Saga des voitures moches (16) : Ford 17 M 1968. Raser la moustache !

Par Patrice Vergès. Non, la Ford 17/20M 1968 n’était pas moche. Elle était surtout beaucoup moins séduisante que le millésime 1967 qu’elle remplaçait. La clientèle la rejeta si fort que le constructeur allemand dut redessiner dans l’urgence son modèle 1969 dans un style proche de celui de 1967. Est-ce clair ?

01 p6

  La clientèle rejeta la Ford 17/20 M 1968 qui ne fut produite que 11 mois avec une chute des ventes de 40% !

 La Ford 17/20 M P7 1968 détient le triste record d’avoir été produite seulement 11 petits mois. Elle était censée remplacer la Ford Taunus 17/20 M P 5 fabriquée de fin 1964 a 1967 et dont la silhouette flatteuse avec ses fameux pare-chocs remontant en forme de moustache avaient séduit une large clientèle. Le millésime 1968 baptisé P7 se distinguait de la précédente par une silhouette plus tendue dont on remarquait la suppression de ces pare-chocs remplacés par des ensembles plus brefs dénudant autant la face avant que l’arrière.

002 63 1967_cars_for d_p5

La P5 fabriquée de 1964 à 1967 séduisit par ses lignes pures et son pare-chocs en forme de moustache encadrant bien la face avant

« La râpe à concombres »

Ajoutons que l’avant manquait de classe sur les deux types de calandre selon s’il s’agissait d’une 4 ou 6 cylindres. Sur cette dernière, ses 28 petites alvéoles surmontées d’une fausse prise d’air lui valurent le surnom peu flatteur de « la râpe à concombres ». L’arrière n’était pas plus réussi surtout sur la 17 M dont les petits feux rouges horizontaux reliés par une étroite plaque en alu bon flottaient allégrement dans la poupe. Mais il y avait pire encore avec son profil tourmenté au trop léger déhanchement arrière s’opposant à l’horizontalité de la baguette de la vitre arrière. Jusque là, les Taunus offraient des profils épurés et fort réussies. Le slogan de Ford « La ligne de raison « fut remplacé par le public par « La ride du souci ».

04 ant

Les 17 M et 20 M 1968 6 cylindres se distinguaient par leur calandre. Elle était baptisée « la râpe à concombres »

sur la 20 M 6 cylindres à prise d’air factice

0003Sur la 17 M 1968, les petits feux  flottaient dans une poupe trop dénudée

Il est difficile de trouver des photos du millésime 68 que Ford a dû faire détruire pour oublier ce faux pas entraînant à un restylage d’urgence dans les mois qui suivirent la sortie de la P7. Ces photos sont empruntées aux catalogues prêtés par mon ami André Leroux dont je vous conseille de regarder son formidable site (http://leroux.andre.free.fr/). Ces dessins très flatteurs étirent et surbaissent les voitures en gommant les maladresses du studio de design. Les chiffres de ventes dégringolèrent de 248 000 exemplaires pour la 1967 pourtant en fin de vie à 158 000 Ford 17/20 M en 1968 !

Le retour de la moustache

Dès juin 1968, la nouvelle version B comme le plan du même nom fut dévoilée. Elle conservait le même pavillon tendu mais adoptait de nouveau des flancs lisses débarrassés du vilain déhanchement et d’un nouvel avant et arrière beaucoup plus racés reprenant les fameux pare-chocs en forme de moustache s’achevant par des optiques. Très bien accueillie, la 17/20 M P7 B perdura jusqu’en 1972 date où la Granada la remplaça.

http://www.autogaleria.hu -

Le millésime 69 revint aux flancs lisses plus épurés et les pare-chocs en forme de moustache et des feux verticaux comme les 67

 

L’avis des Petits Observateurs !

6 commentaires au sujet de « Saga des voitures moches (16) : Ford 17 M 1968. Raser la moustache ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Frédéric

    Surpris de voir jusqu’où on peut aller pour se donner des sentiments de spécialistes en matière d’automobiles. Cette Ford 17m de 68 était une très belle voiture aux allures d’americaine et que je connais parfaitement. Je n’ai jamais rencontré personne faire de mauvaises critiques et elle attirait bien au contraire beaucoup de monde qui admirait ses lignes. On peut se demander d’où vient cette pauvre idée que le public rejeta ce véhicule si fort que Ford dû en urgence changer de modèle pour l’année suivante, comme si il suffisait d’un an seulement pour sortir un nouveau modèle d’un claquement de doigt, tout frais sorti d’usine et déjà chez les concessionnaires. On n’en a pas fait autant pour le fiat multipla qui elle, par contre, a toujours été élu comme la voiture la plus moche et elle garde encore le titre. Pourtant personne ne la rejetait et les ventes ont continué quelques années. Non en fait, pour certaines raisons autres, Ford avait sans doute envisagé de sortir ce modèle que pour une année ce qui ajoute à son charme et à sa valeur. Le modèle de 69 était certes une jolie voiture également mais qui possédait néanmoins moins de prestance que celle de 68. Ce modèle de 68 faisait sensation auprès du public et il continue encore.

    Répondre
    1. Frédéric

      Non cette Ford 17m de 68 n’était absolument pas moche et réellement plus séduisante que ses prédécesseurs. C’était une très belle voiture aux allures d’americaine et que je connais parfaitement. Je n’ai jamais rencontré personne faire de mauvaises critiques et elle attirait bien au contraire beaucoup de monde qui admirait ses lignes. On peut se demander d’où vient cette pauvre idée que le public rejeta ce véhicule si fort que Ford dû en urgence changer de modèle pour l’année suivante, comme si il suffisait d’un an seulement pour sortir un nouveau modèle d’un claquement de doigt, tout frais sorti d’usine et déjà chez les concessionnaires. On n’en a pas fait autant pour le fiat multipla qui elle, par contre, a toujours été élu comme la voiture la plus moche et elle garde encore le titre. Pourtant personne ne la rejetait et les ventes ont continué quelques années. Non en fait, pour certaines raisons autres, Ford avait sans doute envisagé de sortir ce modèle que pour une année ce qui ajoute à son charme et à sa valeur. Le modèle de 69 était certes une jolie voiture également mais ce modèle de 68 faisait sensation auprès du public et il continue encore.

    1. Thierry

      C’est dans cette auto que je revenais du collège le soir. Je ne connaissais pas l’histoire du restylage si rapide.