Souvenirs d’Autos (36) : Dans la Renault 4L des pompiers avec Max Meynier

Par Thibault Chatel. Une histoire de fous ! Nous sommes en 1978. À cette époque, l’émission de Max Meynier « Les Routiers sont sympas » a évolué.

routiers2

Max Meynier

Max ne fait plus son show tous les soirs en direct des entrepôts Calberson où RTL lui avait installé un studio, mais dans une Mercedes limousine noire avec quatre logo RTL très discrets en lettres dorée. Cette voiture avait été crée pour « Le journal inattendu » de Philippe Bouvard. Avec cette auto, Max se balade dans Paris et fait son émission au fil de son inspiration, un peu le nez au vent. Mais, il continue à lire à l’antenne les messages des routiers :

–   Lili prévient Robert qu’il peut récupérer les clés du camion à Chantilly…

–   Jean-Jacques qui part à minuit de la porte d’Orléans pour Marseille cherche du fret de cabine…

–   Etc.

Il faut donc un assistant dans la voiture pour écrire ces messages sur des fiches et les confier à Max au fil de l’émission. Quand l’assistant habituel n’est pas libre, on fait appel à moi.

Ce soir là, on part vers 19h00 de la rue Bayard pour prendre l’antenne à 20h. Max a envie de faire l’émission avec les pompiers. Nous allons donc « au flanc » à la grande caserne Champerret (17e arrondissement de Paris) où nous sommes très bien reçus. Max était une grande vedette et c’était surtout un type charmant qui obtenait beaucoup de chose avec son sourire sincère.

Le colonel des pompiers nous conseille de partir pour le Vie arrondissement, à la caserne du Vieux Colombier où nous nous rendons.

Cette fois, comme ils sont prévenus de notre arrivée, nous sommes traités comme des altesses régnantes…

Quand nous prenons l’antenne à 20h, Max a pris place dans la 4L du commandant de la caserne et nous partons en convoi (grande échelle, camion, Mercedes RTL) vers une alerte.

Photo 4887

Une petite montée d’adrénaline sympathique.

La soirée se déroule très bien et les pompiers nous ouvrent les portes de leur caserne, nous faisant même visiter leurs chambrées et leur petite chapelle.

À minuit, nous rendons l’antenne et nous saluons nos hôtes qui nous disent :

–   Vous rigolez ou quoi ? Le cuistot prépare le dîner depuis 3 heures, on vous invite à dîner au mess des officiers.

Le souci c’est que nos bonnes amies (celle de Max, celle du technicien et la mienne) nous attendent rue Bayard à RTL.

Sur un geste du commandant, la 4L repart, sirène hurlante, pour aller chercher nos copines qui arrivent 10 mn plus tard les yeux ébouriffés !!!

Je vous passe les détails sur le dîner qui suit… particulièrement bien arrosés avec des pompiers aussi sympathiques qu’émouvants.

Nous sortons de la caserne au lever du jour avec des souvenirs plein la tête et besoin de prendre un cachet d’Alka Seltzer.

Max, je t’aimais vraiment bien.

Cliquez ici pour retrouvez les 36 souvenirs d’autos de Thibault Chatel

*Je m’appelle Thibaut, je suis né en 1959. Il se trouve que j’ai toujours adoré les automobiles… Pourquoi ? Sans doute parce que j’aime l’idée de liberté. On monte dans sa voiture, on démarre, on s’en va ailleurs. Là où il fait beau, au bord de la mer, à la campagne… peu importe. Parfois, je repense à des histoires d’enfance, d’adolescence, de jeunesse et j’ai décidé de les livrer à P.O.A.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

5 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (36) : Dans la Renault 4L des pompiers avec Max Meynier »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Frédéric à Montréal

    Thibault a un talent rare: en nous racontant ses souvenirs, il nous donne l’impression de les partager. Pourtant, nous nous contentions d’écouter la radio… alors qu’il la faisait! Merci de nous faire revivre cette époque, ça me rappelle mes vacances en France à l’adolescence!

    Répondre
    1. Benoist Speedster

      Bonjour Thibault,
      Bonjour Stéphane nc,
      Bonjour à toutes et tous,

      Une fois de plus Merci Thibault. Deux souvenirs en un. Déjà jeune, le soir, stressé par le lycée (oui je n’étais pas fait pour les études !!!! et pourtant !!!!) ne trouvant pas le sommeil, j’écoutais Max Meynier sur un tout petit « transistor » près de mon oreille. J’aimais bien son naturel.
      Puis bien plus tard, j’ai acheté une 4L rouge (je n’invente rien) pompier…
      Bref je suis d’accord avec toi Stéphane nc… Ce Thibault, quelle vie il a eu !! Alors merci de nous la faire partager.
      A bientôt;
      Benoist