« Les gens veulent un peu de rouge sur la route » Sébastien Perrais, patron d’Alfa Romeo France

Sébastien Perrais est le directeur de la marque Alfa Romeo en France. Lors de la présentation de l’Alfa Romeo 4C, il a répondu aux questions de P.O.A et évoqué le futur de la marque. Cela tombe bien, c’est aujourd’hui que vient d’être dévoilé le plan de relance d’Alfa Romeo. En deux mots, Le groupe Fiat va investir cinq milliards d’euros dans la marque Alfa Romeo pour sortir huit nouveaux modèles d’ici 2018 et augmenter la production, notamment en Italie, a annoncé Harald Wester, président de cette division. L’objectif est de multiplier par plus de cinq les ventes de la marque pour les porter à 400.000 unités

L’avis des Petits Observateurs !

8 commentaires au sujet de « « Les gens veulent un peu de rouge sur la route » Sébastien Perrais, patron d’Alfa Romeo France »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Seb

    « Propulsion », le mot magique est lancé, enfin l’avenir d’Alfa s’annonce moins terne que ces dernières années avec une gamme inexistante et sans grand intérêt. Le potentiel de la marque est en effet important et le capital sympathie des Alfistes est indéniable mais la route paraît encore longue.

    Croisons les doigts pour qu’Alfa ne finisse pas comme la regrettée Saab

    Répondre
  2. Frédéric à Montréal

    Superbe série sur la 4C, on y apprend énormément de choses! Merci à Renaud de sa modestie et de son réalisme au volant, on n’est pas tous des pilotes de F1 pour maîtriser un tel engin, par ailleurs vraiment réussi. Excellente coïncidence que la publication des plans du groupe pour les cinq prochaines années. Multiplier les ventes de Jeep par deux, c’est sans doute possible. Mais multiplier par cinq la production d’Alfa, voilà qui paraît une tâche dantesque… surtout avec des voitures intéressantes!

    Répondre
  3. Teddy

    J’en envie de dire: enfin un plan pour relancer une marque aussi mythique!
    Alfa a été très peu gâtée depuis plusieurs années et s’est retrouvée avec une gamme réduite à deux modèles (Mito et Giulietta). Le résultat: une production annuelle mondiale de 75 000 exemplaires l’an dernier.
    Il va vraiment falloir un plan produit audacieux pour honorer le passé de cette marque. Mais si Alfa continue sur le chemin engagé avec la 4C, il y a de grandes chances pour qu’elle arrive à connaitre une croissance des ventes exponentielle.

    Répondre
  4. Fréour

    Un grand, grand merci Sébastien pour ces confidences.

    Alfa est tellement à part, tellement italienne, tellement émouvante.

    Entendre que la marque s’apprête enfin à redémarrer sur les chapeaux de roues, cela va droit au coeur d’un petit observateur qui, en 77, alors petit garçon, découvre la passion automobile en voyant son père revenir avec une Alfasud… rouge et rutilante. J’avais 5 ans. Il en avait 25. Il a mis du rouge dans dans nos vies pour toujours.

    Et ma mère d’ajouter : « On l’a échappé belle; il hésitait avec une… Austin Allegro ! »

    Cédric « Audiman »

    Répondre
    1. Matthieu

      En 77 j’avais 7 ans et mon père 43, il est rentré à la maison avec une Alfasud… rouge.

      C’était à Paris et nous avons de suite pris le chemin des vacances en route pour la côte sauvage près de Royan. En regardant les câbles danser entre les pylônes des lignes à hautes tensions je souriais en m’imaginant le biscione s’enrouler autour. Ce blason je le trouvais beau!

      Les années passèrent et ce fut ensuite une Sud marron, puis une autre rouge.. Après l’Alfa 33 débarqua, j’étais alors adolescent et j’aimais toujours autant le bruit du moteur mais avais une préférence pour la jaguar d’un oncle, niveau confort. Ensuite mon père reprit une Alfa 33 marron avec le cuir « natural » et enfin une 146 jusqu’à sa mort au début des années 2000.
      Ma mère se foutait des voitures à part les DS de son propre père, mais elle parle encore aujourd’hui des Alfa comme si elle était actionnaire de la marque.

      D’enfant à adolescent j’ai donc connu exclusivement des Alfa chez le pater, des DS, CX et 505 chez le grand père maternel et quelque Renault chez le père de mon père aux modestes moyens.
      Mais en y pensant (grâce à l’intervention de Cédric), plus petit, le première voiture dans laquelle j’ai voyagé entre Paris et Royan était la Mazda 818 bleue, son odeur est pour moi une madeleine de Proust.
      Plus tard lorsque je l’ai interrogé sur ce premier choix, mon alfiste de père, qui était éditeur et écrivain, amoureux de l’Italie et de la culture nippone, m’a dit « tu sais Mazda c’est un constructeur aux gênes d’ingénieurs, de passionnés, j’aime cette marque parce qu’elle est l’Alfa Roméo du Japon » 🙂
      Merci Cédric d’avoir généré cet écho…

      Ma

    2. Fréour

      Mathieu,

      C’est moi, Renaud et, j’imagine, nombre de petits observateurs qui vous remercient. Emu et touché par votre témoignage, votre père avait très bon goût.

      Il me fait penser à une question que posent souvent mon fils, ma belle-fille et de nouveaux amis : « pourquoi tu aimes l’automobile ?  »

      Avec le temps mes réponses se sont étoffées – « Car c’est un objet incroyable qui bouge tout seul. Qui a transformé le monde et rapproché instantanément les hommes. Et puis c’est un objet fascinant à construire, d’une diversité inouï et qui réunit des êtres humains les plus souvent ultra passionnés pour améliorer nos déplacements, etc. – Toutes ces raisons sont justes mais elles sont fabriquées. Car, à la réflexion – et grâce à votre témoignage ! – la meilleure réponse demeure cet instant d’émerveillement (dans mon cas pour une Alfa Rouge) qui, soudainement donne envie d’en savoir plus, de s’intéresser, d’être curieux et de vouloir tout connaître sur les Alfa puis, par extension, sur toutes les voitures.

      Mille mercis à Renaud et POA d’insuffler autant de belles confidences.

      Cédric

      Cédric

  5. Matthieu

    Oui on a tous envie…
    Une segment D, classe, sportive, efficiente, latine et familiale, le pied…
    La Giulietta est déjà belle, bon châssis, super boite TCT, mais il faut une familiale qui donne envie au delà de l’austérité rigoureuse. Mais plutôt de l’affect ambitieux, de l’exigence ludique…

    Merci pour cette POA

    Ma

    Répondre