Saga des voitures moches (6) : Austin 1800/3000

Plus c’est long, moins c’est bon !

Continuons à prendre le volant des voitures moches. Avec l’Austin 1800, on comprend mieux le pourquoi du comment  de la chute de l’industrie automobile britannique.  Sortez vos mouchoirs car ce n’est pas gai !

 Par Monsieur Patrice Vergès

001 1968-morris_1800_ADO17_mk2

En 1959, la Mini a  bouleversé l’histoire de l’automobile par son intelligence. Son concepteur Alec Issigonis avait réussi à offrir une habitabilité record pour une voiture longue de seulement trois mètres. Comment ?  En repoussant les minuscules quatre roues aux coins de la carrosserie et en adaptant un moteur transversal. Trois ans plus tard, la firme reprit le même concept pour la 1100  à la  jolie silhouette signée Pininfarina. Pourquoi ne pas l’adopter à une voiture encore plus grosse?   réfléchirent ses concepteurs. C’était une fausse bonne idée.

Ce qui est petit est mignon, pas l’inverse

Fin 1964, BMC dévoila son Austin 1800 qui était une grosse Mini étirée sur près de 4,20 m de long. C’est vrai que pour cette longueur, elle offrait une habitabilité exceptionnelle. C’était toujours grâce à son moteur transversal emprunté à la MGB dégonflé et à son empattement long qui  repoussait les roues aux coins de la voiture. Jusqu’ici tout allait bien. Mais si la Mini était de lignes agréables, la 1800 ne l’était pas. Ce concept s’appliquait mal au plan de l’esthétique en heurtant l’œil. Elle semblait trop longue malgré ses dimensions assez compactes et surtout disproportionné avec son habitacle trop étiré comptant trois vitres latérales, ses roues trop petites, ses portières trop grandes et son capot trop court opposé à son moignon de malle arrière encore trop long. Immédiatement, en la voyant on songeait  à un petit autobus……En la conduisant aussi, d’ailleurs, à cause de  volant trop horizontal imposé par l’angle de la colonne de direction.

Elle n’était pas  seulement laide, elle était aussi assez ratée par ailleurs. Son vieux moteur n’était guère brillant, sa commande de boîte catastrophique, sa direction trop démultipliée et sa suspension Hydrolastic à sphères remplies d’eau empruntée à la Mini secouait sèchement ses passagers. Acceptable sur la Mini, intolérable sur une voiture de ce segment.

Si sa technologie lui permit de remporter le titre de Voiture de l’Année 1965, son esthétique déroutante et son manque de mise au point lui donnèrent une réputation calamiteuse qui fit hésiter les clients. Il est intéressant d’analyser et comparer la R16 sortie à la même époque.  En 1968, la version MK2   gomma ses principaux défauts mais c’était un peu tard. Au début des années 70, BMC la redessina dans un style encore plus laid avant de l’équiper d’un 6 cylindre en ligne transversal de 2,2 l. Ce qui n’empêcha pas Volvo d’annoncer 25 ans plus tard qu’il était le premier à monter un 6 cylindres en travers. Il y a de nouveau que ce qui a été oublié !

La 1800 réussit à vivoter une dizaine d’années produite au total à 380 000 exemplaires. Ce qui prouve, après tout qu’exister, c’est insister

Austin 3000 : bricolage esthétique et mécanique

  Vous croyiez avoir touché les sommets de l’horreur. Erreur !  BMC qui avait besoin d’un haut de gamme fit bien pire encore fin 1967 en dévoilant l’Austin 3000 déclinée comme sa sœur aînée en plusieurs marques. Cette 3000  reprenait la caisse de la 1800  dont la longueur était portée à 4,70 m cette fois, avec un avant allongée et une malle démesurée.  De profil, on ne savait jamais dans quel sens cette interminable voiture allait partir car l’arrière était plus long que l’avant. Elle ressemblait à une image 4/3 désanamorphosée en 16/9eme. Sous le long capot, on  retrouvait l’antique 6 cylindre 3 litres de la Big Healey en position longitudinale qui entraînait…. les roues arrière à l’aide d’un pont accroché à bel essieu tout ce qu’il y a de bien rigide. Un cauchemar esthétique doublé d’un cauchemar technique En trois ans seulement 3000 personnes l’achetèrent.   Soit des aveugles, des drogués au LSD, des masochistes, soit les trois à la fois…

 Pour moins de 4,20m, l’Austin 1800 offrait une habitabilité record. Mais esthétiquement, elle faisait songer à un petit autobus

001 1968-morris_1800_ADO17_mk2

 

Les premières versions avaient des moignons d’ailerons déjà démodés en 1964. Ils furent rognés en 1968

002 1968-_ADO17_mk2_2

 

L’Austin 3000 reprenait la caisse de la 1800 allongée de plus de 50 cm ! Un cauchemar esthétique 03

 Le lourd 6 cylindres en ligne emprunté à l’Austin Healey avait exigé ce long capot et cette face avant lourdingue

05 3

L’avis des Petits Observateurs !

9 commentaires au sujet de « Saga des voitures moches (6) : Austin 1800/3000 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. François

    Il n’y a décidément dans cette saga que des voitures que j’adore. Et d’ailleurs, je viens de faire l’acquisition d’une Austin Maxi, dernière création d’Alec Issigonis, directement dérivée de la 1800. C’est vrai qu’elle était longue et aplatie, c’est pourquoi les Anglais l’avaient baptisée « landcrab », le crabe terrestre. Pour ma part, je suis dingue des anglaises des années 70, l’Allegro, la Princess, la 1800 ou la Marina sont pour moi des must absolus.

    Répondre
  2. Adrien Malbosc

    La NSU, comme la DS, étaient esthétiquement très en avance sur leur époque. La ro80 est, avec ses lignes tendues et ses larges surface vitrées, est plus typée 70’s que 60’s. Ces deux autos sont également dans mon panthéon personnel : une vraie vision du futur, une vraie volonté de repenser la chose automobile, une prise de risque considérable.

    Répondre
  3. JM Manusardi

    Hello Patrice,

    je trouve que dans un style approchant, la Fiat 1800 avait une fâcheuse tendance à faire fondre les yeux… (ils ont toutefois l’excuse d’avoir dessiné ça en 59 !)

    Répondre
    1. Joel Altier

      c’est toujours un délice de lire cette rubrique : merci Patrice et POA. et merci à Adrien de l’enrichir : cette couleur de moquette rarissime assortie à la carrosserie donne une touche absolument unique !

    2. Franckreich

      Je dois être drogué ou aveugle, mais je ne trouve pas cette Austin 3000 si repoussante. En comparaison, une NSU RO80 n’était pas bien plus jolie même si elle avait pour elle son moteur rotatif

    3. circonspect

      J’avais oublié cette version 3000 .
      Quant à la 1800 j’en ai vu pas mal ; mon bureau était à l’époque à proximité d’une concession BLMC .
      @Franreich , la RO80 c’était autre chose ; pour moi elle a gagné mon panthéon personnel , en compagnie de la DS19 .