Souvenirs d’Auto (222) : Ma déclaration

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Cette histoire, que dis-je ? Ce voyage, ce périple, cette épopée, m’a été envoyé par Patrice Carlen-Helmer, qui a eu la gentillesse de projeter ses photos d’époque pour les re-photographier ! Il fallait avoir conservé les diapositives et le carrousel Kodak ! Merci Patrice et bravo pour la détermination !

Moi, je vais vous dire : été 1973 : aller-retour Lyon-Mashhad en Iran. Par l’Italie (autostrade), Turin, Milan, Venise, par la Yougoslavie (les jeunes ne connaissent pas), côte dalmate, Dubrovnik, Split, les bouches de Kotor, j’en passe, par le Monténégro et ses kolkhozes, la Macédoine, la Thrace, puis la Trans-asiatique par la Turquie,  Istanbul, le Bosphore, Sivas, Erzincan, Erzurum, les gorges d’Eleçkirt (stoppés par des Kurdes à cheval, armés jusqu’aux dents, encerclés par leur troupeau de moutons…), entrée en Iran (du temps du Shah : les jeunes ne connaissent pas non plus) par le poste de Bazargan (trombes de poussière, 60° en plein après-midi, les gouttes de sueur nous tombent dessus), puis Tabriz, Téhéran, les bords de la mer Caspienne, le Khorasan et Mashhad enfin.

Notre idée était même de prolonger jusqu’en Afghanistan pour y « faire » les lacs du Band-e Amir à cheval avec les Pachtounes, mais… juste à ce moment-là, patatras ! Révolution à Kaboul : les insurgés virent le roi Zaher Shah ! Nous avons donc évité les ennuis.

Eh bien, les amis, pas un souci avec notre 2 CV. Pas un souci !

Elle a résisté à tout et vaincu tous les obstacles ! Et pourtant, les conditions du terrain et climatiques n’étaient pas des plus faciles (surtout à cette époque). Pas un souci, vous m’entendez ! Bon, d’accord, nous avons dû nous faire un peu aider pour franchir les cols de l’Elbourz, et avons été gentiment moqués par un paysan local qui nous a dépassés avec son char à bœufs.

Nous dormions dans la voiture : il suffisait, le soir à l’étape, d’ôter la banquette avant et de dérouler un matelas en mousse sur lequel nous posions nos sacs de couchage (la banquette arrière avait été laissée en France avant le départ).

Alors, voilà, vive la 2 CV ! (ils devraient chez Citroën refaire avec elle le coup de la Fiat 500, de la Mini ou de la Cox… )

 

 

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.  On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…  Et si possible, joignez à votre histoire des photos….  On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

12 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Auto (222) : Ma déclaration »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. alain groizart

    Vous avez dit :
    ils devraient chez Citroën refaire avec elle le coup de la Fiat 500, de la Mini ou de la Cox…

    Mon dieu que vous avez raison, c’est fou que Citroen gâche ce potentiel ENORME !
    Qu’il fasse plancher les designers du monde entier pour revisiter la 2CV (peut-etre aussi la DS) , je suis sur qu’il y a des idées de génie parmi eux.

    mais surtout , qu’il nous refasse pas le coup de l’ignoble mehari electrique ….

    Répondre
  2. Pierre_

    Un périple en 2CV. Et quel périple! A l’époque on y regardait pas, seul comptait la passion. Le monde était ouvert.
    Deux frères à la même époque partaient d’Oyonnax pour gagner l’Afghanistan en Renault 4L. C’est inouï.
    Des voyages hors du commun.

    Répondre
  3. Pascal LIGER

    Merci mon Commandant ! Ca me rappelle justement le voyage PARIS/KABOUL que j’ai fait avec mes parents, ce même été 1973, à bord de la R16 TS verte de Papa.
    Je se souviens que nous sommes partis le samedi matin de bonne heure et que nous avons dormi à SALZBOURG le premier soir. Nous aussi sommes passés par la Yougoslavie ( Dubrovnik )
    la Turquie ( Erzincan, Istamboul ) puis aussi LA BULGARIE au voyage Aller ( mais mauvais souvenir ) MASHAD en IRAN où l’air des hôtels était conditionné ! Je me souviens aussi de ce dîner dans un Palace de BABOL-SAR au bord de la mer Caspienne où 4 serveurs étaient à nos petits soins et que nous avons mangé de filet mignon et bu du vrai jus d’orange frais.
    Ca changeait du reste du voyage…. Nous avons mis 12 jours pour arriver à Kaboul où nous sommes restés hébergés par mon Oncle alors en poste à la Délégation Archéologique de Kaboul.

    Mon oncle nous avait préalablement expédié une cassette audio qu’il avait enregistré à bord de sa voiture depuis l’entrée de la ville dans les conditions du direct. Il décrivait le paysage, les panneaux publicitaires, les arbres et le chemin pour arriver chez lui. C’était donc l’ancêtre du GPS.
    Lorsque nous sommes arrivés à l’entrée de la Ville, Papa à mis la Cassette dans le tout nouvel AUTO-RADIO GRUNDIG acheté pour le voyage. Un fois à bon port où nous avons passé 18 jours sur place. Le soir même éclatait un coup d’état et nous avons respecté le couvre-feu pendant 3 jours. Pour la première fois de ma vie, j’ai vu des chars, des auto mitrailleuses et des maisons écroulées….
    Ah, j’ai oublié un détail : la voiture avait des sièges en skaï et mes cuisses s’en souviennent !

    Répondre
    1. COMMANDANT CHATEL

      Sieur Liger,
      Vous venez d’écrire un SOUVENIR D’AUTO sauvage !
      Vous m’ferez 3 jours sans Rolls !

  4. Miata-Boy

    Ho la la mon Commandant merci ; vous me replongez, via votre témoin de la semaine, en pleine conférences « Connaissance du monde » où m’emmenaient « pédagogiquement » mes parents -au cinéma de Fleurance ou de Lectoure (amis gersois…)- quand j’étais enfant, pour y écouter les récits (au micro de mauvaise qualité) d’aventuriers plus ou moins professionnels sur des images tournées par eux-mêmes en Super 8 (ou quelque chose d’approchant) !
    J’ai l’impression d’avoir 110 ans en vous confiant de tels souvenirs !!!
    Mais Dieu sait si ces soirées m’ont fait rêver…

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      « Connaissance du Monde », c’est tout à fait cela. Ne manque que le claquement du carrousel à diapo et le souffle du ventilo…
      Au fil du temps SDA est devenu notre « Connaissance du Monde automobile » d’aujourd’hui…
      Merci

  5. Arnaud T

    J’entends ronronner le moteur et je sens la voiture peiner dans les côtes en voyant les photos. Je me demande si maintenant ce serait possible de traverser autant de pays en dormant dans sa voiture. On a l’impression que c’était il y a bien longtemps. Et pourtant…

    Répondre
  6. Grégory Lopez

    Si ma culture deuchiste ne me trompe pas c’est une AZAM de 66 ou par là. Ma première voiture en fait, avec ses 6 glaces, ses portes dans le bon sens mais les clignos sur les côtés , la baguette de capot et les chromes autour des vitres (la mienne en avait plein, de problèmes, elle était bien rincée). Magnifique histoire d’un temps révolu où on pouvait traverser ces contrées sans exploser.
    Les photos dégage,t une poésie indescriptible.

    Répondre
  7. Georges Piat

    C’est formidable cette aventure, on se rapproche de la croisière jaune ! la 2 CV dans les paysages lunaires, sublime.
    Une bonne idée la 2 CV remise au goût du jour façon Mini. Un joli proto de la 4 CV Renault sauce moderne avec moteur à l’avant à existé mais n’est jamais passé en production. Au moins, on a l’Alpine !

    Répondre