Souvenirs d’Autos (14) :La Fiat 850 Sport et les ceintures de sécurité

Par Thibaut Chatel* . Nous sommes en septembre 1973. Mon père vit désormais avec Laurence. Elle est rousse, jolie, peintre. Je m’entends bien avec elle. Elle habite un bel appartement rue Raynouard donnant sur la Maison de Radio et elle possède une Fiat 850 Sport. J’aime immédiatement cette petite auto.

Fiat 850 extérieur

J’apprécie sa ligne et aussi l’intérieur avec son volant en bois et ses deux gros compteurs qui lui donnent un air de Ferrari (je ne suis jamais monté dans une Ferrari, mais c’est l’impression que ça me fait et c’est le principal à ce moment-là).

Fiat 850 intérieur

Mon père, lui, a décidé de se déplacer dans Paris en Solex. Il me fait rire car il se trimballe partout (chez lui, chez les gens, sur les plateaux de télé) avec son bidon de Solexine. On lui en a volé un une fois, pas deux !

C’est à cette époque qu’il tourne une pub pour Thomson. C’est fabuleux d’aller au cinéma et entre les pubs Miko et Bounty de voir son père « vendre » la qualité du Géancolor de Thomson Ducretet (on appréciera le look si 70 et notamment le blouson qu’il porte).

En septembre 1973, la loi impose depuis deux mois le port de la ceinture à l’avant, hors agglomération… Mon père me dit un truc du genre : « Bon… c’est très énervant mais on va quand même essayer ! ».

Ce jour-là, nous allons à Élysées 2, rendre visite à son copain, Jacques Ary, et nous empruntons la Fiat 850 de Laurence. À l’époque, mon père conduisait un peu sec et j’adorais ça ! Son seul défaut, il ne respirait pas, il fumait ! Et ses Gitanes sans filtre étaient vraiment écœurantes (ses cigarettes seront évoquées dans un autre souvenir, car j’ai longtemps été malade en voiture…)

Gitanes

En rentrant sur l’autoroute, nous mettons donc notre ceinture… un peu comme si nous participions à une mission scientifique… Au retour, idem, nous mettons la ceinture sur l’autoroute, puis sur le nouveau périphérique !… En sortant, porte de Passy, nous retirons notre ceinture scrupuleusement. Ben oui, nous sommes dans Paris et ce n’est plus obligatoire !

Le soir au dîner, mon père raconte à Laurence, très sérieusement, que « nous avons essayé la ceinture en allant voir Jacques et que ce n’était pas si contraignant que ça… mais que heureusement ce n’est pas obligatoire en ville ! » Sic.

Retrouvez les 37 souvenirs d’autos de Thibault Chatel

*Je m’appelle Thibaut, je suis né en 1959. Il se trouve que j’ai toujours adoré les automobiles… Pourquoi ? Sans doute parce que j’aime l’idée de liberté. On monte dans sa voiture, on démarre, on s’en va ailleurs. Là où il fait beau, au bord de la mer, à la campagne… peu importe. Parfois, je repense à des histoires d’enfance, d’adolescence, de jeunesse et j’ai décidé de les livrer à P.O.A.

 

L’avis des Petits Observateurs !

6 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (14) :La Fiat 850 Sport et les ceintures de sécurité »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Adrien M

    Je voulais faire de la 850 coupé ma première voiture ! J’ai toujours adoré cette petite auto, et le cabriolet est charmant également. Dans le même ordre d’idée, il y a également la fort rare Sunbeam Stiletto … Merci en tout cas pour ces souvenirs Thibaut !
    D’ailleurs dans bien des films jusque dans les années 80, les acteurs ne portent que très rarement leurs ceintures… Après tout, normal pour un acteur, de ne pas la boucler!

    Répondre
  2. circonspect

    1973 ….
    J’allais être père , j’avais une Autobianchi A112 , dont le tableau de bord était très proche de celui représenté sur la photo illustrant ce billet . J’avais conduit auparavant souvent une Fiat 850 Spécial dont la mécanique était identique à cette 850 sport (et le tableau de bord également) . J’aimais bien les Fiat à cette époque , elles marchaient fort , et correspondaient à mon budget .

    Merci de faire remonter à ma mémoire ces super souvenirs .

    Répondre
    1. Patrick Téjero

      La ceinture ! Je me souviens d’un oncle 68ard, qui refusait de s’attacher, par principe libertaire…
      Alors il passait la ceinture sur son épaule mais ne la bouclait jamais… profondément ridicule….

    2. circonspect

      oops!
      Les souvenirs sont trompeurs ; le tableau de bord de la 850 spécial était très différent :
      http://www.flickriver.com/photos/34107011@N08/sets/72157623343239179/

      et celle que je conduisais avait un compte tours Jaeger fixé sur le tableau de bord , entre les deux aérateurs .
      Quant à l’A112 , ma mémoire était fidèle :

      http://www.motorlegend.com/voiture-collection/autobianchi-a112-abarth/2,13707.html

      il s’agit de l’A112 première génération .

    3. Thibaut Chatel

      Ah ! L’Autobianchi A112… Oui, j’aimais beaucoup aussi son tableau de bord sportif… Quant à la 850 spécial, je ne me souvenais pas de ce tableau de bord large, très sage. Merci pour ces précisions…

    4. Teleloise

      Juste pour les amateurs de deux roues… Effectivement, un “accessoire Solex“ permettait de fixer le bidon de Solexine (un mélange hautes performances !) au niveau de la roue avant sous le moteur. Avantage, l’autonomie de la bête s’en trouvait doublée. Mais j’ai toujours trouver ça inesthétique et d’un poids supplémentaire pour la direction… Mon 3800 un peu modifié n’en a jamais été équipé.
      Pour en revenir à la Fiat 850 Sport, à l’époque non n’en voyait pas trop en France. En revanche, en Espagne, Seat en a écoulé un bon paquet ! Faut dire que dans les années 60, le choix était bien plus limité de l’autre coté des Pyrénées pour se la jouer racing…