Londres 2025 l’électrochoc

De retour de Londres où je me suis rendu en Citroën C4 Space Tourer en famille ( Avec 6 personnes à bord le voyage reste plus compétitif) j’ai pu constater que l’automobile est en voie de bannissement des grandes métropoles. Ici le principe est simple, il faut payer pour accéder au centre ville. Des caméras lisent vos plaques et gare à celui qui n’a pas rempli son formulaire sur internet et régler l’addition qui s’élève dans mon cas à 24 livres. L’administration peut vous envoyer une amende de 200 livres par jour pour non paiement.

A ce prix là, vous avez simplement le droit de rouler. Le stationnement n’est pas compris. Une journée de parking extérieur coûte environ 25 livres. Résultat des courses, 98 livres pour deux jours, soit 115 euros.

Au delà du prix à payer, on sent très vite que la voiture particulière n’a plus sa place. Le Taxi est roi à Londres et offre un espace à bord qui peut transporter 5 personnes, 3 sur la banquette et deux sur des strapontin en vis à vis.

2025, Londres réservé aux véhicules électriques

J’ai découvert qu’à partir de 2025 seuls les véhicules électriques seront autorisés à circuler dans Londres. Même les hybrides ne seront pas autorisés.

Déjà les nouveaux Taxi sont électriques.

Il s’agit d’une base Volvo réalisé par le Chinois Geely (Volvo appartient à Geely). Ce E-Taxi se reconnaissent à leurs phares à led rond. Leur autonomie varie entre 60 et 80 miles suivant les témoignages des chauffeurs. Cependant, ces E-Taxi disposent d’un prolongateur d’autonomie, autrement dit un petit moteur essence qui peut recharger les batteries et offrir au final une autonomie doublé, aux alentours de 200 miles.

Plusieurs chauffeurs m’ont expliqué qu’ils arrivent péniblement à faire une journée en mode électrique si ils ne quittent pas le centre ville, autrement dit s’ils ne vont pas à l’aéroport. La plupart chargent la nuit près de chez eux  mais ils se plaignent du manque d’infrastructure de recharges.

Au final, malgré ces mesures, j’ai pu constater que la circulation reste très dense et les encombrements nombreux dans le grand centre. Quelque soit le mode de fonctionnement et les péages urbains, le nombre de véhicules semblent encore trop élevé.

Une chose est sûre je ne reviendrai plus en voiture à Londres.

L’avis des Petits Observateurs !

25 commentaires au sujet de « Londres 2025 l’électrochoc »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Nabuchodonosor

    Les Mesnuls, le dimanche 23 mai 2049.
    Cette fois c’est la bonne. La Mairie des Mesnuls vient de promulguer l’arrêté instituant un péage urbain applicable sur tout son territoire à compter de ce jour. Cette mesure sonne ainsi le glas sur la dernière exception française qui persistait, celle d’un petit village gaulois qui résistait encore à l’envahisseur prude, chaste et liberticide; Tout un symbole en ce jour de rassemblement, anniversaire du trentième rassemblement des bagnolards européens…
    Sous sa longue et épaisse barbe blanche le vieux Président Rosburger est atterré. Lui qui fît la renommée de ce patelin de l’ouest parisien dont le moindre pavé s’arrache aujourd’hui à prix d’or, de ce bled des Yvelines pour lequel l’on vient du monde entier se recueillir en roulant au pas sous la somptueuse allée des Tilleuls plantée de la fin du XVIIIème, depuis l’ancienne Place de l’église rebaptisée Roubaudi, premier Président autoproclamé du Royaume de POA, à la poterne du château de l’Amiral Chatel, vétéran de l’épopée poasienne et Grand-Maître des Souvenirs d’Autos, devant ce qui fût autrefois, en des temps houleux, le portail de l’état-Major de la Kriegsmarine; Ach.
    Même la vignette POA arborée fièrement sur le parebrise n’y fera rien. Longtemps restée seule sauf-conduit du bagnolard invétéré, lui octroyant tous les droits qu’il s’agisse de l’accès à l’esplanade du château ou du stationnement sauvage sur les trottoirs de la Grande Rue. Aucune dérogation ne sera plus jamais de mise. Maintenant c’est la Dime, qu’on se le dise.
    🙂
    Nabu II (Fils de Nabu 1er bouffon officiel POA Approved, canal historique).

    Répondre
  2. Vélophile

    Oh… Le discours larmoyant des automobilistes qui dénoncent l’attentat à la liberté…
    Trêve de plaisanterie, Renaud aurait dû se souvenir de son entretien avec l’ingénieur où ils roulaient tous les deux dans une Golf « autonome »; la densité des villes dans les décennies à venir (et Londres en est déjà là, semble-t-il), fait qu’il n’y aura plus de place pour l’automobile individuelle et qu’il va falloir repenser totalement nos manières de nous déplacer. Ce ne sera même pas une question de politiques autophobes; ce sera juste une réalité physique! La voiture individuelle ne sera plus qu’un service et l’utilisateur futur devra jongler entre les modes de déplacement en fonction de ses besoins et des contraintes (transports en commun, vélo, etc…). Ne plus penser en propriétaire soucieux de son bon droit, mais utilisateur d’un service. Pas drôle, a priori… Mais y aura-t-il le choix?

    P. S. Avant que vous ne classiez parmi les talibans anti-voitures, sachez que j’adore le vélo et que je me déplace tous les jours avec, parce que les voitures modernes m’emmerd… et que c’est juste l’enfer (même en province dans une ville de 150 000 habitants) d’utiliser une voiture. Pour moi, une voiture, c’est du plaisir, donc, sur une petite route en Normandie ou en Ardèche, et d’une époque où l’électronique n’est pas omniprésente…

    Répondre
  3. Vincent

    Nous, les bagnolards, avons perdu une bataille !
    Mais nous n’avons pas perdu la guerre !
    La liberté de se déplacer a été pliée par démagos et technocrates.
    Il existe encore plein de villages voire des petites villes avec des parkings gratuits.
    Sur toutes les routes des automobilistes ont encore le sourire.
    Vive la bagnole !
    Vive la France éternelle !

    Répondre
  4. Ju44

    En voyant ce que Londres devient à grand pas…

    En me souvenant que l’Angleterre, qui compte encore les marques Morgan, TVR, Aston Martin, Lotus, Caterham, Ariel, Noble… est encore le dernier bastion des bagnolards ultimes et des plus fervents croyants de Saint Gasoline…

    Je n’ose pas imaginer ce que l’avenir de l’automobile sera pour nous demain en France, dans l’autophobie ambiante !

    Répondre
  5. Georges Piat

    Ce que nous aurions tendance à appeler « époque bénie » à été en fait l’époque qui nous a conduit à ce que nous vivons en ce moment.
    Un peu d’humour parce qu’il faut rire de temps en temps : Quand l’être humain aura totalement disparu, la planète ira mieux !
    Affolant tout ça quand même, isn’t it ?

    Répondre
  6. Miata-Boy

    Mais quel avenir déprimant que ces villes asservies aux transports en communs et aux autos partagées dépourvues d’âme… Si l’on en comprend évidemment les raisons, c’est quand même une forme sourde de totalitarisme qui est en train de s’abattre sur notre mode de vie.

    Un début de contre-attaque verra peut-être le jour quand des class-actions seront lancées devant les juridictions pour atteinte à la liberté d’aller et venir. Liberté fondamentale à laquelle les anglo-saxons -mais pas qu’eux- sont viscéralement attachés.

    A suivre donc… mais sans grand espoir.

    Répondre
  7. Neufcentdixespada

    Et quand des villes »moyennes »(par exemple le mans, brest…c’est mon vécu) decident de faire comme les »grandes », malheur aux commerçants qui essaient de tenir dans des centre ville déserts … quand je pense que tout gamin ,le samedi des vingt quatre heures on n’avait pas école ,nous les petits sarthois!

    Répondre
  8. MF67

    Décidément, POA s’internationalise ! Voici notre Président qui nous parle depuis le quartier de Shoreditch (sauf erreur de ma part).
    Lorsque je suis allé à Londres récemment, j’avais été surpris, ayant connaissance des mesures drastiques prises en matière de circulation, de la densité de celle-ci, qui m’a semblé supérieure à celle de Paris. Mais heureusement, comme à Paris, il est aisé de se déplacer sans avoir recours à sa propre voiture (métros, autobus, taxis abondants). Les mesures les plus draconiennes en matière d’automobile me semblent de toute façon inévitables, et je ne suis pas spécialement contre, à voir maintenant la façon dont on met cela en place… C’est cela qui m’inquiète le plus. Les problématiques britanniques n’étant surement pas les mêmes que chez nous, mais ici en France, je suis bien curieux de voir comment cela va se passer… Heureusement que je n’ai pas besoin de voiture au quotidien, l’habitat en centre-ville est bien pratique pour cela !

    Répondre
  9. Franck

    …il y a peu de temps, dans le cadre d’un covoiturage, j’ai eu coup sur coup, un couple et un universitaire, pour une trajet de 6 heures environ, passagers qui m’ont tenu une discours anti-voiture digne des activistes les plus acharnés sur le sujet….En faisant court, il y avait: la voiture c’est sale, ça pollue et ça tue des milliers de gens, être propriétaire d’une voiture c’est antisocial au XXI siècle et je passe sur les à coté tout aussi charmants … Ils m’apprirent qu’ils étaient de grands voyageurs, que le couple avait fait le tour du monde et qu’ils avaient utilisé tous les types de transports aux 4 coins du monde. Bien sur ils détenaient la vérité, le savoir et faisaient d’un comportement vertueux..
    Je les ai écouté sagement en conduisant prudemment et économiquement pour les déposer a bon port, j’ai fait tout mon possible pour qu’ils n’aient pas a supporter tout mon incivisme et ma pollution meurtrière……et ils ont semblé content du voyage…
    PS: le couple m’a sollicité pour un trajet retour, j’ai décliné l’offre car grace a eux je vendais ma voiture…

    Répondre
    1. Balthazar

      Ils refusent d’acheter une voiture, mais aiment bien profiter de celle des autres.

    2. Pierre_

      Excellent Franck. Argumenter une revente de l’auto pour le retour des 2 passagers vertueux ‘et gonflés’
      Bon humour! Grand moment!
      Cordialement.

  10. PhareOuest

    Bonjour,
    c’est vrai que la voiture électrique ne pollue pas…… Enfin comme il n’y a pas de miracle, la pollution est juste délocalisée, production et recyclage des batteries, production et transport de l’électricité……
    Devront nous aussi supporter cette gabegie en France..

    Répondre
    1. Pcur

      Sauf que quand ces mesures seront pleinement appliquées vous verrez que chaque voiture thermique retirée du parc ne sera pas remplacée par une électrique…
      De toute façon si on veut tenir nos engagements climatiques à savoir -27% d’ici 2028 -75% d’ici 2050 croyez moi on ne pourra pas se contenter de demi-mesures

  11. Docteur_Oliv

    Renaud a gardé les lunnettes noires pour qu’on ne voit pas qu’il a pleuré. Sa voix est à l’unisson !
    Le truc le plus dingue fait à LONDRES avec mes 2 Soeurs : S’arrêter à cheval sur le trottoir dans OXFORD Street le temps d’acheter un briquet DUNHILL pour mon père…

    Répondre
  12. François

    Bonjour,
    Président votre bref instantané sur la mobilité dans Londres est très représentatif de ce qui nous attend malheureusement dans les grandes metropoles voire dans les grandes villes. Cela amène un grand nombre de questions dont certaines que vous effleurez. et qui inquiètent. Le manque de clairvoyance des politiques dans les mutations de la mobilité avec des infrastructures inadaptées ou manquantes, le traffic des thermiques remplacé par celui des électriques mais toujours autant de traffic, les problèmes de stationnement et surtout la selection par l’argent qui trouve toujours une justification vaseuse chez bon nombre d’élus.
    Il ne faut pas se méprendre les bagnolards que nous sommes sont la cible a abattre sauf si moyennant more money ou statut particulier vous pourrez bénéficier de privileges qui vous démarqueront des « autres »…
    Pour certain on va assister a une perte de liberté, encore une, celle de se déplacer librement. C’est une retour en arrière d’importance qui se met en place…
    Ensuite il faudra trouver comment remplir les caisses si les voitures thermique ne roulent plus, faire face a une nouvelles forme de chômage, les transferts des secteurs d’activités et bien d’autres choses encore qui toucheront les moins fortunés. Je n’ose même pas penser au prix de l’électricité qui se prépare pour la prochaine décennie …
    Bien sur c’est ma façon de ressentir les choses, mais je dois dire que ce qu’on veut nous faire ingurgiter de force sous prétexte de vie plus vertueuse pour la planète ne me fait pas sourire.
    Je suis heureux d’avoir passer la plus grande partie de ma vie de bagnolard a une époque qui se termine hélas, mais j’en garde de merveilleux souvenirs ou conduire librement une thermique était pour moi une part de bonheur que mes enfants et petits enfants ne connaissent pas, eux qui roulent en VE mais qui sont grands consommateurs de produits qui fait beaucoup de mal a l’environnement….
    Francois

    Répondre
    1. Docteur_Oliv

      Conclusion idem !! Finalement content d’avoir déjà parcouru la plus grande partie de ma Vie sur terre.
      Je n’aurais pas pû vivre dans de telles contraintes

    2. Nordmann

      Dans les économies générées par la diminution de la pollution automobile il faut compter sur les coûts de santé dus à cette pollution. Des coûts qui dépassent la simple arithmétique comptable.
      Ce la justifie largement la politique actuelle de la ville.
      De toute façon nous sommes à la veille d’une modification substantielle et profonde de nos habitudes de consommation en général.
      La planète, notre santé, nos équilibres sociaux ne peuvent plus supporter nos habitudes actuelles.
      Donc il va falloir s’y faire.

  13. Marc B

    Traverser la France des petits villages et des grands espaces en cabriolet…
    Faire des courses amicales sur circuit…
    Se crisper le pied gauche sur la pédale d’embrayage pendant des heures dans les bouchons…

    Chaque bagnolard a sa façon d’apprécier l’automobile mais tout de même…la dernière proposition n’est pas très excitante…
    Quel plaisir de marcher dans les petites rues de Venise.
    Je vais peut être me faire étriller mais j’aimerais que Londres et Paris soient déjà fermés aux voitures…même aux électriques…
    On ne fait plus assez d’exercice dans notre société, c’est fou les distances qu’on peut couvrir à pied ou à vélo.

    Vive l’automobile mais pas n’importe où…

    PS : je n’ai pas dit « …L »enfer…C’est les autres. »

    Répondre
  14. Thierry

    Oui …. quand on parle à nos enfants en leur disant que petit il n’y avait pas de ceinture, pas de limitations de vitesse, pas de warning, encore moins de GPS, pas de clim, peu de radio, qu’on était couché sur la banquette arrière de la Dauphine et qu’on roulait 15 heures pour arriver en Espagne car il n’y avait pas d’autoroute tout le long !

    Ils nous regardent et nous croient … difficilement !

    Quand je dirai à mes petits enfants que j’ai traversé Tower Bridge avec ma Passat, que je m’étais garé à côté de la Tour pour voir les corbeaux et les joyaux de la Reine, il ne me croiront encore moins !

    On y va … je ne sais pas où, mais on y va … et tous les jours on nous dit que c’est trop tard avec les espèces qui disparaissent etc …

    Répondre
  15. olivier

    Cela s’appelle me concernant, bagnolard invétéré, l’enfer sur terre. Les écolos ne veulent plus de voiture à essence. Ne veulent plus voir de voiture dans les centres villes.
    Et bien il va en falloir des centrales nucléaires pour faire fonctionner toute cette gabegie… Les écolos ne sont pas à une contradiction près.
    La première cause de pollution sur terre est la surpopulation. Merci Ronald Regan, merci le Vatican, merci les féministes d’avoir torpillé les campagnes de contraception de l’OMS dans les années 80. Nous en payons aujourd’hui les conséquences.
    Swinging London, à jamais je serai nostalgique de cette période bénie.

    Répondre
    1. theodoric

      Bagnolard, c’est donc être machiste, pro pollution, la contraception pour les autres, n’est ce pas… On n’est pas caricatural à part ça.

    2. Le Gars en Guzz

      Eh bien justement , 2 réacteurs nucléaires de type EPR sont en cours de construction en face de Cardiff (Hinkley Point) et deux autres sont programmés. 4×1850 MWh, il va falloir les consommer.

    3. olivier

      Les Narbonnais vont être heureux de recevoir dans leur usine d’Areva Malvesi, tout les déchets radioactifs à traiter des bobos-londoniens, venant de ces deux réacteurs de type EPR.
      Je ne parle même pas des générations futures qui devront se débrouiller avec ces déchets dont, on ne sait pas quoi faire actuellement.
      Les écolos-bobos vivent l’instant présent. Après-moi le déluge.