Autobianchi Primula, c’est bientôt la saison des primevères

Le petit observateur Adrien Malbosc nous fait découvrir l’Autobianchi Primula. Le froid qui court nous ferait presque oublier que le printemps arrive dans moins d’un mois. Avec lui, son cortège d’oiseaux sifflants, de fruits et de fleurs. Parmi elles, la délicate primevère, (fleurissant dès la fin février), dénommée « primula » en latin. Puisque nous restons indécrotablement caisseux et bagnolards, occupons-nous plutôt de la Primula aux effluves de super plombé, plutôt qu’à celle dont la classification phylogénétique nous informe qu’elle appartient à l’ordre des Ericales.

Autobianchi_Primula_Coupè

Car oui, la Primula, c’est une auto. Une petite Autobianchi tout à fait atypique, donc sympathique. A cette époque, la marque sus évoquée était le laboratoire technique de FIAT, qui testait des solutions avant-gardistes à petite échelle, et sur des autos de petite taille. Ce frêle machin métallique dont le style évoque tantôt la Fiat 850, tantôt l’Austin A40 Farina est sorti en 1964, et se distinguait par de nombreux folklorismes techniques, comme l’ensemble moteur-boite transversaux, l’embrayage hydraulique, quatre freins à disques et la traction-avant pour ne citer que cela.

04_63_b

2012_071910012

Le vehicule est disponible en 2, 3, 4, 5 portes, en coupé et en berline. Pas évident de s’y retrouver. Retenons juste que les versions 3 et 5 portes furent parmi les premières autos de série non utilitaires dotés de hayons… et que le coupé est bigrement mignon !

Autobianchi Primula 06

Autobianchi Primula 02

autobianchi_primula-1

Tellement d’ailleurs, qu’il séduira le romantique Samy Frey dans « César et Rosalie ». La Primula tient une place de choix dans ce beau film, avec une sympathique teinte jaune typique de l’époque. Montand, volontiers plus exubérant (et fortuné !) se déplace en Citroën SM dorée…

Techniquement, les 75ch doivent être suffisants pour donner une certaine vivacité aux seulement 870 kg de l’ensemble. Un compte tours, un volant bois à  trou-trous, des couleurs vives et des jantes alu optionnelles achèvent de planter un décor populaire mais élégant qui ne manque pas de panache.

cbe448ea9ba59bf34e9d46496b1b0097

Autobianchi_PrimulaDCF 1.0

Vous avez compris, il vous en faut une. Si vous tombez sur un des très rares exemplaires survivants, faites-le nous savoir : j’imagine déjà Renaud affirmé que « mes enfants, ça a de la gueule » !

César et Rosalie, de Claude Sautet, avec Romy Schneider, Yves Montand et Samy Frey (1972)

vlcsnap-2014-02-11-22h26m49s173vlcsnap-2014-02-11-22h27m40s172

vlcsnap-2014-02-11-23h02m39s171

L’avis des Petits Observateurs !

5 commentaires au sujet de « Autobianchi Primula, c’est bientôt la saison des primevères »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. JM Manusardi

    Ahhh je m’en souviens bien ! (typique « Tamalou », ça !).
    Sans blague, je trouve que la Primula préfigure déjà l’A112, ne serait-ce que dans le rapport poids/puissance, extrêmement favorable (surtout quand on a 20 ans et le ventre plat !).

    Répondre
  2. circonspect

    Merci pour ces souvenirs . Cette Primula a précédé la renault 16 de près d’un an. Elle était très en avance sur son temps .
    Et en plus elle était très mignonne , tenait très bien la route , et avait des performances très convaincantes .
    Dommage que cette marque ait disparue .

    Répondre
  3. Patrice Vergès

    Un article très sympathique pour une voiture qui l’était tout autant. J’en ai possédé une, un coupé rouge à moteur 1438 cm3 chaussée de jantes larges de Fiat 128. La baguette chromée de porte au bas de la glace sautait tout le temps lorsqu’on fermait fort la porte. Fait amusant, cela se remarque dans l’excellent film « César et Rosalie » où l’on voit la baguette « sauter » lorsque David ( Samy Frey) claque la porte. Les Fiat de cette époque étaient des voitures assez fascinantes car très sensuelles.. Un film avec des acteurs sublimes. Par mon métier, j’ai eu le bonheur de rencontrer Romy Schneider. mais c’est une autre histoire…..
    c’est très sympa de lire ces lignes
    Patrice Vergès

    Répondre
    1. Adrien M

      Monsieur Vergès, c’est un honneur ! Merci pour ces compliments qui me vont droit au cœur.
      Le coupé jaune du film est dans un état assez lamentable pour une auto si récente : différences de teintes notables, baguettes manquantes ou mal fixées, choc à l’arrière…
      Je serais ravi que vous postiez quelques photos de votre ex-auto !!! Et que vous nous parliez de la déliceuse Romy… Renaud, qu’en penses tu ? 🙂