Souvenirs d’Autos (27) : Giscard à la barre

Par Thibault Chalel 1978. C’est l’hiver, c’est la nuit et il fait un froid de loup. Et il n’y a pas grand monde sur l’autoroute en direction de la Touraine. À l’époque, je roule en 104 ZS rouge. Une petite auto que j’aime beaucoup…

VGE au volant

Soudain, au milieu de nulle part, je vois devant moi une 504 avec deux hommes à l’intérieur et je pense immédiatement que c’est une voiture banalisée de police. Pourquoi ? Je ne sais pas. Une manière de protéger la voiture qui la précède ? La petite antenne 400 Méga dont les autos de police sont équipées ? Disons, une sensation. Comme je suis d’un naturel curieux, je décide d’aller voir ce qui se trame.

En effet, la 504 escorte une magnifique 604... En doublant (difficilement car la 104 n’est pas vraiment très puissante) je me dis que le conducteur de la 604 ressemble beaucoup au Président de la République en exercice, Valéry Giscard d’Estaing.

604 VGE

Je cravache la boîte à vitesse et je réussis enfin à me retrouver à la hauteur de la 604. Cette fois, je regarde bien, je suis estomaqué, c’est bien Giscard au volant ! À sa droite, un agent de sécurité (c’est quand même une escorte hyper réduite !)

Donc, je roule sur la file de gauche à côté du Président de la République… Soudain, il tourne la tête pour voir qui n’en finit pas de ne pas le doubler… Alors, moi, sans réfléchir, je lui fais un signe de la main. Genre « bonjour »… et j’incline la tête. Le Président me fixe un instant, puis regarde à nouveau la route et reprend sa conduite sans me répondre, sans sourire, sans rien…

Là, j’ai un sentiment double. D’un côté j’admire cet homme de se balader au volant, avec une escorte minimum… et de l’autre je ne comprends pas qu’il ne me salue pas et je comprends mieux la sentence du Général de Gaulle à propos de Giscard : « Son problème, c’est le peuple » !

Petit bonus.

L’année suivante, je fais du ski à Courchevel et sur qui je tombe ? Valéry Giscard d’Estaing, skiant avec un seul agent de sécurité… ! Décidément… Cette fois, je ne lui dis pas bonjour. Non, mais !

Retrouvez tous les souvenirs d’auto de Thibault Chatel ici

Courchevel

*Je m’appelle Thibaut, je suis né en 1959. Il se trouve que j’ai toujours adoré les automobiles… Pourquoi ? Sans doute parce que j’aime l’idée de liberté. On monte dans sa voiture, on démarre, on s’en va ailleurs. Là où il fait beau, au bord de la mer, à la campagne… peu importe. Parfois, je repense à des histoires d’enfance, d’adolescence, de jeunesse et j’ai décidé de les livrer à P.O.A.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

12 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (27) : Giscard à la barre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. martin

    Il y en a un, aussi, qui a surement du etre etonne de le « croiser » au petit matin, en charmante compagnie au volant d’une ferrari. ( voir: Giscard accident du laitier )

    Répondre
  2. Fréour

    Thibault, encore une fois, un souvenir hors du commun.

    Ce qui serait amusant c’est que Giscard soit devenu un Petit Observateur, tombe sur cette histoire et te fasse enfin un signe ! Qui sait ?

    Quant à Hernu en… Lambo Countach. Comme toi, j’en reviens pas. Merci Philippe pour cette POA.

    Et merci Thibault.

    Cédric

    Répondre
  3. Designland

    Très honnêtement, si un type met deux plombes à me doubler, qu’il reste à coté sur la file de gauche à glandouiller, et me salue, je ne suis pas du tout sûr de lui répondre… et je me dis : « Mais qu’est-ce que c’est que ce casse-pied ? »
    😉

    Répondre
  4. Benoist Speedster

    Bonjour Thibault,

    Ce petit commentaire juste pour te dire qu’on est « potes » de 104 ZS. Ce fut ma troisième voiture. Une 104 ZS rouge de 80 cv… J’ai adoré cette voiture. Elle était légère, vive, nerveuse, de look sportif. (je sortais de ma première que j’avais achetée à l’age de 16 ans : une Simca 1000 Rallye de 1964 (celle d’avant la Rallye 1) et de ma deuxième une Simca 1100 LS beaucoup moins drôle).
    J’avais l’occasion de conduire la voiture de ma mère (qui adorait rouler sport) une R 5 Alpine Turbo grise foncée, et franchement malgré le surplus de puissance de cette dernière, je trouvais ma bonne 104 ZS (coupée) plus vive et plus ludique.
    Voilà grâce à ta petite observation de ce matin, de bons souvenirs me reviennent.
    Je me souviens que le moteur de ma 104 ZS avait lâché à 42000 kms (un piston avait cassé ????) et j’avais dû faire un échange standard. (j’avais eu du bol car pour le pris d’un échange standard par manque de moteur refait, j’avais eu à l’époque un moteur neuf).
    Note : 4 cylindres 1360 cm3.
    Merci Thibault.
    A bientôt.
    Benoist

    Répondre
    1. Patrice Vergès

      J’avais croisé Giscard pendant sa compagne de 74. il laissait sa SM pour rouler dans Chamalieres, ville dont il était le maire au volant d’une petite Renault R6. CA faisait moins riche! Ce n’était pas un grand amoureux de l’automobile et était partisan des limitations de vitesse qu’il a faites baisser dès son élection de 140 km/h sur autoroute à 130 (relevée de 120 à 140 en avril 1974) après la crise de l’énergie de décembre 1973.