Rencontre soudaine et souterraine

Petite observation d’une Maserati 430 4V par Adrien Malbosc

« Ce n’est pourtant pas grand-chose. La scène se passe un dimanche, sur un parking anonyme d’un non moins anonyme centre commercial d’ile de France. Et soudain, une petite boite carrée attire mon attention. Ces dimensions compactes, cette agressivité suggérée, personne ne la remarque. Il faut admettre que le noir est idéal pour camoufler les appendices aérodynamiques un peu voyants.  L’intérieur noir ne nous permet pas de voir la sublime finition, où le cuir alterne avec l’alcantara, mais fait ressortir les généreuses boiseries vernies. Ce que cette voiture cache si bien, c’est son tempérament explosif. Sous ces allures de Bm série 3 des années 80, se cache un sulfureux V6 bi-turbo. Ses 280ch ont la réputation d’arriver de façon soudaine au train arrière, mettant à mal le sang froid du père de famille devenant soudain pilote.

M1

En plus du charme inénarrable du loup en habit de sage brebis, cette auto exhale un folklorique fumet de camora ou de méchant de James Bond, en l’occurrence « licence to kill » (1989).

M3

Cette voiture, c’est la Maserati 430. L’auto de plusieurs mondes qui se croisent. Mais qui se croisent vite… La version (mal) photographiée est une 430 « 4V », produite à seulement 291 exemplaires. Typée de son époque comme les costumes de Timothy Dalton dans le film susnommé, elle arbore une simplicité dans ses traits que certaines autos modernes torturées feraient bien de retrouver.

(Merci Adrien pour cette petite observations. P.O.A a rendez-vous prochainement avec la Maserati BiTurbo pour un reportage en live. on en reparle)

L’avis des Petits Observateurs !

Un commentaire au sujet de « Rencontre soudaine et souterraine »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Stéphane Garcia

    Très bon. Une petite observation de haute volée, très bien écrite (sans fautes, ça fait du bien) et documentée. Du grand POA! Permettez-moi seulement un petite réserve sur l’adjectif folklorique associé à la Camora…
    SG

    Répondre