Premiers pas dans la ville de la mia electric

J’ai eu la chance de pouvoir essayer la mia electric en Allemagne en compagnie de son designer, Murat Gunäk. C’est une première, puisque la mia débarque à peine en France ces jours ci. Une chose est sur, cette drôle de petite voiture marque les esprits des passants…

La mia est une citadine 100% électrique qui fait sienne la devise « less is better ».Très petite (2,87m), très légère (820 kg), elle braque dans un mouchoir de poche, se gare dans un trou de souris, ne fait aucun bruit, ne pollue pas et se conduit aussi facilement qu’un vélo. Disposant d’une autonomie de 120 km, capable de rouler à 100 km/heure et dotée d’accélération franche, merci la propulsion électrique qui délivre la puissance instantanément, c’est une proposition intelligente qui n’a pas d’équivalent aujourd’hui sur le marché.  Elle se recharge en 3 heures (batterie 8 kw) ou 5 heures (batterie 12 kw) sur une simple prise de courant.

Episode 2
 
Episode 3
Suite et fin de ma virée en mia electric à Wolfsburg. Nous sommes allés avec Murat à l’Autostad, le Dysneland de la voiture crée par Volkswagen qui est implanté dans la ville. Nous avons croisé sur le parking une flotte de Golf électrique (encore au stade de prototype) et nous avons demandé de pouvoir recharger la mia sur leur bornes. Voici leur réactions
Le conducteur de la mia est assis en position centrale et cela change tout. Sa vision est panoramique et les deux passagers assis en retrait sur les côtés bénéficient d’un espace aux jambes digne d’une Rolls Royce. Ajoutez deux portes coulissantes, un intérieur zen avec une connexion  I-Pad, la possibilité de faire des recharges express en 10 min et toutes les autres voitures vous apparaissent affreusement compliquées.
 




Petites Observations Automobile – novembre 2011
 

L’avis des Petits Observateurs !

2 commentaires au sujet de « Premiers pas dans la ville de la mia electric »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. JM Manusardi

    Ne vas pas trop vite en besogne en parlant du silence des villes « électrisées »… À Rome, par exemple, on entendra toujours les coups de klaxon et les engueulades ! Ce sera meme un brin surréaliste.

    Répondre