Souvenirs d’autos (1) : l’Alfa du notaire

Je m’appelle Thibaut, je suis né en 1959. Il se trouve que j’ai toujours adoré les automobiles…  Sans doute parce que j’aime l’idée de liberté. On monte dans sa voiture, on démarre, on s’en va ailleurs. Là où il fait beau, au bord de la mer, à la campagne… peu importe. Parfois, je repense à des histoires d’enfance, d’adolescence, de jeunesse et j’ai décidé de les livrer à P.O.A

 1 – L’ALFA DU NOTAIRE

Nous sommes en 1965. Mon père roule en Renault depuis toujours. J’adore cet homme très drôle et je suis toujours heureux quand il me fait conduire la Dauphine de ma mère ou sa Caravelle sur ses genoux… Il m’a fait commencer très tôt sur les petites routes de Normandie.

thibault

Comme tous les étés, nous passons nos vacances à Sainte-Marie-du-Mont dans le Cotentin dans une maison de famille au bord de la mer battue aux vents. L’endroit me semble être un palais. C’est. Mais il y a un petit problème : il faut partager la maison avec la cousine de ma mère et son mari..

Il s’appelle Jean-Yves, il est notaire, riche, macho, content de lui… et il déboule toujours, le pied au plancher, dans des voitures magnifiques. Il a systématiquement le haut de gamme. Et comme il manque de style, il n’oublie jamais d’asséner haut et fort à mon père combien il a payé cash son nouveau carrosse, la puissance du moteur… Il se pointe en cabriolet DS… en 504 Ti…

alfa

 J’ai 6 ans et  je fais face à un problème cornélien. D’un côté j’adore mon père… et en même temps si je n’aime pas le cousin-notaire, je trouve ses voitures drôlement mieux que celle de mon paternel… ce n’est pas facile à assumer. Un soir, le notaire fanfaronne avec son Alfa Romeo Giulia (la berline 1600, je crois) et il est part dîner à Cherbourg avec sa femme… Par bonheur, il tombe en panne sur la route ! Réfugié je ne sais où, il téléphone à la maison pour qu’on vienne le chercher…Mon père m’emmène a son secoue dans la nuit noire malgré les cris de ma mère. On prend la Renault 8 (je crois que c’était une Major, quand même) et on va sauver les naufragés sous la pluie, qu’on retrouve recouvert de cambouis, sous la pluie dans un état de nerf épouvantable.

renault 8

 Sur la route du retour, Jean-Yves ne décolère pas. Très contrarié, il peste contre son concessionnaire Alfa et affirme haut et fort qu’il va se payer une voiture américaine, une Cadillac ! Et qu’ils vont entendre parler de lui jusqu’en Italie ! Que le patron d’Alfa Romeo ne sait pas à qui il avait affaire !… Ça dure un temps infini.

Mon père reste calme, il attend un silence… et d’une voix sombre, il lui sort ce qu’il a sur le cœur depuis dix ans. Que c’est un nouveau-riche ! Qu’il est ridicule à changer de voiture tout le temps ! Qu’il ferait mieux de rouler en Renault ! Que les Alfa c’est de la saloperie comme ses costumes en tergal ! ambiance…

C’est la dernière fois qu’ils se voient. Quelques années plus tard, on apprend que Jean-Yves a été rayé de l’Ordre des Notaires à cause d’une malversation. Mon père me lâche juste : Ça ne m’étonne pas de lui !

Ils sont restés fâchés à mort jusqu’à la fin de leurs vies respectives…

Retrouvez les 37 souvenirs d’autos de Thibault Chatel

L’avis des Petits Observateurs !

10 commentaires au sujet de « Souvenirs d’autos (1) : l’Alfa du notaire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1. Commandant Chatel

      C’est un hasard…
      Mais cette Majo, quand j’étais gosse me semblait absolument magnifique !!!

  1. Gaëtan

    Merci Thibaut pour cette histoire qui me rappelle drôlement mon enfance : le Cotentin, l’oncle mégalo qui enchaîne les super bagnoles, ce drôle mélange d’admiration et de répulsion qui en résulte. Sans parler de l’engueulade familiale. qui clôture le tout !

    C’est dans ce genre d’histoire que j’ai puisé mon rapport si fort à l’automobile.

    Répondre
  2. Adrien M

    Voilà une observation comme je les aime ! Une époque bien particulière, des personnages haut en couleurs définis par leurs autos ! Le tout au travers un regard d’enfant, que nous sommes tous encore un peu…

    Répondre
  3. Theodoric

    Jolie rubrique ! À propos d’Alfa, j’avais, dans ces années 60, un oncle ouvrier, d’origine italienne, qui récupérait de vielles ALFA qu’il retapait avec soin (la rouille !) devant son hlm de province. On adorait !

    Répondre
  4. Speedster-91

    Bonjour Thibaut,

    J’ai adooré ta petite observation. Tu écris très bien et c’est très drôle.
    J’aime beaucoup aussi Renault (même si mon paternel était plûtot branché Simca puis Peugeot (des liens familliaux)…et je trouve ton histoiore très vraie. Renault véhicule une image de non fiabilité qui lui colle à la peau alors même qu’il fait partie aujourd’hui des constructeurs les plus fiables… Mais c’est tenace. Et pourtant nombre de familles françaises qui ont été transportées en Renault sans encombre. Mais voilà comme toujours… eux on ne les entend pas. On n’entend que ceux qui râlent tout le temps et se pleignent. C’est pourquoi J’ADORE le blog de Renaud ROUBAUDI, car lui est positif et met toujours en lumière ce qui est positif. Voilà le vrai secret du bonheur avec un zeste d’humour.. C’est le top.
    A bientôt pour un nouvel épisode, Thibaut.
    Benoist

    Répondre
    1. Thibaut Chatel

      Merci Benoist. C’est vrai que dans ma famille il y a eu une 4CV, une Dauphine, une Frégate, Caravelle, Floride, R8, R10, R4… c’était sans fin. Et en effet, je n’ai pas souvenir de panne. Ton mail me pousse à continuer à raconter mes souvenirs. À bientôt.