Archives de l’auteur : Renaud Roubaudi

Quelle voiture pour rouler à fond sur l’autobahn ?

Quelle voiture pour rouler à fond sur autoroute allemande (sans limitation de vitesse) ? Voilà la question du dimanche matin que se pose le quatuor POA composé…de Floriane Brisabois, Julien Rosburger, Cédric Fréour et Renaud Roubaudi. Chaque dimanche matin, POA se pose la question de savoir quelle voiture pour…, un jeu auquel vous pouvez participer en votant à la fin de la vidéo en cliquant en haut à droite. Bon dimanche à tous.

Un long trajet en électrique : possible ?

Le duo POA a réalisé un aller-retour, Paris – Pernay,  le mardi 22 janvier 2019, en Kia e-Niro électrique, soit 277 km aller et 277 km retour.
↓🚗↓
Découvrez  comment les opérations de charge sur différentes types de bornes ont tourné au fiasco à répétition. La météo, neige et température frôlant les zéros degrés n’ont pas aidé, mais de force est de constater qu’aucune des 6 bornes de recharges testées n’a fonctionné correctement.

 

Souvenirs d’Auto (213) : les occasions du Lion

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Cette anecdote croustillante m’a été envoyée par le jeune bagnolard, Pierre Boivin. Merci à lui pour sa fidélité à cette rubrique.

 

Été 2013, mon paternel est en quête d’une nouvelle auto, polyvalente, agréable, plutôt spacieuse et routière, et comme j’ai pu le raconter à POA (CF http://www.petites-observations-automobile.com/2016/12/souvenirs-dauto.html), il adore les tri-corps.

J’épluche donc les annonces en sa compagnie.

Passat, C5, tout y passe, et voilà que nous tombons sur une 407 Executive Pack 2.0 HDi, 140.000 km, de 2004, 7500 €.

Elle présente bien, vendue par le concessionnaire Peugeot à 30 km de chez nous, mon père dit « pourquoi pas », mais voilà, je suis en cours toute la semaine, donc impossible d’aller avec lui voir la voiture.

Je me renseigne de l’équipement de l’Executive Pack, des choses à vérifier sur 407, etc. Je briefe succinctement mon père, qui ira la voir et rentrera le soir triomphant, bon de vente à la main.

Je le questionne, rien de particulier, si ce n’est que le garage demande deux semaines de délai pour remplacer la distribution à leurs frais.

Mouais, bon, soit.

Entre temps me voilà parti deux semaines en vacances, et il vient me repêcher à la gare avec la fameuse Peugeot, récupérée deux jours plus tôt.

Bon, il est tard, il fait nuit, je ne peux donc pas l’inspecter sous toutes ses coutures. Mais déjà, lorsque j’essaye d’ouvrir la malle, rien ne se passe.

Mon père sort alors de la voiture, fier comme Artaban à l’idée de m’apprendre quelque chose sur les voitures, en l’occurrence que la malle s’ouvrait en appuyant sur le zéro, ce que je savais depuis le jour de la sortie de la 607… Il appuie avec un énorme sourire satisfait, rien ne se passe (bis), j’éclate de rire, il fait la tronche.

Bref, je finis à force d’appuyer par ouvrir la malle, j’enfourne ma valise, je monte à l’arrière et me fais quelques réflexions.

Je vois un pommeau en cuir blanc, curieux vu l’intérieur velours gris… Elle broute à bas régime… Bon, bizarre, j’y verrai plus clair demain pour inspecter tout cela de plus près.

Nous sommes demain, 9 h, me voilà parti inspecter la voiture, bouquin d’occasions avec détail d’équipements en main, clé dans l’autre.

J’ai constaté, outre le faux contact du bouton de coffre, que les deux clés à télécommande étaient dans un état lamentable et inutilisables autrement qu’en clés simples, que l’écran central était cuit et illisible à mesure qu’il fait chaud (et en août, il fait chaud…), le pommeau que je croyais en cuir blanc était en fait gris car dépecé de son cuir noir, que le mécanisme de réglage en hauteur du siège conducteur était ripé et que le siège descendait non pas par à-coups mais d’un seul coup… J’en passe et des meilleures.

Mais ce n’est pas le plus grave ! Il ne s’agissait pas d’une Executive Pack… mais d’une simple Executive avec des jantes de Pack en option.

Bravo les spécialistes Peugeot qui ont mis la voiture en vente, moi qui n’en suis pas un, il m’a fallu 15 secondes pour m’en rendre compte.

Après avoir fait une liste exhaustive des vices (pas très) cachés de la voiture, en plus de l’erreur monumentale de finition, mon père s’est enfin réveillé et m’a sorti cette phrase définitive : « Ah oui, quand même, ooooh je vais aller les voir, ils vont m’entendre ces cons-là ».

Connaissant mon père, il est habituellement dur en affaires, mais il avait été sur ce coup d’une naïveté à toute épreuve et le vendeur en avait grassement profité.

Mon père déboule donc un beau matin à la concession, et après un entretien musclé avec le directeur qui a fait revenir le vendeur de congés exprès, il a obtenu de tout refaire (ce qui la faisait brouter, l’ordi de bord, le bouton de coffre, une zapette, etc) sauf le siège, trop cher. Il a aussi obtenu un chèque de 1000 € pour l’erreur de finition, puisqu’il avait acheté une voiture surcotée vu l’équipement.

Aujourd’hui, nous sommes en octobre 2018, l’auto a passé les 210.000 km, mon père ne reprendra plus de diesel, et difficilement une Peugeot, mais malgré cela elle est toujours là, nous sert au quotidien, et ne nous a jamais fait défaut en 5 ans.

Les occasions du Lion, « le droit à l’exigence » dit le slogan.

L’exigence n’est visiblement pas toujours réciproque !

C’est dommage.

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA ! Merci.

 

Alfa Romeo GT V6 : la dernière Alfa ?

Découvrez le petit observateur Valentin qui nous présente son Alfa Romeo GT V6. Si vous aussi vous avez une voiture moderne ou ancienne, que vous souhaitez venir présenter chez POA à ParisPour cela envoyez nous 3 photos de votre auto à et un bref descriptif vous concernant à : lequipe@poa.tv Si votre voiture retient notre attention, vous aurez 15 mn pour nous convaincre que c’est la plus belle et le tout sera diffusé sur POA.

La Model 3 fait péter : la preuve en image

 

Premier contact à bord de la Tesla Model 3 en attendant une rapide prise en main de 3 heures seulement ce jeudi 31 proposée par le service presse de Tesla .On a hésité mais vu l’attente que génère cette voiture on a accepté de jouer le jeu, d’autant plus que jeudi et vendredi vous découvrirez notre périple en Kia e-Niro lors d’un aller-retour de 580 km dans la région de Tours. Edifiant sur la problématique des bornes de recharges.

Quelle seconde voiture électrique acheter ?

Quelle seconde voiture électrique acheter si on possède déjà un véhicule thermique ? Voilà la question…du dimanche matin que se pose le quatuor POA composé…de Floriane Brisabois, Julien Rosburger, Cédric Fréour et Renaud Roubaudi. Chaque dimanche matin, POA se pose la question de savoir quelle voiture pour…, un jeu auquel vous pouvez participer en votant à la fin de la vidéo en cliquant en haut à droite. Bon dimanche à tous et bonne année 2019 !!

Souvenirs d’Auto (212) : La taule ou la vie

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Cette anecdote m’a été envoyée par Louis-Auxile que je félicite au passage pour son sens de l’à-propos… si, si !

C’était un soir de mai. Je sortais d’un dîner chez un vieil ami, dans une de ces banlieues de Paris dont la réputation vous invite à ne pas trop vous attarder, le soir, après le coucher du soleil. Il était minuit.

Prudents et discrets, nous nous glissons, ma Renault et moi, dans une avenue sans âme, ni trop de circulation. Un feu vert s’annonce au loin : j’accélère. La Ford qui me suit au loin accélère d’autant. Mais voici que, par un phénomène curieux, le feu passe brusquement à l’orange ! Après une rapide évaluation des distances, je décide de piler net, la Ford étant encore loin derrière.

Celle-ci hélas ne partageait pas cette perspective, aussi bien que, dans un soudain fracas, ses phares avant vinrent embrasser sauvagement mon plastique peint.

Trois jeunes gens, la mine patibulaire, en descendent dans un état d’esprit lointain de l’embrassade. Ils me traitent de tous les noms. Ils rameutent les copains. Ils réécrivent la scène. Me voici seul, de nuit, dans un quartier exotique, face à cinq jeunes gens dont la mauvaise foi n’avait d’égal que la véhémence.

  • T’as pas le droit de freiner en ville comme ça !
  • Vas-y, ton pare-chocs il était déjà comme ça avant !
  • C’est même pas lui qui t’a touché en plus, j’étais pas là mais j’ai tout vu !
  • De toute façon t’es en tort, t’aurais dû griller le feu ! »

Soit. J’aurais dû prévoir qu’ils souhaitaient griller le feu.

  • Si je suis en tort, on peut donc signer le constat ! leur répondis-je, faussement calme, à moitié paniqué, mais parfaitement au courant de mon bon droit.

En cas de choc arrière à un feu rouge, toute la responsabilité échoit au conducteur de derrière.

Rien n’y faisait ! Ils ne voulaient pas remplir ce fichu constat, mais ils ne voulaient pas non plus en rester là. Ils ne savaient pas trop ce qu’ils voulaient, à vrai dire, si ce n’est que j’arrête de leur casser les [*pignons]. », et que leurs phares se réparent comme par miracle.

Sauf que j’y tenais, moi, à ce constat, et à mon bouclier arrière. Je montais donc dans l’engueulade :

  • Bon, j’ai été sympa. Maintenant je vous le dis, c’est vous qui me les brisez : demain matin je me lève à 6h pour aller en taule, j’ai donc pas que ça à faire, alors on le signe, ce constat!

À ces mots, un silence gêné se fit et des regards interloqués s’échangèrent. Étais-je flic ? Avocat ? Cousin de banlieue ?

  • Ok, vas-y frère, je signe.

Quinze jours plus tard, j’ai eu droit au courrier de l’assurance, à un coup de fil d’insultes et à un pare-chocs neuf et gratuit. Je me demandais alors si j’y aurais aussi eu droit s’ils m’avaient demandé ce que j’allais faire au trou :

Ne sachant pas mentir, il eût bien fallu leur dire que j’y allais pour animer les chants à la Messe des détenus.

 

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…

Et si possible, joignez à votre histoire des photos….  On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

Retromobile 2019 : 50 Nuances de Grey

POA vous emmène aujourd’hui à la rencontre de quelques-unes des icônes de la vente aux enchères de la maison Artcurial Motorcars de Retromobile 2019 (vente du vendredi 8 février) en vous faisant découvrir quatre magnifiques automobiles présentées en avant-première sous le hangar Eiffel du tarmac d’Orly. Pierre Novikoff, directeur adjoint de la maison Artcurial Motorcars organisant la vente, nous les présente ; quatre voitures issues d’une même collection, témoins d’une même histoire, celle d’un collectionneur et homme d’affaires parisien ne tolérant qu’une robe grise pour habiller ses autos.

Elles sont donc quatre alignées, reflétant mutuellement la beauté de leurs silhouettes élancées. Unité de teinte pour ces voitures, un gris « titane » comme l’appelle Pierre Novikoff. Rappelant le « Grigio Flemington » proposé par Maserati dans les années 60 et 70 sur la première Ghibli, la profondeur de ce « Grigio Ferro » permet de faire ressortir les lignes des autos.

Trois italiennes frappées du cheval cabré en sont revêtues, la plus rare d’entre elles étant l’une des trois voitures dans le monde à avoir un châssis estampillé 275 GTC. Sans doute ces trois GTC ont elles été préparées pour des proches d’Enzo Ferrari et se révèlent encore plus aptes à courir sur circuit que leurs cousines GTB/C. Elle est d’ailleurs homologuée par la FIA pour participer à des compétitions, ce que son ancien propriétaire, gentleman driver de son état, faisait assurément.

La seconde se nomme 250 GTL, pour Lusso. Si le carrossier italien Pininfarina s’est penché sur son berceau pour lui donner une ligne élégante et intemporelle, la vie n’a pas épargné cette berlinette aussi luxueuse que sportive. Vendue en Suisse puis expédiée et volée aux Etats-Unis, elle sera retrouvée quatorze années plus tard sans sa caisse, et restaurée à deux reprises, ce qui explique peut-être « son prix très raisonnable estimé entre un million et un million et demi »… Toujours est-il que les sièges fauve de son intérieur font magnifiquement ressortir les deux compteurs se trouvant au centre du tableau de bord, fait unique chez la firme de Maranello, et se marient à merveille ici encore avec le Grigo Ferro de la carrosserie.

La dernière transalpine est une 512 TR, digne héritière de son aînée la Testarossa qu’elle surpasse quant aux qualités dynamiques selon Pierre Novikoff. Une GT agréable à mener, dont l’intérieur fauve se marie encore parfaitement avec la teinte Grigo Ferro de l’extérieur et de surcroît encore abordable, elle est estimée entre 120 et 150 000 euros.

Vient enfin une Anglaise, une Aston Martin DB4 Serie V pour achever ce quatuor. Modèle très rare, en conduite à gauche et avec le moteur le plus préparé, celui de la Vantage, c’est la seule qui a gardé sa teinte grise d’origine, le Silver Smoke Grey, notre collectionneur ayant considéré qu’elle était tout de même admissible dans sa collection… Préfigurant le DB5 notamment dans la face avant, elle a pour particularité d’avoir été vendue neuve en France par le Garage Mirabeau à Paris et son élégance vaut tant pour sa ligne que pour l’intérieur.

 

Une dernière folie nous est présentée par Pierre Novikoff ; l’une des 90 motos Agusta vendues par Artcurial. Toutes issues d’une même collection, ces motos méconnues sont attachantes tant par leur histoire, celle du Comte Dominico Agusta, un vendeur d’hélicoptères devenu constructeur de motos dont la mise au point n’est motivée que par la beauté des moteurs, des carrosseries et la recherche de la performance. Une élégance datée à l’époque mais qui en font des machines terriblement attachantes aujourd’hui…

 

 

 

 

 

 

 

 

Retromobile 2019 : le vente Artcurial du 8 février

Parce qu’elles alignent parfois les millions, les ventes par adjudications d’automobiles d’exception déchaînent souvent les passions. A tort ou à raison ? On fait le tour de toutes les questions avec Mathieu Lamour, Directeur Général d’Artcurial Motorcars, organisateur de la vente du Salon Rétromobile le vendredi 8 février 2019.

Quelques voitures exceptionnelles constituent les pièces maîtresses de cette vente et se vendront sans doute à plusieurs millions d’euros pour certaines.

Matthieu Lamoure reconnaît volontiers que le marché a crû de manière exponentielle depuis bientôt quinze ans mais se défend d’avoir toute incidence sur l’évolution des cours, en particulier pour les voitures de grande série. Pour lui les grandes maisons de vente par adjudication ont participé à l’essor du marché en mettant en avant des modèles uniques qu’il appelle « l’exception des modèles de grande série », mais ne sont pas à l’origine d’une augmentation des prix des voitures de grande série.

Artcurial Motorcars et ses concurrents cherchent avant tout des automobiles exceptionnelles et vendues chères dont la rareté et l’histoire unique font le prix. Ces automobiles n’auraient ainsi pas de prix, mais juste une histoire qui parle pour elles et fixe leur valeur lorsque le marteau s’abat.

Pour Matthieu Lamoure, ce succès des ventes d’exception récompense avant tout les objets automobiles uniques mais également le travail des experts qui mettent leur professionnalisme, leur déontologie, leur honnêteté et leur sens du marketing au service de la préservation d’un patrimoine automobile.

Une passion perceptible lorsqu’il nous dévoile ce que serait selon lui la vente idéale, entre Bugatti, belles italiennes, grande GT française d’avant-guerre ou encore Jaguar Type E coupé et d’autres encore…

Matthieu Lamoure nous rappelle que se faire plaisir à petits prix sur le marché des voitures de collection est encore possible, pour des jeunes souhaitant se sentant l’âme d’un collectionneur. Une petite GTI des années 80 comme la Super 5 GT vaut aujourd’hui moins qu’une Clio neuve… Preuve selon lui que le marché de la collection est (encore) abordable.

 

 

 

 

 

 

 

 

Mini Cooper S (2018) : quand on aime…

Découvrez la Mini Cooper S du petit observateur Marc. Si vous aussi vous avez une voiture moderne ou ancienne, que vous souhaitez venir présenter chez POA à ParisPour cela envoyez nous 3 photos de votre auto à et un bref descriptif vous concernant à : lequipe@poa.tv Si votre voiture retient notre attention, vous aurez 15 mn pour nous convaincre que c’est la plus belle et le tout sera diffusé sur POA.

Une vie en 2CV

Par Patrice Vergès. François est tant amoureux de cette voiture qu’il va travailler en 2 CV, part en vacances en 2 CV, participe à des rallyes en 2 CV et rêve d’autres 2 CV ! Pour lui, c’est vraiment un art de vivre !

La 2 CV 1956 100 % d’origine de François cache bien ses 63 ans.

Lorsque je découvre François, il est occupé dans son garage à terminer la préparation de sa 2 CV de compétition au moteur 652 cm3 poussé à 50 ch (135 km/h !). A son volant, fin mars, il participera au rallye du Sultanat d’Oman réservé aux 2 CV. Au total, il en a possédé une bonne quinzaine et en compte encre cinq dans ses garages. Il utilise quotidiennement un modèle 1975 et parfois l’échange contre un de 1956 bien plus rare on imagine. Sur les 100 000 2 CV collectionnées en France, la majorité sont surtout des modèles des années 70/80.

La vision arrière d’une 2 CV à petite lunette sans porte-malle est très différente des plus modernes

13 années oubliée sous un chêne

Cette 2CV a été acquise il y a une quinzaine d’année.  » Elle était garée depuis 13 ans sous un chêne et des rongeurs s’étaient réfugiés dans ses gaines de chauffage. J’ai vidé dans le carburateur un peu d’essence apportée dans un bidon, branché une batterie neuve, et elle a démarré !  » explique François élevé au biberon de la 2 CV dans son enfance.  » Quand je suis né, mon père roulait en 2 CV et c’est à 15 jours que j’ai effectué mon premier voyage avec. Je me souviens, gamin assis à l’arrière, on voyait la route défiler à travers le plancher qui était un peu pourri ». C’était l’un des gros vices de la 2 CV dont les tôles minces du plancher se corrodaient très vite.

En 1937, le cahier des charges de la 2 CV consistait à transporter des œufs sans les casser dans un champ. Pari gagné avec la 1956 à la suspension hyper souple

Retour en février 1956, date de sortie de sa 2 CV qui souffle déjà ses huit bougies. Comme Citroën n’arrive pas en produire suffisamment (95 864 berlines cette année), l’offre est supérieure à la demande. Il faut patienter encore 18 mois pour rouler avec une neuve. D’où le peu d’effort du constructeur pour améliorer de ce modèle depuis 1948. Les améliorations se limitent en 1954 à un moteur poussé à 425 cm3 et 10 ch DIN (12 SAE) contre 375 cm3 ( 9 SAE) auparavant et un gris plus clair (AC 132 ). Il faudra attendre 1957 pour voir apparaître une grande lunette arrière, un porte-malle, quelques enjolivures sur la version AZL plus quelques bricoles notamment un dégivrage indispensable l’hiver. Et patienter jusqu’en 1962 pour qu’elle reçoive des essuie-glaces et une jauge à essence électriques.

Les garnitures de sièges ont été changées mais il s’agit des coloris d’origine.

Antoine Demetz, le grand spécialiste de la 2 CV et auteur de livres notamment sur cette voiture, remarquera que la peinture du volant n’est pas d’origine !

61000 km d’origine

« Ma 2 CV est d’origine, excepté les baguettes en alu de l’AZL rajouté par un précédent propriétaire qui a dû aussi la repeindre en son temps. J’ai changé les garnitures de sièges au dessin écossais et la capote conformes à l’origine, chaussé des Michelin X (125X400) d’époque. Je n’ai même pas refait le moteur qui tourne bien à 61 000 km certainement d’origine ». Comme on dit aujourd’hui pour faire collectionneur, elle est « matching numbers » !  » Évidemment, c’est une voiture que je désire conserver et je la restaurerai un jour mais en conservant un maximum de pièces d’origine » avoue François.

Le petit flat-twin de 425 cm3 laisse voir ses freins à tambours à ailettes en sortie de boîte

Nous allons nous balader tous les deux. Je sors d’une Mégane RS que Renault m’a prêtée une quinzaine de jours. Sans être fou du chrono, on s’habitue vite aux accélérations d’une voiture de 280 chevaux ! Dans l’étroit habitacle de la 2CV, j’ai l’impression que le paysage s’est arrêté autour de moi et presque l’envie de descendre en marche.

Au démarrage, les roues tournés, la 2 CV avance par bonds en secouant les bras de François qui a la banane. Sa 2 CV n’est pas équipé encore des cardans homocinétiques supprimant ces hoquets qui n’arriveront qu’en 1966.  » Rouler avec cette voiture aujourd’hui, exige beaucoup de prudence car elle n’est plus adaptée à la circulation moderne. En pointe, elle atteint 80 km/h mais ce sont ses accélérations qui sont très faibles. Je la prends parfois pour aller travailler quand il ne pleut pas. C’est incroyable le nombre de commentaires qu’elle suscite. Chaque fois, les gens me racontent leur vie et leur histoire autour de leur propre 2 CV « .

C’est seulement en 1957 que la lunette arrière a été agrandie

Petit accessoire d’époque permettant de rouler les fenêtres entrebâillées

Sensations

Peu de voitures au monde provoquent autant de sensations sonores et physiques avec ses divers bruits si particuliers, sa suspension qui dodeline au fil des bosses, ses hoquets au démarrage, les vibrations de la tôlerie, son parfum intime si particulier de caoutchouc et d’huile chaude, ses sièges dans lesquels on s’enfonce, sa visibilité catastrophique, ses essuie-glaces endormis (sauf en descente), ses jours au bas des portes. Mais son capital sympathie est tel qu’on lui pardonne tout. On l’aimerait plus pour ses défaits que ses qualités !

Le câble du compteur servait à entraîner les essuies glaces asservis à la vitesse !

François rêve aussi en 2 CV «  Ce serait une version Dagonet qui était une 2 CV surbaissée des années 55 et aussi une réplique du fameux tank Barbot qui avait battu des records à Montlhéry en 1953″. En me quittant, il replonge dans les entrailles de sa 2 CV de course sous le regard amoureux de son épouse qui a la même passion chevillée au cœur et au corps. Françoise sera d’ailleurs sa coéquipière pendant près de 4000 km dont 80 % de piste de leur rallye au Sultanat d’Oman qui se situe, comme chacun sait (?) sous l’Arabie Saoudite.

François vu à travers les portes suicide, appelées ainsi car en cas de choc frontal, elles éjectaient leurs passagers. La loi les a interdites obligeant Citroën à les modifier en 1966

François rêve d’une réplique de la fameuse 2 CV Barbot qui a battu des records à Montlhéry fin 1953

Convertir sa voiture à l’électrique : bientôt possible en France ?

A l’heure où les discussions sur la mobilité de demain et les énergies propulsant nos voitures se font toujours plus foisonnantes et parfois vives, POA apporte un nouvel élément au débat et explore aujourd’hui une solution innovante, le retrofit électrique, en recevant Arnaud Pigounides, Co-Président de l’association AIRe (Acteurs de l’Industrie du Retrofit électrique) et co-fondateur de l’entreprise Retrofuture.

Avant toute chose, le terme de « retrofit » désigne généralement un réaménagement, et plus spécifiquement ici la conversion d’un véhicule thermique en un véhicule électrique.

L’association AIRE regroupe les quatre principaux acteurs du secteur en France que sont le garage Brouzils Auto en Vendée, les entreprises Carwatt, Ian Motion ou l’entreprise Retrofuture. Ils promettent de transformer toutes sortes de véhicules thermiques (utilitaire, récents, de collection) en véhicules électriques en substituant à un moteur diesel (ou essence) polluant un moteur électrique et des batteries.

Arnaud Pigounides nous expose les motivations de l’association AIRe qui sont tout d’abord de faire connaître cette solution de modification du véhicule thermique en un véhicule électrique (voire demain à la propulsion par hydrogène) auprès des professionnels du secteur et des particuliers mais aussi auprès des autorités publiques et politiques.

 Interdit en France, autorisée en Europe

Une solution encore méconnue en France car freinée voire empêchée par la législation qui l’interdit mais qui est autorisée et de plus en plus encouragée chez nos principaux voisins européens, témoignant de son immense potentiel. L’association se donne ainsi pour mission première de convaincre les parlementaires de voter l’autorisation du rétrofit électrique des voitures, aujourd’hui affreusement complexe et restrictif en France.

Pourtant, l’association fait état de perspectives très intéressantes pour le retrofit électrique tant sur le plan écologique qu’économique. Il permet ainsi de donner une seconde vie à des véhicules en évitant le gaspillage, avec en prime une création d’emplois dans les garages et une économie pour les particuliers sur le long terme grâce à des coûts énergétiques et de maintenance faibles.

C’est ce que veut croire Arnaud Pigounides pour son entreprise Retrofuture qui envisage ainsi de « retrofiter » une large variété de voitures, qu’elles soient récentes mais aussi anciennes, en envisageant dès leur achat leur conversion en électrique. Une idée innovante pour des voitures anciennes qui pourra relever du sacrilège pour certains bagnolards chevronnés, mais surtout une sorte de retour vers le futur pour faire entrer ces automobiles dans une nouvelle ère, le 21è siècle…

 

 

Quelle voiture pour passer le mercredi sur POA ?

Quelle voiture proposer pour passer le mercredi sur POA ? Voilà la question du dimanche matin que se pose le quatuor POA composé…de Floriane Brisabois, Julien Rosburger, Cédric Fréour et Renaud Roubaudi. Chaque dimanche matin, POA se pose la question de savoir quelle voiture pour…, un jeu auquel vous pouvez participer en votant à la fin de la vidéo en cliquant en haut à droite. Bon dimanche à tous et bonne année 2019 !!

Voyagez dans POA au hasard et remontez le temps

Le Magic Button, situé à gauche de l’écran dans la barre menu en glissant vers le bas, vous permet de brasser les 2 500 vidéos et les 17 500 sujets de POA depuis sa création en 2008.  Magic Button fait apparaitre au hasard une centaine de reportages sous forme de mosaïque. Il suffit alors de cliquez sur l’image qui vous interpelle pour découvrir un sujet. Vous pouvez recommencer l’opération à l’infini.

A tout moment, vous pouvez revenir au menu principale en cliquant sur la maison ou n’importe quel bouton du menu. C’est une autre façon de (re) découvrir  P.O.A depuis maintenant 10 saisons. Ainsi va la vie sur POA

 

 

Capture d’écran 2014-08-12 à 11.20.45

Le Direct : Quel avenir pour l’automobile ?

Rediffusion du direct nocturne (21h30 – 23h30) du vendredi 18 janvier à propos de l’avenir de l’automobile avec comme invité  : Didier Ric, journaliste et designer à l’Argus, Michael Oualïd, consultant automobile. Et toujours Cédric Fréour, PM  de POA,  Julien Rosburger, porte parole du gouvernement et modérateur du direct pour poser vos questions et , Renaud Roubaudi, animateur du débat.

Souvenirs d’Autos (211) : la Porsche qui fait pout-pout

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Cette histoire nous est envoyée par Julien Lacroix, 17 ans, à qui je dis : « Bienvenue, Julien, dans le monde des bagnolards ! »

Nous sommes donc le 7 septembre 2018, et je sors de mon lycée à 16h00. J’enfourche mon vélo (un Royal Fabric des années 1950 ayant appartenu à mon grand-père), et je remonte la rue qui longe mon bahut.

Je regarde au loin, et là, mes yeux commencent à s’ouvrir en grand et ma bouche dessine un large sourire benêt. La raison de cette tête digne d’un enfant de 4 ans ? Une magnifique Porsche 911 type 930 Turbo, à la couleur grise foncée splendide et à l’état exceptionnel, qui sortait d’une allée donnant sur le boulevard au bout de cette rue.

 

Vite, vite, je pédale à toute allure pour admirer, écouter et voir la bête s’engager sur ce boulevard. C’est alors que le « propriétaire » (les guillemets ont une importance pour la suite), voyant ma mine intéressée, m’interpelle :

  • Vous pouvez m’aider à la pousser ?

Je m’empresse alors de traverser, de poser mon vélo et de commencer à aider le monsieur décidément bien embêté :

  • Il y a un problème de batterie, je vais essayer de la démarrer en marche !

Il monte (ou plutôt il descend) alors dans sa voiture. Je commence à pousser, je m’évertue, mais rien y fait, les roues avant de la belle 911 refusent obstinément de sortir du caniveau. Heureusement, quelques copains, me voyant suer corps et âme, viennent à ma rescousse et à celle du pauvre homme. Nous voilà à 4 ou 5 derrière et sur les côtés, et  on arrive alors à dégager la voiture qui commence à descendre le boulevard, prendre de la vitesse et… démarrer dans un bruit sauvage. Victoire ! Le conducteur fait demi-tour et revient nous voir. Il nous remercie, et je lui demande, par curiosité, s’il s’agit d’une version 3.0 ou 3.3.

  • J’en sais rien, c’est pas ma voiture, on me l’a prêtée !

Après quelques derniers échanges, l’emprunteur (chanceux malgré tout?) de la 930 Turbo grise s’en va alors dans un bruit et l’odeur d’essence qui ne peuvent laisser de marbre un passionné d’autos (et des vielles en particulier) comme moi.

Depuis, je me dis que ça serait sympa si ça devait m’arriver tous les jours en sortant du lycée…

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…  Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

Sont-ils devenus fous ?

BMW vient de dévoiler au salon de Détroit 2019 le nouveau visage (face lift) de la série 7 avec cette calandre béante qui fait penser que la photo a été retouchée, mais non. Cette excroissance sonne comme un aveu d’impuissance du marketing qui ne sait plus quoi raconter (cf les débats avec Michaël Oualid).  Ce détail n’en est pas un, il est un signal d’alerte d’une industrie en perte de repère, voir de sens. Le toujours plus atteint ses limites, mais les soldats du marketing ne savent plus comment alimenter la machine à rêve. On ne peut s’empêcher de comparer cette grille béante aux lèvres refaites en forme de bouche de canard. C’est laid et pathétique. La bonne nouvelle c’est qu’il naîtra forcément autre chose en réaction à cette obésité stérile.

Rendez-vous demain soir en direct sur POA YouTube  à 21h30 : nous interrogerons avec vous et en compagnie de Michael Oualid, Didier Ric, Cédric Fréour, Julien Rosburger et moi même sur l’avenir de l’automobile. Vous pourrez poser vos questions en direct, nous tenterons d’y répondre avec joie et bonne humeur.