La Chevrolet Volt a-t-elle eu raison trop tôt ?

 La Chevrolet Volt n’a pas eu le succès qu’elle mérite. Sans doute à cause d’un physique trop discriminant et d’un positionnement flou, cette voiture électrique à prolongateur d’autonomie  a fait peur. Malgré ses qualités évidentes, elle est souvent passée pour une « usine à gaz » aux yeux des journalistes. C’est dommage car comme nous le rappelle Chris Harris, l’un des journalistes blogger anglo-saxon les plus influent du web, la Volt mérite le détour, ou tout du moins sa technologie mérite le détour. Dans cette vidéo, Chris Harris pose d’emblée la bonne question : Pour savoir si la Volt vous correspond, tout dépend de votre contexte d’utilisation : Si vous faites environ 60 km par jour, elle est idéale, sachant qu’avec son moteur thermique elle peut couvrir plus de 400 km .

Sous une carrosserie plus sexy, la technologie de la Volt devrait s’imposer. Je crois que Cadillac va bientôt proposer son nouveau coupé ELR (et non ATS  merci Frédéric du blogautomobile) avec cette motorisation. Avouez que cela aurait de la gueule.

2014-Cadillac-ELR-front-three-quarter

Retrouvez ci-dessous ma première rencontre à Détroit avec la Chevrolet Volt en janvier 2011

La rencontre avec la Chevrolet  Volt

Premières impressions au volant de la Chevrolet Volt

L’avis des Petits Observateurs !

8 commentaires au sujet de « La Chevrolet Volt a-t-elle eu raison trop tôt ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Franckreich

    Ils ont un problème de positionnement et de prix sur cette techno chez GM. La nouvelle ATS vend cette version plus chère que’une Model S autrement plus performante et valorisante. Cette Volt était vendue plus de 40 KE en France sous marque Opel, presque sans com d’ailleurs. Ils ont revu – enfin – les prix à la baisse récemment.
    Mais surtout elle est mal positionnée. Regardez comment Chris Harris en parle au début : une hybride… Or ce n’est pas le cas; elle est – comme vous dites – un VE avec prolongateur d’autonomie. Or elle n’a pas été « vendue » ainsi à la presse histoire de ne pas être positionnée sur un créneau inexistant à l’époque (le VE) et bénéficier de la clientèle du marché des hybrides. Mais le manque de liaisons mécaniques entre moteur et roues la rendait incompréhensibles vs. les vraies hybrides de Toyota. Donc chère et le cul entre 2 chaises, elle ne s’est pas vendue. Moins chère et revendiquée comme VE avec prolongateur thermique, elle n’a pas de concurrente (sauf la récente I3) et a peut-être encore ses chances… avec un peu de com et de véhicules d’essais en concession.

    Répondre
    1. Franckreich

      Au temps pour moi, il y a un lien mécanique entre moteur thermique et roues au-delà d’une certaine vitesse et pour une part mineure de l’effet d’entrainement. Donc c’est une VE à prolongateur thermique … qui devient hybride – mais majoritairement électrique même en mode hybride.

  2. circonspect

    La Volt correspond parfaitement à mon usage , et elle pourrait remplacer ma Prius .
    Mais , car il y a un « mais » , elle pêche sur deux points incontournables :
    – ce n’est qu’une 4 places
    – son porte à faux avant démesuré lui interdit l’usage de beaucoup de parkings souterrains à Paris .

    Les retours d’usage sont à ma connaissance très positifs , avec des moyennes de consommation sur une année , se situant aux alentours de 1,5l/100 .
    Si la Volt/Ampera n’est pas très efficiente en mode hybride (son 4 cylindres d’origine Opel n’est pas optimisé) , sa réelle autonomie en » full EV » est confirmée , quelle que soit la saison entre 50 et 80 km . Ce qui correspond à l’essentiel de mes déplacements .
    Sa technologie est extrêmement sophistiquée , et pour le moment , il n’y a pas de retours négatifs en ce qui concerne sa fiabilité .

    Pour le futur on attend l’alternative suivante :
    – une Volt avec une structure remaniée (moins de porte à faux avant) et une motorisation thermique plus efficiente ( bicylindre ou tricylindre de 1000cm3),
    – ou une Prius plug in (très efficiente en mode hybride) avec une batterie Li-Ion de plus grande capacité (actuellement l’autonomie est légèrement inférieure à 20 km , ce qui reste insuffisant).
    En tous cas , merci à GM d’avoir osé sortir un tel véhicule , aussi innovant , en espérant que cette génération ne s’éteindra pas .

    Répondre
    1. Philippe

      En effet, un collègue de travail a renoncé à l’achat d’une Volt du fait du porte à faux avant et de la bavette avant, beaucoup trop basse.

      En sortie de garage d’immeuble la voiture touche à l’avant. C’est beaucoup trop bas. Il faudrait soit un élévateur d’assiette, soit revoir l’aéro. C’est pire qu’une Porsche ou une Lotus Elise et je suis bien placé pour comparer.

      Mon collègue fait 60km par jour aller-retour. Il rentre pile dans l’usage de la VOLT. Il est très déçu.