Souvenirs d’Autos (4) : La Peugeot 604 de Franck Ténot

Je m’appelle Thibaut, je suis né en 1959. Mon enfance se déroule donc dans les années 60 et mon adolescence dans les années 70. Il se trouve que j’ai toujours adoré les automobiles… Sans doute parce que j’aime l’idée de liberté. On monte dans sa voiture, on démarre, on s’en va ailleurs. Là où il fait beau, au bord de la mer, à la campagne… peu importe. De temps en temps, je repense à des histoires d’enfance, d’adolescence, de jeunesse et j’ai décidé de les livrer à P.O.A

Nous sommes fin 1980. Je vis à Paris et travaille à RMC-Création, la boîte de production intégrée de Radio-Monte-Carlo. Toute la journée je réalise des pubs radio pour toutes sortes de produits (de la lessive en passant par Heineken, La Maison du Café ou Renault). La vie est belle grâce à ce bon job…

604

Mais j’ai un souci, je vais très souvent à la campagne dans le Loir et Cher à 200 km de Paris et ma 104 ZS est vraiment petite et pas très confortable. J’en parle à mon grand copain, Denis, qui me dit : « Téléphone à ce numéro de ma part, c’est le chauffeur de Ténot, il vend une 604 nickel ! » Pour info, Franck Ténot est l’associé de Daniel Filipacchi, le grand patron de presse. Il change régulièrement de voiture et c’est son chauffeur qui se charge de la vente.

RMC

J’appelle immédiatement. En effet le chauffeur me propose la 604 TI Automatique de son patron pour 8 000 ou 9 000 Francs (je crois qu’il fallait glisser en plus une petite enveloppe…) C’est une première main, elle a 80 000 Km ! Je me jette dessus. Elle n’a pas une rayure, l’intérieur en cuir tabac est à tomber par terre, il y a un radio-cassette, un toit ouvrant. On dirait la voiture du ministre ! C’est justement ce qui va poser problème…

Je vends donc ma 104 ZS et je commence à me trimballer avec cette magnifique et énorme auto. C’est un peu à « l’Américaine » avec la direction assistée. Il y a un seul souci, elle consomme 20 litres en ville. En revanche, pour partir en week-end ou en vacances, c’est vraiment la voiture idéale avec 5 vraies places et un immense coffre. Et sur autoroute le moteur PRV ne consomme plus que 10 à 12 litres… Cette auto a été décriée et pourtant elle marchait très bien, elle était silencieuse, confortable. Je l’adorais.

Un matin, je me pointe à Radio-Monte-Carlo, rue Magellan dans le 8e arrondissement à deux pas des Champs-Élysées. Je me gare comme toujours devant la porte (c’était facile et simple de rouler en voiture à l’époque dans Paris) et je tombe nez à nez avec un type dont j’ai oublié le nom mais qui était une sorte de directeur du personnel.

–       Chatel ! Qu’est-ce que c’est que ça ? me dit-il en pointant du doigt ma 604.

–       Ma voiture, monsieur !

–       Vous n’y pensez pas voyons ! C’est la même que celle du président ! Garez-vous où vous voulez mais pas ici et que je ne revois jamais cette voiture !

Gloups !

Le président dont il parle est Michel Bassi, le dirigeant de Radio-Monte-Carlo. Je me résigne donc à cacher ma voiture plus loin… Quelque temps plus tard, c’est Mai 1981. La droite de Giscard est balayée et François Mitterrand devient Président de la République. Bassi est viré comme un malpropre et Jean-Claude Héberlé est nommé à sa place. Je me dis : « c’est bon, je peux de nouveau garer ma 604 devant, un mec de gauche ne va pas me prendre la tête… »

Mais à ma grande surprise Héberlé est bien pire que Bassi, plus autoritaire, plus désagréable, plus cassant.

Cette fois on m’ordonne de garer l’objet du litige plus loin. Exit la 604.

Comme les pleins d’essence esquintent beaucoup mon compte en banque, je propose la 604 à ma mère et mon beau-père. Ainsi, la voiture restera encore 10 ans dans la famille.

Retrouvez les 37 souvenirs d’autos de Thibault Chatel

L’avis des Petits Observateurs !

8 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (4) : La Peugeot 604 de Franck Ténot »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Mustang98

    Gros souvenirs avec cette auto !… D’abord la honte quand mon père me déposait au Collège après avoir laissé ma soeur aînée au Lycée, laquelle montait devant… J’avais donc l’air d’être un « fils de » déposé par le chauffeur de papa, devant le collège d’une ville champignon de banlieue… Mais la passion de la bagnole a vite repris le dessus et et à cette évocation, je me souviens avec émotion, de l’odeur du cuir havane, la couleur « pierre de lune » métallisée, de la sonorité du V6, du sifflement des Michelin TRX… bref, j’ai été amoureux de cette auto, et été tellement déçu que Peugeot n’en fasse pas un coupé, que j’en ai même dessiné le profil dont je rêvais alors.
    Merci pour ce flash-back de plus de 40 piges…

    Répondre
  2. charlat

    quand j’étais au service militaire à blois, il y avait un taxi stationné à la gare qui en avait une ; sa présence correspondait à l’heure d’arrivée du train de Paris ; nous le prenions et arrivions à la caserne en 604 ! quel pied !

    Répondre
  3. Thibaut Chatel

    Merci a tous, ça me fait plaisir. Alors, je vais continuer à rechercher dans ma mémoires des anecdotes automobiles…

    Répondre
    1. Patrick Tejero

      Encore un beau souvenir, l’auto nous transporte dans l’espace mais aussi dans le temps…
      Merci les Lancia Boys !

  4. Fréour

    Quand les petites observations automobiles conduisent aux petites observations humaines. Merci Thibault pour cette sensibilité, cet humour et cet esprit si humain. Un bonheur à lire qui fait du bien.

    Cédric

    Répondre
    1. Patrice Vergès

      Amusant et très agréable à lire. Heberlé a été l’un des fossoyeurs de l’ancien RMC. Fait amusant, passionné par le cinéma, j’ai regardé hier un film de 1952  » Adorables créatures » signé Christian Jacques où la maman de Thibaud avait un tout petit rôle. Coté anecdotes boulons rondelles, il faut savoir que la 604 avait les bas de portes de la 504 dont elle reprenait le châssis