La fin du monde selon Lamborghini

Les films officiels de Lamborghini mettent souvent en scène une situation de fin du monde où la voiture devient la seule porte de sortie face à l’apocalypse. Souvenez vous l’Aventador qui fuyait un tremblement de terre dans un désert. Pour l’Huracan, un homme tente cette fois de s’échapper d’une mégalopole menacée par une gigantesque tornade. Le film n’est ni bon ni mauvais, mais les images spectaculaires sont hypnotisantes tant elles font appel à des clichés 1000 fois ressassés dans les grosses productions américaines. En tant qu’ancien publicitaire, je suis fasciné que l’on puisse produire toujours le même type de film aussi cher avec un scénario toujours aussi mince. Cela semble marcher et sans doute si je faisais partie de l’aventure, je ferai de même.

L’avis des Petits Observateurs !

2 commentaires au sujet de « La fin du monde selon Lamborghini »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *