Chevrolet Trip : Los Angeles nous voilà !

Carte Blanche à Christophe Aubry*


Partenaire des studios de cinéma Paramount, Chevrolet a organisé un voyage de presse à l’occasion de la Chevrolet Nihgt Film.  Christophe Aubry, journaliste et photographe, faisait partie du voyage, il  en  a profité pour immortaliser ses sensations au profit des lecteurs de P.O.A


Chevrolet trip (épisode 1) : Los Angeles, nous voilà ! 

A Roissy, c’est un satellite tout neuf qui s’offre à nous : Hermès, Dior, Rolex et du marbre partout : seuls le Relay, avec ces alignements de presse people hystéro-fushia nous rappelle que nous sommes bien dans un aéroport. Tout au bout du tapis roulant, notre Airbus se languit d’avaler sa plâtrée de globe-trotters, direction Los Angeles.

 Partir faire coucou à Chevrolet, qui fête son engagement dans le cinéma, on avait vu plus désagréable, comme voyage. Flotter en A380, le « gronavion » tellement repu de kérosène qu’on se demande s’il va assez vite pour décoller, restera dans ma mémoire : sidérant par son silence, l’engin donne une étonnante impression de puissance lourde, de lenteur, au final très paradoxale tant le voyage paraît court une fois à destination.

Los Angeles, place aux formalités. La langueur du tapis à bagages n’entame pas notre appétit. Sortir, sortir de ce tentaculaire aéroport, vite. Plonger dans le grouillement californien, oublier nos 11h40 de vol, nos haleines rancies par le plateau breakfast d’Air France, nos pupilles scannées, re-scannées, par la douane, la blépharite du jetlag.

Vite, voir les rubans s’étirer, les puis de pétrole pomper, la folle circulation, l’anarchie organisée de ce big-bang urbanistique, ou s’étalent 18 millions d’habitants, 1000 km d’autoroutes et toute l’industrie de l’entertainment. L’Amérique, bordel !

Au premier virage, stupeur : notre chauffeur nous confronte à une Lana Del Rey de 10 mètres de haut. Merci, Hennes&Mauritz, pour ce fringuant (« flinguant » ?) dépaysement, et accessoirement de nous rappeler que les bouches de canard ne sont pas réservées au métro parisien.

Coup de fil de l’attachée de presse : il est trop tard pour visiter Universal Studios. Nous qui rêvions de jouer à Bree et Lynette dans le décor de Wisteria Lane dans Desperate Housewives… il faudra nous trouver un autre spot mythique à visiter.

Direction West Hollywood où nous attendent les officiels de Chevrolet, qui ont élu domicile au Saddle Ranch, resto kitchissime du quartier, où une vache mécanique fit jadis faire du rodeo à Cynthia Nixon, l’avocate névrosée de Sex&theCity dans un épisode délocalisé.

Une guinguette yankee où les assiettes XXL sont ovales, les serveuses surpolies (there you goooo !) et la purée compacte comme de l’enduit à reboucher de chez Casto (d’ailleurs, elle en a le goût).

…. à suivre

 Petites Observations Automobile – novembre 2012

*Christophe Aubry est journaliste et photographe. Depuis 17 ans, ce contemplatif-compulsif chronique l’évolution automobile, sonde sa place dans la société, dissèque son discours. Ancien rédacteur en chef adjoint de l’Auto-Journal, il a dernièrement collaboré à Capital, M6 (Turbo), Question Auto, Auto Moto, Caradisiac, Marianne, Lagardère Active comme consultant éditorial et Auto Express en Grande-Bretagne.

Christophe Aubry est sur facebook

L’avis des Petits Observateurs !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *