Nouvelle Peugeot 208 : tout comprendre avec Gilles Vidal, Dr du design

Renaud Roubaudi de POA interview Gilles Vidal, directeur du design de Peugeot, à propos de la genèse du style de la nouvelle Peugeot 208.

Nous avons la chance de pouvoir revenir avec Gilles Vidal, directeur du design de Peugeot, sur la genèse de cette nouvelle 208. Avec lui nous essayons de comprendre les choix qui motivent le design de cette auto, et plus généralement quels sentiments et réflexions se cachent derrière les courbes d’une carrosserie ou les compteurs de son intérieur.

Avant tout, Gilles Vidal nous explique à quel point l’état d’esprit dans lequel l’équipe de design baigne prédispose aux choix effectués. La genèse d’une voiture est marquée par un contexte social, politique, interne à l’entreprise ou même international et chaque réalisation est une sorte la réponse de la marque, de l’équipe de design et des hommes aux troubles de la société qui les entourent. Gilles Vidal explique ainsi qu’il a voulu faire émaner l’optimisme et l’enthousiasme de cette nouvelle 208, en faisant également de la voiture un objet protecteur et rassurant.

Ainsi cette 208 assume pleinement sa parenté avec son illustre ancêtre la 205, un marqueur pour la firme. Cette filiation, perceptible dans la silhouette des voitures, est également une façon de montrer que renouer avec les fondamentaux de la marque et de l’histoire de l’automobile est une façon de ne perdre ni ses racines ni son ADN. Cette 208 grandit sensiblement et tente de retrouver les proportions qui font référence dans l’histoire de l’automobile, à savoir un long capot rejetant loin derrière le pare-brise, comme feu la 205. Cette volonté d’allonger la silhouette de la voiture émane des designers, tout comme le fait de vouloir donner du caractère à la nouvelle née. Gilles Vidal nous explique ainsi que la volonté des designers de Peugeot est de rendre la ligne épurée de tout artifice inutile. L’expressivité de la voiture vient ainsi de la sculpture de la carrosserie et non pas des chromes et autres ajouts qu’il aurait été facile de faire. Il devient presque évident par sa simplicité, et correspond à la volonté de Gilles Vidal de se projeter dans le futur grâce à un design qui donne de l’âme aux autos. Une expressivité qui pourrait encore être renforcée par l’impression 3D et les possibilités infinies de que cette technologie offrirait pour les designers.

Ce design qui se veut plus minimaliste est un gage de caractère pour Gilles Vidal et d’ergonomie également comme l’on en trouve une illustration à l’intérieur. En effet, l’habitacle de cette nouvelle 208 est résolument technologique, mais toujours dans l’intention de faciliter la vie des occupants. Une ambition qui amène Gilles Vidal à donner sa définition du design qui est pour lui de faire en sorte que ce que l’on vit au quotidien soit meilleur que ce qu’on avait jusque-là, l’esthétique n’étant qu’une brique parmi d’autres de cette conception de son métier. Le designer souhaiterait-il faire des voitures du Lion des voitures à vivre ?! Toujours est-il que la logique de son propos devient évidente lorsque l’on se penche sur les choix technologiques faits à bord. L’impression de modernité est effective grâce au grand écran central mais surtout avec le i-cockpit qui se double d’un système d’hologramme pour voir les informations en 3 dimensions, qui a réussi à bluffer Julien, c’est dire…

Mais cette projection vers la modernité ne se fait pas de manière robotique et froide, mais toujours dans l’ambition de servir avant tout les occupants. Gilles Vidal invoque encore l’optimisme comme la démarche l’ayant amené à concevoir cet intérieur avec ses équipes. Le design ne doit pas contraindre l’occupant, mais au contraire être maternant et protecteur, parole de designer.

L’avis des Petits Observateurs !

26 commentaires au sujet de « Nouvelle Peugeot 208 : tout comprendre avec Gilles Vidal, Dr du design »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Lau

    Je trouve que la ligne générale de cette nouvelle 208 est très proche de celle de la MAZDA 2. Proportions très similaires, dimensions extrêmement proches (L 4,05 m vs 4,06 m ; l : 1,74 m vs 1,70 m ; h : 1,43 vs 1,49), roues aux quatre coins, lignes montante dans le bas de caisse, ailes coupées dans un plan frontal. Seuls diffèrent notamment la découpe du montant C et les optiques de phares et calandre. Ceci étant dit comme un compliment mais il faut alors relativiser le talent des dessinateurs de chez Peugeot.
    Quant à l’intérieur avec tous ces écrans multicolores, ces touches tactiles derrière les touches piano, je pense qu’un essai routier sur une voie rapide encombrée et une revue de détail précise par M. Roubaudi démontreront l’ergonomie toute relative de l’ensemble.

    Répondre
  2. Alain

    Magnifique reportage qui nous renseigne sur la démarche des designers en lien avec les nouvelles capacités techniques de l’industrie automobile.

    En revanche sur le design extérieur je la trouve un peu surjouée : par exemple je n’adhère pas à cette mode de élargisseurs d’aile en noir brillant ; cela me fait penser à une belle femme outrageusement maquillée ce qui la dévalorise in fine.

    Répondre
  3. Patrick

    Super reportage de la POA team comme d’habitune…. c’est vraiment complet et très intéressant.
    J’espere Juste deux choses à l’opposé l’une de l’autre : Ne pas être déçu par la voiture en vrai …. ( car je suis très déçu de la 508 en vrai que j’ai vu à deux reprises cette semaine …en UBer car ) et avoir le même type de reportage avec DS3 Crossback pour en apprendre autant sur la genèse de celle qui va inaugurer la plateforme EMP 2 .

    Vive POA

    Répondre
  4. Jean-Paul Orjebin

    Intéressant de voir comment le groupe PSA réussit a donner un caractère marqué et diffèrent a ses deux marques Peugeot et Citroën. Je pense que l’intérêt et même l’amour que porte Carlos Tavares au produit automobile y est pour beaucoup. Bravo pour ces reportages et bravo aux ingénieurs et autres designers pour ce bon boulot. Enfin des capots qui s’allongent et des pare-brise qui se redressent.

    Répondre
  5. klarsten

    Mais quel manque de recul, d’absence de sens critique !
    Tout n’est qu’émerveillement pour cette 208, des larmes de pure joie ruissellent sur les joues roses de béatitude des « petits » observateurs.
    Il y en a qui servent la soupe avec une louche !

    Sérieusement, vue de l’extérieur, cette bagnole n’est qu’un assemblaqe à la Frankenstein lui otant toute identité ( y-a-t-il d’ailleurs une identité Peugeot, tant les différents modèles n’ont rien à voir les uns avec les autres ?).
    Un avant qui imite sans honte celui de l’Audi A1, un arrière insignifiant (on dirait du Fiat), des épaules arrière (sigle gt-line !) piquées à Porsche…

    Des explications de design bidons pour en mettre plein la vue aux benêts. Et ça marche !

    Répondre
    1. Renaud Roubaudi

      Heureusement Klarsten vous êtes là pour contre-balancer. Une explication cependant, ce genre, une présentation/découverte d’une première, chez le constructeur est exercice qui ne permet pas de prendre du recul. Ce n’est d’ailleurs pas l’objectif. Il s’agit ici d’une visite avec le propriétaire qui met en avant son travail. Nous découvrons ensemble. Réfléchissez : si nous critiquions aussi vivement la 208 que vous le faites devant Gilles Vidal, êtes vous sur que cela apporterai qq chose au débat ? à part dire je suis libre, indépendant, je suis critique. Je ne le pense pas. Chacun se fait son opinion en conscience, indépendamment de nos propres commentaires. Lisez les commentaires sur Youtube, certains ne sont pas d’accord avec le design ou l’intérieur et ils le disent, plus ou moins calmement.

  6. Saint Jean-Paul

    Quel pied, merci pour ce beau reportage, il ne manque plus que le prix…
    C’est quand même autre chose POA qu’autoplus avec leur reportage sur la 208 « il manque 1cm à l’arrière, le reste non non rien d’intéressant… »

    POA les rois de l’info… (oups, la république automobile)

    Répondre
  7. Jean-Frrançois BERTRAND

    Toujours un très grand plaisir d’entendre Mr Vidal exposer son point de vue et ses arguments. C’est comme Mr Jean-François Serre on aimerait les entendre plus souvent!
    Mais j’ai également beaucoup apprécié les autres intervenants avec toute la spontanéité et la décontraction, signatures typiquement « POesques », présentes lors des interviews. Bravo pour ce triptyque quasi quadriptyque!

    Pour ce qui est de la voiture en elle même, je dois avouer qu’elle ne me laisse pas indifférent loin là: je n’ai qu’un envie c’est de pouvoir vite aller en concession pour juger sur roues.
    J’aimerais juste pouvoir la voir dans les tous premiers niveaux de la gamme car moins apprêtés esthétiquement parlant et de fait permet mieux de se rendre compte de la justesse du trait et des proportions. mais déjà beaucoup de choses me plaise dans ses galbes.
    Je suis convaincu depuis son apparition sur le 3008 du bien fondée de la signature des feux liés par cette bande noire.
    Par contre est-il vraiment nécessaire de remonter jusqu’au Smilodon pour justifier la signature du Lion de Sochaux? Je m’étais déjà fait la remarque avec la 508 que je trouve à tomber par terre au demeurant.
    Par contre je trouve très intéressant le travail sur les phares qui viennent en réponses au feux et donne une cohérence à l’ensemble de la signature visuelle.

    Encore bravo!

    Répondre
  8. Marc B

    Beau boulot…de POA et de Peugeot !

    Ils viennent de trouver une nouvelle vague sur laquelle faire surfer leur succès qui dure depuis un moment déjà. Elle devrait cartonner.

    Répondre
  9. ques

    est-ce la couleur jaune ? sont-ce les standards obligés pour une compacte ? mais elle me fait penser fort à la clio, cette nouvelle 208. Petite observation : la lunule qui encadre l’écran derrière le volant est une invention citroen des années 70, prolongée dans les années 80. Et de retour aujourd’hui, sous une autre forme. En fait l’automobile progresse mais tourne un peu en rond. Le plus important sera sans doute les trains roulants à essayer sur route pour retrouver la peugeot touch. Mais là encore, on reste dans le connu, une peugeot ça tient la route et c’est très sur à piloter.

    Répondre
  10. Cyril A

    Salut POA, c’est sur des reportages comme ça que je vous adore, on est au coeur de l’automobile avec ceux qui la font, les explications de Monsieur Vidal sur le pourquoi du design sont passionnantes, on comprends mieux l’automobile actuelle. Bravo à l’équipe, et bravo à Peugeot, je n’ai jamais été aussi attiré par les voitures françaises que depuis la nouvelle 308 qui a marqué le changement chez PSA…. maintenant vivement que leurs solutions hybrides et/ou électriques arrivent sur le marché.

    Répondre
  11. Stan

    Merci pour ce feed-back très complet
    On n’en fait jamais trop pour une lionne…
    Au chapitre des possibles critiques, je trouve la ligne de toit très fuyante ; attention les têtes pour les grands gabarits ?
    @suivre
    Stan

    Répondre
  12. Miata-Boy

    Très belle trilogie Peugeot, en immersion dans les secrets de conception et de fabrication de cette nouvelle 208 qui, à première vue, s’annonce très réussie, au moins dans ses versions haute de gamme.
    So POA !

    Répondre
  13. Guillaume D.

    Merci à POA de réaliser ces interviews de qualité et un grand merci à Gilles Vidal pour sa fidélité à POA. C’est un grand plaisir que de l’écouter parler et expliquer la génèse du design Peugeot!

    J’aime beaucoup en règle générale cette nouvelle 208. En revanche, à l’heure où on nous en met plein la vue avec les écrans et de gadgets high-tech, je trouve assez paradoxal d’avoir à se coltiner encore un morceau d’antenne qui dépasse de 20 cm sur le toit au lieu d’un aileron de requin… Certes, c’est la norme dans le segment (l’une des rares exceptions étant l’Audi A1), mais ça aurait ajouter encore un peu plus de cachet.

    Bon, si on en arrive à critiquer l’antenne, c’est que le reste est plutôt à l’avenant au final!!! 🙂

    Répondre
  14. Georges Piat

    Superbe ! Très réussie. Le discours a changé en s’adaptant à l’époque : Qualité perçue, caractère, honnêteté contrairement à avant où l’on vendait plutôt du rêve…
    Très cohérent, j’adore…

    Répondre
  15. Philippe Schaetzel

    Merci pour cette présentation.
    L’approche stylistique est admirablement expliquée avec son lien historique et sa recherche de « faire sens » en intégrant les contraintes techniques toujours plus poussées pour répondre à l’évolution constante des normes. On se réjouit de cet échange qui se nourrit des anecdotes et des relations entre les acteurs de la création (designers, ingénieurs, financiers, …).
    On sent l’enthousiasme qui anime cette découverte et à travers vous l’enthousiasme qui a dû guider les équipes du constructeur.
    Au-delà de l’expression de l’intérieur qui nourrira sans doute de très nombreux débats, c’est une chance de pouvoir proposer et de valider de telles propositions alors que la plupart des constructeurs évoluent dans un consensus mou.
    Merci pour cet optimisme affiché et ce regard pétillant vers notre proche futur … qui doit contrebalancer l’esprit morose perceptible ces derniers temps dans le monde de l’automobile, mais plus largement de la société européenne.
    Merci POA pour ces moments délicieux et cette proximité partagée. Merci M. Vidal pour ce décodage sociétal et cette traduction contemporaine. Quel travail magnifique avec vos équipes.
    Faire désir et faire sens !
    Go POA !

    Répondre
  16. Huiledecannes

    Merci POA pour ce triptyque passionnant ! Et merci à M. Vidal de nous expliquer de façon si instructive les subtilités du design et des ses contraintes.
    C’est vrai que le tableau de bord est impressionnant, on a jamais vu ça !
    Pour la carrosserie je suis plus mesuré, le 3/4 avant fait penser tout de suite à l’Audi A1, ce qui n’est pas vraiment un défaut, on a donc de suite l’impression de solidité et de sérieux, peut-être était-ce le but recherché ?
    Le 3/4 arrière fait beaucoup plus Peugeot, c’est vraiment une réussite !
    De profil, le seul petit bémol est peut-être l’emplacement de la poignée de porte arrière, un peu proche de celle de l’avant ce qui comprime un peu la porte.
    Une poignée façon 147, moins pratique il est vrai, aurait élancé encore plus ce design déjà très réussi…
    Mais bon c’est certain cette 208 est déjà un sacré numéro !

    Répondre
  17. Arnaud T

    Ce jaune d’or lui va comme un gant, cette couleur dégage de l’optimisme sans agressivité. J’espère qu’on en verra beaucoup dans la rue.

    Répondre
  18. Philuppe

    Je ne sais ps pourquoi mais l avant me fait penser à l audi a1 premières du nom. Par contre en général, bel objet qui fait solide, d’une pièce un peu façon ds5. Les lignes sont simples et douces et ça en fait pas des tonnes comme la.nouvelle a1 ou les nouvelles japonaises excepté mazda. Belle réussite.

    Répondre
  19. Laurent

    C’est vraiment sympa, et Dieu sait que j’ai été vacciné des voitures françaises pour un bon moment. C’est amusant, mais on voit vraiment la divergence philosophique entre Américains et Chinois avec l’exemple Peugeot. Lorsque les Ricains investissent dans une boîte (Volvo, Jaguar, Saab…) ils ont tendance à en sucer l’âme, essayer de récupérer le maximum de profit au cours terme en compressant les coûts au maximum (synergies, etc. – cas typique, la Jaguar Mondeo…).
    Le bref partenariat PSA-GM n’aura eu pour effet que de bouter Peugeot hors d’Iran… en tout cas, avant le rachat d’Opel.
    Quant aux Chinois, on a les deux beaux exemples de Volvo et de PSA, où beaucoup d’argent est investi pour donner de la substance à la marque et la rendre désirable à nouveau, en travaillant sur la profitabilité à moyen et long terme.
    Je trouve ça beau.

    Répondre
  20. Nicolas

    Merci POA pour ce reportage en avant première.
    L’interview de Gilles est très intéressante et la voiture est juste sublime.
    Vivement les essais !

    Répondre