Captur capture l’attention

Mon fils Tristan, 18 ans, ne s’intéresse pas du tout aux bagnoles. Vraiment pas. Alors quand il m’a parlé des films Renault Captur sur YouTube en disant que c’était « poilant », une lumière verte a clignoté dans mon cerveau. Sans savoir de quoi il s’agissait, je me suis dit que c’était gagné pour Renault. Pour une fois la communication a  trouvé le ton juste face à la No Car Generation. Chaque film a dépassé le million de vues sur Youtube.

De quoi s’agit-il ? Renault a imaginé un scénario rigolo.  Le Captur est transformé en voiture avec chauffeur que vous pouvez réserver. Mais au lieu de vous emmener là où vous le souhaitez, le chauffeur (un excellent comédien) fait tout pour vous proposer une autre destination arguant que la votre ne l’arrange pas. Si les passagers sont au départ amusés, très vite certains s’impatientent et cela donne lieu à des scènes très drôles. 99% des passagers refusent de se rendre à la destination proposée par le chauffeur. Pour les 1% restants, c’est bonne pioche. Renault leur a concocté des surprises féeriques que je vous laisse découvrir ci-dessous.

C’est drôle, bien monté, sympathique, jamais méchant et cela porte le message publicitaire : osez l’aventure en Renault Captur. Enfin mention spéciale au comédien chauffeur qui improvise élégamment sans jamais perdre son flegme, même quand certains veulent lui tordre le cou.

Le diné magique dans les airs

Alice au pays de J-C Castelblajac

 

Gregory joue le rôle de sa vie

L’avis des Petits Observateurs !

10 commentaires au sujet de « Captur capture l’attention »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Frédéric à Montréal

    Excellent! Idée génial. Galerie de personnages très amusante. Les grincheux qui ont refusé ont dû regretter. J’aime bien : «Je vais faire un rapport»!!!
    Merci Renaud!

    Répondre
  2. Franckreich

    Il ne faut pas confondre « pub » avec de la com virale. Ici on est dans le second cas et l’idée est d’étendre et de rendre concret la promesse de la fameuse pub. Le Captur met en avant l’esprit d’évasion et l’idée que Renault se fait de ses clients Captur. Ces spots viraux se chargent d’incarner « dans la vraie vie » cet esprit d’aventure en distinguant ceux qui osent (comprendre ceux qui ont le profil qui va bien) des autres. Et Renault de nous retourner la question à fin, aurions-nous osé l’aventure ? Si oui, nous sommes compatibles avec le modèle. C’est segmentant mais efficace pour créer de l’affinité. Parfois la communication n’est pas premier degré et ne se contente pas d’argumenter sur le produit mais joue au billard à plusieurs bandes, c’est ce que le web a apporter et les marques commencent à bien maîtriser la partition. Renault UK (notamment avec Zoe, mais aussi clio RS) montre souvent la voie sur ce média

    Répondre
  3. Guillaume Darding

    Je n’avais pas prêté attention à cette campagne jusqu’à votre article. Il est vrai que l’approche est intéressante. J’ai l’impression que Renault a retrouvé un vent de fraîcheur et une véritable inspiration avec la sortie du Captur, ce dont ne semble pas profiter la Zoé (pourtant sortie à la même époque).

    Pour la petite anecdote, le comédien humoriste s’appelle Vérino. Il s’est fait connaître du grand public notamment par l’émission « On ne demande qu’à en rire » (bien qu’il ait déjà pas mal tourné avant de participer à l’émission).

    Répondre
  4. Heisenberg

    Chaque publicité a pour vocation de soutirer de l’argent en montrant de sa marque une image positive et fiable. Mais certaines le font de manière plus imaginative que d’autre, et surtout de manière moins barbante. En effet celle-ci n’est pas désagréable à regarder comparé à ces publicités complètement idiotes comme celles de la MAAF ou LUSTUCRU. Il est intéressant de voir la réaction de ces personnes face à un imprévu dans leur routine et de se dire que finalement on passe souvent à coté d’occasions comme celle-ci par peur.

    Répondre
  5. Adrien Malbosc

    Je rejoins, comme souvent, Renaud dans cette campagne. C’est drôle, imaginatif, percutant. Assez de ces publicités devenues réclames, de cet univers gris et déprimant, sans la moindre once de création, ventant les primes à la casse et le taux carbone des moteurs diesels. Pour une fois qu’une marque sort des sentiers battus, ne la boudons pas. Ce message est fait pour soutirer de l’argent? Cela s’appelle la publicité. On peu blâmer le fond, mais je ne peux que louer la forme. Et justement, jouer sur l’image est aujourd’hui le meilleur truc à faire : les autos sont hyper standardisées, comme le faisaient remarquer Cédric et Renaud au sujet de la Seat du vague groupe VAG. La aussi, le fond est critiquable (jouer sur une image faussement djeuns), mais le résultat final est vraiment réussi. Continuez à sortir des sentiers battus ! Renault, vous n’irez jamais trop loin, vous avez un déficit d’image colossal, il y a du boulot pour sortir des méganes blanches diesel !

    Répondre
  6. Sébastien

    Chercher à soutirer les rires de la No Car Generation en vue de leur soutirer l’argent pour un objet qui leur est indésirable, revient à vanter les vertus des poulets-en- batterie gavés aux farines animales à un végétalien. Un peu moins glauque que les pubs Twingo : c’est déjà ça.

    Répondre
    1. renaud roubaudi

      je ne suis pas d’accord avec vous Sebastien. Avec cette opération, Renault crée un univers, un territoire de marque, sympathique, qui correspond à l ‘époque. Justement ici il ne s’agit pas de VENDRE, mais d’IMAGE de marque. cela se construit dans le temps et trop de marque l’ont oublié. Une image c’est impalpable mais c’est fondamental le jour du choix; peu importe que la no car génération n’achète pas le Captur. l’important est que le jour venu , même dans dix ans, Renault est une bonne image aux yeux d’un client no car qui aura besoin d’une voiture pour x raisons. Mon fils se fiche des autos , mais comme par hasard il connait Lamborghini, Jaguar et peste contre sa mère qui roule en Citröen Picasso. C’est justement parce qu’il ne connait rien au produit, que l’image de marque est prioritaire.

    2. Philippe

      Je plussois dans le sens de Sebastien, complétement débile ce truc. Si tu veux une image, tu vas la chercher avec le produit, pas avec de la com à deux balles.

    3. Sébastien

      Cette campagne est en effet dans l’ère du temps : copiner avec le consommateur façon pubs du Crédit Agricole, Carrefour et Nescafé-Facebook, pour se (re)faire une image, mais je pense que Renault cherche à vendre autant le produit qu’une image (sinon la voiture pourrait être différente à chaque fois). Oublier le produit à l’heure où les constructeurs ont besoin de faire rentrer du cash à court terme, serait périlleux. A ce sujet, beaucoup ont reproché aux pubs DS de vendre une image au détriment de véhicules peu montrés. Vu les ventes décevantes des DS4 et DS5, cette stratégie semble avoir été prématurée pour une marque qui a(vait) tout à prouver (de nouveau et surtout chez les plus jeunes) dans le domaine du Premium. Citroën aurait sans doute dû faire preuve de plus de pédagogisme en privilégiant le produit, quitte à le relayer au second plan une fois le succès acquis. Vouloir réhabiliter une image écornée pendant 30 ans avec une musique djeun et des images achetées dans des banques d’images, révèle un certain excès de confiance. Quant à cette campagne Renault, je ne dois pas faire parti de la clientèle visée car ni elle m’amuse, ni elle me captive. Par contre, 17 ans plus tard, j’ai toujours bien en tête les images de cette pub percutante de l’ex créateur d’automobiles : http://www.youtube.com/watch?v=HtbziyfiQoA