220 km en mia electric (épisode 1)

Il y a une semaine, P.O.A publiait une vidéo d’une famille américaine qui raconte son année au volant de la berline Tesla S. Un film élégant digne d’une publicité, vantant le monde merveilleux de la mobilité électrique. La réalité avec une citadine électrique est un peu différente. Il se trouve que je possède depuis deux ans à Paris une mia, une micro citadine 100% électrique idéale pour la ville. Pour de multiples raisons, je devais emmener cette voiture en Normandie, soit 220 km. J’ai donc préparé mon voyage de Montfort L’Amaury en région Parisienne à Houlgate, sans passer par les autoroutes et en cherchant des points de recharges. Croyez-moi, même avec l’application charge Map, ce n’est pas chose facile de trouver des bornes sur sa route. Heureusement, la mia se branche sur une prise classique ce qui permet de faire le plein chez les particuliers. Ce que l’on oublie souvent d’intégrer à son voyage, c’est le temps de charge qui vous impose la patience… suivez ce voyage en live en 3 épisodes.

L’avis des Petits Observateurs !

6 commentaires au sujet de « 220 km en mia electric (épisode 1) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Yan Alexandre

    Intéressant périple. Je suis allé de Paris à Moret-sur-Loing en Mia, soit un trajet d’environ 80 km. Il faisait nuit, il pleuvait, il faisait froid, autant dire que l’on tirait sur tous les accessoires électriques. L’autonomie chutant de façon vertigineuse, je suis sorti de l’autoroute 20 km plus tôt que prévu, et j’ai fini sur les nationale à 60 km/h, chauffage coupé, pour arriver avec… 7% de batterie restante. Une expérience intéressante, mais pas amusante du tout.

    Répondre
  2. Thibaut Chatel

    Renaud Roubaudi arrivera-t-il à destination ? La MIA tiendra-t-elle le choc ? Les indigènes prêteront-ils de l’électricité ? Suspense insoutenable…

    Répondre
  3. Designland

    Je connais plus ou moins cette route, ou en tous cas une similaire qui passe dans ces coins là. C’est joli tout plein. Tourny au milieu de la plaine me rappelle mes balades à bicloune quand j’étais ado. J’y suis passé de nombreuses fois. A cette époque, je rêvais de relier en vélo (qui est toujours pour moi presque synonyme d’absolue liberté), en passant par ces routes l’appart’ de banlieue à la maison de campagne, qui étaient les deux ancrages assez antinomiques de mes parents. Je ne l’ai jamais fait. Les pauses recharges me font vraiment penser aux pauses casse-croûte en vélo, tout comme le choix de trajet sur les petites routes. Le véhicule électrique, c’est un peu une voiture conduite en mode cycliste.

    Répondre
    1. Antoine

      Ah Renaud t´es génial 😀
      C´est une excellente idée de t´être inspirée de la vidéo « un an en Tesla » pour nous emmener sur les routes de France avec ta Mia.