La CX Prestige de Gildas

Par Patrice Vergès. Dans la famille des Citroën CX dont Gildas possède trois exemplaires, c’est la Prestige qu’il préfère. Nous vous invitons à vous étendre à ses cotés aux confortables places arrières.

Tel un tapis volant, la longue CX avale souplement la route grise. Dans cet univers ouaté tendu de cuir et de moquette épaisse qui isole magnifiquement de la chaussée, on se sent quelqu’un d’autre, avec aux bouts des doigts, cette surprenante direction Diravi. Vraiment, si à 50 ans, vous n’avez jamais tenu une direction Diravi, on peut dire que vous avez raté votre vie !

Viewty

Née en 1980, la CX Prestige de Gildas est dans un état exceptionnel

Une direction pas comme les autres, à la fois douce et brutale avec son fameux point milieu et son volant qui tend à vous ramener toujours dans le droit chemin. Une direction dont la parcimonie de mouvements en manœuvres avait dérouté de nombreux conducteurs de SM qui l’étrennèrent. Mais, c’est assis à l’arrière, les jambes tendues, voluptueusement enfoncés dans les sièges moelleux qu’on goûte le mieux à l’esprit de cette voiture dont beaucoup étaient conduite par un chauffeur.

CX2

L’originalité de la planche de bord est l’une des composantes du charme de la CX.

CX4

Ah la fameuse double lunule de la CX !

40 000 km en 11 ans

« J’ai acheté cette CX Prestige, il y a déjà 11 ans et parcouru 40 000 km. Je fais moi même l’entretien et n’ai changé que les pièces d’usures » explique Gildas, son propriétaire. La sienne à moteur GTI qui avoue 160 000 km derrière l’originale lunule du bloc compteur, affiche un état exceptionnel autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Pas une tâche de rouille ne pollue la peinture Beige Opale vernis qui brille de mille feux sous le pâle soleil de début mars. Sa mécanique est aussi en pleine forme et malgré les 1500 kilos de la voiture, les 129 ch du gros 4 cylindres 2,4 l à injection répondent présent lorsqu’on les sollicite.

CX7

 Au volant de sa CX, Gildas est un homme heureux

 La CX Prestige a été popularisée en mai 1995 lorsque Jacques Chirac élu président de la République, a traversé Paris au milieu d’une nuée de motards de presse. Cette version était née près de 20 ans plus tôt, deux ans après la CX normale à qui on reprochait le manque de volume aux places arrière par rapport à la DS. Allongée de 25 cm au niveau de l’empattement, étirée sur 4,91 m, la Prestige offrait davantage de place à l’arrière et une meilleure accessibilité grâce à sa porte allongée. Elle fut plébiscitée par les membres du gouvernement et de nombreux PDG notamment Jacques Chirac qui la conserva longtemps. Certains particuliers sensibles à son habitabilité supérieure et sa présentation plus classieuse l’’adoptérent comme l’ancien propriétaire de cette voiture à qui Gildas l’a achetée en janvier 2003.

Si elle était plus longue, elle n’était pas plus haute. La légende prétend que c’est Giscard qui, à cause de sa grande taille, aurait demandé une version au toit rehaussée de 2 cm présentée fin 1977. La Prestige est beaucoup plus rare que la CX puisque sur plus 1,2 millions d’exemplaires produits, on en compte seulement 22673. Cela s’explique quand on sait qu’elle était vendue 30% de plus que la GTI de série soit 100 000 francs en 1980 qui est l’année de sortie de la voiture de Gildas. Une jolie somme.

Viewty

 A l’arrière, il y a beaucoup de place pour les jambes. Les reposes pieds amovibles se rangeaient dans la poche située derrière le siège avant . Remarquez les pare-soleil latéraux et le montant de tôlerie plus épais sur la Prestige entre la 2eme et 3eme glace latérale

 

CX8

Pourquoi cet amour pour la CX ? « Dans la famille, on est tous Citroën. Mais j’ai toujours le souvenir de mon oncle qui est arrivé un jour au volant d’une superbe CX gris métallisé. J’avais une dizaine d’année et cette voiture m’a tout de suite fasciné ». Il faut préciser que c’était une sacrée grande routière. Produite de fin 1974 à 1991, elle avait conservé les qualités de confort et de sécurité de la DS avec des performances bien supérieures puisque la Turbo qu’avalait Grace Jones filait à 220 km/h en 1984.

« Pus longue, plus lourde de 100 kilos, la Prestige est un peu moins agile dans les virages mais sur route, c’est encore un régal et elle est encore actuelle dans ses réactions » explique Gildas qui poursuit « Je l’aime aussi pour sa finition bien supérieure à celle de la Pallas qui était déjà le haut de gamme de la CX ».

CX6

La Prestige se distinguait par quelques baguettes différentes et son logo prestige ; Sur la Prestige avec l’option cuir (7500 francs 1980 !), les contre portes étaient tendues de cuir.

CX9

« Je n’aime pas les vendre »

Son propriétaire nous détaille tout ce qui distingue la Prestige montée dans une petite annexe à Aulnay, de la Pallas courte. Mécaniquement, elle est identique sauf l’embrayage hydraulique, le toit en skaï sur cette version comme le cuir sont optionnels et liés aux contre-portes également recouvertes de cuir contrairement à la Pallas. La peinture métallisée est vernie, on remarque un entourage chromé des phares, des pare-chocs et du pare-brise et un bandeau de coffre différent ainsi que des platines allume-cigares à l’arrière plus quelques autres menus détails.

Pas question de la vendre. D’ailleurs, Gildas n’arrive pas à vendre ses voitures et s’il déménage un jour ce sera surtout à cause de son garage devenu trop petit pour loger ses 12 Citroën dont 2 DS et une GS. Il rêve encore à de futures Citroën qui manquent à son bonheur comme la C6 et la SM. Si vous voulez suivre la vie du cheptel de Gildas, branchez-vous sur son site où il conte avec beaucoup d’humour sa vie de passionné du double chevron. Collectionner les Citroën, ce n’est pas toujours une comédie romantique.  www.pallasquier.fr .

CX5

Sous le capot, le gros 4 cylindre de 2,4 l de cylindrée délivrait 129 ch. C’était le moteur de la version GTI

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

8 commentaires au sujet de « La CX Prestige de Gildas »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Patrick Compas

    Durant un voyage en Afrique, au fond d’une cour d’une maison de riche fonctionnaire Guinéen, j’ai aperçu l’ancienne Cx de Ahmed SEKOU TOURE président et dictateur de la guinée Conakry de 1958 à 1984 . En échange de certains intérêts, La France lui avait offert ce véhicule, fièrement conduite par son excellence lui même, à travers les routes boueuses des villages de son pays, l’un des plus pauvre à ce moment là.
    Il parait même, que lors d’une visite Présidentielle, d’un autre dictateur, Norodom Sihanouk alors président du Cambodge, notre propriétaire s’amusait lui même, à faire le taxi entre l’aéroport et son palais présidentiel, en agitant un mouchoir blanc à travers la fenêtre conducteur, en signe de respect, au peuple sur le bord de la route, qui scandait fièrement le nom de leur président, ou bien juste peut être des éloges à Citroën !!!

    Répondre
  2. Teddy

    La couleur du cuir des sièges me rappelle un coloris proche les DS actuelles. Idem pour les motifs que l’on peut voir sur les sièges arrières qui me rappellent l’interprétation du « bracelet de montre » sur les sièges des versions haut de gamme des DS actuelles..

    Répondre
  3. Philippe

    Mon père posséda deux CX, j’ai même appris à conduire sur la seconde, une TRD 2. Une sacrée bonne voiture. Encore aujourd’hui cette voiture n’aurait pas à rougir face à la production actuelle. Par la suite mon père eut deux XM.
    Avec le recul je préfère la TRD 2. J’adorais être au raz du bitume à 160km/h sur l’autoroute, les radars et Chantal Perrichon n’existaient pas encore. Je partageais la volant de la Citroen avec une 205 GTI 1.9l, le pied, là encore aujourd’hui, on n’a pas fait mieux à ce niveau de prix.

    Concernant la CX, j’appréciais ce coté OVNI. Les mercos parraissaient totalement insipide à son coté, remarquez, cela n’a pas changé, surtout à la vue de la dernirèe classe C. Le confort de la CX était royal et le mal de dos inexistant, Il n’y avait pas le coté paquebot en perdition de la précédente DS de mon père. Pas de mal de mer alors que la DS, rien que d’y penser ….

    J’étais trop jeune pour le comprendre mais ces voitures se démarquaient totalement de la production contemporaine. Ce que ne fait plus Citroen aujourd’hui, enfin si, un peu. Faudrait juste que PSA retrouve le moyen d’investir et que la jeune génération du personnel comprenne, mais il semble que ce soit le cas, que ce n’est pas en singeant les teutons qu’on fait des voitures qui se vendent. Le Cactus semble bien un retour à l’esprit Citroen, well done.

    Répondre
    1. Jean

      Mon papa en a eu au moins 6 avec toutes les motorisations possibles :
      2200 , pallas 2400, 25 d, 2400 gti, 25 gti, 22trs, et pour finir en beauté un gti turbo2 avec laquelle j’ai fait mes premières armes sur l’autoroute à 17 ans…
      Ah la diravi !, on lâchait le volant à 200 et ça filait tout droit, vent latéral ou pas: de la folie !
      Enfin le souvenir du comportement souverain de la bête dans la tourmente alors que les grosses berlines germaniques lâchaient le pied pour éviter des drames et nous les regardions s’éloigner par la vitre arrière en bref du bonheur !
      La cx ? Une auto comme on en fait plus ! La dernière vraie citroen …
      En tout cas merci !

    2. yigalev94

      La turbo essence fut ma toute premiere auto !!!!! Ca m a poussé a toujours posseder au moins deux « monstres  » a essence dans mon parc…je trouve mes 3 deja mamies de 15ans 607 v6 et mon Audi A8 quattro4.2 et mercedes w220 v12 longues de dignes heritiere de feu ma CX !!!!d ailleurs je vais faire une petite place pour une quatrieme !!! Et cela sera une C6 essence ..noir,grise ou bleue nuit….pour sa ligne digne de la cx