La saga des Voitures de l’Année (5eme partie)

Par Patrice Vergès. Quel véhicule sera élu « Voiture de l’Année » ? Réponse ce lundi 2 mars. Replongeons-nous dans les années 90 où certaines élues n’ont pas laissé de grands souvenirs dans l’histoire de l’automobile. Et si le titre de Voiture de l’Année s’essoufflait … 

1996 : Pas de bravos pour la Brava

01 fiat_brava_19Les lignes molles de la Brava aux originaux feux rouges en forme de griffures, séduisirent moins que celles plus dynamiques de la Bravo. La qualité des Fiat de ces années là, n’était pas leur meilleure qualité.

Le constructeur italien fut de nouveau plébiscité en 1996 avec son modèle Brava qui ne fut pas la Fiat du siècle, loin de là. En fait, il s’agissait d’une Tipo restylée dont la base servait alors aux 3 marques. Dessiné par Chris Bangle avant son départ chez BMW, ce modèle était proposé en deux carrosseries différentes ; 4 portes (Brava) ou 2 portes (Bravo) plus réussie esthétiquement dans sa partie arrière. La Brava gagna d’un souffle (15 points sur 378) devant la Peugeot 406 bien plus séduisante autant au niveau esthétique que dynamique qu’en qualité de fabrication. Allez savoir !

Renault : On l’appelle le défricheur

02 renaultLe Scenic bâti sur la base de la Megane suscita un accueil qui dépassa les prévisions de production de Renault en entraînant de longs délais de livraison.

Avec le Scénic, Renault défrichait des territoires inconnus, celles du segment encore vierge du monospace compact. Cette fois, le titre était mérité. Réalisé sur la base de la récente Mégane, le Scénic I produit à 2,8 millions d’exemplaires jusqu’en 2003, créa véritablement un nouveau segment qui sonna le début de la fin du gros monospace. Il devançait largement la Ford K qui subit un rejet esthétique notamment auprès des femmes à cause de ses élargisseurs ailes arrière faisant penser à la trop redoutée « culotte de cheval ».

Alfa 156 : Merci Walter !

03 alfa_rs_1

La très réussie Alfa 156 lança la mode de la poignée arrière dissimulée. L’habitacle tout en sensuelles rotondités était aussi réussi que l’extérieur

En 1997, de nouveau, Alfa Romeo n’était pas en grande forme. Heureusement, arriva la 156 qui était une toute nouvelle voiture habillée avec grâce et sensualité par Walter da Silva. La 156 n’était pas seulement magnifiquement réussie au niveau de sa silhouette et de son environnement intérieur mais elle l’était tout autant par ses remarquables qualités routières que par ses mécaniques. Elle redonna un sérieux coup de boost à la vieille firme italienne qui en aurait bien besoin aujourd’hui.

Le «New Edge Design » pour la Ford

2002 Ford Focus ZX3

La Ford Focus étonna mais aussi dérouta les acheteurs par son dessin « New Edge Design ». Ford revint à des lignes moins typées sur la Focus II banalisée

La dernière année du siècle vit la victoire de la Ford Focus. Un modèle 100% nouveau par son nom, son nouveau châssis plutôt performant et par sa silhouette novatrice baptisée « New edge design » faite de lignes courbes toutes en intersection les unes dans les autres. Des lignes certainement trop clivantes puisque Ford reviendra en arrière avec la Focus II à la silhouette plus pépère en 2002. Ce style qui habillera d’autres Ford vivra ce que vivent les roses !

Yaris : made in France

05 toyota_yaris__1La Toyota Yaris I était une bonne petite automobile. Mais de là à en faire une Voiture de l’Année ! Le Fiat Multipla et l’Opel Zafira classée 3eme, le méritaient tout autant

En 2000 la Toyota Yaris n’offrait rien de transcendant par rapport à nos compactes tricolores de ces années là, hormis une finition sérieuse. Que cette japonaise soit fabriquée chez nous en Europe et surtout en France à Valenciennes à dû conditionner le jury puisque elle devançait largement le monospace Multipla dont les formes originales  rebutèrent la clientèle. C’est dommage, car c’était un véhicule très innovateur et intelligent. .

Alfa 147, une petite 156

06 alfa_romeo_147_pers_1L’Alfa 147 était une 156 en réduction dont elle reprenait la structure mais aussi une partie de ses mécaniques. Elle coiffa la Mondeo d’un petit point ! ;

 Une victoire hyper-serrée puisque l’Alfa s’imposa d’un souffle (un point !) devant la Ford Mondeo II bien pompée sur la VW Passat. La ligne de la 147 s’inspirait beaucoup de la 156 mais resserrée sur 4,22 m seulement. Elle en reprenait aussi son excellent châssis et ses plus grosses motorisations. En particulier, la GTA animée par le merveilleux et musical 3,2 litres V6 de 250 ch. Elle fut produite près de 10 ans avant de céder sa place à la Giulietta.

Peugeot 307, la voiture haute !

07 peugeot_3s_5La 307 cédait à la mode des voitures hautes avec 1,51 m de haut soit 15 cm de plus que la 306 à qui elle succédait. L’actuelle 308 est redescendue à 1,48 m.

 « Dorénavant, les voitures seront de plus en plus hautes » m’avait expliqué, très sûr de lui, le concepteur de la Peugeot 307 dans l’avion du retour de l’essai de la 307 dont la silhouette était plus haute de 15 cm (1,51 m) que la précédente 306. Hauteur qui la rendait un peu pesante de lignes mais bien habitable. La 307 avait davantage séduit le jury que la Laguna et surtout la Fiat Stilo complètement ratée en 5 portes. Voiture maudite depuis son lancement mondial programmé ce funeste 11 septembre 2001. Décidemment, le malheur ne dort jamais.

Mégane. Le Quement a encore frappé

08 renault__4La silhouette de la Mégane a choqué certains acheteurs. Pas les journalistes qui l’ont élue « Voiture de l’année » en 2003

 La Mégane 2 était en progrès qualitatif par rapport à la première mouture. Est-ce sa silhouette originale signée par l’équipe de Patrick le Quement, à la poupe verticale qui séduisit le jury ? Peut être. Mais ce ne fut pas du tout l’avis du réseau qui jugea sa ligne trop clivante en estimant perdre une vente sur deux à cause d’elle. La Mazda 6 classée 2eme bien plus soignée et originale aurait été un bien meilleur choix.

Pendable Panda II

09La Fiat Panda II devait avoir des qualités cachées pour recevoir ce titre en 2004. Mais sa portée commençait à s’atténuer…

On se demande ce qui a piqué le jury pour élire la Panda II « Voiture de l’Année » 2004 ? Qu’apportait de nouveau cette voiture autant au plan esthétique que mécanique ou dynamique ? Rien de plus que la Mazda 3 classée 2eme et surtout la Golf V qui échoua à la 3eme place. Petit, petit, petit millésime

Prius : le courant passe

Toyota PriusElue en 2005, la Toyota Prius II était la première voiture hybride de grande série.

En 2005, nous étions encore en pleine préhistoire de l’hybridation des voitures. La Toyota Prius II méritait largement d’être élue car c’était le premier hybride de série à offrir cette technologie alors très inventrice à un prix réaliste. Classée seconde, l’originale Citroën C4 avec sa silhouette différente selon qu’elle comptait 3 ou 5 portes aurait été également légitime à cette première place. Davantage que la nouvelle Ford Focus classée 3eme à la ligne molle et sans âme. « Le New Edge Design » était définitivement mort.

 

L’avis des Petits Observateurs !

17 commentaires au sujet de « La saga des Voitures de l’Année (5eme partie) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Yves

    Si BMW n’a jamais été récompensé ce qui est étonnant voire mystérieux, on peut s’étonner également qu’Audi l’ai été que deux fois en 51 ans contre 9 fois Fiat. Vous avez dit bizarre, comme c’est bizarre….

    Répondre
    1. Mat

      Bizarre, pourquoi bizarre, BMW n’est pas un généraliste et les produits restent relativement conservateurs. Ceci doit donner un bout d’explication à celà,… non?

  2. Lambert Alan

    Même si les avis sont variés concernant le design des compactes citées, le dessin entre elles était très variés et on ne pouvait pas les confondre!
    Mettez côte à côte les dernières Kia CEE’D, Hyundai I30, Ford Focus et une Mégane 3, à part les détails d’identité sur les calandres et quelques traits il est difficile pour un grand nombre de personnes de les différencier.
    La mégane II et la focus I aux arrières très typés restent encore d’actualité selon moi surtout en versions 3portes. Et la 307 avait une certaine « finesse » (avant restylage) comparée à la 308 I qui l’a remplacée

    Répondre
    1. Nicojo

      La 307 (phase 1) était une très bonne synthèse de ce qui se faisait à l’époque sur le segment des compactes. D’ailleurs, le public ne s’y est pas trompé car cette voiture a connu un succès foudroyant les premières années de sa commercialisation. En termes de volumes, il me semble même qu’en 2002 ou 2003, elle avait dépassé la Golf, ce qui reste un exploit remarquable. La nouvelle 308 pourtant très réussie ne peut pas en dire autant. Mais il est vrai qu’on a assisté à une multiplication des silhouettes au cours de la dernière décennie.
      Malheureusement, son image restera écornée par une fiabilité désastreuse.
      C’est dommage car la ligne reste encore d’actualité. Mon grand père en possède une en couleur Bleu Recife avec le moteur 2.0 138 ch essence. C’est un modèle de 2001 et quand on la voit, on se dit qu’elle n’a pas tant vieilli que ça, surtout lorsqu’on la compare à la 308 1ère génération.

  3. Pierre

    En fait, Michel ouvre un débat que je n’osais ouvrir vue la notoriété de la personne. Quelle voiture Patrick le Quement a -t-il réussie ou si vous préférez, quelle est celle qu’il n’a pas ratée?

    Répondre
    1. Gérald

      Sûrement la première twingo, futur collector ! Pour le reste j’ai plus de mal, sauf l’avantime, véritable tgv du début du millénaire mais tué dans l’oeuf.
      Je ne connais pas le personnage, mais pour moi Le Quement c’était plus un créateur de concepts plus ou moins réussis (twingo, scenic / vel satis, modus) qu’un dessinateur de talent, (et je passe sous silence la période Ford).
      En tout cas depuis son départ le losange est pour moi bien plus attirant.
      Patrice bien plus qualifié que nous a quand même titré « Megane : Le Quément a encore frappé »

  4. Michel

    Une remarque aussi sur le travail de P LEQUEMENT
    personnellement, je trouve son travail tres moyen
    FORD – Sierra et Scorpio de belles bouses!
    Pour la RENAULT Megane, difficile pour les clients de se retrouver avec une telle différence de design entre chaque version !!
    l’Avantime et la Velsatis j’ai jamais accroché
    La voiture qui n’avais marquée, c’etait la barquette qui a été produite dans les années 90 (je me souviens plus du nom), pour moi c’etait le renouveau d’ALPINE

    Répondre
  5. Michel

    OUI! merci beaucoup à Walter da SILVA, qui m’a fait plonger dans l’univers ALFA ROMEO
    La 156 (2,4 D) etait fabuleuse pour l’époque (2003) par rapport aux productions françaises, meme si la qualité de certains composants laisse à desirer
    mon épouse roule toujours avec sa 147 (phase2 de 2008)
    la 159 SW (2,4 -2009)reste encore dans le coup en attendant sa future remplaçante

    Répondre
  6. Claude

    les Cotys ne récompensent pas un style sinon la molle Toyota Prius n’aurait jamais gagné ni la Ford Focus. De toute façon comme cela est dit dans une légende sur la Fiat Panda, je pense que l’impact de « la Voiture de l’année » n’a plus aucune résonance commerciale. Ce ne sont pas les journalistes qui font le succès d’une voiture mais ses acheteurs!

    Répondre
  7. Gérald

    L’alfa 156 est absolument splendide et la 147 était dans la même lignée. Walter Da Silva a sauvé Alfa avec son coup de crayon mêlant références au passé et idée de génie (la poignée arrière cachée sera beaucoup copiée). Dommage que la dernière Giulietta ne soit pas aussi aboutit, j’espère que la future 159 deviendra une référence comme la 156, qui nous avait fait vite oublié la 155, ersatz de la 75.

    Répondre
  8. Jean

    La 156 était une voiture magnifique et bien plus réussie que la 166 et la 159 qui lui a succédée. Elle possédait aussi un 5 cylindres diesel qui était (presque) aussi beau à entendre que le V6 essence. Par contre, je vous trouve un peu dur avec la Toyota Yaris et pas assez avec la 307 qui était vraiment moche.

    Répondre
    1. Gérald

      Tout a fait d’accord la 307 marque le commencement du déclin des belles Peugeot. Heureusement que la nouvelle 308 rectifie le tir, et que la nouvelle 508 transforme l’essai. Par contre je trouve le commentaire sur la 159 déplacé, cette voiture est absolument splendide, en break elle tient encore la dragée haute à pas mal de contemporaines, dommage de ne pas l’avoir remplacée dans les temps.
      Ce qui est intéressant avec cette rubrique c’est de constater que les voitures mal dessinées sont plus ou moins des bides commerciaux. Dommage pour Le Quément, mais c’est dur d’être différent !

  9. Pierre

    C’est vrai la Brava n’était pas très belle. J’en ai acheté une d’occasion à une vente aux enchères à un prix très raisonnable car elle était de couleur rouge. Personne n’en voulait à cause de cette couleur et des voyants qui ne s’éteignaient pas sur le planche de bord. J’ai fait avec 25 000 km, les voyants toujours allumés sans problème majeur .

    Répondre
    1. Mat

      La Bravo était incroyablement racée, surtout pour l’époque ! Sa sortie remonte tout de même à 1995, soit déjà 20 ans, et son design reste encore de nos jours attrayant.
      Que signifie  » La qualité des Fiat de ces années là, n’était pas leur meilleure qualité. »
      Je ne sais pas ce qu’est une auto de qualité pour vous, mais, par expérience personnelle, il s’agit d’une auto très robuste. Près de 290 000km parcourus avec une 1600 16V 105ch sans aucun pépin. Uniquement un silencieux d’échappement changé (A ce kilométrage, l’auto roulait toujours). Une VW Golf ou autre allemande réputée pour sa robustesse l’aurait-elle été que cette italienne? Rien n’est moins sûr! ! !