Saga des voitures moches (12), la palme d’or est : Ssang Yong Rodius

La palme d’Or des 11 voitures moches est attribuée à la SsangYong Rodius. La firme coréenne SsangYong a eu une destinée très mouvementée en changeant plusieurs fois de propriétaires avant que des capitaux indiens lui redonnent un nouveau souffle.

Par Monsieur Patrice Vergès

01 Sus_004

Né en 2005, le SsangYong Rodius choqua par sa silhouette jugée peu gracieuse

Spécialiste du 4X4, diffusé sous le nom de Daewoo pendant un certain temps dans notre belle France, SsangYong s’est lancé dans le grand monospace familial en 2005 avec la Rodius. La marque coréenne avait du être fortement influencée par le Mercedes ML des années 2000 puisque le Rodius s’en inspirait beaucoup au niveau de la face avant. Mais pas du tout à l’arrière. En fait, on pourrait imaginer que la Rodius a été dessinée par deux designers qui ne se parlaient plus. Et pour ne pas les contrarier, SsangYong aurait fait un mix de leurs dessins. Ne riez pas, c’est à peu prés l’histoire de la première C5 Citroën plutôt ratée parce qu’elle devait plaire à la fois au grand dirigeant de PSA et au PDG de Citroën qui n’avaient pas du tout la même vision de la voiture. C’est bien connu, en voulant plaire à tout le monde, on ne plait à personne.

Deux voitures en une !

Revenons à notre cauchemar sur quatre roues. Ce gros bébé joufflu de plus de 5,10 m de long avouait largement ses deux tonnes sur la balance. Un volume qui lui permettait d’accueillir 7 personnes et leurs bagages tirés par un gros diesel 5 cylindres de 2,7 l de 164 ch. Nous passerons sur les qualités dynamiques plutôt moyennes, la fiabilité à géométrie variable et la consommation assez élevée tempérées par un prix compétitif. Là, n’est pas le propos. C’est au niveau de l’esthétique qu’il y a à dire, même à médire. En fait, il semblerait qu’on ait ajouté une sorte d’auvent à l’arrière d’une berline deux volume, à l’image de certains camping cars ou caravanes qui s’agrandissent vers le haut à partir d’une extension repliable en toile. La silhouette toute en molles rondeurs à l’arrière fuyant comme une Ford Vedette des années 50 était surmontée d’une mini custode vitrée liée à une poupe verticale donnant même un effet stylistique concave. Véritablement choquante au plan esthétique. Si l’idée était novatrice, le résultat mal maîtrisé était navrant pour l’œil. Il vaut mieux avoir de bonnes idées qui ne sont pas nouvelles que de nouvelles idées qui ne sont pas bonnes !

02 SsangYong_Rodius_001

De profil, il semblait que l’arrière avait été posé sur le toit d’une berline au pavillon fuyant. En fait, ce sont les acheteurs qui ont fui

 

Echec commercial

Tant qu’on balance, allons-y ! On peut aussi dire que l’avant n’était pas plus réussi avec ses phares sans vie encadrant une calandre étroitisée qui semblait avoir été volée à une petite  Lancia, marque qui a également commise une succession de bévues esthétiques ces dernières années et qui mériterait « le Gérard d’Or » dans la catégorie des designers. Mais on ne tire pas sur une ambulance !

03

 La poupe à la troncature trop verticale faisait songer à celle d’un fourgon

Ce qui devait arriver arriva. A cause de sa silhouette affligeante, le Rodius fut un échec commercial. Mais rassurez-vous, la firme Coréenne propose depuis 2013 un Rodius 2 bien plus réussi au plan esthétique que son aîné quasimodien. Toujours proposé en 4X2 ou 4X4, il est hélas frappé par un malus assassin de 6500 euros en partie compensé par un prix canon. Avec cette horreur mécanique, s’achève la saga des voitures moches. Toutes les bonnes choses ont une fin. Elle sera remplacée par la saga des gros bides pas plus gaie. Vous êtes prévenus !

04 ss

 Le Rodius offrait un vaste volume intérieur en accueillant jusqu’à 7 personnes

 

 

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

12 commentaires au sujet de « Saga des voitures moches (12), la palme d’or est : Ssang Yong Rodius »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Garage, Bagnoles et Rock'n Roll

    Les goûts et les couleurs ça ne se discute pas. Le Rodius a un design original qui fait qu’on l’adore ou qu’on le déteste. Il n’y a pas de demi mesure. Pour ma part j’adore.
    Mais ce n’est pas son aspect extérieur qui m’a convaincu mais bien tout son potentiel de vie à bord. Pour moi le Rodius est l’aboutissement ultime du concept de monospace familial 7 places. C’est 7 vraies places avec un vrai coffre, les sièges du milieu qui pivotent pour jouer aux cartes à 4 ou 5 à l’arrière, 4 roues motrices qui l’emmènent partout (sable sur les parking des plages, chemins de campagne boueux et caillouteux, neige et verglas sur les routes de haute montagne pour rejoindre les stations de ski).
    Le Rodius est conçu pour ceux qui sont dedans (climatisation bizone, purificateur d’air, sono…) et pour son conducteur (BVA Mercedes souple, cruise control etc…) pas pour ceux qui le regardent de l’extérieur.
    Bref, notre Rodius est notre machine à partir en vacances ou en week-end. Ils nous a emmenés aux 4 coins de la France et à l’étranger (Belgique, Italie, Croatie, Allemagne…) et ne nous a jamais fait faux bond. Depuis 9 ans il fait partie de la famille et je compte bien le garder 9 ans de plus !
    A méditer: pourquoi certains sont près à sacrifier leur confort voir leur santé pour rouler dans des caisses superbement tape à l’oeil ? Quand je vois du haut de mon Rodius des mecs se ruiner le dos dans des « supercars » surbaissés avec des amortisseurs sport durs comme du béton; eh bien j’ai mal pour eux…

    Répondre
  2. Patrick

    OK, c’est moche, voir très moche. Mais c’est aussi laid que bon nombre de briques à roulettes qui peuplent nos routes. Un truc fait pour aller d’un point A à un point B, Ça supporte la marmaille, les bagages, la belle mère qui bave, le chien, les cageots, les papiers de bonbons et les pelures de bananes…

    Répondre
  3. DIDIER

    çà se vend çà ?? – chez Ssang Yong le designer doit-être en formation CDD ! – véhicule prédisposé, je pense à un bon corbillard peut-être – voilà la vraie vocation de cet engin … pas besoin d’ être VIP , pour cette bonne fonction et l’ultime voyage, chaque client a droit à son chauffeur particulier …. la classe !!

    Répondre
  4. E*

    En fait il semblerait que l’intention était d’évoquer un yacht… ce qu’on peut lire, mais qui n’est vraiment pas réussi, c’est clair.
    Mais chez eux, je préfère sans conteste l’Actyon qui est vraiment vraiment crade.
    Je m’interroge quand meme sur l’absence de la Pontiac Aztec qui est citée par beaucoup comme la plus belle bouze de l’histoire…

    Répondre
  5. Guillaume Darding

    Merci encore pour cette série des véhicules « moches ».
    J’avais oublié cet aileron à l’arrière du Rodius dont on se demande encore comment ont-ils pu oser faire ça? Bon, il est vrai, c’est l’arbre qui cache la forêt…

    Répondre
  6. Stéphane.nc

    le ssanyong Actyon (sorti en 2006) ne serait il pas le précurseur, voire l’inspirateur du BMW X6??? Ce que je me dis quand j’en vois un, pas vous?

    Répondre
  7. Thibaut Chatel

    Merci Patrice pour cette série très amusante… J’avoue que je partage vos sentiments, même si je suis incapable de les exprimer. Vivement les bides… je sens que ça va être passionnant !

    Répondre
  8. ThierryA

    J’aime bien les résistances façon « raclette grill » rajoutées en post traitement informatique, à la va-vite, sur les sièges avant… Pour donner une touche sportive ?…

    Répondre