L’Alfa Romeo 4C à l’essai par Monsieur Max

Monsieur Max, allias Maxime Fontanier, est un journaliste automobile bien connu qui n’a pas sa langue dans sa poche. J’aime Monsieur Max car il parle de voiture comme il en parlerai à des copains au bistrot, façon Audiard.  Accessoirement Monsieur Max à aussi un bon coup de volant. Donc, Monsieur Max a essayé la nouvelle Alfa Romeo 4C sur le circuit de Balocco en Italie et quand j’ai vu sa vidéo je lui ai demandé l’autorisation de la diffuser car elle résume bien le positionnement de cette 4C. Alfa Romeo doit boire du petit lait, car tous les essais sont dithyrambiques. Globalement, tout le monde s’accorde pour dire que l’Alfa 4C est une véritable sportive, légère, maniable, amusante, bref une véritable Alfa. Seul le petit observateur Philippe, qui en connait un rayon question sportive, tempère ce concert de louange et je cite sa réflexion vu sur facebook : Sympa l’essai même si je considère que coller une suspension McPherson sur le train arrière est une hérésie pour une berlinette. La Lotus Elise S reste bien plus intéressante. Marrant aussi comment les journalistes oublient de parler d’une direction floue au point milieu. Bref, le débat est ouvert et c’est cela qui est bien. Pour vous faire votre idée et découvrir les secrets de cette Alfa Romeo 4C par monsieur Max,  il suffit de lancer la vidéo. Merci à lui.

 

L’avis des Petits Observateurs !

4 commentaires au sujet de « L’Alfa Romeo 4C à l’essai par Monsieur Max »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. TJ

    Dommage le faux compteur du tableau de bord façon console de jeux. C’est ridicule. Bientôt ils mettront une bande son pour faire le bruit du moteur…

    Répondre
  2. Monsieur MAX

    Merci pour ce lien POA. Même si j’ai adoré la 4C comme vous pouvez le voir sur ma vidéo, les critiques de l’observateur Philippe sont tout à fait recevables. En effet, la direction est floue autour du point milieu. Cela est précisé dans la plupart des essais dont le mien à paraître dans AUTOMOBILES CLASSIQUES. La 4C peut aussi être critiquée pour son moteur 4 cylindres qui manque d’allonge et dont la sonorité est très typée « Turbo ». Une LOTUS ELise S avec son 1.8 Toyota compressé doublé d’un bon vieil autobloquant mécanique est sans doute plus efficace et plaisante sur le plan strictement mécanique. Mais la 4C est plus évoluée avec sa boîte double embrayage et sa coque carbone. L’italienne est aussi mieux présentée et offre un plaisir proche de celui de la Lotus sur circuit avec une ligne bien plus séduisante. Donc elle mérite d’être saluée malgré ses défauts…Quant au train arrière McPherson, il était déjà présent sur une certaine Lancia Stratos, ce qui ne l’a pas empêché de briller en rallye. Longue VIE à POA !

    Répondre
  3. Dominique

    Super reportage, Alfa renoue avec la tradition italienne et ses belles ancêtres. Superbe essai, une voiture brut de décoffrage à un prix contenu

    Répondre