I-Real, la mobilité des seniors selon Toyota

Le fantasme de l’an 2000 était la voiture volante. Celui de 2050 est le fauteuil électrique pour senior. Les temps changent.




Et si le rêve secret des constructeurs était que nous ne marchions plus jamais. Tout le monde sur quatre ou deux roues et le monde tournerait mieux et les usines aussi. Provocation ? Pas si sur quand on découvre i-Real, un prototype de fauteuil électrique sur lequel Toyota travaille depuis trois ans et dont une version finalisée a été présentée au salon de Tokyo l’année dernière. Au départ, c’est une petite équipe du département recherche et développement qui s’est amusé à ses heures perdues à imaginer un moyen de locomotion urbain, dédié aux seniors. Sous le terme pudique de senior se cache une réalité implacable que décrit avec moult statistiques l’Organisation Mondial de la Santé : du fait de l’augmentation constante de notre espérance de vie, nous serons de plus en plus en nombreux à vivre (très) vieux dans les mégalopoles modernes. 

Selon toute vraisemblance, les centenaires seront monnaies courantes d’ici à une trentaine d’années, alors autant dire qu’à 80 ans, on aura la vie devant soi ! Dès lors, il n’est pas question pour les constructeurs d’ignorer ce « papy-boom » du XXI siècle. Mais entre la vue qui baisse, l’arthrose qui engourdit les doigts, les jambes qui flageolent et les réflexes qui baissent, confier une voiture à un sémillant centenaire peut vite la transformer en arme de guerre aux heures de pointe. Pragmatique, Toyota qui a pris très au sérieux l’idée de ses chercheurs de proposer un fauteuil électrique. Ce drôle d’engin, surnommé i-Real, est doté de trois roues et pèse 100 kg, dont la moitié vient du poids des batteries. Il se commande par deux joysticks dans les poignées, façon manche à balai. En mode lent, il évolue à 6 km/h soit la vitesse de marche d’un adulte. Pour faire un demi-tour complet, il suffit de braquer à fond les manettes. En mode rapide, la vitesse peut atteindre 30 km/h et le fauteuil se déploie à l’horizontal pour gagner en stabilité. Sa longueur passe alors de 1 mètre à 1,50 mètre. Équipé de capteur d’alerte anti-collision, il peut s’utiliser aussi bien dans un appartement que sur les trottoirs. Nous n’avons donc plus à craindre une petite baisse de régime pour aller promener le chien quand nous fêterons nos cent ans. 

Encore faut-il prévoir un nouveau code des trottoirs quand nous serons tous aux commandes de nos fauteuils roulants. Preuve supplémentaire de l’intérêt de Toyota sur ce type de projet, le BSI-Toyota Collaboration Center, un département très en pointe sur la recherche avancée, a dévoilé en juin 2009 un autre prototype de fauteuil électrique appelé « Real Time » qui se commande par les ondes du cerveau. Développé pour les personnes handicapées, il utilise une technologie révolutionnaire qui capte les impulsions du cerveau en 125 millisecondes et permet de piloter le fauteuil sans aucune intervention physique. Une petite formation est nécessaire pour maîtriser les différentes manœuvres, mais, une fois les réflexes acquis, 95 % des personnes testées ont pu le conduire sans problème, par la simple force de leur pensée. 
À ce stade, Toyota étudie le marché pour une commercialisation future de i-Real et les applications possibles de la commande par le cerveau, mais il y a fort à parier que les maisons de retraites Japonaise seront les premières ciblées pour des tests grandeur nature. En extrapolant à peine, on imagine la vie quand nous serons tous équipés de ce type de fauteuil électrique équipé d’un téléphone, d’un distributeur de café et d’une télévision intégrée. Le monde de Wall-e avec ses obèses cloués sur des fauteuils volant dans l’espace n’est plus très loin. À quand un sommier à roulette électrique qui nous permettrait de ne plus jamais sortir du lit ?

Petites Observations Automobile – mars 2010

L’avis des Petits Observateurs !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *