35 000 km en Renault ZOE : le debrief

Par Patrice Vergès . En trois ans, Bernard a parcouru 35 000 km au volant de deux Renault Zoe : une 22 kWh suivie d’une 41 kWh. Un choix dicté par sa philosophie et un usage adapté à l’autonomie de ce véhicule. Que du bonheur !

Avec des batteries chargées à 100 %, Bernard  a réussi à atteindre 360 km sans climatisation il faut le préciser

Paysagiste, Bernard parcourt entre 100 et 150 km par jour pour visiter ses clients autour du Bassin d’Arcachon. Sensibilisé par la pollution et la nature par son métier, il songe à une voiture électrique pour son usage professionnel en 2016.  » J’ai hésité avec la nouvelle Citroën Méhari électrique qui me plaisait surtout pour son look mais dont l’obligation permanente de recharger les batteries m’a fait me tourner vers la Renault Zoe plus élaborée technologiquement. J’avoue avoir été bien sensibilisé par la remise de 10 000 euros comprenant le bonus écologique de 6 000 euros plus 1 000 euros de réduction concessionnaire plus 3 000 euros de prime de conversion en me faisant reprendre ma vieille Citroën AX diesel roulante donnée et reprise à mon beau-frère pour transporter son bois. Cette Zoe ne m’a coûté autour de 15 000 euros environ ». C’était sensiblement le prix d’une Clio essence bas de gamme.

La recharger tous les soirs

La première version 22 kWh de la Zoe n’offrait pas une autonomie supérieure à 180 km à moins de 90 km/h pour tomber à 100 km si on pointait son gros losange chromé à 110 km/h sur autoroute. Comme il ne l’utilisait qu’en zone périurbaine avec un maximum de 150 km par jour, il n’a pas choisi la Wall-Box à recharge accélérée proposée par Renault mais utilise une prise normale 9 Kva dédiée protégée à l’extérieure de la maison avec le câble de recharge à demeure déjà installé. « Pour la brancher il me faut à peine 30 secondes soit pas plus de temps que mon Smarphone ! Je la branchais tous les soirs en rentrant à la maison pour la recharger autour de 10/12 heures et suffisant pour mon usage. J’ai été très content de cette voiture autant que par ses prestations que j’en attendais que le plaisir de conduite qu’elle offrait. Évidemment avec 180 km d’autonomie maxi pas question d’aller à Bordeaux par l’autoroute (120 km aller et retour). J’ai parcouru avec 22 000 km et comme je n’avais pris qu’un contrat de location de batteries à 79 euros par mois (moins de 10 000 km par an) j’ai du payer un supplément assez élevé lors de sa reprise par la concessionnaire Renault Côte d’Argent fort sympathique et surtout très compétent.

 

Au total, Bernard a totalisé plus de 35 000 km au volant de deux Zoe dont 13 000 avec la plus récente de couleur gris Titanium

Presque 360 km d’autonomie

Début 2018, il l’échange contre la nouvelle Zoe 41 kWh donnée pour 400 km redescendus à 300 km dans la vraie vie. « J’ai choisi la finition Intens, couleur gris Titanium beaucoup mieux équipée (cuir, jantes alliage, clé mains libres). Je n’ai bénéficié que du bonus écologique de 6 000 euros (prix hors bonus de 27 000 euros) mais la concession m’a fait une excellente reprise de la précédente J’ai opté pour un forfait location mensuel de batteries à 99 euros (15 000 km annuels). Évidemment le temps de recharge est beaucoup plus long, autour de 30 heures avec ma prise standard mais comme l’autonomie est bien supérieure, mes batteries ne sont jamais vides. Je me suis pris au jeu d’une conduite économique en activant la touche Eco. C’est assez addictif ! Mon record d’autonomie a été de 360 km mais en roulant normalement et selon la température extérieure, elle retombe à 260 km environ en été ce qui me permet de la recharger seulement un jour sur deux sauf cas exceptionnel. En hiver, par contre, elle chute à 200 km à cause d’une charge réduite (sa voiture couche dehors dans le jardin) et l’utilisation du chauffage.

Franchissant moins de 150 km par jour en zone périurbaine, la Zoe est un achat idéal pour son usage professionnel

Il apprécie particulièrement la qualité de la finition Intens

Le bonheur de ne plus passer à la pompe

Cette autonomie accrue permet à son épouse de lui emprunter sa voiture pour aller à rouler dans Bordeaux. Peu de temps après son achat, le voyant rouge Danger s’est allumé. Batteries mortes ! Un incident très rare d’après son concessionnaire qui lui a prêté une Zoe pendant le mois qu’a duré l’intervention de changement des ces dernières.

Bernard trouve le R-Link pas intuitif et pas fiable notamment au niveau des décroches du téléphone

Un  Mois après l’achat de la version 41 kWh, les batteries ont rendu l’âme ! Un problème très rare entièrement pris à la charge de Renault

 

 » Franchement, à part la tablette R-Link que je trouve pas du tout pratique et qui se déconnecte souvent (téléphone), je ne lui trouve pas de défauts. Elle tient bien la route, elle est confortable, très silencieuse évidemment, bien équipée et avec 88 chevaux et le couple d’un moteur électrique, elle accélère très fort jusqu’à 80 km/h. D’ailleurs, je ne vois pas l’intérêt de la nouvelle version plus puissante de 108 chevaux ».

Bernard a calculé que la recharge de sa voiture lui coûte autour de 4 euros au quotidien contre 9 à 10 euros s’il roulait en diesel auxquels il faut ajouter les 99 euros mensuels de location de batteries. C’est vrai qu’une voiture électrique n’est pas moins coûteuse à l’utilisation qu’un petit diesel du moins sur le poste carburant.

 » En fait, je ne vais jamais sur les bornes de recharge rapides publiques vu que je n’en n’ai pas l’usage. Je me branche uniquement avec la prise Flexi-Charger qui est dans mon coffre sur les bornes à recharge rapide gratuites (43 kWh) des supermarchés lorsque je vais faire des courses. Coté entretien, rien à voir avec celui d’une voiture thermique puisqu’il n’y a pas plus de vidanges, peu de révisions, la carte grise est gratuite. Le seul poste de frais supplémentaire viendrait des pneus avant à cause de son couple très élevé au démarrage qui les use plus rapidement. Et surtout, j’ai le bonheur de ne plus aller à ravitailler à la pompe à essence ! ».

Je ne vous ai pas entendu arriver !

En résumé, Bernard a choisi un type de voiture électrique bien adapté à son usage professionnel et surtout à son kilométrage quotidien. S’il parcourrait le double de kilomètres, l’usage de sa Zoe pourrait se transformer un enfer comme l’a récemment prouvé POA lors de son road-trip avec la Kia-e-Niro sur 277 km aller et retour.

« J’ai une grosse clientèle de seniors sensibilisés par la voiture électrique qui, étonnés ne m’entendent pas arriver chez et je pense que j’en ai fait vendre pas mal à la concession Renault car je trouve cette voiture géniale. Il ne se passe pas une journée où on ne m’interroge pas sur ma Zoe ». Et l’avenir ? Il est certain qu’il achètera un autre véhicule électrique après celle-ci. Il ne sait pas encore lequel car en tant de passionné d’auto (il possède aussi une DS 7 Crossback pour la route), il aime la nouveauté et les gadgets. Il attend néanmoins avec intérêt la nouvelle Zoe 2 100 % inédite dont l’autonomie aurait été portée à 600 km théoriques. Watt en see !

Bernard ne se plaint pas de l »adhérence des Michelin Energy mais note que le couple élevé du moteur électrique les use plus rapidement

L’avis des Petits Observateurs !

21 commentaires au sujet de « 35 000 km en Renault ZOE : le debrief »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. AlexaRom

    Bonjour à tous,
    à la lecture de cet article, je ne peux m’empêcher de répondre devant autant d’incohérences sur un sujet clairement non maîtrisé (alors que je suis pourtant la chaîne Youtube de POA avec assiduité, appréciant le côté naturel et « décalé » des tests et reportages auto)

    – alors déjà, 100 à 150 km/jr, ça fait plutôt autour de 72 000 km en 3 ans (et en prenant la fourchette très basse, et sans compter le moindre déplacement personnel avec la voiture) soit globalement plus du double de ce qui a été réellement fait (100 km/jour, 5 jours par semaines, 4 semaines par an, pendant 3 ans). Là, on est dans une utilisation faible d’un véhicule (même pas 12000 km/an)

    – vanter le prix payé de 15 000€ pour la 22kwh, c’est bien, mais si c’est pour rajouter qu’il a du payer un supplément « assez élevé » (sans le préciser) à la remise du véhicule (pour dépassement du forfait kilométrique) et la location mensuelle de la batterie (79€/mois soit presque 1000€/an), c’est pas très honnête …

    – « c’est vrai qu’une voiture électrique n’est pas moins coûteuse qu’un petit diesel sur le poste carburant » : quoi ???
    Mais c’est surtout qu’il fallait calculer avant et faire le bon choix (c’est sur qu’avec le principe ridicule de la location de batterie, ça plombe un peu le truc (fallait aller chez la concurrence …).
    Mais « 4€/jour de recharge », en tarif EDF heures creuses de 0,13€/kwh (je surestime car nombre de fournisseurs sont moins chers), ça donne 30,7kwh/jour (soit réellement environ 26,2 kwh/jr en comptant 15% de perte lors de la recharge). Soit une conso allant de 26,2kwh/100km s’il fait 100km dans la journée (c’est énorme comme conso) à 17,4 les jours où il fait 150 km (ça reste beaucoup pour de la route secondaire).
    Mais bref, 4€ d’électricité par jour (ce qui me semble surestimé) + 3,3 €/jour de location de batterie, ça fait 7,3€/jour pour l’électrique donc toujours moins cher que ce qu’il annonce pour le diesel …

    – passons sur le « je ne me branche jamais sur les bornes de recharge rapide publiques car je n’en ai pas l’usage » alors qu’il dit dans la phrase suivante qu’il se branche sur les bornes de 43kwh des supermarchés (si c’est pas de la bornes rapides et publiques, qu’est ce que c’est ??).
    Electricité qui est gratuite pour lui et donc avantage encore le rapport km/prix de sa zoe : quel supermarché fourni du diesel ou de l’essence gratuite le temps des courses ?

    – « s’il parcourait le double de km, l’usage de sa zoe pourrait se transformer en enfer »
    s’il faisait réellement le double de km, ça serait compliqué compte tenu de l’autonomie affiché et donc le véhicule ne serait simplement pas adapté à la situation (faut pas croire que l’électrique est une bonne solution pour le monde). Mais s’il faisait un peu plus de kilomètres et n’avait pas choisi le seul constructeur qui facture mensuellement sa batterie tout en limitant le kilométrage, sa voiture lui reviendrait moins cher justement : vu l’économie réalisée « en carburant » à chaque kilomètre, plus on roule et plus l’électrique est avantageux économiquement justement.
    Et puis ça n’aurait rien à voir avec votre fameux road trip en eNiro : il n’aurait pas à se poser la question de la recharge car il le ferait tranquillement tous les soirs chez lui (oui parce que rappelons qu’il ne fait pas de l’autoroute, et encore moins de l’autoroute avec de la neige tous les jours).

    – enfin, pour dire que l’électrique use plus vite les pneus pourtant de grande marque, je pense que ça rejoint le côté conso élevée : il doit avoir une conduite un peu sportive. D’où effectivement une usure un peu rapide et une consommation à la hausse. Car dans le cadre d’une conduite normale voire éco-conduite (ce qui est le plus souvent le cas des acheteurs de véhicules électriques), les retours confirment au contraire une usure plus lente des pneus.

    Bref, le véhicule électrique a encore de belles critiques devant lui, tant les gens parlent et répétent à l’envie de sujet dont il ne comprennent rien.

    Répondre
  2. Kevin groizart

    oh que si qu’il aurait parlé de la batterie HS (mais bien sur aussitôt pris en charge par Renault) et de sa 2eme voiture thermique !
    Toujours laisser un os à ronger aux éventuels détracteurs….

    Je connais bien la Zoé et la Ion (de Peugeot) car toute ma famille habite l’île d’Yeu (en Vendée) et ils se sont équipés de voitures électriques car la configuration de l’île s’y prête….
    Pour certains qui utilisent souvent la voiture, c’est un peu la douche froide entre le coût au Km bien + élevé qu’une simple thermique, la fragilité de certains accessoires, le châssis trop bas pour pouvoir passer dans les petits chemins, les surprises du contrat de location (Nombre de KM, état de la voiture etc …), mais surtout par l’autonomie !! presque divisé par 2 par rapport à celle annoncée.
    Et je ne parle pas de l’incroyable temps de charge sur une prise normale : 12 HEURES.

    Tôt ou tard, quant le parc installé sera conséquent, il y aura une remise en cause de l’électrique à cause de ses nombreux défauts :
    Fabrication des batteries
    Fiabilité des batteries
    Poids des batteries
    Nombre d’emplois sacrifié en France ou en Europe à cause de l’électrique
    Recyclage des batteries
    Usure des batteries (quid d’une voiture de 10 ans ??)
    Production de l’énergie nécessaire à un parc de 60% de voitures électriques …

    la liste n’est pas exhaustive !

    Répondre
  3. aimelauto

    pour en avoir désormais une au boulot…..faut s’accrocher pour devenir adepte de l’electrique avec une ZOE…!
    Déjà la qualité des plastiques et des joints….du style tres « bas de gamme qui va mal durer » vous fait reculer surtout vu le prix (qui n’est pas celui d’une Dacia), mais surtout cette Zoe est imparfaite coté conduite : faire un tant soit peu de kilometres avec est une punition , tant la position de conduite, le confort des sieges (ils n’ont pas oublié de mettre la mousse ???…) , et la mauvaise tenue de route (pneus trop étroits ???…..) est inadaptée à passer quelques heures dans son véhicule.!

    Pour l’electrique : Renault n’y est pour rien là, mais c’est le processus habituel des electriques qui n’est pas adapté actuellement (hormis Tesla avec ses bornes);
    Les recharges c’est plutot dù à l’inefficacité répétées des bornes publiques mais aussi au comportement des voitures thermiques qui se garent sans vergogne sur les places reservées , quand ce n’est pas les electriques branchées durant des journées entières monopolisant les bornes batteries pleines et rendant impossible de s’y brancher !! Avec les batteries de la capacité actuelle vaut mieux oublier le branchement sur le courant de la maison si on veut pas y passer des jours …! En fait, seul TESLA permet de vivre au quotidien avec une electrique , en réussissant cette quadrature du cercle (mais à quel prix) avec ces multiples bornes rapides qui évitent de se brancher en ville, et des modéles tres bien concus avec de véritables autonomies.

    en résumé …… Attendons de voir arriver les modéles electriques chinois qui là seront vraiment abordables, mais aujourd’hui hormis pour un usage limité (style PTT, bennes de déchets…..) l’electrique n’est pas au point en usage normal, surtout par rapport à une Hybride…..tellement moins contraignante et plus séduisante au quotidien.

    Répondre
    1. Vincent

      Si c’était un publi-reportage, il ne nous aurait pas dit :
      1° que sa batterie a été totalement morte.
      2° qu’il possède un autre véhicule mais thermique…

    1. Nabuchodonosor

      Oui, merci à Patrice de s’être mis au vert(gès) et merci à Bernard de s’être effeuillé pour nous. Le paysagiste c’est l’ambassadeur de la bouffée d’air frais dans nos jardins. Le végétal produit de l’oxygène et stocke le CO2. Rien d’étonnant (ni détonnant) donc que Bernard soit parmi les pionniers à rouler zéro émission. Reste que pour ce faire il faut avoir un chez soi avec une prise de courant à disposition tous les soirs. Si en définitive l’on tient compte du bonus apporté par le jardin pour ceux qui en ont un, le bilan global est sans doutes plus écolo, mais s’il faut compter le chez soi dans le calcul du coût de revient, ça met un vieux coup dans les comptes…
      Bref, rien pour faire avancer le schimili…mili, le schimili…mili, le schmilblick…
      😉
      Nabuco-coco-donosor

  4. Georges Piat

    Si on ne prend en considération que le côté consommation, tout va bien mais il faut fermer les yeux sur le reste.
    Je rappelle seulement que l’on a fait comme cela pour nos véhicules actuels alors on pourrait peut-être réfléchir un peu avant de se lancer corps et âme dans l’électrique, non ?

    Répondre
  5. bruno

    Aucun intérêt cette voiture, elle est très cher, petite, et pas confortable, avec mon hybride deux fois plus grande ! et avec des équipements et une finition non comparable, cela me coûte 90€ par mois d’essence, alors que la zoé c’est 220€ mensuel avec la batterie… et je met 5 minutes pour un plein au lieu de 30h…..

    Répondre
    1. Thierry

      Très chère petite et non confortable … tout l’inverse, nous avions une Twingo 3 elle offre une place et un grand coffre en plus, une finition correcte, du Renault en fait ! Très chère pas vraiment, en reconditionnement Renault à moins de 20000 kms elle est entre 9 et 10.000 euros …. je n’ai pas trouvé de Yaris à ce tarif. … vous savez la voiture qui mouline et qui fait du bruit !
      Renseignez vous sur les tarifs, car vous êtes en total fake news, 15000 kms par an c’est 34 par mois puis 89, l’électricité environ 25 euros au mois également, parler c’est bien, mais sans posséder, utiliser et payer …. c’est inutile.

  6. Hugo

    Monsieur,,
    Si vous êtes sensible à l’écologie sachez que les batteries des voitures électriques sont composées de métaux extraits par des enfants dans des mines. Pour l’instant, les industriels ne se préoccupent pas de leur recyclage. Le traitement et la purification des minéraux extraits pour la fabrication des batteries se fait avec des produits chimiques rejetés dans l’environnement.
    Aussi, une voiture électrique pollue à la fabrication au moins comme un diesel a l’usage.
    Elle induit par ailleurs une augmentation de la production d’électricité nucléaire.
    L’avenir est à l’hybridation puisque les lobbyings ne sont pas prêts à nous permettre d’avoir des voitures sans batterie qui fonctionneraient de manière autonome. On empêche de déposer des brevets de voitures autonomes.
    Les prochaines voitures seront hybrides avec des moteurs électromagnétiques assistés par des « groupes électrogènes » type diesels pour le démarrage et les fortes sollicitations. Il n’y aura plus de batterie.
    L’avenir automobile n’est pas propre. L’écologiste, celui qui a compris, préférera boycotter le marché automobile et remettra son vieux véhicule en etat.

    Répondre
    1. damien

      Bonjour
      On peut en effet limiter les déplacements. La meilleur économie d’énergie est celle que l’on ne consomme pas. Cela vaut aussi pour nos vêtements, nos télévisons et nos pets.
      Il y a aussi certainement une voie à explorer vers la rénovation de nos voitures thermiques pour les rendre moins polluantes et ainsi ne pas être obligé d’opter pour un nouveau véhicule.
      Pour ce que sera la technologie automobile « demain », je rejoins la sagesse du Président Roubaudi : personne aujourd’hui ne détient la vérité.

    2. Miki

      Personne ne parle du rendement énergétique :
      30% en thermique
      90% en électrique
      Beaucoup d’énergie perdue, à l’echelle de la planète c’est plus qu’énorme À suivre !!!

    3. Marc B

      Miki,

      il serait alors juste d’écrire « personne ne parle du rendement énergétique de la production d’électricité »….

      Le rendement des moteurs c’est une chose, la production et le transport d’énergie en est une autre…Il y a ensuite la production et enfin le recyclage de la voiture…

    4. Fifitroiscenquatre

      C’est bien là que le bat blesse aujourd’hui. On ne sait plus quel véhicule choisir en poussant la porte d’un concessionnaire auto.

      Moi aussi je suis pour conserver mon ancien véhicule pour lequel je poursuis l’entretien,
      si les nouvelles normes du CT ne me mettent pas des bâtons dans les roues…

  7. Philippe

    Tous les pneus energy saver de quelques marques que ce soit, a eviter.une cata quand la temperature descend ou sous la pluie. Gomme trop dure.

    Répondre
  8. Thierry

    Moi même utilisateur de Zoë pour 100 kms par jour, j’en viens à me poser la question sur la pertinence de plus d’autonomie puisque cela engendre plus de temps de charge ? Sinon je rejoins le bilan de notre ami, cette auto est un plaisir quotidien, et une Zoënitude de premier plan !

    Répondre