Saga des voitures moches (14) : Vent mauvais pour la Renault Wind

On a vu des voitures moches comme la 2 CV fort bien se vendre. On aussi vu des voitures belles comme la Talbot Tagora se vendre très mal. On a vu également des voitures moches ne pas se vendre du tout comme la Renault Wind. Il y a une justice quand même !

 Patrice Vergès

w 01 (2)

Trop courte, trop haute, trop ronde, trop cunéiforme. Mais il était difficile de faire autrement en utilisant la structure de la Twingo

 Produite moins de 3 ans, la Renault Wind a été tuée par ses ventes calamiteuses. Beaucoup ont expliqué après que c’était parce qu’elle n’avait pas reçu de motorisations diesel. Certainement. D’aucuns, parce qu’elle n’offrait que deux strictes places qui ont été un frein à la vente. Assurément. Opel pensait produire quotidiennement 150 Tigra Twintop qui ne comptait aussi que deux places, alors que le carrossier Heuliez n’a jamais dépassé les 75 exemplaires/jour. C’est ce qui l’a tué bien qu’il en ait construites plus de 90 000 exemplaires. C’est très anxiogène, une stricte deux places qui empêche l’idée qu’on puisse avoir l’obligation de rouler un jour à trois.

Esthétique trop grasse

Je pense tout simplement que c’est à cause de son esthétique mollassonne qui fait songer à une baignoire sur roulettes avec ses flancs trop hauts et trop épais, sa face avant de Twingo trop molle et trop brutalement pentue, son pare-brise trop envahissant comme la 308 CC, ses ailes trop joufflues, et son porte à faux trop bref que la Wind a été un échec !. Facile de critiquer diront certains. Renault était prisonnier de la structure de la Twingo qui est courte et haute. La Wind ne pouvait pas être ni basse (1,38 m) ni longue (3,83 m) ni racée. D’où ses flancs trop lisses et surtout trop hauts qui empêchent un type qui n’a pas la grosse tête de la passer par la minuscule glace latérale si la voiture est équipée du toit. En fait, ce n’était pas un vrai cabriolet mais plutôt un coupé découvrable !

w 3

w 901

Même avec des 17 pouces, les roues semblaient trop petites pour la carrosserie

Sa forme molle et grasse a été rejetée par le sexe faible qui songea immédiatement à une silhouette « cellulitée » en la voyant. C’est ce qui arriva aux premières Ford Ka dont les élargisseurs d’ailes de couleur différentes à l’arrière formant une sorte de bourrelet autour des ailes évasées firent instantanément penser à la fameuse culotte de cheval tant redoutée par les femmes. Ford fut contraint de les peindre de la couleur de la carrosserie pour atténuer visuellement leur débordement.

w 02

La visibilité arrière était catastrophique mais le toit pivotant génial

Amusante et efficace à piloter

Pourtant la Wind ne manquait pas de dons. Si elle n’était pas agréable à regarder elle l’était à vivre et encore plus à piloter. C’était une petite sportive très amusante à conduire avec des mécaniques vives autant en 1200 100 ch qu’en 1600 de 133 ch. Elle tenait super bien la route, offrait un bon confort, un coffre géant de 270 litres et possédait un toit dur génial pivotant qui s’ouvrait en 12 secondes seulement sans prendre beaucoup de place comme sur les CC. En plus, elle était proposée à un tarif raisonnable inférieur à celui d’une 207 CC par exemple. Mais cette dernière plus réussie au plan esthétique offrait deux petites place se secours où l’on pouvait glisser deux gamins ou quelques bagages. Pas la Wind affublée en prime d’une visibilité médiocre latéralement et calamiteuse à travers la meurtrière à l’arrière. Ne parlons pas de sa finition qui à ses cotés, faisait ressembler une Fiat à une Lexus.

w 04

La planche de bord dérivée de la Twingo offrait une présentation sympathique

Pour tenter de la vendre, Renault la proposa à un prix intéressant à des loueurs de voitures de pays ensoleillés avant d’arrêter sa production. Non seulement c’est une des voitures les plus moches de son temps mais aussi l’un des l’un des plus grands bides industriels avec seulement 13169 voitures produites dont la majorité en 2011 (6900 ex) alors que Renault espérait en vendre autour de 100 000 par an. Même les Anglais n’en ont pas voulue. C’est dire !

wind 4

Pour tenter de dynamiser les ventes, Renault dévoila en vain une version Gordini à bandes blanches.

L’avis des Petits Observateurs !

26 commentaires au sujet de « Saga des voitures moches (14) : Vent mauvais pour la Renault Wind »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Gengis Caradec

    Vous avez l’air heureux dans votre vie ^^ (le mec qui a fait se descriptif)
    Cordialement,
    Un aimant de la wind.
    Chacun sa route, chacun ces goûts, passe le message à ton voisin 😉

    Répondre
  2. VincentDK5

    De mon point de vue, et par comparaison avec l’Avantime, la Wind a également eu la malchance de sortir à une période ou la gamme Renault se caracterisait par de bons modèles mais à l’image assez effacée, peut être en lecon de la gamme atypique et clivante du temps de l’Avantime. D’ou un manque de cohérence la ou le coupéspace se placait en locomotive à la tête du reste de la gamme, et dans la lignée d’une volée de concepts(twingo-scenic-spider-clio v6, le « créateur d’automobiles « ).
    Dommage, l’idée d’une petite deux places à sensations motorisée par Renault Sport aurait pu donner une vraie voiture passion créant une continuité entre la v6 et la nouvelle Alpine !!!

    Répondre
  3. Charly

    J’adore cette auto, c’est difficile de faire un CC qui ne fasse pas trop macho, or cette wind et sa petite bouille sympa ne l’est pas le moins du monde.
    Et puis parler d’un échec à cause de son physique, mmmh, j’ai envie de dire que c’est toujours terriblement facile de tirer des conclusions après coup 🙂 Je pense que son échec a bien plus d’une raison !
    Je suis d’ailleurs en phase d’achat pour l’une de ces petites bêtes, mais étrangement elles n’ont pas tant décoté que ça… pourquoi ? Je ne me l’explique pas !

    Répondre
  4. Chassis

    J’ai un wind noir, sièges chauffants en cuir camel version 102cv 75KW de 2011 avec jantes 17 et je m’amuse comme avec aucune autre voiture précédente. Elle est très fun, avec un super châssis qui tient parfaitement la route et en plus elle est très joueuse quand on est haut dans les tours. Franchement, le toit style superamerica, j’adore, mais il faut avoir le frein à main enclenché (dommage). Elle consomme quand on met dedans mais c’est trop bon. En plus, elle est donnée niveau prix en occasion, cool .

    Répondre
    1. pascal

      Bonjour,
      je viens d’acheter une wind 1.2 litre Gordini, 90000 km de 2011, j ai fais 1000 km, voiture très agréable, bonne tenue de route, bon freinage, consomme un peu, pas de bruit désagréable.

  5. Bocquet. Jean-Luc

    J’ai oublié de préciser :
    Cette Wind est très jolie à regarder et très agréable à piloter.
    Surtout par les temps qui courent…

    Répondre
  6. Bocquet. Jean-Luc

    Vous faites fais bien partie de l’égrégore…
    Vous voulez un roadstair 4 places + plus un grand coffre pour mettre la plaque de placo !
    Lol !
    Sacré Patrice Verges , va !
    Moi j’ai quatre véhicules.
    Un pour le bricolage, un pour y coucher, un pour faire les courses et le courant, et un , voiture plaisir !
    C’est ça l’esprit du grand large Patrice !
    Du souffle, de l’envergure !
    Pas la baguette et le béret !

    Répondre
    1. Gueudin Francis

      Excellente réponse se votre part, je viens personnellement dans acquerir une en seconde voiture ce n’est que du bonheur,pas la voiture de Mr tout le monde et celà nous plaît.
      Achetee à la concession de Montpellier 26000 km pour 6900€ un conseil à ceux qui en Possède une.. gardez là les prix vous grimper
      Super petite voiture qui a la pêche et très sympa à conduire
      Amicalement

  7. MIGUET

    Je possède une wind 1.6 133 cv… Et cette voiture, même si elle n’est pas super belle est très attachante… Châssis dynamique développé par Renault sport. Gros freins. Diabolique sur petites routes de montagne, bruyante et fatigante sur autoroute. Consommant 8 bons litres au cent en moyenne sur route. Le moteur est à double visage: placide et doux sous 4000 tours, rageur et jouissif de 4000 à 7500 tours. Sans turbo, il est un digne représentant d’une époque révolue. La sonorité de l’échappement est hyper sympa et les hurlements du moteur à haut régime ultra plaisants. OK, elle n’est pas reine de beauté mais a une « bouille » et plein de qualités tel un grand coffre pour partir en week-end, une bonne sono, une finition pas si ridicule eu égard au prix, et en occasion, elle est cadeau pour un tel jouet… Car je peux vous dire que vous descendez avec le sourire aux lèvres après une montée du col du Turini! (je l’ai fait)…

    Répondre
  8. jp

    Les goûts et les couleur…
    Enfin ce qui est bien c’est que l’auteur nous prévient des l’intro qu’il est dans l’ironie et s’adresse a des connaisseurs en automobile et revendique des gouts en matière d’esthétique automobile plutôt pas banal, dire qu’une Talbot Tagora est belle !!!!!!
    Je vous laisse le soin de rechercher sur google et de vous préparez à rire un bon coeur….
    😉

    Répondre
  9. Lucas

    Bonjour à tous,

    Pour une fois je ne suis pas d’accord ! J’aime bien cette Wind elle a un look sympa, surtout en finition Gordini.
    La faible production ( 13 000 exemplaires) en fera très certainement un modèle collector, comme l’Avantime !

    Répondre
    1. Marc

      Du même avis que vous. J’aime bien cette Wind, mais pour autant j’aurai plutôt acheté une Twingo RS plutôt qu’une Wind équipée du moteur de la Twingo RS.
      Je pense aussi que cette Wind deviendra un collector , surtout les Gordini avec le 1.6 133ch. Tout comme l’Avantime et la Vel Satis sont des collectors pour les fans du Losange. D’ailleurs je lorgne sur la Vel Satis du grand père de ma conjointe, une magnifique Initiale dans un état irréprochable et motorisée par le V6 3.5, bref le summum ! La couleur de la carrosserie et de la sellerie, beige, n’est pas celle que je préfère mais peu importe, quelle voiture !

  10. Thierry

    C’est vrai que commercialement c’est un pure échec ! J’ai aimé, elle me fait (je garde le présent quand même !) penser à la Lotus Europa découverte enfant dans la série « Chapeau melon et bottes de cuir ». Je voulais m’en offrir une alors qu’elle était au plus haut de son tarif, je me suis acheté à l’époque une Twingo, que je n’ai utilisé qu’à deux avec ma femme, comme petite auto de week-end … La Wind aurait été idéale.

    Mais qu’elle ne fut pas ma surprise il y a quelques mois de voir que mon concessionnaire local laissait ses dernières Wind neuves à moins de 10.000 € !!!!! Dommage, car je pense en plus qu’elle est fiable.

    Répondre
    1. AutoBlogs

      La Lotus Europa deuxième série a quand même été redessinée, le haut des montant d’aile arrière en pente avait été rabaissé. Ce qui rendait l’Europa plus agréable à regarder et améliorait sans doute la visibilité arrière. C’est de cette version qu’il aurait sans doute fallu s’inspirer.

  11. Franckreich

    Cette Wind est symptomatique des errements de M Ghosn et de son égo qui avaient intelligemment décrété qu’une voiture à succès devait être banale pour ne déplaire à personne. Il en avait oublié dans son axiome qu’avant de prendre le risque de déplaire, il fallait savoir prendre celui de plaire. Ce que les Laguna, Megane, Lattitude (au top) et cette triste Wind n’ont jamais réussit à faire.

    Répondre
  12. Guillaume Darding

    Dommage pourtant, on aurait pu espérer beaucoup mieux. Renault a pourtant pondu par le passé le Spider, à peine moins long que la Wind (sur un châssis spécifique certes) ou la Clio V6 (sur un châssis non prévu à cet effet à la base). Renault aurait dû appliquer la même recette! Mais cela impliquait de ne pas produire la Wind en Slovénie, sur les mêmes lignes que la Twingo. Hors peut-être était-ce là le but de la Wind: maximiser le taux d’utilisation de l’usine…

    Répondre
    1. Seb

      Difficile d’avoir les mêmes attentes entre une Clio V6 ou le Spider (initialement prévu sous l’écusson Alpine) qui étaient des versions très spécifiques destinées aux initiés et cette triste production sur base de châssis de twingo/clio RS. Là, les utilisateurs sont plus des néophytes, aucune exclusivité ni plus-value à espérer quant au plaisir…

      La Wind est finalement le résultat d’un point de vue marketing mettant en avant l’intérêt de la différentiation tout en répondant de manière plus pragmatique à des contraintes de coûts (moteurs, éléments techniques, finitions sont des produits de grande diffusion).

      Son échec peut s’expliquer par un nombre incalculable de raisons: prix, cible, intérêt, coût assurance, campagne de communication, confiance des concessionnaires dans le produit, coffre, image de marque,..

      Et ce qui mérite le carton rouge à mon sens, c’est de proposer une version dite Gordini ; le pauvre Amédé doit bien regretter d’avoir céder l’utilisation de son nom pour finir par se résumer à une peinture bleue (qui n’est même pas celle d’origine) et deux stickers blanc.

      Renault s’est perdu, ce n’est pas le seul ni le dernier, mais je préférais encore l’Avantime.

  13. chapman

    Je ne serais pas étonné qu’elle soit très convoitée dans quelques années.
    De toutes façons, quand on rate, on a au moins le mérite d’avoir essayé et saluons Renault pour sa capacité d’invention!

    Répondre
    1. circonspect

      c’est vrai qu’elle n’a pas été gâtée par le coup de crayon des designers de Renault , mais elle était plutôt sympa cette Wind .
      J’aurais bien aimé en conduire une …
      Mais dans le chapeau d’introduction il est fait référence à la belle (sic) Tagora , alors là je ne suis pas d’accord !
      Elle était vraiment moche , avec une carrosserie XXL par rapport à sa base de 604 . Les passages de roues dépassaient de 10cm au moins le nu extérieur du pneu , ce qui rendait l’ensemble disproportionné et disgracieux .

    2. Patrice Vergès

      Vous avez entièrement raison sur la Talbot Tagora victime de sa plate forme de 604 trop étriquée pour sa vaste carrosserie. J’avais pu essayer une version préparée par Ligier qui était alors l’écurie de F1 de Talbot. Elle se distinguait par ses jantes très élargies qui remplissaient bien les ailes, ses sigles rouges et son V6 PRV poussé à 200 ch par Danielson. Hélas, cette Ligier Tagora n’a jamais été produite et les quelques modèles d’essai ont été remis en configuration Tagora normale sauf au niveau du moteur et vendues en occasion par le réseau Peugeot. Une histoire que je raconterai un jour peut-être. Merci de nous lire.