Réflexions autour des Opel de collection

Par Patrice Vergès. J’ai possédé une bonne douzaine d’Opel et conduit une cinquantaine de modèles de la marque en plus de 35 ans d’activités. Des récentes et des anciennes. Les Opel de collection méritent qu’on s’y attarde plus longuement.

Autant la marque au Blitz ne suscite pas en France l’intérêt qu’elle mérite en neuf autant elle passionne les amateurs d’anciennes Opel qui serait prêts à se faire couper la main pour la défendre. Chez nous, il y a près de 10 clubs Opel souvent répartis par modèles dont les plus importants sont l’Opel Classic Club de France fondé il y a déjà 25 ans, l’Opel Vintage Atlantique, le club Entraide Opel GT, le club Manta Passion. Clubs qui regroupent plusieurs centaines de membres qui possèdent souvent plusieurs Opel.  Des Opel à la pelle !

Un choix immense

Avec une production de plus de 50 millions de voitures depuis 1899, Opel possède un patrimoine historique exceptionnel. Et bonne nouvelle, comme les Opel du passé étaient très robustes et de conception assez simple, simpliste diraient ses détracteurs, elles ne sont pas rares sur le marché de la collection, généralement en bon état et pas trop corrodées et faciles à réparer. Bref, il vaut mieux collectionner les Opel que les Fiat ! Dernière bonne nouvelle, elles sont généralement proposées à des tarifs d’amis variant entre 2000 à 5000 euros. Bref, on peut se faire son petit musée perso d’Opel pour le prix d’une banale Ferrari

Au sein des gammes, il y a des Opel plus emblématiques que d’autres. La plus mythique reste la superbe GT fabriquée de fin 1968 à 1973. Si elle a été produite à plus de 103 000 exemplaires, il n’y en a eu que 3093 ’en France. Contre environ 6000 à 12 000 euros, c’est la plus désirable au plan esthétique mais aussi peut être la plus décevante au plan des sensations car son 1,9 l strictement de série manquait un peu de sensualité auditive et réactive. C’est souvent ce qu’on reprochait aux Opel. Si vous êtes moins riche, la Manta produite à plus d’un million d’exemplaires (!) en deux générations ne peut que séduire surtout en motorisation 1,9 l accessible entre 2500 et 5000 euros toujours selon l’état bien entendu. Lorsqu’on achète une Opel de collection, il faut acheter la bonne motorisation car la firme de Rüsselsheim jouait au mécano avec ses moteurs. Une Manta GT/E de 105 ch est plus excitante qu’une 1200 de 60 ch.

Un look d’Américaine

Si vous aimez les grosses Opel, la série KAD( Kapitan, Admiral Diplomat) vous propose un look d’américaine, des sensations d’américaine pour un budget d’européenne avec son 6 cylindres 2,8 l contre moins de 5000 euros. Il existe des versions à moteur Chevrolet V8 moins fréquentes à cause de leur fiscalité. La Commodore n’est pas rare (2 à 5000 euros) et c’est bien une voiture qui symbolise l’esprit des Opel des sixties. Fruit des amours coupables entre une Rekord et une Kapitan dont elle avait emprunté le long 6 cylindres en ligne, c’était une voiture très agréable à conduire. J’en ai possédé deux dont une GS/E de 2,8 l de 160 ch qui avoinait fort mais qui consommait beaucoup. C’était la voiture la plus rapide pour aller d’une pompe à l’autre !

A Rüsselsheim où nous avons été Invités, Renaud et moi, par Opel France à les essayer, nous avons croisé le regard brillant de tous ces journalistes de plusieurs nationalités, tels des enfants face aux cadeaux d’un sapin de Noel. On se prend à penser que c’est regrettable qu’ils ne regardent pas ainsi les Opel actuelles. J’en connais la raison mais ce n’est pas le propos d’aujourd’hui. Mais j’ai les noms et je les poursuivrais jusqu’en enfer. Si Dieu veut.

01  - copie

 Trois Opel des années 67 à 71. Au premier plan une Commodore coupé qui était une Rekord comme la berline de couleur bleu mais animée par un 6 cylindres de Kapitan garée à coté

02  - copie

Grégoire Vitry responsable du service presse de GM France au volant d’une rare Rekord C décapotable fabriquée à très peu d’exemplaires par le carrossier allemand Baur

03  - copie

Fabriquée à 1003 exemplaires entre fin 1968 et 1973, la GT est la plus excitante des Opel

04 - copie

Les grosses Kapitan/Admiral/Diplomat génération 64/69 pouvaient recevoir soit un 6 cylindre en ligne soit un V8 Chevrolet comme ce modèle

05 - copie

J’ai possédé à la fin des années 70, une Commodore coupé GS/E dont les 160 ch autorisaient 200 km/h. Je n’ai jamais pu descendre en dessous de 15 litres aux 100 !

06  - copie

 La ravissante Manta A a été construite à plus de 500 000 exemplaires en 5 ans seulement. Son nom était emprunté à la raie Manta qui était stylisée sur les flans

07  - copie

Une sympathique Ascona A (1970/1975) au coté d’une Kadett C Aéro  produite à 1342 exemplaires entre 1973 et 1975 par la carrossier Baur.

 

L’avis des Petits Observateurs !

9 commentaires au sujet de « Réflexions autour des Opel de collection »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Schumacher

    Vous voulez rouler en américaine? Une Diplomat A vous séduira car c’est une vraie américaine: moteur, boite pont, dimensions, tout y est et pour bien moins cher…si vous en trouvez une! car nos voisins allemands scrutent « Le bon coin » tous les matins « au cas où »!

    Répondre
  2. Joël

    Un coup à devenir fan des Opel : c’est La révélation du jour en ce qui me concerne. On apprend vraiment un tas de choses ici, un grand merci pour votre passion Patrice, sans oublier Renaud cela va de soi.
    Petite Observation : une Opel qui respire dans la vidéo entre 1:19 et 1:25, cela fait un bien fou à écouter.

    Répondre
  3. Valoris

    « C’était la voiture la plus rapide pour aller d’une pompe à l’autre ! »
    C’était exactement la phrase qu’utilisait mon père quand il parlait de sa Commodore ! Il en était fan de sa voiture, mais je pense que la consommation aura eu raison de lui, il s’en est séparé pour une MG (qui ne consommait pas beaucoup moins…)
    La commodore coupé GS/E reste pour moi la plus belle des Opel à jamais !

    Répondre
  4. Jean Delarbre

    « On se prend à penser que c’est regrettable qu’ils ne regardent pas ainsi les Opel actuelles. J’en connais la raison mais ce n’est pas le propos d’aujourd’hui.  » Bah pourquoi?

    Répondre
  5. Patrice Vergès

    Rectification. la Kadett Aero a été produite à 1342 exemplaires entre 1973 et 1975 par la carrossier Baur. Ca change tout!

    Répondre
  6. Frédéric à Montréal

    Non mais on s’instruit en regardant POA, c’est vraiment incroyable. M. Vergès est un véritable puits de connaissances automobiles. Je dois avouer que je n’étais pas fan des Opel, à part la GT et surtout la Manta, mais elles gagnent à être connues!

    Répondre
  7. Guillaume

    Réflexion intéressante au sujet du choix de moteur même en entré de gamme. Problème encore d’actualité chez pas mal de constructeur.
    Par exemple si vous voulez le dernier moteur 3 cylindres thp 130cv chez Peugeot vous devez forcement acheté un véhicule en finition haute.

    Répondre
    1. Avgas

      Opel et sa soeur jumelle Vauxhaull ont un passé conséquent en rallye que l’on a tendance à oublier un peu vite. Les Kadett GT/E, Ascona et Manta ont longtemps été à la pointe dans les différentes catégories y compris en Groupe B jusqu’à ce que celui-ci soit complètment dominé par les monstres 4×4 turbo. Walter Röhrl a fait ses débuts chez Opel.