la vraie vie en mia electric (épisode 2)

Bon je l’admet, Vincent Dabin est un cas à part. Mais je trouvais intéressant de vous présenter l’ensemble de sa démarche écologique et économique. En plus de la mia electric, 140 km par jour, il a fait installer des panneaux solaires sur le toit de sa grange. Une démarche encore assez rare pour prendre le temps d’écouter ses explications et ses motivations.
Petites Observations Automobile – avril 2012

L’avis des Petits Observateurs !

3 commentaires au sujet de « la vraie vie en mia electric (épisode 2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Anonymous

    Idéaliste, sans doute. Mais certainement pas absurde. La Mia correspond idéalement à ses besoins quotidien, tout en lui permettant une baisse substantielle de ses dépenses (- 3,6 ke/an !). Quant à l’investissement conséquent pour les panneaux solaires, il est remboursé par les revenus dégagés et par conséquent déjà rentable – comme l’acquisition d’un studio dont les loyers permettent de couvrir l’emprunt… Bref, sur le plan financier cela s’appelle davantage une affaire saine. Et les qualités environnementales viennent en bonus ! Don Quichotte était perdu dans ses chimères. Pas lui.

    Répondre