchent à s’évader en prenant un sens unique !! Il n’est pas long à comprendre que c’est Jacques, qui a « emprunté » un costume du tournage et qui sème une zizanie incroyable au cœur de la ville avec sifflet et bâton blanc !

Jacques Ary

Soudain, des vrais flics arrivent et découvrent un embouteillage monstre. Jacques, malin comme un renard et vif comme l’éclair, retire son képi et rentre à l’hôtel. Quelques instants plus tard, il est sur le balcon voisin de celui de mon père et profite du spectacle !!

Il faudra une bonne heure à la police de Vichy pour rétablir la circulation.

Jacques, en fait, avait repéré la veille un entrepôt où se trouvait des panneaux de signalisation et il avait passé la nuit à les transbahuter avec sa Cadillac pour installer des sens interdit devant chaque rue.

Un travail de titan… pour faire rire mon père un instant !!

Jacques, tu étais un King de l’humour.

Retrouvez tous les souvenirs d’autos de Thibault Chatel

Petit bonus :

Jacques avait toujours dans sa poche une bobine de fil de pêche en nylon. Quand il arrivait dans une soirée, il accrochait un bout du fil à une poignée de porte et il traversait la foule dans un sens, puis dans l’autre, puis faisait le tour du groupe en dévidant le fil… En quelques instants, les gens étaient comme prisonniers et tentait de s’échapper de ce piège. Et ça faisait beaucoup rire le grand Jacques Ary.

 

 

Je m’appelle Thibaut, je suis né en 1959. Il se trouve que j’ai toujours adoré les automobiles… Pourquoi ? Sans doute parce que j’aime l’idée de liberté. On monte dans sa voiture, on démarre, on s’en va ailleurs. Là où il fait beau, au bord de la mer, à la campagne… peu importe. Parfois, je repense à des histoires d’enfance, d’adolescence, de jeunesse et j’ai décidé de les livrer à P.O.A.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

6 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (38) : Sens unique à Vichy »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Thierry

    Je vois bien l’endroit, mais pas l’hôtel ! …. pas de souvenirs d’un hôtel sur cette place. Ce n’est pas grave, et ne change rien à l’anecdote. Je suis de 1959 et à Vichy depuis ma naissance … Par contre il y avait une boîte de nuit sur la place de la Poste, c’est peut-être de ce lieu festif que nos amis se régalaient les yeux ! C’est un vrai remake de l’histoire du sens interdit de Raymond Devos.

    Répondre
    1. Fred Seyrat

      ah!ah!ah! ça m’a bien fait rire! quel plaisir de te lire de bon matin Thibault, ça met de bonne humeur! à bientôt! 😉

    2. Thibaut Chatel

      Oui, il l »a fait. Jacques Ary était capable de faire beaucoup de choses, crois-moi. Simplement pour faire riure ses amis. Il y a encore beaucoup d’histoires à raconter avec Jacques…